mardi 30 septembre 2014

Essai nouvelle Tatuus FR2.0, à La Châtre

2 jours après mon pneu crevé, j'étais à La Châtre. J'en étais malade ! Un délais de livraison des nouveaux pneus trop long et j'aurais du manquer ça!

Mais j'y étais.

C'est le genre de journée 100% plaisir. Déjà, il y a Laurent Fradon, le boss. Un homme qui gagnerait à être connu. Sans lui, La Châtre aurait été transformé en "centre international du romantisme" et il n'en resterait que des images sépia. Et on n'aurait jamais entendu parler d'Enzo Guibert, de Nelson Panciaticci, de Paul-Loup Chatin, de Simon Gachet ou d'Antoine Hubert. Bref, un bienfaiteur du sport auto.
En vedette américaine, il y avait le trio d'Alpine : Chatin, Panciaticci et Oli Webb. 3 mecs sympas. Je connaissais un peu les Français. Webb, je l'avais juste vu rouler en British F3, en 2010. Il avait d'ailleurs gagné, ce jour-là.

Il est un peu "vieille école anglaise", plus Tiff Needell que Jeremy Clarkson. Un Anglais francophile, globe-trotter sur les bords (il m'a d'emblée parlé de Macao et de Bakou.) Je l'imagine plus en blazer, tasse de thé à la main, dans un salon que du RAC, qu'à la raclette géante du Trophée Andros...
Et surtout, il y a le pilotage des toutes nouvelles Tatuus d'EuroFormula. Elles sont encore plus sauvages que les anciennes ! La boite séquentielle est un régal (alors que d'ordinaire, je préfère les boites manuelles.) Et puis, il y a le bruit, le vent, les "G" dans la courbe "course", la poussée à l'accélération... En gros, c'est comme des montagnes russes, sauf qu'on pilote le wagonnet !

A chaque fois que je monte dans une voiture de course, j'ai une panne de cerveau. J'ai beau essayer de me calmer, de me concentrer, de faire attention... C'est seulement en fin de journée que j'ai commencé à me lâcher. Et bien sûr, c'est lorsque le chrono devient correct qu'il faut rentrer aux stands.

Juste après, l'animatrice de Bein Sport voulait faire un vrai-faux départ, avec les pilotes Alpine. Ils se sont pris au jeu (euphémisme.) C'était grisant d'entendre les moteurs au rupteur. Le gag, c'est qu'ils ont plongé à 3 de front à "course"... C'est pas des compétiteurs pour rien ! L'animatrice en a eu pour son argent... N'empêche, j'aurais pas aimé être à sa place, avec 3 fou-furieux à mes côtés...

dimanche 28 septembre 2014

Pneu crevé

Non, ce n'est pas une image trouvé sur Google. C'est bien ma voiture. Heureusement, depuis, elle a eu un nouveau pneu avant gauche...

Dans les films, quand on pneu crève, la voiture part en tonneau. Dans Tintin au pays de l'or noir, les Dupond-t font exploser un pneu en le surgonflant.
En fait, un pneu crevé, ça ne ressemble pas à ça. Un pneu éclate non pas parce qu'il est surgonflé (il faudrait une sacrée installation pour ça), mais parce qu'il est sous-gonflé. Et bien sûr, ce n'est pas non plus un pneu de vélo : vous pouvez perdre de la pression, sans que ce soit visible à l'œil nu. De l'intérêt de contrôler ses pressions régulièrement pour détecter les anomalies.

Vous avez l'impression d'être sur des ornières, alors que la route est lisse comme un billard ? La voiture manque anormalement de reprise en cote ? Vous devez agripper le volant pour rester tout droit, alors qu'il n'y a pas un souffle de vent ? C'est peut-être un pneu crevé.
1) Le pneu dégonflé. S'il est juste légèrement percé, il faut le regonfler, puis filer au centre-auto le plus proche. Avec un peu de chance, on pourra vous réparer votre pneu et vous n'aurez même pas besoin d'en acheter un neuf. Bien sûr, si vous avez une roue de secours (ce qui n'est pas le cas de la MX-5), changez votre pneu préventivement. On n'est jamais trop prudent.
2) Le pneu à plat. Si, au moment du regonflage, vous entendez un sifflement, c'est alerte rouge ! Vous avez passé le point de non-retour. Vous devez vous arrêter immédiatement. Manque de pot, moi, ça m'est arrivé fin août. Le centre Speedy était fermé. La personne dans la station-service à côté ne parlait pas français (!) et j'étais à 30km de Paris. J'ai donc du rouler à petite vitesse, en espérant trouver un centre-auto ou quelqu'un qui puisse m'en indiquer un. Sinon, je pouvais appeler mon assurance... Non, je déconne.
3) Le pneu qui se déchire. Les ingénieurs ont bien bossé. Même à plat, vous pouvez rouler un peu. Au-delà de ce "un peu", le pneu chauffe et il commence à se déchirer. Conséquence : ça vibre (au point où j'en avais mal au cœur.) Heureusement, après 20km de calvaire (depuis le 2) ), j'ai trouvé un Norauto.
4) Le pneu éclaté. C'est logique, une fois que la bande de roulement a disparu, vous attaquez la jante. Par chance, je n'ai pas été jusque là.

samedi 27 septembre 2014

Porsche du coin de la rue

La station Esso près de chez moi distribue des petites voitures. Le truc est archi-connu : 1 plein = 1 miniature. En l'occurrence, il s'agit de Porsche. Ce qui me fait un peu mal, c'est qu'ils disent "avis au jeune pilote", sous-entendu "on va causer sportives" et ils montrent... Un Cayenne et une Panamera. Aaaargh ! C'est pas comme si Porsche n'avait jamais fait de modèles sportifs connus du grand public...

Pour être "NVB approved", ils ont habillé une petite fille en pilote... Avec la combi de Patrick Pilet !
Autre affiche, avec cette fois-ci un petit métisse. Moi, j'ai rien contre la "diversité". Le leader du championnat d'Europe de F3 s'appelle Esteban Ocon. Il doit pas avoir beaucoup d'aïeuls Gaulois, mais il est Français et il mène (largement) le classement, donc ça me va ! Idem s'il s'appelait Mohammed, Mamadou, Sophie ou bien qu'il soit né Julien et qu'ensuite, il soit devenu Julie... Tant qu'il est sur un podium et qu'il y a un drapeau tricolore sur la combi, je prends ! Florian Latorre, lui, il a carrément une grosse carte de France à côté de son nom.
Par contre, ce que j'aime pas, c'est les gens qui viennent pleurnicher. Les Danica Patrick et autres Susie Wolff qui traitent systématiquement leurs critiques de machos.

A propos de minorité, en 2012, je parlais des Asiatiques. A l'époque, ça faisait sourire. Et aujourd'hui, qu'est-ce qu'on voit ? Un Japonais a remporté l'Auto GP. Un Malaisien est vice-champion de F3 ATS. Un Chinois remporte le British F3. Un Thaïlandais est en tête de l'EuroFormulaOpen. Un Indien mène la F4 BRDC. L'air de rien, il y a toute une génération de pilotes Asiatiques qui débarquent. C'est une bonne chose car sans eux, certains championnats seraient mal (à commencer par le British F3.) Et ce n'est que l'avant-garde. Il faut laisser du temps à ces pilotes de gravir les échelons. Et demain, ils seront en F1...

mardi 23 septembre 2014

Dealership : Mazda près de Datsun

Vous vous souvenez du concessionnaire Datsun ? Et bien, à quelques centaines de mètres de là, il y avait un Mazda. Tout ce qu'il en reste, c'est cette palissade taguée. Là encore, à cause de la forme de la rue, je suis sûr que c'est lui.

Avant la MX-5, Mazda était un quasi-inconnu. Pour les gens, il faisait parti de ce magma qu'on appelait "les Japonais". Avec une pointe de dégout, comme on dit "Les Chinois", aujourd'hui.
Il était un peu loin de chez moi, donc je n'en ai pas beaucoup de souvenir.

N'empêche, grâce à ce Datsun et ce Mazda, j'étais un expert en marques japonaises !Comme tout les gamins, je chantais en yaourt. Et j'ai longtemps été persuadé que Mark Knopfler disait "Datsun way to do it/Money for nothing/Checks for free" et Catherine Ringer "Mais c'est la mode, qui t'a assassinée Mazda..."

dimanche 21 septembre 2014

MG B GT 74

Une drôle de MG B GT en plaques californiennes. Dans un orange très seventies (ça change du british racing green.) Au moins le propriétaire s'économise les "c'est une quoi ?" et autres "elle est de quelle année ?"

Côté MG, rien de neuf. La GT (dont cette B GT sert d'alibi) est dans les starting-blocks. Le SUV devrait bientôt suivre. Normalement, là, les ventes devraient décoller avec au minimum 100 000 unités par an (contre 50 000 actuellement.) On parle aussi d'un facelift pour la MG5 (afin d'accueillir le 1,4l turbo GM ?)
Côté MG UK, ils sont sortis de la marginalité. Mais la route reste très, très longue. Ils annonçaient un concept-car design pour cette semaine. En fait, c'était juste une MG3 avec quelques autocollants. Il n'y a pas eu de grosse annonce cette année. J'espère qu'ils créeront leurs MG3 Trophy et que la MG6 BTCC aura une descendante.

vendredi 19 septembre 2014

Parade

Il y a quelques semaines, j'ai croisé une série de véhicules. Ils rentraient d'une commémoration de la Libération, à Paris.

Sauf erreur, cette voiture est une Mercury.
En général, je n'aime pas trop les engins militaires. Ca doit être un héritage de mes parents pacifistes. En plus, étant né en décembre 1978, je suis de la toute première génération qui n'a pas fait le service militaire, ni les "3 jours". Je n'ai donc jamais eu de contacts directs avec l'armée. Et ça ne me "parle" pas. La seule exception, ce sont les avions de combats, qui m'ont toujours fascinés.

Qui sait, peut-être qu'un jour, une base militaire m'invitera à une journée porte ouverte et qu'ensuite, je serai un fan...
En soi, la guerre, ça a un côté romantique. Mourir pour sa patrie, c'est beau. Surtout lorsque c'est une patrie d'adoption.
Mais la réalité, c'est plutôt de patauger dans la boue, doigt sur la gâchette. Tuer pour ne pas être tué. Voir ses camarades tomber et se sentir coupable d'être toujours en vie. Ce n'est pas Call of duty !

Le seul point positif, c'est que les bureaux d'études phosphorent. Les moyens sont illimités. Penser hors des sentiers battus est une règle. La 2e guerre mondiale a ainsi apporté des développements sur les 4x4, le moteur diesel, l'injection, l'aérodynamisme, le radar, le scooter...

mercredi 10 septembre 2014

La Peugeot 404 de Nissan

Et à deux pas de l'ancien concessionnaire Datsun/Nissan/Seat, j'ai vu une... Peugeot 404. Ce n'est pas hyper logique, mais c'est toujours sympa de croiser une ancienne. En plus, j'aime bien les 404. Ca a un côté un peu sévère : "Non, chez Peugeot, on n'est pas des saltimbanques comme Citroën ! C'est carrosserie 3 volumes et propulsion. Pas de profil aérodynamique, pas de roue de secours sous le capot et de suspensions de vaisseau spatial !"

La 404 s'est mieux vendue, mais aujourd'hui, on se souvient davantage de la DS...

mardi 9 septembre 2014

Dealership : mise au vert edition

L'essai de la Datsun 240Z m'a fait remonter pas mal de souvenirs... Il y a bien sûr la 240Z blanche Majorette. Mais il y avait aussi le concessionnaire Datsun près de chez moi ! Eh oui, je suis assez vieux pour avoir connu des concessionnaires Datsun...

Donc, j'ai eu envie de revenir dans mon ancien quartier et voici donc le concessionnaire Datsun aujourd'hui. Oui, c'est cette espèce de terrain de gazon, délimité par des panneaux publicitaires. Je suis sûr que c'était là, car le carrefour a une forme très particulière.
A vue de nez, il y avait 200m² au sol. Le bâtiment était probablement un ancien pavillon, cerné d'une palissade en béton, avec un grand portail métallique. Pas de show-room. Il fallait passer le portail pour voir ce qu'il y avait à l'intérieur. Au moins, il était situé sur une avenue passante, entre le Nova (devenu depuis un Franprix) et une bretelle de l'A3.

Eh oui, c'était les temps héroïques de la voiture japonaise en France ! Les Nippons n'étaient pas "attendus". Donc, ils s'installaient là où on voulait bien d'eux!
J'habitais à 200m de là. Donc, je suis souvent passé devant (mais je rappelle qu'on ne pouvait pas voir les voitures de l'extérieur.) Je me souviens du moment où Datsun est devenu Nissan. La concession s'ornait de drapeaux "Nissan" et des calicots avaient été placés sur les anciens logos "Datsun".
Quelques années plus tard, c'est devenu un Seat. J'imagine que Nissan a voulu voir plus grand, plus beau. A contrario, Seat venait d'être lâché par Fiat. Avec la mort de Franco, l'Espagne n'était plus sous le coup d'un boycott. Fiat pouvait vendre en direct. Quant à Seat, il avait désormais le droit d'exporter. Donc lui aussi, il ne pouvait pas faire le difficile. C'était avant la reprise par Volkswagen...

Ensuite, j'ai quitté ce quartier. Donc je ne sais pas ce qu'il s'est passé. En tout cas, ça s'est fini par une disparition du concessionnaire et un rasage des bâtiments.

lundi 8 septembre 2014

Bric à brac

Juste à côté de la présentation de l'Opel Corsa, il y avait cette ancienne boutique. En vitrine, un tas de vieux jouets en fer, plongé dans la pénombre.

On aurait dit l'arrière-boutique d'un stand des Puces. Mais en plein Paris...

dimanche 7 septembre 2014

Présentation Opel Corsa

J'ai été invité à la présentation de la nouvelle Opel Corsa. En prologue du Mondial de l'auto 2014.

Cascada, Mokka, Adam et maintenant, Corsa. Opel met le paquet sur les nouveautés ! J'espère sincèrement que cette stratégie va porter ces fruits. Même si je pense que pour le très long terme, GM aurait mieux fait de garder Chevrolet. La marque a davantage de notoriété. Opel, comme la plupart des généralistes européens, souffre d'un manque d'image. C'est quoi, une Opel ? Quel est LE modèle qui a marqué l'histoire récente d'Opel ? On est loin de l'époque des modèles ambitieux comme la Calibra ou la dernière Omega.

Pour en revenir à la Corsa, elle a l'air d'être bien née. Je l'ai trouvée spacieuse et bien finie. Néanmoins, le problème actuel des citadines, c'est la cible. La Corsa A était toute seule dans la gamme. Elle visait à la fois les jeunes, les petits budgets, les femmes, ceux qui voulaient une 2e voiture, etc. Maintenant, l'Adam vise les urbains et les petits budgets. Le Mokka vise plutôt les femmes et ceux qui veulent une 2e voiture. La clientèle de la nouvelle Corsa (et des autres citadines), c'est donc "les autres acheteurs". C'est une clientèle par défaut : les flottes, les personnes âgées, les gens allergiques aux SUV... Bon courage pour les marketeux !

mardi 2 septembre 2014

Parking(s)

Une très belle Chevrolet Corvette C3, dans un parking souterrain. Je suis passé devant, mais il n'y avait pas de place à ce niveau. Je me suis garé au niveau inférieur, j'ai fait un étage à pied et je l'ai prise en photos !
Et une énième Mazda MX-5 NA rouge... Ma NC est plus puissante, mieux équipée, avec une meilleure position de conduite, un vrai toit pour l'hiver, etc. Mais j'avoue qu'en terme de ligne, il n'y a pas photo.

Ma NC, c'est une "voiture de célibataire". Tôt ou tard, je la remplacerai par une berline, avec 4 places et un vrai coffre. Alors, je regretterai ma NC. Jusqu'au jour où je ferai ma crise de la cinquantaine et je m'achèterai une NA. J'espère que j'en serai pas à porter une moumoute et à écouter du rap pour (me) convaincre que je suis encore jeune...

N'empêche, je ne suis pas fou où point de claquer tout mon argent dans ma voiture. Sinon, j'aurais peut-être une Porsche.
Trop de gens s'arrêtent à la valeur d'achats. Par exemple, une NA bien entretenue, c'est 10 000€. Certes, le prix des pièces coute un bras (merci Mazda.) Donc, vous pouvez réduire les coûts en faisant l'entretien chez des garagistes indépendants et en remplaçant le maximum de choses vous-même. Sauf que contrairement à une citadine, vous ne pouvez pas rouler dans une voiture pleine de bosses, avec un phare cassé et un pare-choc qui tient avec du chatterton ! Une voiture de sport doit être nickel. Donc, vous allez dépenser plus d'argent que d'habitude. En prime, par définition, les accidents sont imprévisible. Une pare-brise cassé, un pneu crevé, un embrayage mort... Si vous n'avez pas un minimum de cash sur votre compte, vous faites comment ? Et n'attendez rien des assurances ! Pour ma vieille Fiesta, j'étais au tiers. Le tiers, ça vous donne droit chaque année à un carré vert, à mettre sur votre pare-brise... Et c'est à peu près tout. Pour ma NC, je me suis dit "rien n'est trop beau, je prends du tout risque !" Naïvement, je pensais que "tout risque", c'était une assurance contre "tous les risques". Mais à chaque fois que j'appelle mon assureur, la réponse est "ce n'est pas dans votre contrat". Maintenant, je les appelle même plus ! Conclusion : je le redis, si vous voulez une belle voiture, prenez des marges dans votre budget...