Moi je dis bis

C'est dans le hall d'un petit hôtel parisien que j'ai vu cette Citroën 2cv 6. Elle est à côté du bar, parce qu'il propose un "apéro 2cv".

Si vous suivez ce blog, vous verrez que des voitures anciennes, dans Paris intra-muros, on en croise partout ! Dans les magasins, comme Food-truck, chez les concessionnaires de voitures modernes et bien sûr, comme enseigne de restaurant à thème. Par contre, dans la rue, elles sont bien rares. A moins qu'il ne s'agisse de voitures "ventousées", qui seront tôt ou tard prise par la fourrière.

La voiture est évocatrice. Surtout les modèles anciens. Vous voulez une ambiance rurale, franchouillarde, pour votre corner ? Sortez une 2cv camionnette ! Dans le domaine publicitaire (au sens large), ce sont des reines. Et aussi, parce que les constructeurs sont de plus tatillons pour prêter des voitures. La "2cv apéro" qui illustre cette page, elle évoque le voyage, la liberté, la jeunesse, la simplicité...
Néanmoins, pour les plus jeunes, la voiture, c'est la pollution (émissions de CO2 et déchet, en fin de vie), les accidents de la route, un boulet en ville et accessoirement, de l'embourgeoisement à l'ancienne.

Quand j'étais à Zhengzhou, je tapais des articles, qui étaient postés sur des sites Français et Britanniques. J'écrivais aussi pour un magazine Américain. Quelques semaines plus tard, je faisais des factures et une fois payé, j'ai pu rembourser le voyage (et même un peu plus.) Et si c'était ça, l'avenir ? En 2030, les jeunes n'auront plus d'appartement, ni de bureau. Ils loueront des meublés pour quelques semaines, quelques mois, vu que de toute façon, aucun bailleur ne voudra d'eux. Leur possession sera réduite au strict minimum. Smartphones, ordis ou tablettes seront en leasing, ce qui permettra d'en changer souvent et d'avoir le dernier cri. Plus de livres, de CD, de DVD ou même de posters ; tout est dématérialisé. On n'est que locataire provisoire, impossible de clouer des posters au mur. La personnalisation de son univers s'arrête à son écran de veille de smartphone... Pour le boulot, on est prestataire, de chez soi. L'employeur est un client et il n'a pas besoin de vous voir physiquement. D'ailleurs, il n'a lui-même pas de bureau. Alors on tape son rapport sur une plage de Barcelone, entre deux mojitos. Entre deux vidéos de son apéro, deux consultations des réseaux sociaux. La limite entre vie privée et vie professionnelle étant floue. Les jeunes bobos y verront une vie "légère", sans contrainte, sans frontière... De toute façon, il n'y aura plus de CDI et plus de retraite. Pour la voiture, notre bobo se contentera d'en louer une, pour une heure ou une journée, lorsqu'il sera vraiment forcé de le faire.
Ca, bien sûr, c'est valable lorsqu'on est jeune, sans enfant, voire célibataire. Quid des couples avec enfants ? Là, la réponse mais venu hier en regardant Saturday with Senpai. Rin Senpai (qui a été récemment interviewé par un excellent magazine US...) expliquait qu'il enchainait les vidéos sur YouTube parce qu'il a besoin d'argent. Ce Canadien possède un travail à temps plein, mais il ne s'en sort pas financièrement. Le coût de la vie est trop cher. Au point où il a du dormir par terre, faute d'argent pour un lit ! Or, pour le meilleur et pour le pire, ce qui arrive aujourd'hui en Amérique du Nord, sera en France demain. En 2030, donc, même les couples de cadres auront du mal à joindre les deux bouts. Dans un monde libéral, le salaire médian ne progresse pas ; parce qu'il faut lutter avec les travailleurs des pays émergents. Ceux qui possèdent un talent artistique ou culturel auront un deuxième boulot. Même si, comme Rin Senpai, ce "travail créatif" consiste à parler des jeux vidéos, en y insérant des meme. Et les autres, ils seront condamnés à louer. On loue son appartement lorsqu'on part en vacances. On loue sa voiture lorsqu'on ne l'utilise pas. On organise du covoiturage, lorsqu'on prend la route. Il y aura cette obsession permanente de rentabiliser.
Et encore, ça, ce sera pour les privilégiés ! Avec ses "nouveaux lieux de respiration", Anne Hidalgo prépare des jobs digne de Germinal ! Avant, les "zappés" pouvaient espérer une carrière alternative. Je suis équipier chez McDo, malgré mon Bac+4, mais demain, je vais passer manager. Sauf que là, ce sera, je suis préparateur de commande dans la champignonnière des anciens tunnels des Halles (si, si, c'est en projet !), auprès d'une association qui fournit les cantines parisiennes. On est 5, dont seulement 2 qui bossent. Pour pouvoir facturer 1500€ chaque mois, je dois travailler 50 heures, dans un lieu humide et peu éclairé. Je n'ai aucune possibilité d'évolution et on peut me virer du jour au lendemain.

Commentaires

Articles les plus consultés