lundi 25 septembre 2017

Is it caturday yet ?

C'est officiel : depuis jeudi dernier, c'est l'automne. Paradoxalement, les températures remontent un peu. Un mini-Eté indien (hommage à Joe Dassin ou à Hugo Pratt et Milo Manara, c'est selon.) Comme le propriétaire de cette Jaguar XJ-S V12 normes US, j'ai décapoté pour profiter des derniers rayons de soleil...

La XJ-S fut un vrai vilain petit canard. Du plastique à profusion, un dessin torturé, pas de version cabriolet et surtout une finition "British Leyland". Puis, petit à petit, elle s'est métamorphosée. Plus fiable, avec une version cabriolet et au final, des boucliers peints avec un nouvel arrière... De quoi séduire la clientèle US. Ce qui est dommage pour elle, c'est que juste après, il y eu la XK8. Jaguar créa une descendante à la Type E et il fit comme si la XJ-S n'avait été qu'une verrue... Et comme l'histoire aime bégayer, la XK8 fut elle-même balayée par la F-Type.
Est-ce qu'aujourd'hui, il reste un espace pour un gros coupé/cabriolet 2+2 places ? A voir les difficultés de Mercedes et de BMW, je dirais que non. Le segment s'est clivé entre coupés/roadsters sportifs et berlines "dynamiques".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?