lundi 18 juillet 2016

Jeff Koons en solde


Il s'en passe de belles, sur l'A86 ! L'autre jour, j'ai croisé cette drôle de BMW 316i (E30) tunée et coursifiée. Elle est décorée avec des filets de couleur qui m'ont immédiatement fait penser à la M3 Jeff Koons des 24 heures du Mans 2010... Sauf qu'ils étaient faits avec des rubans adhésifs et non de la peinture !

N'empêche, vu comment cette série 3 est allégée, elle doit être rigolote à conduire... Ca me rappelle la fois où j'ai piloté la 120d "Sprint motorsport"à Magny-Cours. C'est d'ailleurs la seule béhème dont j'ai vraiment pris le volant.


Pour rester dans le thème sportif, c'est l'anniversaire de la mort de Jules Bianchi. Il est tombé durant les commémorations de l'attentat de Nice. Il y a un lien entre les deux : le "thoughts and prayers". Philippe Muray avait défini le concept d'hyper-responsabilité : à chaque crise, à chaque catastrophe, il faut un coupable. C'est un bouc-émissaire, au sens biblique du terme ; la chèvre qui porte les péchés de la communauté et que l'on jette dans le vide. Par exemple, Bernard Madoff a incarné la spéculation financière débridée et il a payé pour cela. D'ailleurs, lorsqu'un coupable supposé démissionne, ne dit-on pas qu'il "prend ses responsabilités" ? Mais lorsque Muray est décédé, les médias étaient balbutiants. Désormais, chaque drame s'accompagne de mots-dièses, de profils Facebook, de "j'aime" et de "je partage". C'est un pic d'émotion. A celui qui ose critiquer, on lui répond que ce n'est pas le moment de polémiquer ; il faut respecter le temps du recueillement. Sauf qu'il n'y a pas de deuxième temps. L'actualité va vite et le surlendemain, la catastrophe est oubliée au profit d'une vidéo de chaton (ou de la dernière frasque de Kimi Raikkonen.) C'est souvent celui qui réclame le plus de "recueillement" qui en profite pour couler une belle chape de plomb. "Jules Bianchi a commis une faute de pilotage. L'enquête est terminée. Circulez, il n'y a rien à voir ! Et n'oubliez pas le tag "#JB17" !" C'est un cocktail redoutable. Plus de responsable, plus de mise en examen ; juste des minutes de silence. Aucun recul. Chaque année, on nous ressort les mots-dièses et les statuts du placard. "Prayers and Thoughts", "on pensera toujours à toi". Sauf qu'à l'heure des médias sociaux, l'éternité s'est sérieusement raccourcie ! Maria de Vilotta, elle a déjà épuisée son "toujours" ! L'Espagnole avait elle-même éclipsée Allan Simonsen. Et malheureusement, si demain, un pilote ayant davantage de palmarès que Bianchi III se tuait, le mot-dièse #JB17 fera long feu...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?