lundi 9 mars 2015

Rétromobile 2015 : 18. Jean-Albert Grégoire

Jean-Albert Grégoire a fait parti de ces génies solitaires du XXe siècle. Ce qui est triste, c'est qu'on l'a quasiment oublié.

Les premières tractions avaient du mal à tourner. Grâce à son joint homocinétique, le problème est résolu. Sans lui, impossible de faire des créneaux avec votre Clio ! En 1927, il crée sa Tracta avec un associé. Il la pilota lui-même au Mans 1929 où il gagne sa catégorie.
Mais la Tracta ne décolla pas. Grégoire fit plusieurs prototype (toujours en traction.) Hotchkiss en acheta l'un d'eux et la produisit sous le nom d'Amilcar Compound. Pendant la guerre, avec CGE, il converti une Compound en électrique (la bleue, au fond.) 254km avec un "plein". De quoi ridiculiser bien des électriques actuelles.
Après-guerre, l'Aluminium Français lui demanda une citadine. Panhard la produisit sous le nom de Dyna X-86 (lui permettant de redémarrer.) En 1952, la SOCEMA lui proposa de mettre une turbine d'hélicoptère dans une voiture. Puis Hotchkiss, au bord du gouffre, l'appela. Avec de nouvelles carrosseries, la marque obtint un sursis. Mais Peugeot (propriétaire d'Hotchkiss), le regardait d'un mauvais œil. La Grégoire-Sport de 1956 fut un chant du cygne. On le revit chez Renault, où il créa une suspension à la Floride.
Puis il disparu des radars. Il survécu en écrivant des polars et des livres sur les champignons ! Il est mort en 1992, à 94 ans.

Le plus triste, c'est que les entreprises pour lesquels il a travaillé ont quasiment disparu. Chez Thalès, il n'y a plus de trace d'Hotchkiss. Idem chez Alcatel-Lucent, ex-CGE. Chez Alcan, qui se souvient de l'Aluminium Français? Ca fait bien longtemps que la SOCEMA s'appelle Turboméca (groupe Safran.) Et Panhard s'appelle désormais Renault Trucks Defense.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?