dimanche 16 octobre 2016

Mondial 2016 : 19. L'Ankou !

Cette voiture, je saurais l'identifier entre mille ! Il s'agit de la R5 de L'Ankou, album N°27 de Spirou et Fantasio. C'est la scène où la voiture tombe dans le vide. Ororea, sur le siège passager, a peur (ça ne se voit pas trop.)

La fin des années 60, c'est l'apogée de la BD Franco-Belge. Spirou, Tintin et Pilote se tirent la bourre. C'est aussi l'ère de la professionnalisation et des studios. Chez Spirou, chaque série doit sortir un album par an. André Franquin est bien occupé avec Gaston Lagaffe, alors il confie Spirou et Fantasio à Jean-Claude Fournier. C'est un cadeau empoisonné : en vingt ans, Franquin a créé un univers très riche. Fournier, le plus Breton des Parisiens va néanmoins réussir à reprendre le flambeau. Sous son trait, Spirou a les cheveux longs et il est moins boy-scout. Fantasio se montre coureur de jupons. Son cousin Zantafio, lui, devient carrément un gourou-hippie, Papa pop ! Franquin, conscient de l'importance de l'automobile durant les Trente Glorieuses, en dessine beaucoup (même s'il aime moyennement ça.) Chez Fournier, elles font désormais parti du décor. Rien que dans l'Ankou, on trouve deux Mercedes, une Opel Manta et donc, cette R5.
Fournier a été l'homme du Spirou des années 70, là où Tintin est resté figé dans un environnement désuet. En 1980, Nic Broca et Raoul Cauvin prennent la suite. Leur erreur est de vouloir repartir de zéro, avec un nouvel univers. Yves Charland tente un Spirou rétro -hélas inachevé-. Tome et Janry prennent la suite. Dans un premier temps, Dupuis se moque des manga et il reste fidèle à son crédo d'un album par an pour chaque série et à ses dogmes (pas d'amourettes -les personnages féminins étant très rares-), pas de gros mots... Et pas de merchandising ! Autour de lui, Tintin et Pilote coulent. Dupuis réalise bien tard que les gamins n'achètent plus de magazines et qu'il faut les amuser avec des dessins animés. Aujourd'hui, je crois que Spirou n'évoque plus rien chez les moins de 20 ans. Ils préfèrent Naruto ou Pokemon. L'avantage de Tintin (le personnage), c'est que la série est gelé et qu'elle gère son patrimoine. Spirou, lui, il continue et ça ressemble à de l'acharnement thérapeutique. A quoi bon s'intéresser à une série, si, à l'album suivant, il change de dessin et de style ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?