mercredi 27 décembre 2006

Plus de Top Gear sur Le Blog Auto!

Sur le blog, on est payé au post. D'où la tentation de recopier les posts de Jalopnik et autres Yahoo!Autos. Mais le "pire", ce sont les videos. Un truc trouvé sur YouTube, un petit peu de texte et voilà un post!

Sur YouTube, il a quasiment toutes les saisons de Top Gear (disponibles par ailleurs gratuitement sur le site officiel de l'émission.) Top Gear est une émission géniale, où les 3 animateurs ont l'air d'avoir une totale liberté.
A chaque post (je me limite à 1-2 par mois, car il ne faut pas charrier), j'en profite pour enfoncer le clou en cassant du sucre sur les émissions françaises (Auto-Moto, Turbo...) Cela se termine en bataille de posts entre le fans de T.G. et les défenseurs de la télé française.

Mais hier, le grand schtroumpf du Blog Auto nous a envoyé un post pour nous dire d'arrêter de faire de la pub pour Top Gear, parce que Auto-Moto et Turbo, ils font ce qu'ils peuvent.

lundi 25 décembre 2006

Le cynophile, le post qui a tout démarré

Le problème de travailler pour Le Blog Auto, c'est que l'on a la tentation de faire du copier/coller de Jalopnik, Yahoo!Autos, etc. ou des "best of des video de YouTube".

Moi, j'essaye d'innover. J'ai eu l'idée des "brèves rencontres" pour parler de véhicules oublié ou méprisés. Puis j'ai eu envie de faire des "billets d'humeurs", façon édito.
Le premier porta sur une photo de 4x4 avec une couvre roue de secours ultra-kitsch avec 2 chiens et l'inscription "Nature et passion". J'ai reçu une avalanche de commentaires, parfois insultants (certains ont d'ailleurs cru que "cynophile" était un synonyme de "zoophile".) Miné, j'ai voulu en faire un deuxième et j'ai demandé l'avis de mes "collègues bloggeurs". Ils m'ont soutenu et depuis, j'ai rédigé d'autres posts.
Merci les gars. C'est bien de savoir que l'on est libre et surtout, que l'on vous soutient.

Je pense que certains lecteurs, trop habitués à la concensualité des médias auto, n'ont plus l'habitude de lire des articles sortant de l'ordinaire. C'est toujours drôle de lire des commentaires du style: "C'est sans aucun intérêt" ou "de quel droit dites vous ça?", sans oublier l'hilarant "c'est un article d'amateurs!"

jeudi 21 décembre 2006

Blog Corsa

Cela fait des semaines que je n'ai pas posté... C'est vrai aussi que Le Blog Auto me prend pas mal de temps.

Justement, aujourd'hui, j'ai posté un article sur le Blog Corsa. C'est un blog publicitaire où 8 bloggeurs racontent de manière gentillette comment c'est super-sympa de rouler en Corsa (Opel leur a prêté une Corsa à chacun.)

En fait, depuis 2, 3 jours, entre bloggeurs du LBA, on se refilait le bébé, genre "qui n'en veux?"
C'est marrant depuis que j'ai posté mon article, 6 ou 7 des 8 bloggeurs d'Opel m'ont écrit pour me dire que: "Non, ils sont super-indépendants et censuré à 0%. Et puis d'abord, ils ont été recruté parce qu'ils n'y connaissent rien aux voitures, comme ça, ils n'ennuiront pas les lecteurs avec des propos techniques. Que non, leurs posts ne sont pas niais. D'ailleurs, il y en a un qui a critiqué le vide-poche (!)" Ensuite, j'ai eu l'auteur du blog qui m'a dit que j'étais méchant, que la Corsa c'est une super voiture et ça, les millions d'acheteurs le savent bien et que le blog c'est une idée super-innovante d'Opel. Et lui aussi a juré qu'il n'y a pas de modérateur sur le Corsa Blog...

Le plus rigolo, c'est que depuis ce matin, il n'y a qu'eux qui réagissent...

dimanche 3 décembre 2006

Caradisiac nous copie!

En novembre j'ai écris 63 articles pour Le Blog Auto. C'est trop. Au bout d'un certain temps, c'est presque une drogue: il me faut mes deux articles quotidien, d'où la consultation frénétique de Jalopnik ou de Yahoo! autos à la recherche d'un sujet potable.

Justement, la dernière rumeur diffusée sur le Google group des pigistes du blog, c'est que celui de Caradisiac nous copie.
C'est vrai que tous les blogs ont les mêmes sources: communiqués de presse, sites officiels, etc. Mais là où il franchit la ligne blanche, c'est lorsqu'il fait du copier/coller.
En regardant le blog en question, je n'ai trouvé aucune copie d'un de mes articles (à part un post sur "Danny Ongeas, premier black en F1", qui semblait me répondre à mon "Le jour où la F1 passera à la couleur.") Dois-je être content de ne pas m'être fait spolié? Ou dois-je être déçu du fait que mes articles ne sont pas assez bons pour être copié?

mercredi 29 novembre 2006

Un moment de solitude

Vu ce matin, sur la matinale de Canal+. Il est 7h33, la journaliste "info" a présenté l'ensemble des titres et il lui reste du temps pour un sujet "insolite". Des images défilent: une monoplace argent, sur un plateau, avec une mannequin à bord, puis deux mécanos qui soulèvent le capot (arrière) pour laisser paraître un splendide moteur V16.
Problème: la journaliste a perdu son papier. Leon Marcadet tente de l'aider: "C'est la voiture de Trintignant? C'est une Renault?" Visiblement, aucun des 4 présentateurs ne connaît quoi que ce soit en voiture. C'est pathétique. Ils ne voient pas le gros logo noir "Auto-Union" à l'avant? Finalement, la journaliste retrouve son papier: la voiture date de 1939 et doit être vendue aux enchères. Prix attendu: 11 millions d'Euros.

mardi 21 novembre 2006

Une Alfa Spider, une Corvette ZR1, mais probablement pas de Dodge Charger

Les livres, c'est sympa, mais ça ne paye pas le loyer. Donc, ce n'est pas mon activité professionnelle principale.

Je suis acheteur dans une PME de l'est parisien. Je vois défiler tous les jours des fournisseurs et leurs catalogues sont rarement sympathiques. Chez l'un des mes fournisseurs, pour illustrer sa présence dans différents secteurs, il y a sur sa couverture une photo d'habitacle d'un Boeing (727?), un F18 Hornet et une... Corvette ZR1 (?) Et à l'intérieur, pour la présence "automobile", c'est une bonne vielle Alfa Spider (celle à propulsion, avec le 2,0l QV.) J'ai toujours adoré le look de cette voiture, malgré ses pare-chocs disgracieux...

Dans un article sur Le Blog Auto, l'un des chefs évoque le fait qu'il conduira la Dodge Charger Oly Express. Si l'autre chef est le 1er pilote, qu'est-ce que je deviens? Réponse de l'intéressé: le volant sera attribué en priorité aux ex-pilotes de la voiture. Sinon, il faut avoir un sponsor, une licence FIA, être rapide et s'entendre bien avec l'équipe. En bref, comme d'hab', je suis le 15724524e sur la file d'attente...

mercredi 15 novembre 2006

Essayer la Cadillac BLS, mission: impossible

Juin 2001: mon ex-employeur (situé à 80km de mon domicile) me réembauche (en intérim.) Jusqu'ici, je louais des voitures au mois chez Ada. Evidement, après leur escroquerie, j'étais brouillé avec eux. Devant trouver rapidement une voiture pas cher, j'achète une Fiesta 1,1CL de 1988 avec 39 000km au compteur (!)

Par la suite, j'ai toujours été "à deux doigts" d'un CDI. La Fiesta, c'est sympa, mais moi, j'aime les voitures qui ont de la "gueule", les mécaniques nerveuses, les intérieurs suréquipés... Mais évidement, pourquoi changer de voiture alors que je n'avais aucune visibilité professionnelle (donc financière)?

Septembre 2006: ça y est, j'ai enfin un CDI. Je vais pouvoir (bientôt) changer de voitures. Pendant ces 5 ans, j'avais songé successivement à une Peugeot 206, une Nissan Primera, une BMW série 3 Compact, une Mini Cooper S, une Fiat Barchetta, une Toyota MR-S, une Mercedes SLK, une Mitsubishi Colt CC et... Une Cadillac BLS. Pourquoi pas? J'ai toujours eu un faible pour les Américaines.
Problème: comme tous les constructeurs, Cadillac juge à la tête du client. Et moi, à 28 ans et avec ma Fiesta de 1988, je n'ai pas l'air "sérieux". Lorsque la BLS fut lancée, j'ai postulé pour un essai. J'attends toujours la réponse. En avril, je me suis ensuite inscrit sur la mailing list et au salon de l'auto 2006, j'ai laissé mes coordonnés à une hôtesse. En novembre, enfin, Cadillac m'écoute et me conseille... D'envoyer un courriel ou d'appeler leur call center. J'ai logiquement opté pour la solution téléphonique. Bilan: un appel à l'étranger (avec un tarif non précisé, bravo M. Cadillac), 5 minutes de conversation avec une hôtesse visiblement non-francophone et la promesse... D'une mise en contact avec un concessionnaire. Bref, devant une telle volonté, j'irais voir ailleurs si on accueille mieux les types de 28 ans qui roulent en Fiesta de 1988 et viennent de décrocher un CDI.

jeudi 9 novembre 2006

Basil Shaaban, le nouveau protégé d'Ecclestone

Le but de ce blog, ce n'est pas d'évoquer les dernières infos d'Alonso ou de la Scuderia Ferrari (il y a des 1 000 000 de blogs là-dessus), mais d'évoquer d'autres pilotes, d'autres teams, d'autres séries...

Bref, après Steve Ott et Ho-Pin Tung, voici un autre espoir du sport auto: Basil Shaaban. Bernie Ecclestone a régulièrement des "protégés": des pilotes a caser absolument en F1, parce qu'ils intéresseraient les téléspectateurs. Mr E a ainsi poussé De La Rosa en 1999, pour attirer les Espagnols devant leurs télés.
Désormais, il vise le Moyen-Orient. Il y a déjà un grand prix à Bahrein, mais cela manque de pilote, ne serait-ce qu'un pilote d'essais "à la Midland". Il soutient donc ce pilote Libanais et lui a souhaité bonne chance en GP2... Alors que Shaaban ne vise que la F3 Britannique!
Il faut dire que (comme d'hab'), le poulain a un palmarès plutôt mince: à 26 ans (age canonique en F3), il peut se vanter d'une victoire en Formule Ford GB en 2004, de quelques courses d'A1 GP en 2005 (meilleur résultat: 11e) et d'une 4e place en F3 GB (dont il a disputé une demi-saison) en 2006. Ca sent le futur candidat de F1rejects...

mardi 7 novembre 2006

Loeb, comme Alonso

De même qu'Alonso ne fut pas un champion 2006 flamboyant, Loeb ne s'est pas vraiment battu pour son troisième titre.
Le plateau est triste à pleurer: 2 Ford officielles (pour Gronholm et le revenant Hirvonen), 2 Subaru (P. Sollberg et Atkinson/Sarrazin), 3 vieilles Xsara plus ou moins privées (Loeb et les second couteaux Pons et Sordo), une pelleté de gentlemen-drivers (H.Sollberg, Stohl, Matthew Wilson...) et de bons pilotes contraints de jouer les privés (Pannizi, Galli, Duval...)
Sur la piste, Loeb raffle tout. Gronholm est le seul à rester dans ses rétroviseurs, tandis que les Subaru pataugent. A 4 points du titre, Loeb se casse le bras. Allait-il perdre le titre bêtement, comme Pironi ou Vatanen en leurs temps? Là, cela devint pathétique: Kronos incapable de trouver un intérimaire valable (perdant ses chances au championnat pilotes) et Gronholm commettant l'irréparable en Australie (perdant ses chances pour le titre pilote.) Loeb est le premier pilote triomphant sur une voiture privée depuis Vatanen en 1983.
Au moins, l'avantage lorsque l'on tombe aussi bas, c'est que les choses ne peuvent qu'être meilleures en 2007!

vendredi 27 octobre 2006

Ferrari: la fin d'une ère?

5 titres pilotes, 6 titres constructeurs, une centaine de victoires... Le bilan affiché par la machine de guerre de Jean Todt est impressionnante. Mais après 13 ans de service, l'age se fait ressentir: après Schumacher, c'est au tour du tacticien Ross Brawn et du motoriste Paolo Martinelli de faire leurs valises. Quant à Rory Byrne, il ne vient pointe plus qu'à mi-temps à Maranello. Nul doute que Badoer et Todt devrait bientôt faire de même...

Chaque homme-clef a son suppléant, recruté en interne. Massa a ainsi succédé à Barrichello et Aldo Costa à Byrne. Mais Costa a montré ses limites et il a fallu rappeler Byrne. Que vaudront les remplaçants de Brawn et Martinelli? Autre futur sujet d'inquiétude pour Raikkonen: la Scuderia était construite autour de Schumacher, comme l'était Benetton en son temps. Or, lorsqu'Alesi a succédé au kaiser chez Enstone, en 1996, il a du ramer, car l'édifice s'effondrait...

Fin de saison

Ca y est, la saison de F1 est terminée. Dernier podium, dernière conférence de presse... Cosworth, Michelin, Schumacher, Yamamoto et (je l'espère) Monteiro ne reviendront pas en 2007.
Comme il faut bien s'occuper (et remplir des magazines), c'est la porte ouverte aux rumeurs. Hamilton ou De la Rosa chez McLaren? Klien, Monteiro ou Doornbos chez Spyker/MF1? Davidson chez Super Aguri? Qui sera le 3e pilote Toro Rosso? Reste le nouveau jeu des transferts avec un an d'avance (cf. Montoya en 2004 et Alonso en 2005.) Il y a également les opérations de promotions et les tournages de pub (l'occasion de voir tel ou tel pilote dans une situation insolite.) C'est également la saison des interview, de quoi distiller des phrases assassines (et l'habituel ping-pong qui suit.) Puis, les F1 2007 se dévoilent, lors de conférences de presse où le ton est très optimiste (euphémisme.) Sur la piste, il y a ceux dont les moteurs cassent comme du verre (McLaren...) et ceux qui signent des chronos canons (avec une monoplace en dessous du poids autorisé), les fameux "champions d'intersaison (un sport où excellait Ferrari avant Todt et qui est désormais la spécialité de Honda.)

Voilà le programme de ces 6 prochains mois...

mercredi 25 octobre 2006

Bye-bye Schumacher

Depuis 12 ans, qu'on l'aime ou pas, Schumacher est l'épicentre de la F1. Un autre pilote ne remportait pas une course, il "battait Michael Schumacher".
La saison 2006 fut presque la saison de trop. Au printemps, Massa a du mal à enfiler le costume de Barrichello. Face à Alonso, solide leader, Schumacher en fait trop, notamment à Monaco où il bloque grossièrement l'Espagnol aux essais.
L'été est rouge. Massa a changé d'ingénieur et peut désormais aider son leader. Alonso et Renault, sûres de leur avance, a déjà levé le pied.
L'automne est un mauvais vaudeville. Renault a réagi maladroitement à la remonté des Ferrari et se prend les pieds dans le tapis. Pendant ce temps, Schumacher entretient un vrai-faux mystère sur son départ en retraite. La Scuderia dérape également. En Hongrie, Schumacher zigzague pour rester devant De La Rosa. Au Japon, alors qu'il est favori, l'Allemand voit partir son moteur (et ses espoirs de titre) en fumée. Au Brésil, une crevaison le condamne à une remontée d'anthologie. Il termine 4e; pas de podium pour le futur-ex.

Entre l'un qui a joué à l'épicier dés mai et l'autre digne de Satanas dans les fous du volant, la saison 2006 fût morose. Parmi la trentaine de champion du monde de F1, seuls Hawthorn, Stewart et Prost ont su partir avec un titre en poche. Les autres (sauf Rindt, mort avant d'avoir eu sa couronne) ont commis le péché d'orgueil de croire qu'ils auraient pu avoir un titre de plus.

vendredi 13 octobre 2006

Un Red Bull à la retraite

On va parler football pour une fois! L'ex-bleu Youri Djorkaeff (champion du monde 1998 et d'Europe 2000) raccroche le maillot. Star avant 1998, Djorkaeff fut ensuite détrôné par Zidane. 8 ans plus tard, il terminait sa carrière chez les "New York Metropolitan" (une équipe du peu médiatique championnat US) devenue "New York Red Bull" début 2006.

Car Red Bull, non content de posséder 2 teams de F1 (plus bientôt un team en Nascar) et de sponsoriser des voitures en WRC (Skoda), en DTM (Audi), en GP2, en Euro F3, en WSR, etc. La marque sponsorise également divers sports extrêmes et s'est offerte un club de foot aux USA!

Si avec ça, il y a encore des gens sur terre qui ne connaissent pas cette boisson (illégale en France), c'est qu'ils habitent un coin paumé...

mardi 10 octobre 2006

Landwind: bientôt à l'essai.

Mon article sur les constructeurs Chinois présents au Mondial de l'auto n'a pas plu à tout le monde. On me reprochait notamment de me moquer de la production de l'empire du milieu.

Pour prouver ma bonne volonté, j'ai contacté Landwind et Great Wall (les 2 constructeurs présents) et le premier cité m'a invité à un essai presse "en fin d'année".

A suivre donc...

lundi 9 octobre 2006

Super Aguri-mania

A Suzuka, "Super" Aguri Suzuki avait un sourire jusqu'aux oreilles du vendredi au dimanche (même lorsque Yamamoto a du renoncer?) Surtout qu'à l'applaudimètre, il battait largement Honda et Toyota.

Pour l'occasion, il a ressorti sa Lola/Lamborghini LC90 de l'écurie Larrousse. Ici même, en 1990, il terminait 3e (devenant le premier Japonais à monter sur un podium, le second étant... Takuma Sato, à Indianapolis, en 2004 avec la BAR/Honda.) Il devint une star dans l'archipel et obtint même un jeu video à son nom.

Plaisir solitaire

Cette photo a un peu un côté Remy-sans-ami: Takuma Sato, tout content, debout sur sa monoplace et tous les autres (pilotes, commissaires de piste...) qui ne le regardent pas.

Si "Taku" est si heureux, ce n'est pas à cause du résultat brut (avant-dernier), c'est parce qu'à domicile pour lui et son équipe, il a vu le drapeau à damier. Toute l'équipe était d'ailleurs massé devant le muret de la pit-lane lorsqu'il passa devant le starter.
Aguri Suzuki aime a rappeler que son équipe est inscrite au Japon, alors que Toyota possède une licence allemande et Honda une licence anglaise (même si c'est l'hymne japonais qui a été joué lorsque Button s'est imposé en Hongrie...) Super Aguri est donc la première équipe japonaise depuis Hoshino et Kami F1 dans les années 70...

Certes, on pourrait rappeler que Sato, Suzuki et Yamamoto sont les rares Japonais du team. Que l'équipe est basée à Leafield (GB), sur les ruines de TWR-Arrows, dont elle reprend l'usine et le personnel (à commencer par Daniele Audetto, le N°2 des deux teams.) La "SA05" n'était qu'une Arrows de 2002 maquillée. L'actuelle "SA06" dispose d'un nouveau châssis, mais en dérive étroitement. Enfin, n'allons pas gacher leur bonheur...

mercredi 4 octobre 2006

La Dodge Charger Oly Express: mon premier volant?

Lors de l'interview de Patrick Lemarié sur Le Blog Auto, j'apprends que ce blog engagera une Dodge Charger en championnat d'Europe d'endurance ancienne. Pour info, il s'agit de la réplique d'une voiture de Nascar ayant couru au Mans au milieu des années 70.
J'ai postulé comme pilote et surprise, ils m'ont pris! A moi les frissons de la course en peloton! A moi le Nurnburgring (le petit), Spa (le petit), Nogaro et Monza!

Hélas, il faut un budget. 5000€ par pilote et par course + 25000€ de caution... Bref, si vous souhaitez sponsoriser un jeune pilote plein d'avenir, contactez-moi.
(Il y a évidement un dossier de sponsoring avec les emplacements sur la voiture et leurs prix...)

mardi 3 octobre 2006

B.... en Chine

Deuxième course sous la pluie de la saison de F1, le grand prix de Chine fut paradoxalement plutôt calme (si on excepte les pirouettes de ceux qui avaient chaussé trop tôt des pneus "sec".)
Pour les trois premiers, c'était plié dés le début du troisième run: Alonso a mal géré ses pneus dans le second run et il se retrouve trop loin de Schumacher. Quant à Fisichella, il était, comme d'habitude, un ton en dessous de son leader.
Par contre, de la 4e à la 7e place, rien n'est joué. Heidfeld déboule dans le dernier virage suivi par Barrichello, Button et De La Rosa (dans cette ordre) et des écarts de l'ordre du micron. Sato et Albers, à un tour, ne les voient pas. Du coup, boum! Barrichello ne peut éviter l'Allemand, qui valse près du mur. L'Anglais et l'Espagnol se faufilent, suivi par le Brésilien et le pilote BMW, qui repart bien trop tard. Pour un virage, il passe de la 4e à la 7e place. Quelle déveine...

Patrick Lemarié: au secours, il revient!

Je n'ai rien contre lui, de ce que j'ai vu de lui à la télé, il a l'air sympa. Ce n'est donc pas un Bouchut ou un J. Beltoise bis... Son problème, c'est qu'il est à l'arrêt. Donc, à l'instar de Deletraz, quand on le voit dans un baquet, on se dit: "C'était le seul gars disponible?"

Enfant, il passait ses vacances d'hiver au Québec, juste à côté du chalet des Villeneuve. Jacques et lui feront les 400 coups et une amitié indestructible naîtra.
Vainqueur de "Marlboro recherche un pilote", il court en Formule Ford, puis en F3. Suite à la loi Evin, il part aux USA. En Formule Atlantique, il retrouve Jacques Villeneuve et les bagarres sur la piste son chaude. Après une année d'Indy Light, il retourne en Europe. Il court ensuite en F3000 (j'ai pu le voir en vrai à Magny-Cours 1996) durant 2 saisons. Palmarès: 0 victoire depuis la Formule Ford.
La création de BAR autour du tandem Villeneuve-Pollock lui permet de trouver un volant de cobaye, en 1999. Bouillon était plus rapide, mais Lemarié a des relations... Dans Auto Hebdo, sûr de lui, il prétend intéresser des écuries de F1 et viser un poste de titulaire...
En 2002, Pollock est viré et Villeneuve, marginalisé. Exit la F1 en fin de saison. "Goldfish" se recycle en ChampCar en fondant "PK" avec Kevin Kalkhoven. Lemarié est intronisé pilote. Trop lent, il est viré à mi-saison et Gordon Kirby, le chroniqueur de la série, veut le payer pour être sur qu'il ne revienne jamais!

Aujord'hui, Patrick Lemarié serait en contact pour devenir pilote Lamborghini en FIA GT3. Et le pire, c'est qu'il risque d'obtenir le volant...

dimanche 1 octobre 2006

WSR Le Mans, la course que j'ai failli voir

Ca commençait plutôt bien: un collègue de travail m'offre deux entrées gratuites pour voir les World Series Renault au Bugatti, les 30 septembre et 1er octobre. Lui, son truc, c'est plutôt la bécane, il a ces billets gratuitement, alors comme il sait que j'aime les voitures...

Voir des Renault sur un circuit, il y a mieux, mais bon, au prix où je les ai payé... En plus, depuis le DTM à Magny-Cours en 1996, je ne suis plus allé voir une course.

D'habitude, les week-ends, je ne fais quasiment rien à part regarder Ca se dispute sur i-Télé. Mais là, tout avait lieu ce week-end! Donc, j'ai passé le dit-week-end à Paris. Snif, snif.

mardi 26 septembre 2006

Anthony Davidson, marronnier de la F1

A chaque automne, Anthony Davidson est sur la "shopping list" d'une écurie de F1 et chaque hiver, il rempile comme pilote d'essai de BAR/Honda (devenue Honda "tout court" cette année.) Comme quoi, Bourdais et Montagny ne sont pas les seuls à galérer...

Le pilote anglais eu pourtant de bons débuts: vainqueur du Formula Ford Festival 2000, vice-champion de F3 anglaise (juste derrière son équipier Takuma Sato) 2001...
Il devient pilote d'essai BAR dans la foulée. En 2002, il casse sa tirelire pour courir 2 grands prix chez Minardi (le temps que Yoong apprenne à appuyer sur la pédale de droite.)
Fin 2004, Jordan est rachetée par Midland et Trevor Carlin (son boss en F3) devient N°2 du team. Carlin veut Davidson... Mais Schnaider (le N°1) veut Monteiro et sa malette remplis d'Euro.
En 2005, en Malaisie, il remplace Sato. En fin d'année, c'est le "Buttongate N°2". Williams annonce que Davidson sera son "plan B" si Button ne vient pas... Et finalement, il signe Rosberg Jr.

Cette année, c'est Super Aguri, déçu (euphémisme) par Iide et Yamamoto qui souhaite engager le rouquin... Aura t'il plus de chance cette fois?

lundi 18 septembre 2006

Ho-Pin Tung, c'est un nom difficile à retenir, mais retenez-le quand même

Dans les années 80, on a vu des Japonais débarquer en F1 et si aujourd'hui, c'était le tour des Chinois?

L'un des plus sérieux espoirs s'appelle Ho-Pin Tung. Sino-Néerlandais, qui maitrise également l'anglais, le français et l'allemand (Nico Rosberg est battu.) Vainqueur du championnat asiatique de Formule BMW en 2004, il décroche un test sur Williams/BMW, en levée du GP de Chine.
Depuis, il court en championnat Allemand de F3 et il s'est imposé à un meeting de la fin.

Un nom à retenir, donc...

lundi 11 septembre 2006

Les noirs en monoplace: 3, Lewis Hamilton (GB)

Comme beaucoup d'autres pilotes, Hamilton débute en kart à l'age de l'école primaire. Il y gagne tout et se fait remarquer par Ron Dennis, le patron de McLaren.
En automobile, il continue sur sa lancée et devient meilleur rookie de la F3 Euroseries 2005 avec ASM. Dans la foulée, ART, écurie satellite d'ASM, lui offre un baquet en GP2 pour 2006. En l'espace d'une saison, Hamilton lance une OPA sur la discipline, multipliant les coups d'éclat.
Titré dans l'avant-dernier meeting, Hamilton est logiquement surveillé de près par McLaren, où il mérite largement sa place. Va-t-il débuter dés la fin de saison? Où bien va-t-il d'abord être pilote d'essai en 2007 avant un volant en 2008?

Les noirs en monoplace: 2, Jason Watt (DK)

Pour Jason, tout commence bien: vainqueur du Formula Ford Festival 1994, les patrons d'écuries de F1 le suivent avec attention. Il court ensuite en DTM, où il rivalise sans complexe avec les Larini, Ludwig, Nannini, Reuter, Schneider, Stuck et autres Tarquini.
En 1997, le DTM étant K.O., il court en F3000. Une banque danoise, Den Bla Avis, pousse Super Nova à créer une écurie soeur pour lui. Si Watts y accroche des victoires, il n'est pas assez régulier pour remporter le titre. Du coup, il voit ses équipiers Zonta et Montoya, titrés, courir en F1, alors qu'il doit redoubler, puis tripler en F3000.
En 1999, le prince Malik, un Nigérian, devient co-actionnaire d'Arrows et promet un test à Watt, afin qu'il y est un black en F1. Hélas, ce sera l'une de ses nombreuses promesses non-tenues. Cette année-là, Heidfeld effectue un cavalier seul en F3000. Son dauphin à mi-saison, Rodriguez, se tue en CART. Watt dépassera l'infortuné au classement et devient vice-champion.

Pour fêter cela, il effectue une séance photo pour un magazine danois, où il roule en moto. Il se crashe avec et devient hémiplégique. Très courageux, Watt court 6 mois plus tard, en tourisme et en ELMS, grâce à un kit à adapter sur sa voiture de course.

Les noirs en monoplace: 1, Willy T. Ribbs (USA)

Les noirs sont extrêmement rares en sport automobile.

A ma connaissance, Willy T Ribbs est le premier noir à accéder à la monoplace. En interview, il se vantait qu'à ses débuts, en championnat anglais de Formule Ford, il s'est imposé face à Mansell. De retour aux Etats-Unis, il court en Trans-Am, où il devient un spécialiste de la discipline. On le voit également en IMSA et à bord d'une Brabham, le temps d'un test.
En 1991, ayant tout gagné en Trans-Am, il tente sa chance en Indycar. Bill Cosby monte une écurie pour lui et les médias célèbre le premier Afro-américains qui disputent les 500 miles d'Indianapolis. Hélas, après 3 saisons sans résultat, il retourne en Trans-Am.
En 1997, l'IRL, en mal de star, lui offre un volant pour une course. Mais à 40 ans, il n'a plus la motivation et ne disputera pas de 2e course. On le voit ensuite en Nascar Truck.

Ayant désormais raccroché son casque, il s'essaye au tir sportif.

vendredi 8 septembre 2006

Encore un team de Champ Car!

Dernier entrant en date pour 2007: le team PCM.
Papa Figge alignait une Atlantique pour son fiston (le brun à gauche), avec succès. Fin 2004, Figge Jr. cherche un volant en Champ Car et faute de budget, il reste sur le banc de touche. Les Figge père et fils s'exilent en ALMS, puis en Grand-Am, toujours sous la bannière PCM. C'est là qu'ils rencontrent Ryan Dalziel (le blond à droite), Ecossais qui a également couru en Atlantique et tenté sa chance en Champ Car (une course en 2005 chez Dale Coyne, la pire équipe.)
En 2007, donc, PCM engagera deux Panoz en Champ Car pour Figge Jr et Dalziel.

Ce n'est pas Penske et personne ne connaît ces deux pilotes, mais au moins, la grille de Champ Car se remplira un peu plus...

mercredi 6 septembre 2006

Politiquement incorrect

Je ne comprends pas la politique Turc. Régulièrement, ils font des gestes qui heurtent les sensibilités européennes (sur les Kurdes, la non-reconnaissance du génocide arméniens, Chypre, les droits de l'homme...) Alors, soit:
a) Les dirigeants turcs ont un petit pois dans le cerveau et à aucun moment, ils ne réfléchissent à la portée de tel acte.
b) Ils jouent l'intégration dans la C.E. à la sauce sado-maso (façon campagne de Seguin à la mairie de Paris), en torpillant tout seul leurs chances.
c) Ils se disent que de toute façon, quoi qu'ils fassent, on les acceptera dans l'Europe, donc autant en profiter.

Le lien avec le sport auto? Il a lieu au Grand Prix de F1 de Turquie. La personne qui remet la coupe à Felipe Massa est le "président" de la République Turque de Chypre du Nord (une république bananière contrôlée par Ankara, seul état à le reconnaître.) Vif émois dans le république Chypriote (du sud, seule reconnue internationalement et par ailleurs membre de l'U.E.), qui y voit une provocation: s'il est présenté comme président d'un état, le dirigeant chypriote turque serait ainsi reconnu de fait par la communauté internationale.
La FIA se rappelle alors qu'elle est apolitique (quand ça l'arrange), donc la présence du dirigeant chypriote turque, en tant qu'acte politique est une infraction. D'où menace de suppression du GP de Turquie 2007, mais également des épreuves de WTCC et de WRC. A suivre...

lundi 28 août 2006

Dutch Connection

Décidément, Midland fait plus parler de lui à la case "rumeurs" qu'à la case "exploits".

Dernier ragot en date: Midland serait convoité par un groupe néerlandais composé de Lost Boys (ça, ce n'est pas neuf) et de Spyker. La firme batave (dont le nom est un hommage à une firme du début du XXe siècle, en photo) propose des GT à moteur moteur Audi.

Et comme en 2008, l'achat de châssis sera possible en F1, on parle d'une Ferrari rebadgée!

dimanche 27 août 2006

Jabouille, Massa, même combat!

Dijon, 1979: Pour Jean-Pierre Jabouille, ce fut un sacerdoce. Les essais avec "l'Alpine-Renault A500" en 1976. Les grands prix avec la Renault RS01, en 1977, qui s'arrêtent le vendredi soir, sur non-qualification. "Le turbo, ça ne marchera jamais." Jabouille lui-même a donné des coups de crayon et enfin, avec la RS03, le Turbo s'impose, à domicile. Hélas, pour le "grand", sa victoire est éclipsée par l'incroyable duel Arnoux-Villeneuve, qui se double et se redoublent jusqu'au drapeau à damier. Le Quebecois aura le dernier mot et la médaille d'argent.
Istanbul, 2006: Pas facile de débuter tout en succédant à Raikonnen chez Sauber et d'être Brésilien (donc "successeur de Senna" pour tout un peuple.) Trop de pression. Bilan: des voitures froissés et un patron excedé. Heureusement, Ferrari veille sur lui. Il muri comme cobaye de la Scuderia en 2003, avant de se faire réembaucher par Sauber pour 2004-2005. Puis la Scuderia lui offre une voiture. Il collectionne les podiums et apprend à laisser gagner Schumacher, même quand il est plus rapide. En Turquie, Alonso s'est intercalé entre les deux Rouges. Massa a le champ libre pour s'imposer. Hélas, l'histoire retiendra la bagarre Schumacher-Alonso dans les derniers kilomètres, pour le gain de la 2e place, à l'avantage de l'Espagnol.

Pourquoi y a t'il toujours des troubles-fête?

Ecuries en voie de disparition

Après Jaguar (2004), BAR, Jordan et Minardi (2005), ce sont aujourd'hui 3 écuries de F1 qui devraient changer de pavillon en 2007.
- McLaren (à gauche) est la 2e plus vieille écurie et la 2e plus titrée (à chaque fois derrière Ferrari.) Mais qui se souvient des monoplaces oranges de la fin des années 60? Où des aventures en Indycar et au Mans? Pour beaucoup, les monoplaces rouges et blanches étaient des "Marlboro". Et aujourd'hui, on parle de "Mercedes-Benz". C'est justement ce nom-là qu'elles devraient prendre. McLaren rejoint donc Brabham, BRM, Cooper, Lotus, March et Tyrell au cimétière des grandes écuries. Ron Dennis, qui fut mécano de Rindt à 18 ans, va prendre sa retraite après 40 ans dans les paddocks!
- Sauber (milieu) fut encore plus discrète. Arrivé gràce à Mercedes-Benz, l'écurie survecu à un changement d'alliance, mais navigua en milieu de peloton. Peter Sauber refusa de vendre à son sponsor Red Bull. Mais fin 2005, il se décide à vendre à BMW, l'inflation des budgets le condamnant. Il fallait alors parler d'écurie "BMW-Sauber". En 2007, ce sera BMW "tout court".
- MF1 (à droite) fut l'une des écuries les plus ridicules depuis Prost GP. Un obscur oligarque Russo-Canadien à la barre qui souhaitait créer une grande équipe avec Dallara. Il rachète finalement Jordan fin 2004 et peu après, on découvre que ses poches sont trouées. En 2006, la première "MF1" sera sans doute la dernière. On a évoqué un groupe de Russes menés par Eddie Irvine, puis la piste Alfonso De Orléans-Bourbon, finalement, ce sera probablement Lost Boys qui convaincra Alex Schnaider d'arrêter de se faire du mal.

vendredi 25 août 2006

Le sport auto Hollandais

Mes derniers post parlaient surtout de monoplaces US... Retour en Europe, avec une démo le week-end dernier à Rotterdam. Jos Verstappen n'a pas laissé un grand souvenir en F1 (10 ans de carrière avec des années sabbatiques, une dizaine de points et 2 podium), mais il reste un demi-dieu en Hollande.

A Rotterdam, il a fait une démo dans les rues avec son A1GP (voiture orange) aux côtés du manager du team Holland, le toujours jeune Jan Lammers (voiture noire), qui se partage désormais entre LMES et Grand Prix Masters. Etait également présent (mais à pied) Huub Rothengatter, éphémère pilote de F1 et surtout manager de "Jos the boss". Curieusement, pas de trace des Néerlandais Christijan Albers et Robert Doornbos.

Après des tartines sur l'apparition de Verstappen, le journaliste chauvin nous signale dans les 2 dernières lignes que Monteiro et Rosberg étaient également présents avec leurs F1 respectives...

Antonio Pizzonia, le retour

"jungle boy" (il est né à Manaus, une grande ville sur le fleuve Amazone) fait parti de ces pilotes souriant, prompts à blaguer, mais hélas pas très rapide.
Cobaye de Williams 2001-2002, il est prété à Jaguar en 2003. Bilan: 0 points et la porte au 2/3 de la saison. Redevenu essayeur Williams, il joue les interimaires: en 2004 avec des points à la clef, pour remplacer Ralf et en 2005, après qu'Heidfeld ait fait les frais du divorce avec BMW, sans convaincre.

En fin de saison, il dit: "Un statut de titulaire ou je m'en vais." Williams engage Rosberg Jr. Il tente de monter une opération avec son compatriote Bernoldi et des sponsors brésilien pour faire du team Rocketsport en ChampCar, le "team Brasil". C'est tout seul qu'il dispute la première manche, avant d'apprendre que Nicky Pastorelli (ex-futur cobaye de Midland) a été plus rapide pour sortir son chéquier et que le team Brasil est mort-né.

A Montréal, Pizzonia reviendra, pour une course, chez Rocketsport, tout en rêvant d'un volant à temps plein en 2007...

mercredi 23 août 2006

'sont fous ces anglais

Mesdames, imaginez le pire: vous trouvez le prince charmant, il vous fait monter dans sa Ferrari, il met le contact et là, horreur, vous entendez le "claclaclaclac" d'un bon vieux HDI Pigeot... Car cette 360 Modena est en fait une réplique sur base 406 Peugeot (donc moteur et roues motrices à l'avant)!

On a vu des Cox grimées en Rolls ou en 911, des Countach amphibies, des F40 basées sur des MR2 ou des Pontiac Fiero. Et donc, aujourd'hui, une 360 Modena, signée "Extreme Sportscar" (qui signe également une F355 sur base MR2.)

Intéressé? Vous pouvez acheter le kit pour £6000, ou demander à Extreme Sportscar de la monter (£10000), voir d'attendre que quelqu'un en mette une en vente! En plus, le fabricant nous dit qu'ainsi grimée, votre voiture à £20000 (il faut compter £10000 pour un coupé 406 d'occasion) en vaut £30000!

Seul problème: ce délire comme seuls les Grand-bretons en font n'est pas homologué en France...

Sacré Roberto Moreno: on le fout à la porte, il revient par la fenêtre!

Depuis un quart de siècle, ce Brésilien est un ovni dans le sport automobile. Jovial, mais pas très rapide et sans sponsor, il aurait du avoir raccrocher son casque depuis longtemps, sauf que "Puppo" sait rebondir quoi qu'il arrive!
Au début des années 80, comme n'importe quel pilote Sud-américains, il s'installe en Grande-Bretagne où il court en F3, puis en F2.
Première joie en 1984: Lotus lui offre 2 courses de F1 sur la voiture d'un Mansell accidenté.
1985-1986: il retraverse l'Atlantique et tente sa chance en CART, sans succès.
1987-1988: retour en Europe, en F3000... Il remplace Pascal Fabre chez AGS (obtenant le premier des 2 points jamais obtenu par le constructeur en F1), fin 1987. Il obtient le titre de F3000 en 1988!
1989-1990: Pilote Coloni en 1989, il obtient un volant l'année suivante chez Eurobrun, mais fini la saison chez Benetton, suite à l'accident de Nannini. Au Japon, la disqualification de Senna permet la victoire de Piquet et la 2e place de son équipier, Moreno! Briatore ne l'aime pas et l'année suivante, à Monza, il laisse son baquet à un certain Schumacher... Moreno est néanmoins au départ de la course, dans l'ancienne Jordan de Schumacher et il finit la saison chez Minardi!
1992-1994: après avoir fait parti de la (mes)aventure Andrea Moda, il se reconverti en tourisme. En 1994, faute de voiture, il retourne au Karting!
1995: Il effectue un improbable comeback en F1 chez Forti, où Diniz et lui terminent bon derniers.
1996-1999: il rebondit en CART, 10 ans après sa dernière saison dans la discipline! Sans volant début 1997, on le croît grillé. Il remplace Christian Fittipaldi (encore un accidenté)chez Newman-Haas. Désormais, Moreno joue les pigistes de luxe et devient "Super-sub". Fittipaldi encore victime d'accident en 1998 et 1999? Il le remplace! Mark Blundell indisponible en 1999? Il le remplace! En 1997, Wurz débarque en F1 et ne peut terminer sa saison en FIA-GT, Moreno prend sa Mercedes! En 1999, une monoplace d'IRL se libère? Moreno la prend!
2000-2003: à 40 ans bien sonné, il obtient enfin un volant à plein temps en CART. En 2000, il s'offre même 2 victoires! Sans volant en 2002, il en trouve un en 2003, mais se retrouve à la rue en fin de saison, faute de sponsor.
2006: il refait surface! Paul Dana (IRL) s'étant tué, Moreno dispute une course avec sa voiture. Et devinez qui vient de tester la toute nouvelle Panoz de Champ Car? Manquerait plus qu'il fasse un come-back, car Nelson Philippe n'était même pas né lors de ses débuts dans la série...

vendredi 18 août 2006

Des nouvelles de la Formule Atlantique

En GP2, il y a 2 pilotes vus brièvement en F1: Gimmi Bruni (ex-Minardi en 2004) et Timo Glock (ex-Jordan en 2004.) Maintenant, imaginez qu'un Ralf Schumacher ou qu'un Jacques Villeneuve "redescende" en GP2 faute de volant en F1. Incroyable, non?

C'est pourtant ce qui se passe en Formule Atlantique: à 36 ans, Alex Barron, faute de volant en Champ Car et en IRL décide de retourner dans la catégorie où il a triomphé 10 ans plus tôt! Pour l'ex-pilote AAR-Eagle, Penske et Cheever, ça devait être une promenade de santé.
Résultat: à mi-saison, Barron raccroche, faute de résultat. C'est dire le niveau des Simon Paguenaud, Richard Phillipe, Graham Rahal, Andreas Wirth et autres Steve Ott...

Son remplaçant? Ronnie Bremer (photo), 3e de la Formule Atlantique 2004 et pilote à mi-temps en Champ Car 2005! Pourquoi tant de "vieux" en Atlantique? Il faut savoir que le vainqueur se voit offrir 2 millions de dollars, de quoi convaincre un team de Champ Car (alors que ces dernières années, l'Atlantique faisait plutôt figure de voie de garage.)

mercredi 16 août 2006

Paul Tracy: 100% antipathique

Paul Tracy, c'est le genre de pilote que les Américains adorent (même s'il est Canadien): le pied droit en plomb, une grande g...., une grosse tête... Mais un cerveau minuscule. Depuis une douzaine d'année, il écume le CART, devenu Champ Cart depuis. Avec des hauts (son titre 2003, ses 30 victoires) et beaucoup de sorties de route, de voitures détruites et de prises de becs.

Cette saison, il n'est que 6e du classement, avec 2 podiums, alors que d'aucun voyaient en lui le rival N°1 de Bourdais. En plus, son équipier chez Forsythe, A.J. Allmendinger aligne les podiums depuis son arrivée au tiers de la saison et joue le titre.
A San Jose, P.T. envoie valser Alex Tagliani. Celui qui fut son équipier jusqu'à début juin veut s'expliquer avec lui dans les stands. Tracy lui envoi un direct du droit... Alors que le l'autre est encore casqué. (bilan: des doigts écrasés, un avertissement des officiels et 2 preuves que Tracy ne risque pas d'avoir une migraine.)
15 jours après, à Denver, c'est au tour de Bourdais d'être victime de Tracy. Là encore, explication dans les stands.

Dans d'autres disciplines, on renverrait Tracy chez lui, le temps qu'il se calme. Sauf que depuis l'accident de Da Matta et la fin du budget de Kasemets, il n'y a plus que 16 voitures au départ (impossible d'en supprimer une de plus.) Tracy s'en gosse: "Ils ne feront rien alors que la prochaine course a lieu à Montréal (et sans Tracy, les spectateurs risquent de bouder l'épreuve.)" Sanction finale: des points en moins.

Cheever fever!

Décidément cet Américain possède un parcours atypique. Dans la lignée des Phil Hill, Gurney, Ginther (et aujourd'hui Speed), il s'exile très tôt en Europe: F3 anglaise, puis F2 à la fin des années 70. Il décroche un volant en F1, mais durant sa dizaine d'année de présence, il ne réussit pas à s'imposer (même lorsqu'il est équipier de Prost chez Renault en 1983.)
En 1990, il retraverse l'Atlantique pour courir en Indycar. Il est le premier pilote de Chip Ganassi, mais toujours pas de victoire. Lors de la scission CART/IRL en 1996, il choisit l'IRL. Bonne pioche: à 40 ans passé, il remporte enfin des victoires majeures en monoplace, dont les 500 miles d'Indianapolis 1998! Pilote/propriétaire d'écurie, il résiste à l'arrivée des top-team fuyant le CART (Ganassi, Penske, Rahal...) Au passage, fin 2002, il raccroche son casque.
En 2006, les temps sont durs. Son sponsor (Red Bull) est parti et le team Cheever frôle la faillite. Cheever remplit les caisses avec un team de Grand-Am et faute de budget pour un pilote d'IRL... Il reprend lui-même le volant!

Le week-end dernier, Cheever courrait en GP Masters (alors qu'en théorie, les participants doivent n'avoir fait aucune course en monoplace ces 5 dernières années), le championnat des anciens combattants de la F1. Et Cheever de s'imposer! Vas-y Eddie!

vendredi 11 août 2006

Sarah Fisher est de retour!

En IRL, ça va mal. Il y a deux ans, la série était à deux doigts de racheter sa rivale Champ Car, au bord du gouffre. L'IRL possède toujours les top teams, de nombreux "cadres" et les gros sponsors. En revanche, les dépenses sont supérieurs aux recettes.

Première conséquence: le calendrier passe d'une vingtaine à une quinzaine de meeting.
Deuxième conséquence: les "petits" souffrent. Andretti-Green et Rahal, qui avaient respectivement 4 et 3 voitures, veulent en enlever chacun une pour 2007. Chez Cheever, le patron est le seul à courir et encore, à mi-temps.
Les autres louent leur voiture à la course (d'où par exemple le retour de Stephan Grégoire à Indianapolis.) C'est ainsi que Sarah Fisher était au départ dans le Kentucky. La première "polewoman" (c'était ici-même en 2003) fait un come-back très médiatique. Une femme (Danica Patrick) au départ, c'est rare, alors deux...
Elle a fini 12e, mais elle compte revenir pour le final à Chicago. Bonne chance Sarah!

(pour plus d'infos, j'ai fait plus loin un post sur l'historique des femmes en Champ Car/IRL.)

jeudi 10 août 2006

Où l'on reparle de Baumgartner...

Szolt Baumgartner, vous vous souvenez?

Encore un pilote "rapide comme Crésus". Son père organise le GP de Hongrie et il a une idée: faire tourner son fils (qui joue alors les chicanes mobiles en F3000) le vendredi. Jordan accepte de lui prêter une voiture.
En 2003, Baumgartner tourne le vendredi en Allemagne et en Hongrie (à 1 millions de Dollars le tour!) A Budapest, Firman (titulaire Jordan) sort violemment et il le remplace pour la course, ainsi que le GP suivant (devenant le premier Hongrois en F1.)
Baumgartner n'est pas rapide, mais il est riche. Minardi lui offre un volant pour 2004 et il s'offre même un point.

Fin 2004, sa malette est vide. Donc fini la F1. A mi-2005, Friesacher n'a toujours pas payé sa Minardi. Le temps que Szolt aille au distributeur et Doornbos a déjà sorti le chéquier. Tant pis.

En fin de saison, Stoddart revend Minardi à Red Bull. Le démon de la course le reprend et il souhaite monter une écurie de Champ Car. Muermanns apporte Doornbos et Baumgartner devrait prendre le 2e baquet. Encore un pilote de pointe en Champ Car...

lundi 7 août 2006

Un peu d'eau...

Depuis le début de la saison de F1, on s'ennuie. En gros, après le premier pit stop, tout est joué et que ce soit Alonso ou Schumacher en tête, on sait qu'il l'emportera.

Dimanche, en plus, c'était le grand prix de Hongrie: un tracé digne d'une école de pilotage, où les voitures se suivent sagement à la queue-leu-leu jusqu'au damier (sauf Trulli, qui est trahis par sa mécanique tous les jours, même quand il va au supermarché.)

Et pour la première fois en 20 ans, il pleut! D'où la panique dans le peloton. Fisichella, Klien, Liuzzi, Raikonnen, Rosberg, Trulli, Webber et Yamamoto renoncent. C'est un festival de têtes-à-queue, de glissades, de visites des bacs à gravier. Pire, pour la première fois de la saison, Alonso doit abandonner. Même sanction pour son rival Schumacher! Les vieux briscards en profitent: Button, le Poulidor de service, s'impose enfin, devant De La Rosa, Heidfeld, Barrichello, Ralf, Kubica (finalement disqualifié), Massa et Schumacher, qui bénéficie de la disqualification du Polonais.

dimanche 6 août 2006

Talladega Nights

Un film parlant de sport automobile, c'est rare. Souvent, c'est un bide: entre le film pour puristes (style "Le Mans" et ses trois lignes de dialogue) et la comédie lourdingue (avec l'amourette uniquement là pour tenter d'attirer un public féminin), on est rarement bien servi.

Talladega nights nous parle de la Nascar. Un remake de Days of Thunder? Non, Talladega Nights nous la joue parodie avec un coureur nommé Ricky Bobby pas vraiment intello...

Il débarque sur nos écrans en octobre. Plus que 3 mois à attendre pour porter un jugement...

jeudi 3 août 2006

Le retour du grand blond à la chaussure rouge

Williams a annoncé son package 2007: moteur Toyota et paire Rosberg et... Wurz!
Vous avez bien lu, Alexander Wurz, l'actuel pilote d'essai.

Bref résumé: Wurz est un ancien champion de VTT. Passé sur 4 roues, il galère. Il s'impose aux 24 heures du Mans 1996, sur une Joest-Porsche et du jour au lendemain, les propositions pleuvent pour 97: le voilà pilote d'essai Benetton et pilote de course Mercedes en GT-FIA! A mi-saison, Berger s'éclipse et son compatriote de le remplacer au pied levé pour 3 courses. Titularisé en 1998, il subit le déclin de Benetton, qui se termine par un renvoie fin 2000. Devenu pilote d'essai McLaren en 2001, il a effectué un remplacement de Montoya. Après avoir rêvé d'une Jaguar ou d'une Red Bull, il échoue chez Williams, toujours comme cobaye en 2006, avec le dénouement que l'on sait...

Personnellement, je suis ultra-réservé. Cela fait 6 ans que Wurz n'a pas couru, or les retours après une longue absence sont rarement fructueux (cf les bides de Lammers en 1993, Dalmas en 1994, Moreno et Tarquini en 1995, Larini et Morbidelli en 1997, Zanardi en 1999, etc.) Est-ce que le grand (1,85m, un géant en F1) Wurz sert de moyen de pression sur Webber (du style "diminue ton salaire ou c'est la porte")?

A noter que longtemps, Wurz a porté une bottine rouge et une bleue. Il a hélas arrêté cela.

lundi 31 juillet 2006

Viva Las Vegas

"Viva Las Vegas" est un de ces films qu'Elvis tournait à la chaîne durant les années 60. Comme d'hab', Elvis cherche à draguer une fille (ici, Ann Margaret) et il chante régulièrement. A la fin, il dispute une course qui sert de prétexte au film avec des effets spéciaux dignes de Fast and Furious III (par ex, la Ferrari 250 GT du rival qui se transforme en XK120 lorsqu'elle fait un tonneau.)

En fait, si je vous parle de ce film, c'est parce que mon dernier livre se passe également à Las Vegas. Si vous voulez en savoir plus, allez ici.

Et le Champ Car?

GP d'Allemagne, 24h de Spa et donc, en lever de rideau WSR (FIA-GT) et GP2 (F1), voilà un week-end estival plutôt chargé!

Du coup, personne ne parle de Champ Car. Il y avait pourtant une course ce week-end à San José. Notre Sebastien Bourdais national, privé de victoire depuis 3 courses, renoue avec les lauriers et conforte son avance au championnat. Nelson Philippe est 4e.

Moins de chance en formule Atlantique où Simon Pagenaud et Richard Philippe terminent dans l'anonymat du peloton. Heureusement pour l'ami de Bourdais, ses principaux rivaux se sont également emmêlés les pinceaux et il garde les commandes du championnat.

Dernière nouvelle de San José, c'est la présentation du châssis 2007, à savoir la Panoz DP01/Cosworth. Dans la foulée, une équipe de Formule Atlantique, le "Galles Racing" annonce sa participation au Champ Car 2007, de quoi garnir un peu les rangs...

dimanche 30 juillet 2006

Voilà l'été...

C'est l'été, le sport auto fait relâche en attendant septembre. Du coup, Auto Hebdo et Sport Auto nous refilent des "guides d'essai des sportives", des "visites d'usines" et des "enquêtes sur les projets secrets des constructeurs".

L'autoroute du Sud et celle du soleil affichent complet. Avec l'inévitable reportage de TF1 sur les radars automatiques et beaufland, avec sa BMW 518i achetée avec 300 000km au compteur, qui nous explique que s'il s'est fait flashé, c'est parce que sa voiture est trop rapide. De quoi verser de l'eau au moulin des ayatollahs qui prétendent que toutes personnes roulant à plus de 131 km/h est un irresponsable et un tueur d'enfants en puissance.
L'été, s'est le moment où les quilles, balais-routes et autres palissades, fleurissent... Par contre, on ne voit jamais d'ouvrier. Votre autoroute préférée y perd au moins 2 voies, au milieu desquels roulent des motards, poignée en coin. Et si, par malheur, vous déboitez, on vous engueule: à cause de vous, il vient de perdre au moins 3 secondes sur son chrono du grand prix du pâté de maison. Et pendant ce temps, ma pauvre Fiesta, martyrisée par une hystérique incapable de maitriser son A3, est engluée dans les bouchons où elle chauffe, chauffe...

Fast and Furious III: Tokyo drift

Après 2 épisodes aux USA, Fast and Furious traverse le Pacifique pour nous faire découvrir le monde du drift. Au menu, évidement, des voitures tunnées, des dérapages pas toujours contrôlés, des courses-poursuites et des mega-boites. Je n'avais pas vu les deux premiers, j'avais des appréhensions sur le troisième, mais je dois reconnaître qu'on ne voit pas passer les 2 heures de film.

Reste les défauts: scenario qui tient en une page, personnages très bas de plafond, acteurs "Japonais" en fait Coréen ou Chinois, yakusa d'opérette, dialogues inexistants, images de synthèse digne d'une production albanaise... Et à la fin, unique morceau d'humour, le bandeau pour nous expliquer qu'il ne faut pas faire ça en vrai.
Autant dire que les cinéphiles vont hurler. Les autres rangeront le DVD édition méga-collector entre leur collection de GTI Mag et les photos prises samedi soir dernier sur le parking de Parinor 2.

dimanche 23 juillet 2006

Steve Ott: le chançard de la formule Atlantique

La Formule Atlantique, c'est la F3 US avec des meeting en levé de rideaux du Champ Car. A l'instar de son aîné, la discipline réussit bien aux Français avec Simon Pagenaud (pote de Bourdais) solide leader et Richard Phillipe (petit frère de Nelson) qui apprend très vite.

La Formule Atlantique, c'est aussi le conte de fée de Steve Ott. Natif du middle-west, il écumait les épreuves de SCCA (nos trophée fédéraux) en ligue "Montagnes Rocheuses" (!), en Mazda Miata, puis en Formule Ford et enfin en Formule Atlantique. Les résultats sont là, mais, coup classique, les poches de Ott sont troués. Reconverti moniteur de l'école de pilotage du circuit de Houston à 25 ans, il n'y croyait plus.
Or, le Champ Car (et la Formule Atlantique) se produisent à Houston en 2006. L'école de pilotage loue une voiture au Jensen Motorsport pour Ott, histoire qu'il serve d'homme sandwich. Pour ses débuts "nationaux", il parti 23e et passa le drapeau à damier en 7e position. Jensen et l'école de pilotage trouvent un accord pour 3 courses de plus. 3 courses (et un podium) plus tard, Ott pense qu'il va rentrer définitivement à Houston, lorsque Newmann Wachs (écurie co-dirigé par Paul Newman, par ailleurs co-propriétaire de l'écurie de Bourdais) lui offre un volant gratuit pour le reste de la saison! Et voilà comment un simple moniteur d'école de pilotage devient pilote à plein temps! J'en connaît qui en rêverait n'est-ce pas MM. Caballe, Guinand, Nicole...

Got Lolas?

A cause des retraits (Eagle, GoodYear, Mercedes-Benz, Reynard...) et des départs vers l'IRL (Honda, Toyota...), le Champ Car est devenu de fait une discipline monotype: châssis Lola, moteurs Cosworth et pneus Bridgestone. Ce n'est pas pour déplaire aux organisateurs qui ont décidé d'entériner ce fait avec des appels d'offre pour la fourniture exclusive du plateau 2007.
Unique changement, les châssis seront signés Panoz (par ailleurs co-fournisseurs des châssis IRL avec Dallara.) Rejeté alors qu'il s'était présenté, Lola fait la grise mine et traîne la patte pour fabriquer des pièces. En plus, Carl Haas (importateur Lola aux USA et par ailleurs co-propriétaire des l'écurie de Bourdais) freinent les achats, histoire d'éviter la montagne de stock invendable fin 2006. Du coup, en Champ Car, c'est la pénurie et dés qu'un pilote frôle les murs (ici, Tracy), les patrons d'écuries blanchissent. Surtout qu'avec 18 voitures, c'est pas vraiment l'affluence. Du coup, au moindre accident le samedi, les organisateurs font eux-mêmes la tournée des équipes pour chercher des pièces de rechange et éviter une grille de départ à 15 ou 16 voitures!

mercredi 19 juillet 2006

Direxiv, la fin avant le début?

Depuis un an, Direxiv faisait beaucoup parler d'elle...

Acte 1: McLaren rêvait depuis longtemps d'avoir son "Junior Team" en F1. Le projet "Bahrein F1", né en 2004, est presque mort-né. L'affaire redécolle à mi-2005 avec une mystérieuse société japonaise, Direxiv.

Acte 2: Lorsque la fédération annonce que les candidats du championnats du monde 2008 doivent se faire connaître dés 2006, cela veut dire que ceux qui veulent monter en F1 (Prodrive, GP Engineering, Trevor Carlin...) devront se battre pour la dernière place libre (il y a un numerus clausus de 12 écuries.) Direxiv affute ses armes: Jean Alesi (proche de Mercedes-Benz et connu au Japon) est recruté comme "responsable sport auto" de Direxiv (sans abandonner son volant DTM) aux côtés de la directrice Misato Haga (photo.) En parallèle, Direxiv devient le sponsor du David Price Racing en GP2 (l'une des rares écuries capable de construire un châssis) et accessoirement, l'un des sponsors de Art, toujours en GP2, de McLaren en F1 et d'une écurie en GT Japonaise.

Acte 3: la 12e place en F1 échoit à Prodrive. Un accord Direxiv-McLaren-Prodrive est engagé, sans succès. Tout s'écroule et on parle de faillite de Direxiv.

Direxiv rejoint donc la liste des sponsors feu de paille de la F1 (Essex, Leyton House, Moneytron, Shannon Racing...)

mardi 11 juillet 2006

Franck Montagny: une de plus!

Pour Montagny, chaque grand prix risque d'être le dernier. In extremis, Super Aguri lui prolonge son intérim pour son grand prix national. Aguri Suzuki trouve que Sakon Yamamoto est encore trop vert. Le gag Iide l'a vacciné contre le côté "un pilote Japonais à tout prix".

Encore un week-end pour nous expliquer qu'il a fait "presque aussi bien que Sato".