lundi 28 août 2006

Dutch Connection

Décidément, Midland fait plus parler de lui à la case "rumeurs" qu'à la case "exploits".

Dernier ragot en date: Midland serait convoité par un groupe néerlandais composé de Lost Boys (ça, ce n'est pas neuf) et de Spyker. La firme batave (dont le nom est un hommage à une firme du début du XXe siècle, en photo) propose des GT à moteur moteur Audi.

Et comme en 2008, l'achat de châssis sera possible en F1, on parle d'une Ferrari rebadgée!

dimanche 27 août 2006

Jabouille, Massa, même combat!

Dijon, 1979: Pour Jean-Pierre Jabouille, ce fut un sacerdoce. Les essais avec "l'Alpine-Renault A500" en 1976. Les grands prix avec la Renault RS01, en 1977, qui s'arrêtent le vendredi soir, sur non-qualification. "Le turbo, ça ne marchera jamais." Jabouille lui-même a donné des coups de crayon et enfin, avec la RS03, le Turbo s'impose, à domicile. Hélas, pour le "grand", sa victoire est éclipsée par l'incroyable duel Arnoux-Villeneuve, qui se double et se redoublent jusqu'au drapeau à damier. Le Quebecois aura le dernier mot et la médaille d'argent.
Istanbul, 2006: Pas facile de débuter tout en succédant à Raikonnen chez Sauber et d'être Brésilien (donc "successeur de Senna" pour tout un peuple.) Trop de pression. Bilan: des voitures froissés et un patron excedé. Heureusement, Ferrari veille sur lui. Il muri comme cobaye de la Scuderia en 2003, avant de se faire réembaucher par Sauber pour 2004-2005. Puis la Scuderia lui offre une voiture. Il collectionne les podiums et apprend à laisser gagner Schumacher, même quand il est plus rapide. En Turquie, Alonso s'est intercalé entre les deux Rouges. Massa a le champ libre pour s'imposer. Hélas, l'histoire retiendra la bagarre Schumacher-Alonso dans les derniers kilomètres, pour le gain de la 2e place, à l'avantage de l'Espagnol.

Pourquoi y a t'il toujours des troubles-fête?

Ecuries en voie de disparition

Après Jaguar (2004), BAR, Jordan et Minardi (2005), ce sont aujourd'hui 3 écuries de F1 qui devraient changer de pavillon en 2007.
- McLaren (à gauche) est la 2e plus vieille écurie et la 2e plus titrée (à chaque fois derrière Ferrari.) Mais qui se souvient des monoplaces oranges de la fin des années 60? Où des aventures en Indycar et au Mans? Pour beaucoup, les monoplaces rouges et blanches étaient des "Marlboro". Et aujourd'hui, on parle de "Mercedes-Benz". C'est justement ce nom-là qu'elles devraient prendre. McLaren rejoint donc Brabham, BRM, Cooper, Lotus, March et Tyrell au cimétière des grandes écuries. Ron Dennis, qui fut mécano de Rindt à 18 ans, va prendre sa retraite après 40 ans dans les paddocks!
- Sauber (milieu) fut encore plus discrète. Arrivé gràce à Mercedes-Benz, l'écurie survecu à un changement d'alliance, mais navigua en milieu de peloton. Peter Sauber refusa de vendre à son sponsor Red Bull. Mais fin 2005, il se décide à vendre à BMW, l'inflation des budgets le condamnant. Il fallait alors parler d'écurie "BMW-Sauber". En 2007, ce sera BMW "tout court".
- MF1 (à droite) fut l'une des écuries les plus ridicules depuis Prost GP. Un obscur oligarque Russo-Canadien à la barre qui souhaitait créer une grande équipe avec Dallara. Il rachète finalement Jordan fin 2004 et peu après, on découvre que ses poches sont trouées. En 2006, la première "MF1" sera sans doute la dernière. On a évoqué un groupe de Russes menés par Eddie Irvine, puis la piste Alfonso De Orléans-Bourbon, finalement, ce sera probablement Lost Boys qui convaincra Alex Schnaider d'arrêter de se faire du mal.

vendredi 25 août 2006

Le sport auto Hollandais

Mes derniers post parlaient surtout de monoplaces US... Retour en Europe, avec une démo le week-end dernier à Rotterdam. Jos Verstappen n'a pas laissé un grand souvenir en F1 (10 ans de carrière avec des années sabbatiques, une dizaine de points et 2 podium), mais il reste un demi-dieu en Hollande.

A Rotterdam, il a fait une démo dans les rues avec son A1GP (voiture orange) aux côtés du manager du team Holland, le toujours jeune Jan Lammers (voiture noire), qui se partage désormais entre LMES et Grand Prix Masters. Etait également présent (mais à pied) Huub Rothengatter, éphémère pilote de F1 et surtout manager de "Jos the boss". Curieusement, pas de trace des Néerlandais Christijan Albers et Robert Doornbos.

Après des tartines sur l'apparition de Verstappen, le journaliste chauvin nous signale dans les 2 dernières lignes que Monteiro et Rosberg étaient également présents avec leurs F1 respectives...

Antonio Pizzonia, le retour

"jungle boy" (il est né à Manaus, une grande ville sur le fleuve Amazone) fait parti de ces pilotes souriant, prompts à blaguer, mais hélas pas très rapide.
Cobaye de Williams 2001-2002, il est prété à Jaguar en 2003. Bilan: 0 points et la porte au 2/3 de la saison. Redevenu essayeur Williams, il joue les interimaires: en 2004 avec des points à la clef, pour remplacer Ralf et en 2005, après qu'Heidfeld ait fait les frais du divorce avec BMW, sans convaincre.

En fin de saison, il dit: "Un statut de titulaire ou je m'en vais." Williams engage Rosberg Jr. Il tente de monter une opération avec son compatriote Bernoldi et des sponsors brésilien pour faire du team Rocketsport en ChampCar, le "team Brasil". C'est tout seul qu'il dispute la première manche, avant d'apprendre que Nicky Pastorelli (ex-futur cobaye de Midland) a été plus rapide pour sortir son chéquier et que le team Brasil est mort-né.

A Montréal, Pizzonia reviendra, pour une course, chez Rocketsport, tout en rêvant d'un volant à temps plein en 2007...

mercredi 23 août 2006

'sont fous ces anglais

Mesdames, imaginez le pire: vous trouvez le prince charmant, il vous fait monter dans sa Ferrari, il met le contact et là, horreur, vous entendez le "claclaclaclac" d'un bon vieux HDI Pigeot... Car cette 360 Modena est en fait une réplique sur base 406 Peugeot (donc moteur et roues motrices à l'avant)!

On a vu des Cox grimées en Rolls ou en 911, des Countach amphibies, des F40 basées sur des MR2 ou des Pontiac Fiero. Et donc, aujourd'hui, une 360 Modena, signée "Extreme Sportscar" (qui signe également une F355 sur base MR2.)

Intéressé? Vous pouvez acheter le kit pour £6000, ou demander à Extreme Sportscar de la monter (£10000), voir d'attendre que quelqu'un en mette une en vente! En plus, le fabricant nous dit qu'ainsi grimée, votre voiture à £20000 (il faut compter £10000 pour un coupé 406 d'occasion) en vaut £30000!

Seul problème: ce délire comme seuls les Grand-bretons en font n'est pas homologué en France...

Sacré Roberto Moreno: on le fout à la porte, il revient par la fenêtre!

Depuis un quart de siècle, ce Brésilien est un ovni dans le sport automobile. Jovial, mais pas très rapide et sans sponsor, il aurait du avoir raccrocher son casque depuis longtemps, sauf que "Puppo" sait rebondir quoi qu'il arrive!
Au début des années 80, comme n'importe quel pilote Sud-américains, il s'installe en Grande-Bretagne où il court en F3, puis en F2.
Première joie en 1984: Lotus lui offre 2 courses de F1 sur la voiture d'un Mansell accidenté.
1985-1986: il retraverse l'Atlantique et tente sa chance en CART, sans succès.
1987-1988: retour en Europe, en F3000... Il remplace Pascal Fabre chez AGS (obtenant le premier des 2 points jamais obtenu par le constructeur en F1), fin 1987. Il obtient le titre de F3000 en 1988!
1989-1990: Pilote Coloni en 1989, il obtient un volant l'année suivante chez Eurobrun, mais fini la saison chez Benetton, suite à l'accident de Nannini. Au Japon, la disqualification de Senna permet la victoire de Piquet et la 2e place de son équipier, Moreno! Briatore ne l'aime pas et l'année suivante, à Monza, il laisse son baquet à un certain Schumacher... Moreno est néanmoins au départ de la course, dans l'ancienne Jordan de Schumacher et il finit la saison chez Minardi!
1992-1994: après avoir fait parti de la (mes)aventure Andrea Moda, il se reconverti en tourisme. En 1994, faute de voiture, il retourne au Karting!
1995: Il effectue un improbable comeback en F1 chez Forti, où Diniz et lui terminent bon derniers.
1996-1999: il rebondit en CART, 10 ans après sa dernière saison dans la discipline! Sans volant début 1997, on le croît grillé. Il remplace Christian Fittipaldi (encore un accidenté)chez Newman-Haas. Désormais, Moreno joue les pigistes de luxe et devient "Super-sub". Fittipaldi encore victime d'accident en 1998 et 1999? Il le remplace! Mark Blundell indisponible en 1999? Il le remplace! En 1997, Wurz débarque en F1 et ne peut terminer sa saison en FIA-GT, Moreno prend sa Mercedes! En 1999, une monoplace d'IRL se libère? Moreno la prend!
2000-2003: à 40 ans bien sonné, il obtient enfin un volant à plein temps en CART. En 2000, il s'offre même 2 victoires! Sans volant en 2002, il en trouve un en 2003, mais se retrouve à la rue en fin de saison, faute de sponsor.
2006: il refait surface! Paul Dana (IRL) s'étant tué, Moreno dispute une course avec sa voiture. Et devinez qui vient de tester la toute nouvelle Panoz de Champ Car? Manquerait plus qu'il fasse un come-back, car Nelson Philippe n'était même pas né lors de ses débuts dans la série...

vendredi 18 août 2006

Des nouvelles de la Formule Atlantique

En GP2, il y a 2 pilotes vus brièvement en F1: Gimmi Bruni (ex-Minardi en 2004) et Timo Glock (ex-Jordan en 2004.) Maintenant, imaginez qu'un Ralf Schumacher ou qu'un Jacques Villeneuve "redescende" en GP2 faute de volant en F1. Incroyable, non?

C'est pourtant ce qui se passe en Formule Atlantique: à 36 ans, Alex Barron, faute de volant en Champ Car et en IRL décide de retourner dans la catégorie où il a triomphé 10 ans plus tôt! Pour l'ex-pilote AAR-Eagle, Penske et Cheever, ça devait être une promenade de santé.
Résultat: à mi-saison, Barron raccroche, faute de résultat. C'est dire le niveau des Simon Paguenaud, Richard Phillipe, Graham Rahal, Andreas Wirth et autres Steve Ott...

Son remplaçant? Ronnie Bremer (photo), 3e de la Formule Atlantique 2004 et pilote à mi-temps en Champ Car 2005! Pourquoi tant de "vieux" en Atlantique? Il faut savoir que le vainqueur se voit offrir 2 millions de dollars, de quoi convaincre un team de Champ Car (alors que ces dernières années, l'Atlantique faisait plutôt figure de voie de garage.)

mercredi 16 août 2006

Paul Tracy: 100% antipathique

Paul Tracy, c'est le genre de pilote que les Américains adorent (même s'il est Canadien): le pied droit en plomb, une grande g...., une grosse tête... Mais un cerveau minuscule. Depuis une douzaine d'année, il écume le CART, devenu Champ Cart depuis. Avec des hauts (son titre 2003, ses 30 victoires) et beaucoup de sorties de route, de voitures détruites et de prises de becs.

Cette saison, il n'est que 6e du classement, avec 2 podiums, alors que d'aucun voyaient en lui le rival N°1 de Bourdais. En plus, son équipier chez Forsythe, A.J. Allmendinger aligne les podiums depuis son arrivée au tiers de la saison et joue le titre.
A San Jose, P.T. envoie valser Alex Tagliani. Celui qui fut son équipier jusqu'à début juin veut s'expliquer avec lui dans les stands. Tracy lui envoi un direct du droit... Alors que le l'autre est encore casqué. (bilan: des doigts écrasés, un avertissement des officiels et 2 preuves que Tracy ne risque pas d'avoir une migraine.)
15 jours après, à Denver, c'est au tour de Bourdais d'être victime de Tracy. Là encore, explication dans les stands.

Dans d'autres disciplines, on renverrait Tracy chez lui, le temps qu'il se calme. Sauf que depuis l'accident de Da Matta et la fin du budget de Kasemets, il n'y a plus que 16 voitures au départ (impossible d'en supprimer une de plus.) Tracy s'en gosse: "Ils ne feront rien alors que la prochaine course a lieu à Montréal (et sans Tracy, les spectateurs risquent de bouder l'épreuve.)" Sanction finale: des points en moins.

Cheever fever!

Décidément cet Américain possède un parcours atypique. Dans la lignée des Phil Hill, Gurney, Ginther (et aujourd'hui Speed), il s'exile très tôt en Europe: F3 anglaise, puis F2 à la fin des années 70. Il décroche un volant en F1, mais durant sa dizaine d'année de présence, il ne réussit pas à s'imposer (même lorsqu'il est équipier de Prost chez Renault en 1983.)
En 1990, il retraverse l'Atlantique pour courir en Indycar. Il est le premier pilote de Chip Ganassi, mais toujours pas de victoire. Lors de la scission CART/IRL en 1996, il choisit l'IRL. Bonne pioche: à 40 ans passé, il remporte enfin des victoires majeures en monoplace, dont les 500 miles d'Indianapolis 1998! Pilote/propriétaire d'écurie, il résiste à l'arrivée des top-team fuyant le CART (Ganassi, Penske, Rahal...) Au passage, fin 2002, il raccroche son casque.
En 2006, les temps sont durs. Son sponsor (Red Bull) est parti et le team Cheever frôle la faillite. Cheever remplit les caisses avec un team de Grand-Am et faute de budget pour un pilote d'IRL... Il reprend lui-même le volant!

Le week-end dernier, Cheever courrait en GP Masters (alors qu'en théorie, les participants doivent n'avoir fait aucune course en monoplace ces 5 dernières années), le championnat des anciens combattants de la F1. Et Cheever de s'imposer! Vas-y Eddie!

vendredi 11 août 2006

Sarah Fisher est de retour!

En IRL, ça va mal. Il y a deux ans, la série était à deux doigts de racheter sa rivale Champ Car, au bord du gouffre. L'IRL possède toujours les top teams, de nombreux "cadres" et les gros sponsors. En revanche, les dépenses sont supérieurs aux recettes.

Première conséquence: le calendrier passe d'une vingtaine à une quinzaine de meeting.
Deuxième conséquence: les "petits" souffrent. Andretti-Green et Rahal, qui avaient respectivement 4 et 3 voitures, veulent en enlever chacun une pour 2007. Chez Cheever, le patron est le seul à courir et encore, à mi-temps.
Les autres louent leur voiture à la course (d'où par exemple le retour de Stephan Grégoire à Indianapolis.) C'est ainsi que Sarah Fisher était au départ dans le Kentucky. La première "polewoman" (c'était ici-même en 2003) fait un come-back très médiatique. Une femme (Danica Patrick) au départ, c'est rare, alors deux...
Elle a fini 12e, mais elle compte revenir pour le final à Chicago. Bonne chance Sarah!

(pour plus d'infos, j'ai fait plus loin un post sur l'historique des femmes en Champ Car/IRL.)

jeudi 10 août 2006

Où l'on reparle de Baumgartner...

Szolt Baumgartner, vous vous souvenez?

Encore un pilote "rapide comme Crésus". Son père organise le GP de Hongrie et il a une idée: faire tourner son fils (qui joue alors les chicanes mobiles en F3000) le vendredi. Jordan accepte de lui prêter une voiture.
En 2003, Baumgartner tourne le vendredi en Allemagne et en Hongrie (à 1 millions de Dollars le tour!) A Budapest, Firman (titulaire Jordan) sort violemment et il le remplace pour la course, ainsi que le GP suivant (devenant le premier Hongrois en F1.)
Baumgartner n'est pas rapide, mais il est riche. Minardi lui offre un volant pour 2004 et il s'offre même un point.

Fin 2004, sa malette est vide. Donc fini la F1. A mi-2005, Friesacher n'a toujours pas payé sa Minardi. Le temps que Szolt aille au distributeur et Doornbos a déjà sorti le chéquier. Tant pis.

En fin de saison, Stoddart revend Minardi à Red Bull. Le démon de la course le reprend et il souhaite monter une écurie de Champ Car. Muermanns apporte Doornbos et Baumgartner devrait prendre le 2e baquet. Encore un pilote de pointe en Champ Car...

lundi 7 août 2006

Un peu d'eau...

Depuis le début de la saison de F1, on s'ennuie. En gros, après le premier pit stop, tout est joué et que ce soit Alonso ou Schumacher en tête, on sait qu'il l'emportera.

Dimanche, en plus, c'était le grand prix de Hongrie: un tracé digne d'une école de pilotage, où les voitures se suivent sagement à la queue-leu-leu jusqu'au damier (sauf Trulli, qui est trahis par sa mécanique tous les jours, même quand il va au supermarché.)

Et pour la première fois en 20 ans, il pleut! D'où la panique dans le peloton. Fisichella, Klien, Liuzzi, Raikonnen, Rosberg, Trulli, Webber et Yamamoto renoncent. C'est un festival de têtes-à-queue, de glissades, de visites des bacs à gravier. Pire, pour la première fois de la saison, Alonso doit abandonner. Même sanction pour son rival Schumacher! Les vieux briscards en profitent: Button, le Poulidor de service, s'impose enfin, devant De La Rosa, Heidfeld, Barrichello, Ralf, Kubica (finalement disqualifié), Massa et Schumacher, qui bénéficie de la disqualification du Polonais.

dimanche 6 août 2006

Talladega Nights

Un film parlant de sport automobile, c'est rare. Souvent, c'est un bide: entre le film pour puristes (style "Le Mans" et ses trois lignes de dialogue) et la comédie lourdingue (avec l'amourette uniquement là pour tenter d'attirer un public féminin), on est rarement bien servi.

Talladega nights nous parle de la Nascar. Un remake de Days of Thunder? Non, Talladega Nights nous la joue parodie avec un coureur nommé Ricky Bobby pas vraiment intello...

Il débarque sur nos écrans en octobre. Plus que 3 mois à attendre pour porter un jugement...

jeudi 3 août 2006

Le retour du grand blond à la chaussure rouge

Williams a annoncé son package 2007: moteur Toyota et paire Rosberg et... Wurz!
Vous avez bien lu, Alexander Wurz, l'actuel pilote d'essai.

Bref résumé: Wurz est un ancien champion de VTT. Passé sur 4 roues, il galère. Il s'impose aux 24 heures du Mans 1996, sur une Joest-Porsche et du jour au lendemain, les propositions pleuvent pour 97: le voilà pilote d'essai Benetton et pilote de course Mercedes en GT-FIA! A mi-saison, Berger s'éclipse et son compatriote de le remplacer au pied levé pour 3 courses. Titularisé en 1998, il subit le déclin de Benetton, qui se termine par un renvoie fin 2000. Devenu pilote d'essai McLaren en 2001, il a effectué un remplacement de Montoya. Après avoir rêvé d'une Jaguar ou d'une Red Bull, il échoue chez Williams, toujours comme cobaye en 2006, avec le dénouement que l'on sait...

Personnellement, je suis ultra-réservé. Cela fait 6 ans que Wurz n'a pas couru, or les retours après une longue absence sont rarement fructueux (cf les bides de Lammers en 1993, Dalmas en 1994, Moreno et Tarquini en 1995, Larini et Morbidelli en 1997, Zanardi en 1999, etc.) Est-ce que le grand (1,85m, un géant en F1) Wurz sert de moyen de pression sur Webber (du style "diminue ton salaire ou c'est la porte")?

A noter que longtemps, Wurz a porté une bottine rouge et une bleue. Il a hélas arrêté cela.