mercredi 30 janvier 2008

Yates Brock

C'est marrant, hier, je pensait à lui. Yates Brock faisait parti du canal historique de Car & Driver, avec Csaba Csere et Patrick Bedard. Bref, quelqu'un a ranger au panthéon du journalisme auto avec les Bellu père et fils, Jean Bernardet, Jeremy Clarkson, André Costa, "Jabby" Crombac, Alberto Martinez, Johnny Rives, José Rosinski, etc. Il a débuté en 1964 et a créé la Canonball (dont le Gumball 3000 n'est qu'une pâle copie), traversant les USA avec Dan Gurney et sa Ferrari Daytona. C'était l'époque où les journalistes écrivaient à la première personne et où ils n'avaient pas peur de froisser les constructeurs.

Depuis longtemps, il était éditorialiste. Alors qu'en France, l'édito tient en 3 lignes (avec des thèmes hyper originaux comme l'augmentation du prix de l'essence, les radars ou les embouteillages), aux USA, les magazines adorent embaucher 3 ou 4 éditorialistes qui vous parlent de tout et n'importe quoi.
Mais la presse auto (Française et Américaine) n'a pas vu venir Internet. Pourquoi acheter un magazine pour trouver plus ou moins la même chose que sur le net? Vous connaissez un site de magazine digne de ce nom? Auto-Hebdo en est à 3 ou 4 nouvelles formules en 10 ans, Automobile classique s'est reconverti dans le tuning, les GT et a limité son vocabulaire à 200 mots et Motor Trend n'est plus. Face à l'écroulement des ventes, Car & driver a joué à "que les gros salaires lèvent le doigt". Yates Brock s'est fait virer (après 43 ans de bons et loyaux services!) The truth about cars, un blog, l'a recruté et heureusement, Brock a gardé sa franchise...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?