mercredi 13 juillet 2016

Le dernier album de Rose Royce (allégorie)

Une Rolls-Royce Silver Spur rouillée, rayée... Je l'ai prise sous son meilleur angle. Mais déjà, on peut voir que le Spirit of Ecstasy manque à l'appel, tout comme le second anti-brouillard. Une situation indigne d'une Rolls. Aussi indigne que le come-back de Rose Royce avec le producteur/clavier et des musiciens de seconde zone. Bien sûr, Rose, la chanteuse, est absente. Ca serait comme si un des membres de Blondie décidait de remonter le groupe et qu'il embauchait une chanteuse brune !

And now, for something completely different. Sur internet, on trouve tous les types d'informations et d'analyses sur l'automobile... Sauf des analyses sur le long terme. 99% des "analyses", c'est du descriptif. Machin ouvre une usine au Zboubland ; il compte cartonner sur le marché. Je viens d'entrer dans un McDo, je compte acheter un hamburger. Une stratégie, ça se prévoit sur le long-terme. Les constructeurs, ils ne songent pas à 2017 ou à 2018 ; leur horizon, c'est 2026. 10 ans. C'est le temps qu'il faut pour bâtir une usine et la faire tourner à plein régime. Leur planning pour 2021 est bouclé à la semaine près.
Il faut voir la gamme et les usines d'un site comme les pièces d'un jeu d'échec. La stratégie, ce sont les cases. Le siège, c'est le roi : il bouge à peine. Si un constructeur commence à poser des pièces dans un coin du jeu, c'est qu'il prépare une offensive. S'il a une tour ou un fou en mauvaise posture, il va chercher à les sauver et à les déplacer. A contrario, si ce n'est qu'un pion, il préférera le sacrifier pour concentrer ses efforts ailleurs. S'il déploie la moitié de ses pièces pour prendre un pion à l'adversaire, quitte à se mettre à découvert, c'est une mauvaise stratégie. Un vrai analyste ne doit pas dire "il pose son cheval en A5", mais anticiper le coup suivant , voir ce qu'il compte faire dans 10 coups. Sachant que comme aux échecs, les conditions évoluent. Rien n'est garanti : un produit qui fait un flop, une conjoncture économique qui se retourne, un partenaire qui fait faux-bond... Ca fait d'autant plus mal qu'il y a de l'inertie. Comme si le constructeur poussait ses pièces et qu'elles continuent d'avancer toutes seules pendant quelques tours. Songez à ceux qui lançaient des SUV à 200g de CO2 en pleine installation du bonus/malus... Personne ne fait cet effort de prévisionnisme à moyen-terme. Moi, j'essaye tant bien que mal. Parfois, je dis des conneries, mais souvent, j'ai raison. Je ne prétend pas avoir un cerveau supérieurement intelligent ; j'ai juste de la logique. Une prédiction ? Il y a peu, la Turquie semblait être un paradis : forte croissance économique et entrée quasi-assurée dans l'UE. Aujourd'hui, avec l'enlisement du conflit Syrien et son corollaire, le retour des tensions avec le Kurdistan, il a perdu de sa superbe. L'inquiétude grandit autour de sa stabilité. Plusieurs constructeurs produisent en Turquie des modèles destinés à l'UE. Or, les industriels ont horreur des incertitudes. Je prédis que les générations suivantes de ces modèles seront produits dans d'autres pays. On prend les paris ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?