samedi 25 juin 2016

Les bonus du Taklimakan Rally : 3. Karamay

Après deux jours à Urumqi et quatre jours à Tacheng, le rallye débute vraiment avec le voyage à Karamay. Enfin un peu de nomadisme ! On se rend à l'arrivée, je remonte un kilomètre en amont, pour avoir des photos de voitures en action. D'autres photographes, des TV et les stagiaires de Zotye (ils en ont assez pour organiser avec un match de foot) me rejoignent. Quelques motards passent, puis plus rien. L'heure tourne, mais aucun véhicule à l'horizon. Un homme d'affaire déboule de nul part avec son Pajero. Il se met à pleuvoir des cordes et il me propose de m'abriter. Sans lui, j'aurais été quitte pour un maxi-rhume ! En prime, il m'a filé des bonbons du Kazakhstan (les businessmen du Xinjiang font davantage d'affaires avec les pays frontaliers qu'avec Pékin.) Merci donc à cette âme aussi charitable qu'anonyme.
Philippe Gache finit par arriver, avec un buggy sans capot, suivi par son poulain Han Wei (sans aile gauche.) A partir de là, une dizaine de voitures se suivent, presque à la queue-leu-leu. Ont-ils roulé en convoi ?
Karamay est une ville-champignon. Une ville à mi-chemin entre Urumqi et Tacheng, au milieu d'un désert de pierre. Avec la découverte de pétrole, le petit village ouïgour devient un gros bourg han. Curieusement, je n'ai pas vu beaucoup de centres commerciaux. Les habitants de Karamay ne semblent pas encore converti au sac Louis Vuitton et au Starbucks. Il est 17h et je n'ai rien déjeuné (mis à part les bonbons kazakhs.) En cherchant vainement un restaurant d'ouvert, je tombe sur cette Chevrolet Caprice Classic. Allez savoir comment elle est venue jusque là...
A priori, c'est un Range Rover Evoque. Mais regardez le badge sur la calandre... Eh oui, c'est un Land Wind ! On comprend que Land Rover ne soit pas hyper-content...
 "Le" Landwind, le X6, alias X-Pedition. Exposé au salon de Francfort 2005. Puis l'ADAC décide d'en crasher un. Bilan : il s'écrase façon canette de Coca sur l'obstacle. Ils ont diffusé les photos alors que le salon de Francfort ouvre au public... Malgré tout, l'année suivante, il est à Porte de Versailles. A mon avis, il avait 0 chance. Même une fois qu'il reçoit des aciers plus solides et un VM diesel (comme l'exemplaire de Karamay.) Les Néerlandais tentent de le vendre. Ils en ont écoulé six en trois ans !
On termine avec ce Kawei Auto. Dans le Xinjiang, ce qui vous pose un businessman, c'est le Ford F-150 avec roues jumelées, voir un Raptor. Et si vous voulez prétendre que vous êtes riche, vous prenez un Kawei Auto. Par temps brumeux, on pourrait presque y croire...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?