vendredi 15 septembre 2017

Another break...

Le titre est une référence à Another brick de Fake. Le clip (à voir ici) est un gros moment de n'importe quoi. Apparemment, le groupe avait implosé quand le 45t est sorti. La production a embauché trois personnes, qui ont assuré la promo. Le chanteur est un Breton. La chanteuse originelle avait un profil de radio, d'où celle-ci, avec son regard de merlan frit. Le clavier (qui a une guitare !) est par contre un membre du groupe. En même temps, quand on s'appelle "Fake", on ne va pas faire de l'authentique... Le tout avec les figures imposées du début des années 80 que sont les costumes affreux, les teintures affreuses et les effets stroboscopiques ridicules... Dans le genre très 80s, il y a Shout de Tears for Fears (à voir ici.) Avec un Roland Orzabal qui en fait des tonnes devant la caméra (euphémisme.)

Another brick est sorti en 1985. Du haut de mes 6 ans, j'avais un anglais très limité et ma grande-sœur (qui avait 9 ans) faisait guère mieux. En prime, avec le son mono de la TV (couleur !) JVC, ça avait tendance à saturer... Donc, de ce qu'on avait compris, ils se plaignaient des breaks. Je pensais que tout le monde parlait tout le temps de voiture, comme moi. Que les Rita Mitsouko disaient que c'est la mode, qui a tué Mazda. Ou que Money for nothing, c'est Datsun way to do it...

L'autre jour, dans Paris, j'ai croisé deux breaks de poche. La première, c'est une Subaru Justy J2X. La Justy originelle était l'ultime avatar d'une lignée de citadines Subaru. En 1994, le constructeur à la constellation décida de faire des Suzuki maladroitement rebadgées. La Justy était une Swift. L'importateur français, dans un souci de cohérence, ne proposait que les versions 4WD. En 2004, c'était cette fois l'Ignis qui prit le relais, avec "Justy J2X". Celle-ci est immatriculée en Suisse. Emil Frey y possédait une force de frappe suffisamment importante pour séduire les Suisses. Alors qu'en France, personne n'en voulait. De mémoire, l'importateur allemand avait osé une Justy J2X aux couleurs STI...
Notez qu'ensuite, Subaru et Suzuki arrêtèrent leurs collaborations (même si les liens capitalistiques durèrent jusqu'en 2016.) Toyota étant à la barre, la Justy devint une Daihatsu Sirion. Puis ce fut la Trezia. Notez qu'au Japon, la Justy est revenue depuis peu, sous la forme d'une Daihatsu Thor rebadgée. Mais là, Emil Frey a semble-t-il décidé d'arrêter les conneries.
Autre break gris, une 500 Giardiniera. Fiat ou Autobianchi ? A l'avant, il y a un trou à l'endroit du logo...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?