mardi 30 septembre 2014

Essai nouvelle Tatuus FR2.0, à La Châtre

2 jours après mon pneu crevé, j'étais à La Châtre. J'en étais malade ! Un délais de livraison des nouveaux pneus trop long et j'aurais du manquer ça!

Mais j'y étais.

C'est le genre de journée 100% plaisir. Déjà, il y a Laurent Fradon, le boss. Un homme qui gagnerait à être connu. Sans lui, La Châtre aurait été transformé en "centre international du romantisme" et il n'en resterait que des images sépia. Et on n'aurait jamais entendu parler d'Enzo Guibert, de Nelson Panciaticci, de Paul-Loup Chatin, de Simon Gachet ou d'Antoine Hubert. Bref, un bienfaiteur du sport auto.
En vedette américaine, il y avait le trio d'Alpine : Chatin, Panciaticci et Oli Webb. 3 mecs sympas. Je connaissais un peu les Français. Webb, je l'avais juste vu rouler en British F3, en 2010. Il avait d'ailleurs gagné, ce jour-là.

Il est un peu "vieille école anglaise", plus Tiff Needell que Jeremy Clarkson. Un Anglais francophile, globe-trotter sur les bords (il m'a d'emblée parlé de Macao et de Bakou.) Je l'imagine plus en blazer, tasse de thé à la main, dans un salon que du RAC, qu'à la raclette géante du Trophée Andros...
Et surtout, il y a le pilotage des toutes nouvelles Tatuus d'EuroFormula. Elles sont encore plus sauvages que les anciennes ! La boite séquentielle est un régal (alors que d'ordinaire, je préfère les boites manuelles.) Et puis, il y a le bruit, le vent, les "G" dans la courbe "course", la poussée à l'accélération... En gros, c'est comme des montagnes russes, sauf qu'on pilote le wagonnet !

A chaque fois que je monte dans une voiture de course, j'ai une panne de cerveau. J'ai beau essayer de me calmer, de me concentrer, de faire attention... C'est seulement en fin de journée que j'ai commencé à me lâcher. Et bien sûr, c'est lorsque le chrono devient correct qu'il faut rentrer aux stands.

Juste après, l'animatrice de Bein Sport voulait faire un vrai-faux départ, avec les pilotes Alpine. Ils se sont pris au jeu (euphémisme.) C'était grisant d'entendre les moteurs au rupteur. Le gag, c'est qu'ils ont plongé à 3 de front à "course"... C'est pas des compétiteurs pour rien ! L'animatrice en a eu pour son argent... N'empêche, j'aurais pas aimé être à sa place, avec 3 fou-furieux à mes côtés...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?