mardi 24 mai 2011

Audi A7, mon vingt-troisième essai

Une bien belle voiture: spacieuse, nerveuse, avec une belle ligne... J'aime bien les voitures sobres. Trop souvent, les designers s'acharnent avec des arrêtes ici, des chromes là... Pas de ça avec l'Audi A7.
Par contre, j'ai un peu de mal à voir quelle clientèle va l'acheter. Fondamentalement, elle n'apporte rien vis-à-vis de l'A5 Sportback. D'ailleurs, la BMW série 5 GT, qui est plus ou moins sur le même positionnement, ne se vend pas.

C'était la centième voiture que j'ai conduit, d'après mes calculs. Plus précisément, le centième modèle de voiture (les 3 Megane II que j'ai conduit, je les compte comme "1".)
Si je précise cela, c'est pour vous rassurer, ô lecteur. Quand vous prenez un cours d'anglais, vous préférez avoir un prof qui a passé du temps aux Etats-Unis et/ou en Grande-Bretagne, non? Et pour un essai de voitures, vous préférez un gars qui a passé du temps derrière le volant, non?

Sinon, si on ne m'avait pas refusé le dossier de presse au Mondial de Paris, j'aurais pu faire un meilleur article. Déjà, j'aurais pu évoquer le concept, ses innovations, etc. au lieu de jouer aux devinettes. Hélas, la mentalité chez Audi n'a pas changé depuis l'époque où je travaillais pour eux...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?