dimanche 20 novembre 2016

Le Break

Une Volvo 240 "Le Break"; l'ultime avatar de la série 200. Sans doute un "vintage sans le savoir". En 1993, avec son 2,4l 79ch et ses 155km/h, elle était facturée 124 000 frs. Pour le même prix, vous pouviez vous offrir une Peugeot 405 break GRDT 92ch. La Sochalienne était plus légère de 100kg, c'était une traction et en plus elle atteignait 177km/h. Oui, mais en 1993, la 240 avait ses "ultras". Elle était ringarde, chère, lourde et poussive pour le commun des mortels. Pour les autres, c'était une voiture sûre, avec un coffre immense et qui démarrera toujours, même par -20° et avec 300 000km au compteur... C'est ce qu'on appelle une voiture clivante. Le marché était ténu, mais captif. Hélas, à la même époque, Volvo lançait la 850. une traction. Sacrilège !
Aujourd'hui, les Volvo n'ont plus beaucoup de différence avec les autres voitures. Je suis persuadé que les communicants du constructeur sont capable d'expliquer que non, ils ne font pas la même chose que les voisins. Que leur univers, c'est ceci et cela. Que leur philosophie blablabli blablabla. C'est peut-être pour ça que j'aime bien les Subaru. Eux, ils sont restés fidèles au moteur longitudinal et à la traction intégrale. Une vraie différenciation.

Notez que ça sera sans doute la dernière voiture vue sur l'A86 avant quelques mois. Non pas qu'il n'y ait plus d'embouteillages. Loin s'en faut. Mais vu que maintenant, il fait nuit lorsque je pars et que je rentre, impossible de prendre de belles photos. Déjà là...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?