vendredi 29 juillet 2011

Alfa Giulietta au Fiat Motor Village

Une Alfa Romeo Giulietta (l'ancienne, pas l'actuelle) Sprint 1900.

J'adore aller au Fiat Motor Village: ils ont toujours de belles voitures. A la limite, lorsque je vois ces voitures, j'ai un sentiment d'amertume envers Fiat.
Lorsque Giovanni Agnelli faisait sa fameuse tirade sur la taille critique des constructeurs, c'était dans le sens: "Nous, on va atteindre cette taille et les autres vont mourir." A la fin des années 70, Fiat est présent aux quatre coins du monde, y compris sur des marchés difficile d'accès ou qui n'intéressent pas les autres (Europe orientale, Brésil, Inde, Corée du Sud...) Dans les années 80, la Uno était la deuxième voiture la plus vendue en Europe. Mais depuis, Fiat est un éternel convalescent. Sa gamme (et celles d'Alfa et Lancia) se limite aux segments A et B, au dessus, il n'y a que des vieilleries en fin de carrière. A l'étranger, il s'est fait bouffer par les Japonais et les Coréens (dont Kia, qui a démarré en assemblant des 124...) Son retour en Inde avec Tata est un bide. En Chine, le démarrage de la co-entreprise avec GAC est sans cesse retardée...
Les optimistes diront qu'avec Chrysler, ils se complètent. La firme au pentastar est en effet surtout présente aux Etats-Unis et elle est spécialisée dans les moyennes et les grosses cylindrées.
Le problème, c'est que l'un et l'autre ont de grosses difficultés financières. Et comme cela dure depuis des années, ils n'ont pas pu faire beaucoup de recherche. OK, Fiat à le Multiair, mais ils en sont où, côté hybrides et électriques?

En bref, il faudra attendre 3 ou 4 ans pour voir les premiers modèles développés en commun. Espérons que cette alliance vivra davantage que Daimler-Chrysler ou GM-Fiat...

jeudi 28 juillet 2011

Une Jaguar XJ12

Pour moi, la XJ série 2 est LA Jaguar. Celle de Cyanure dans un album de Spirou et Fantasio (on a les références que l'on peut.)

En plus, celle-ci est équipée d'un V12...

Triumph Spitfire

Pendant plus de 5 ans, il y a eu 0 Triumph sur ce blog. Puis, j'en croise une et... 15 jours plus tard, j'en croise une deuxième!

Malheureusement, elle était de l'autre côté de la rue, en plein trafic. Je n'en ai donc vu que quelques bouts. N'empêche, la couleur et les pneus à flancs blancs sont assez étonnants pour une voiture de la fin des années 70.

Pour les fans de Triumph, je vous conseille deux conducteurs du jour: celui avec une Spit' et une Cox cabrio abandonnées et celui avec une rutilante TR6.

Une Jaguar XJ-S

Vue sur les Champs Elysées, une Jaguar XJ-S cabriolet. Ca, c'est une voiture qui a de la classe!

Elle est très mal garée, mais comme elle est en plaques CD...

mercredi 27 juillet 2011

Peugeot 3008 HYbrid4

Un 3008 HYbrid4 vu chez Peugeot, sur les Champs Elysées.

Il faut croire qu'en matière de voitures propres Françaises, il y a un concours de ridicule.
D'un côté, vous avez Renault et son "vous allez voir, Flins n'est pas mort! il va produire plein d'électriques." Et puis de l'autre, il y a le gag Hybrid4 chez Peugeot.

Il faut se souvenir qu'en 2007, la marque au lion avait présenté une 308 hybride diesel FAP avec 4 roues motrices (2 roues motrices par moteur.) Ah ça, Toyota pouvait aller se rhabiller! Peugeot, pionnier du diesel hybride!
Sauf que la 308 HYbrid4 de série, on l'a attendu. 2008... 2009...
Lorsque j'ai assisté à la présentation du nouveau logo Peugeot, début 2010, ils parlaient cette fois de 3008 HYbrid4. Les représentants du constructeurs étaient formels: ils allaient le sortir dans les prochains mois.
Un an et demi après, il en est toujours à la pré-série! Et le plus rigolo, c'est que les fans-boys continuent d'y croire: "Ne te moque pas! Il y a le RXH! Peugeot va être le champion de l'hybridation!"

Mouais, j'ai plutôt l'impression qu'ils s'acharnent dessus, parce qu'un chef de projet influent en a fait une affaire personnelle. Le risque c'est de créer une technologie orpheline, incapable d'évoluer ensuite vers le tout électrique.
Et si 4 ans après le premier proto dévoilé publiquement, Peugeot n'est toujours pas capable d'industrialiser sa trouvaille, on peut avoir des doutes sur ses capacités d'ingénierie. Là, c'est du niveau GM...

Une Peugeot 504 cabriolet

Décidément, je croise beaucoup de 504, ces derniers temps! Après le coupé, voici logiquement le cabriolet.

En hors sujet, un hommage à Jean-Louis Mathieu, un grand journaliste auto. Lorsque j'ai débuté au Blog Auto, j'ai reçu un mail de lui. Je pensais: "Ca y est, je suis une célébrité! Il va peut-être me proposer un job dans un magazine!" En fait, il fallait juste savoir si je connaissais l'identité de "Mustang66".
A part ça, il commentait de temps en temps mes articles "historiques".
J'avais beaucoup de respect pour cet "ancien" et ça me fait donc de la peine qu'il parte. Dans mon panthéon personnel, seuls Johnny Rives et les Bellu père et fils sont encore de ce monde. C'est triste de se dire qu'on ne pourra pas rencontrer les journalistes qui m'ont fait vibrer lorsque j'étais petit.

mardi 26 juillet 2011

Une Scirocco

Pendant longtemps, les Volkswagen des années 70-80 (hors Cox) étaient justes bonnes pour le tuning sauvage et les primes à la casse. Petit à petit, on commence à les conserver.

Lors du retour du nom "Scirocco", VW a un peu gonflé l'importance de l'ancien modèle. Honnêtement, il n'a pas laissé de grands souvenirs.

Une affiche...

L'autre jour, en me promenant, je suis tombé sur cette affiche très "Zemmourienne".

Elle est truffée de symboles très manichéens:
- D'un côté, le mal, incarné par un... mâle. C'est un être égoïste, dans sa bulle, qui ne pense qu'à écraser le champignon, dans cette paisible ville de banlieue, au mépris de la sécurité (et accessoirement, de environnement.)
- De l'autre, le bien, incarné par une femme. Elle a un enfant, ce qui la responsabilise. Elle tient compte des générations futures et on note qu'elle sourit. On peut supposer qu'elle va promener tranquillement son enfant et profiter du paysage.
En bref, on a le soudard et la gentille mère responsable. Après ça, essayez d'être du côté de l'homme...

Le message aussi est simpliste et vu maintes fois: vitesse=accident de la route.

Le problème, c'est que les gens ont inversé l'équation: accident de la route=vitesse. Vous avez vu des campagnes sur le téléphone au volant? Sur les gens qui se garent en double-file (ce qui crée des situations très dangereuses) sur les carrefours et les rues étroites? Sur ceux qui changent de file sans mettre de clignotant? Sur ceux qui surchargent leurs voitures? Non. On ne se préoccupe que de trois choses: la vitesse, la vitesse et la vitesse.
Comme si l'objectif ce n'était pas de réduire le nombre de morts, mais davantage d'émasculer les conducteurs.

Bonus: le drapeau à damier signifie "terminé". Un drapeau jaune (danger), rouge (arrêt immédiat), voir noir (exclusion) aurait été plus approprié. Mais bon, on ne va pas demander à l'auteur du dessin de réfléchir...

lundi 25 juillet 2011

Tour de France: 3. fin de course

Troisième et dernière partie des voitures du Tour de France.

Juste après le peloton, il y avait plusieurs VW Eos grimmées en ambulances. C'est la première fois que je vois des ambulances cabriolets!

En même temps, au Tour, une voiture médicalisée, elle est là pour transporter la glacière avec les ampoules et les seringues dedans...

La voiture-balais; un Crafter. Je m'attendais à ce qu'il y ait un balais dessus, comme dans Les triplettes de Belleville!

En tout cas, c'est une belle leçon pour le Grand Prix de France. Quand on dit, il n'y a pas de sponsors et pas de subventions en France. En fait, il n'y a pas de fric pour la F1! Les Jeux Olympiques, l'Euro ou le Tour de France, là, il y a des sponsors! Et lorsque l'argent manque, ils savent bien agiter la tirelire devant le ministère de la jeunesse et des sports! Et franchement, en terme de fédération sportive tentaculaire, au fonctionnement et à la gestion très opaque, l'UCI, le CIO et la FIFA/UEFA n'ont rien à envier à la FIA!
En bref, le Grand Prix de France, c'est avant tout un délit de sale gueule. Patrick Tambay se bat contre des moulins à vent...

Tour de France: 2. Peloton

Suite des voitures du Tour de France 2011! Après la caravane publicitaire, voici le peloton.

La caravane est passée vers 13h40. A 13h55, je me suis dit: "C'est bien gentil, tout ça, mais il y a le Grand Prix d'Allemagne. Je repasserai vers 15h30 et peut-être que je verrai les derniers cyclistes..."

Dés que Hamilton a passé la ligne d'arrivée, j'ai filé à mon poste d'observation et à ma grande surprise, les coureurs ne sont pas encore passés!
On a eu des dizaines de motos de la police, quelques Skoda Superb de la direction de course et enfin, la voiture ouvreuse du peloton.
Les vélos passent à toute vitesse, puis c'est le peloton des voitures d'assistance ! Il y en a deux par équipe. Ce sont essentiellement des breaks et essentiellement des Skoda Superb (logique, vu que la marque Tchèque sponsorise le Tour.) J'en étais resté aux Fiat Croma...

Le plus beau break d'assistance, à mon gout, c'était cette Jaguar X-Type Estate. Le premier et seul break Jaguar à ce jour. A moins qu'à Francfort, avec la XF...
Finalement, je l'ai eu ma Croma! Même si ce n'étais pas de celle-ci dont je parlais !

Tour de France: 1. caravane publicitaire


Je n'aime pas cette épreuve, mais j'ai été quand même voir ce qui se passait.

Première surprise: il y a plein de voitures, de camions et de motos! J'aimerai bien voir le bilan carbone d'une seule étape et le comparer au bilan carbone d'un GP de F1...

En attendant, voici un best of. Je vous rassure, au lieu d'y aller voiture par voiture, je les ai groupé par thème. Je commence par la caravane du tour.

Cela fait 30 ans que le Crédit Lyonnais (ou plutôt "LCL") sponsorise la grande boucle. D'où de nombreux véhicules publicitaires, à commencer par cette Beetle cabriolet.
On reste chez LCL avec ce buggy.

Le conducteur doit bien s'amuser pour rentrer dedans....
Les forces de l'ordre étaient présente en nombre pour que la foule s'écarte du passage (mais dés qu'ils sont passés, les badauds se remettent n'importe où.)

Mais ils étaient présents pour recruter.

Devenez gendarme, vous roulerez en Megane R.S.!

La police tentait elle de faire rêver avec un C-Max.
La caravane publicitaire, c'est surtout des goodies. Chez Belin, ils lançaient des petits sacs de crackers.

J'habite dans une ville plutôt bourgeoise, mais dés qu'il y a des trucs gratuits, il y a de la castagne, comme si les gens n'avaient pas mangé depuis plusieurs jours!

Du reste, j'ai trouvé ce Combi VW rose très marrant.
La plupart des voitures de la caravane étaient des New Beetle cabriolet ou des C3 Pluriel. Il y avait néanmoins quelques voitures plus originales, comme ce Spider Renault Sport.
 Honnêtement, je pensais que les voitures recarrossées du Tour de France avaient disparu avec les années 50. Qu'ils se contentaient d'aligner des vans avec des toits ouvrants (pour balancer des trucs au public.)

J'ai donc été surpris de voir que non, ça continue!

Certaines réalisations étaient très kitsch, comme ce 3008 PMU.

Cela dit, si quelqu'un a des infos sur les carrossiers ou l'endroit où ils sont entreposés entre deux Tour, je suis preneur.
Chez Haribo, il y avait des pick-up Isuzu.

Là, les véhicules étaient pris d'assaut, façon opération restore hope!

J'avais un peu honte de mes concitoyens. Tes parents sont quasiment soumis à l'ISF! Tu vas quand même pas foutre un gnon à ce gosse parce qu'il a un paquet de Dragibus et pas toi!

dimanche 24 juillet 2011

Une Alfa Giulia sous la pluie

Vue dans les embouteillages, sous la pluie, une Alfa Romeo Giulia.

Et surtout, un très gros plan de mon balais d'essuie-glace...

vendredi 22 juillet 2011

Peugeot P4

Près de chez moi, le 14 juillet, la légion étrangère a fait une opération charme avec défilé de véhicules. Ce Peugeot P4 ouvrait le convoi.

Je m'attendais presque à ce qu'il percute une 407 pour former un 3008!

Plus sérieusement, l'histoire des 4x4 Français, civils ou militaires, est bien triste. De Cournil et Hotchkiss à Renault et PSA, il y a toujours eu un cruel manque de volonté et d'ambitions.
L'Europa-Jeep aurait du être un "Airbus de l'automobile". Le projet capote et la France fait le minimum syndical: un Mercedes "G" à moteur de 504. En face, Citroën proposait un VW Iltis à moteur de CX et Renault, un Fiat Campagnola à moteur de R20.
Sauf erreur, Peugeot n'a jamais cherché à en créer une version civile plus... civilisée. Et 20 ans après, il en est réduit à coller des badges sur des Mitsubishi. Quand on voit ce qu'on fait Mitsubishi, Mercedes ou Land Rover en partant de véhicules militaires, on ne peut qu'avoir des regrets.

mercredi 20 juillet 2011

Jaguar X-Type

Depuis l'essai Jaguar XF, je fais davantage attention aux voitures de la marque. Du coup, j'ai l'impression d'en voir partout!

Voici une X-Type. Je suis assez fan de sa ligne. Hélas, ce n'est qu'une Ford Mondeo rebadgée; ce qui gâche indiscutablement le charme.

Récemment, dans Top Gear, ils testaient des berlines luxueuses "vendues au prix d'une Nissan Pixo". C'est l'attrape-couillon habituel. Il y a eu la "Ferrari à 100 000 francs" (une Dino 308 GT4), la "Rolls au prix d'une R19" (la Silver Shadow.)
Effectivement, à un certain niveau, la clientèle veut le dernier cri. Ainsi, en deuxième main, les prix des gros coupés, grandes berlines et GT s'effondrent. En apparence, en rachetant un modèle de la fin des années 90, vous faites une affaires! Une grosse cylindrée, plein d'équipements, un nom prestigieux et tout cela pour une dizaine de milliers d'euros!
Sauf qu'une voiture, ce n'est pas qu'un prix d'achat. A l'entretien, les tarifs restent ceux du neuf. En cas de panne, entre les pièces et la main d'œuvre, l'addition s'envole vite. Et puis il y a l'assurance. C'est d'ailleurs pour cela qu'elles sont délaissées: le rapport entre la valeur et le budget annuel est largement défavorable.

Au moins, avec la X-Type, pas de souci, vu que les pièces sont issues de la grande série.

mardi 19 juillet 2011

L'usine Toyota d'Onnaing

Pour moi, les voitures ne sont pas que des bouts de tôle, des équipements ou des fiches techniques. J'adore les histoires d'Hommes (patrons, pilotes, designers...), de terroirs, d'économie et parfois de géopolitique qui se cachent derrière tel ou tel modèle. C'est pour ça que j'adore les anciennes, avec leurs histoires tortueuses, leurs improvisations, leurs traits de génie... Ou leurs échecs prévisible.

J'étais assez excité de visiter l'usine Toyota d'Onnaing. Evidemment, avec 10 années au compteur (et pour construire uniquement des Yaris), il n'y a pas grand chose à dire sur le site lui-même.
Même s'il a un côté Du sake dans le moteur en "vrai"!

En revanche, c'est en tant que site Toyota qu'il m'intéresse.
Les Louwman père et fils étaient des importateurs Dodge, puis Toyota. Il y avait donc plusieurs Toyota dans le musée. Celle-ci serait la seule Toyota AA survivante (celles exposées au Japon sont des répliques construites dans les années 80.)

Dans les années 30, les Japonaises étaient des Américaines produites plus ou moins sous licence. Les Toyoda voulurent créer la première "vraie" voiture Japonaise et ils partirent d'une feuille quasiment blanche (ils se sont pas mal inspiré de la Chrysler Airflow.)

Des AA, ils en produisirent au goute-à-goute. Ce n'est que dans les années 80 que le constructeur a acquis une véritable taille mondiale.
En revanche, il a révolutionné le monde industriel presque d'emblée.
Le mythe, c'est que Toyota arrive à produire plus, avec moins de ressources, tout en ayant moins de défauts et en réduisant les délais. C'est le fameux "Toyotisme".

A l'université, j'ai dévoré le livre de Ohno. Plusieurs professeurs évoquaient le toyotisme avec émotion. Ensuite, au boulot, j'en ai mangé: Muda, 5S, lean... Dans chaque boite où j'ai été, il y avait un consultant qui tentait tant bien que mal de nous adapter au toyotisme, à coup de concepts un peu fumeux et de mots japonais mal prononcés.
J'ai même songé à écrire un ouvrage (en collaboration avec une calligraphe) sur le lien entre Toyotisme et bouddhisme zen!

Ces livres-là, je les ai vu à l'aéroport de Rome, il y a quelques mois. Toyota est encore convalescent de la crise des pédales, mais un auteur Italien est persuadé qu'il faut adapter le Toyotisme à l'industrie Italienne!
Donc, je voulais en avoir le cœur net. On m'avait aussi beaucoup parlé de Valéo et lorsque j'ai visité un site, j'ai été déçu: il y avait des stocks sauvages sur le parking. Bonjour le juste à temps...

Le souci est que là, on était attendu. Mais pour une boite à J-1 du lancement d'un nouveau modèle, c'était assez bluffant de calme et de propreté. J'ai regardé au loin, bien au-delà des allées où nous passions et effectivement, la gestion des stocks semblait très efficace.

Maintenant, je ne demande qu'à visiter une autre usine pour comparer.

lundi 18 juillet 2011

Toyota Yaris 3

Mardi dernier, j'ai assisté à la présentation de la Toyota Yaris 3.

Pas d'essai, même bref, pas de tarif et peu d'infos (y compris sur la future Yaris Hybride ou sur la 3 portes); bref, juste une présentation statique.

Du coup, je n'avais pas grand chose à dire sur la voiture. Côté look (intérieur et extérieur), ça va. Toyota avait amené des Yaris 1 et 2 et les progrès étaient tangibles.
Elle dispose aussi de l'incontournable combiné GPS/radio-CD machinchose.

Mais à ce niveau de gamme, le plus important, c'est le rapport qualité/prix. Donc, forcément, si on n'a pas les tarifs, on n'ira pas très loin...
Lorsqu'on est arrivé, on nous a orienté vers la salle de conférence, où il y avait une Yaris sous un drap. C'est idiot, mais chaque fois que je vois une voiture sous un drap, j'ai l'impression d'être le seul homme sur terre à savoir ce qu'il y a dessous!
En pratique, pendant une semaine, ils avaient 3 autocars avec 40 journalistes dedans qui sont venus. Ce qui fait donc 600 personnes qui ont assisté à ce "levé de drap" (sans compter le personnel de Toyota et les divers sous-traitants.)
En plus, la Yaris 3 est déjà vendue au Japon depuis plusieurs mois.

Donc le "scoop" était largement éventé. Mais est-ce que vous, vous agissez en toute logique, 24h/24?
La présentation était interminable. Au moins, contrairement à celle d'Opel, il était possible d'y poser des questions.

A la limite, ce qui était intéressant, ce n'était pas ce qu'ils disaient, mais ce qu'ils sous-entendaient.

En 2010, lors de l'affaire des pédales d'accélérateurs, le management du constructeur était montrés du doigt.
Chez Toyota comme ailleurs, on retrouve des promotions entières de diplômés de grandes écoles et forcément, ils vivent dans leur bulle. Ainsi, ils ont réagi tardivement et de manière inappropriée à la crise.

Là, le premier à parler fut l'un des responsables de Toyota Europe. Il nous a dit grosso modo: "Regardez, je ne suis pas un Japonais autiste! Je suis Français et j'étais là lors de la fondation de l'usine d'Onnaing (avec photo à l'appui!)"
Sauf qu'à la fin, deux Japonais (un designer et un représentant de Toyota Japon) se sont exprimés. Le premier parlait anglais avec un très fort accent. Quant au second, il s'exprimait exclusivement en Japonais et il a été décontenancé par une banale question sur les ventes de Vitz (la Yaris 3 nippone) au Japon. Pas très rassurant...
Le deuxième grief, lors de la crise des pédales, c'était une tendance à réduire les coûts au-delà du raisonnable.

Pour nous rassurer, le responsable achats était là. Il nous a présenté un histogramme sur ses priorités: la barre "qualité" est bien visible, alors que celle de "profit" est minuscule.
Ensuite, on a eu une vidéo où des fournisseurs nous disent qu'ils sont super-contents de travailler avec Toyota et que le constructeur les écoute vachement.

Accessoirement, on nous a montré que seule une part infime des pièces de la Yaris 3 proviennent du Japon (donc pas besoin de compteur Geiger!)
Pas non plus de problème de délais! Tout est OK!
Et pour surligner un peu plus le gout de Toyota pour la qualité, on a eu une visite très guidée de l'usine.

On était pris à témoin: "Regardez, monsieur, vous n'arrivez pas à voir ou à toucher ce petit défaut sur ce hayon. Mais chez Toyota, on sait les détecter et on considère que cette pièce est bonne pour la poubelle!"

Mouais... Les ficelles sont un peu grosses.
Tous les constructeurs ont aujourd'hui une politique stricte en matière de qualité. Après, ce qui compte surtout, c'est le pourcentage de pièces qui partent au rebut. C'est le fameux "faire bien dés le premier coup" cher à... Toyota!

dimanche 17 juillet 2011

Une Ford Thunderbird

Je vous rassure, ce n'est pas une vraie!

Il y a bien longtemps, cette Mira au 1/40e était vendue avec une bouteille d'Havana Club (décidément, on reste dans les alcools...)

En mettant mon vieux Packard-Bell à la poubelle, je l'ai retrouvée.
Je ne sais pas si elle était déjà brisée avant ou si c'est en bougeant l'UC que je l'ai détruite, mais elle était salement amochée. Et lorsque je l'ai prise (en me disant: "un p'tit coup de colle et on en parle plus..."), elle s'est littéralement désintégrée sous mes doigts!

Donc, j'ai pris quelques photos souvenirs et elle a rejoint mon PC...

samedi 16 juillet 2011

Jaguar XKR Veuve Cliquot

L'embarquement pour Paris va bientôt commencer (NDLA: en fait, il avait 30 minutes de retard.) J'ai juste le temps de prendre un cliché de cette Jaguar XKR aux couleurs d'un champagne. C'est donc mon ultime photo Hollandaise!

Je ne vois pas trop le rapport entre le champagne et la voiture. Mais après tout, ce n'est pas tous les jours que l'on voit une XKR dans un aéroport!

vendredi 15 juillet 2011

Vespa Martini

Vu à l'aéroport de Schipol: une Vespa aux couleurs d'un fameux fabricant d'apéritifs. Des couleurs largement vues dans le sport automobile...

Une Vespa sur ce blog? Je n'ai rien contre les deux-roues; j'ai quelque chose contre ceux qui les chevauchent!

Subaru Vivio

En rendant "mon" Opel Ampera, j'ai vu cette puce bleue, dans le parking de Schipol.

Je l'ai d'abord prise pour une ancienne Daihatsu Trevis, comme celle d'Essen.

En fait, c'est une Subaru Vivio. Une kei qui n'a pas été exporté jusqu'à chez nous. En tout cas, c'est une nouvelle démonstration que Subaru, ce n'est pas que l'Impreza WRX...

jeudi 14 juillet 2011

Louwman museum: 5. Porsche 718/2 F2

Suite et fin de mon "best of du Louwman Museum".

Celle-ci n'est pas néerlandaise, quoique... Cette Porsche 718 de F2 appartenait à Jonkheer Carel Pieter Anthonie Jan Hubertus Godin de Beaufort Heer van Maarn en Maarsbergen (plus connu sous le nom de "Carel Godin de Beaufort.) D'où cette livrée orange.
Ce gentleman-driver disputa les championnats de F1 1962 et 1963 avec. Il avait auparavant couru en sport et en F2.

De Beaufort était un pilote à des années-lumières des pilotes actuels: un aristocrate fauché, très grand, obèse, grand amateur de bières, de Porsche et de biscuits de régime(!), coureur de jupons entre la fin des essais et la course.
Il s'est tué sur le Nürburgring, en 1964, à 30 ans.

Notez que c'est la seule Porsche du musée, davantage versé dans les Italiennes et les Anglaises.

On a aujourd'hui presque oublié qu'au début des années 60, Porsche a engagé des F1. On associe davantage la marque à l'endurance et c'est donc toujours sympa de croiser une Porsche F1.

mercredi 13 juillet 2011

Louwman museum: 4. Spyker

Suite de la visite du Louwman Museum.

Là-bas, il y a beaucoup de voitures de beaucoup de nationalités et de beaucoup de types. Les voitures s'échelonnent de la fin du XIXe sciècle jusqu'aux années 70; du microcar à la GT; de l'unica jusqu'à la "popu" archi-diffusée, en passant par des voitures de course, des utilitaires et même des véhicules militaires.
Et c'est ce qui m'a gêné: il n'y a pas de thème central.
Supposons que vous allez dans un musée de peintures. Que vous voyez côte-à-côte un Dali, un Bruegel, un Van Gogh, un Rembrandt, un Klimt, un Magritte, un Basquiat, un Gaugin, un Picasso, un Warhol et un Fra Angelico. Et que en plus, certains sont des paysages, d'autres des portraits, qu'il y ait des huiles et des croquis, des petits tableaux et des œuvres monumentales, etc. Vous direz que c'est n'importe quoi; que c'est juste une accumulation de beaux tableaux. C'est la même chose avec un musée: il doit y avoir un thème central. Sinon, vous avez juste quelqu'un qui a récupéré des voitures à droites et à gauche au fil des années.
Quoi qu'il en soit, dans mon "best of de Louwman", je me focalise sur les productions néerlandaises. Après tout, ce n'est pas tout les jours que l'on croise des musées qui ont au moins une voiture néerlandaise!

Ainsi, il y a plusieurs Spyker dans le musée. Certaines sont regroupées dans une salle où il y a aussi un avion à moteur Spyker!

Et dans la boutique, un livre sur la marque trône en belle place.

J'ai adoré cette 12-16HP avec son phare unique et son avertisseur en forme de serpent.
Elle a "joué" dans le film Geneviève. Elle avait déjà une cinquantaine d'années à l'époque et son historique pré-Geneviève est flou.
Cette 60HP aurait du participer au Paris-Madrid 1903, mais elle n'a pas été prête à temps. Originalité: elle dispose de 4 roues motrices.

Le plus surprenant, c'est que notre guide s'est froissé lorsqu'on a évoqué l'actuel Spyker. Pour lui, c'est juste "une marque qui porte le même nom".
Certes, 70 ans après la cessation d'activité de la marque, il aurait impossible d'être fidèle à 100%. Néanmoins, Viktor Muller a créé des GT de qualité. Au moins, il poursuit la tradition de faillite perpétuelle !

Louwman museum: 3. Daf 600 Proto 1957

Suite des trésors du Louwman Museum.

Le matin, avant de partir, je m'étais dit que ça serait bien de croiser une Daf (vu que c'est une spécialité locale.) J'ai ensuite songé que hélas, même en Hollande, elles ont du être victime depuis longtemps des "reprises 5000"... J'avais oublié que j'allais visiter un musée automobile.

Voici donc la toute première voiture de Daf.

En septembre, au retour du record de MX-5, je suis passé devant l'usine Nedcar (ex-Daf automobiles.) Aujourd'hui, elle produit des Mitsubishi Colt et des Outlander/4008/C-Crosser. Autrement dit, plus grand chose. C'est triste, cette belle aventure industrielle qui s'éteint.

lundi 11 juillet 2011

77. Shanghai SH 760 A

Suite de la visite du Louwman museum.

Dans l'entrée, il y a des voitures représentants chaque pays producteur. Et pour la Chine, il y a cette SH 760 A de 1985. L'une des très rares "Shanghai" encore existantes.

Pour mes confrères, c'était juste un truc moche, de style soviétique. Mais pour moi, c'était une vraie madeleine...

Retour à Paris, en 1988. J'assiste à l'exposition "Caltech en Chine" avec mon école. Un groupe d'étudiants étaient parti au Pays du Milieu (rétrospectivement, je pense qu'ils ont juste tourné autour de Pékin, faute d'autorisation pour aller ailleurs.) A l'époque le pays était très fermé.
Moi, j'étais déjà passionné de voitures. D'où ma question aux étudiants: "Il y a quoi comme voiture, en Chine?" Réponse: "Il n'y en a pas!" Effectivement, sur les vidéos, la place Tienanmen était noire de vélos. Et on voyait à peine quelques rares "Shanghai" au milieu de ces flots.
Et encore, ces "quelques "Shanghai"" étaient un progrès!
A la fin des années 50, la Chine s'est dotée d'un embryon d'industrie automobile. En 1958, la "Shanghai Auto Repair & Assembly Works" (ancêtre de l'actuelle SAIC) a produit son premier prototype "Phoenix". Au début des années 60, les premières "Shanghai" sont produites (même s'il s'agit davantage d'assemblage à la main que de vraie production industrielle.)
Mais en 1966, c'est la Révolution Culturelle. Les Gardes Rouges se jettent sur tout ce qui ressemble vaguement à un bourgeois: ingénieurs, chercheurs, enseignants, intellectuels, patrons de PME, voir d'autres Gardes Rouges! Les plus chanceux sont expédié au laogai, en "rééducation" (avec une mince chance de retour.) Les plus malchanceux sont lynchés sur place par une foule haineuse. Même le président, Liu Shaoqi, est pris dans ce tourbillon infernal.
Economiquement, la Chine en ressort lessivée. Le Zaïre de Mobutu produisait davantage de richesse! A la fin des années 70, Deng Xiaoping prône un redémarrage économique. La production d'automobile reprend timidement.

Comme le pays n'a plus de "cerveaux", Deng se résout à collaborer avec l'étranger. Y compris, avec "l'ennemi intime" Japonais.

C'est dans ce cadre que la désormais "Shanghai Automobile & Tractor Company" crée une joint-venture avec Volkswagen.
Face aux VW Santana et autres Audi 100, les "Shanghai" sont dépassées. Faute de moyen pour créer un nouveau modèle, la production est arrêtée en 1991. 78 547 voitures ont été produites.

Au premier semestre 2011, SAIC a produit 2 millions de voitures. C'est-à-dire qu'il produit autant en une semaine qu'il a produit de Shanghai en 26 ans!

Lorsque j'ai voyagé en Chine, toutes les "Shanghai" avaient déjà été envoyé à la casse. Il n'y en avait plus une seule dans les rues.
Vendredi, j'étais donc heureux d'en voir enfin une en vrai.

Louwman museum: 1. Maserati 3500 GT

La présentation de l'Opel Ampera avait lieu au Louwman Museum.

Chacune des 300 voitures exposées mériteraient largement un post!

Je préfère m'attarder sur celles qui m'ont marqué. Voici par exemple une Maserati 3500 GT. Elle n'est pas exposées dans les salles ou dans le restaurant. Non, elle est juste garée dans le parking. Comme n'importe quelle voiture.

D'ailleurs, après avoir garer "nos" Ampera, nul doute que de nombreux journalistes ont du passer devant sans la voir.

Présentation Opel Ampera

Vendredi dernier, j'étais en Hollande pour la présentation et l'essai de l'Opel Ampera.

Pour rappel, elle descend du concept-car Chevrolet Volt du salon de Detroit 2007. Puis il y eu un concept-car Opel Ampera au salon de Genève 2009 (une maquette non-roulante avec une finition qui avait bien fait rire Nicolas Meunier.) C'étaient juste 2 des 1001 idées de Bob "Maximum" Lutz (au même titre que la Cadillac Sixteen ou la Pontiac GTO.)
La conception des hybrides demandent beaucoup de moyens techniques et financiers. Tout cela pour un résultat très aléatoires (j'aimerai bien savoir combien d'années Toyota a mis avant de gagner de l'argent avec la Prius.) Voilà pourquoi GM a préféré lancer un énième pick-up XXL ou un SUV à la place.
En 2009, GM fait faillite. Le gouvernement Obama vient à la rescousse, mais leurs aides sont soumises au fait que GM produise des voitures plus "propres". Du coup, le projet Volt/Ampera est ressuscité.
2 ans et demi (et au moins 200 communiqués de presse) plus tard, les premières Volt sortent de chaine. Et l'Ampera devrait suivre en fin d'année (mais uniquement pour certains marchés Européen; le reste de l'UE devra attendre 2012.)
Evidemment, si GM ne va pas dire: "On s'est pas mal moqué de Toyota et de Honda. Mais aujourd'hui, 15 ans après eux, on lance une hybride! Et encore, si Obama ne nous avait pas forcé la main..."

Donc, le marketing a rhabillé le concept. On nous a expliqué pendant 1h30 (!) que l'Ampera n'a rien à voir avec la Prius et que la Prius, c'est du caca!
Maintenant, ils peuvent dire ce qu'ils veulent, mais pour moi, ça reste une hybride plug-in.

On nous a aussi dit: "Ce n'est pas un patatoïde ou une golfette, c'est la première voiture "propre" qui en offre autant qu'une voiture de prix équivalent. Elle plaira à tous, y compris aux non-écolos."
Jusqu'ici, de toutes les hybrides que j'ai conduites, la Civic Hybrid étaient celle qui proposaient les meilleures prestations. Effectivement, en terme de tenue de route, de finition, d'équipements et d'agrément de conduite, l'Ampera bat largement la Japonaise... Sauf que l'Ampera est à plus de 40 000€. C'est-à-dire qu'on est quasiment au niveau de la Jaguar XF 2,2l diesel que j'ai testée il y a une semaine. Vous avez d'un côté du cuir avec surpiqures et de l'autre, des plastocs d'utilitaires et des suspension en chewing-gum...
 Si je suis aussi dur avec l'Ampera, c'est aussi à cause des conditions de la présentation. Traditionnellement, vous avez un petit speech, puis c'est la séance de questions-réponses et on termine avec un repas où il y a un représentant de la marque par table.
Sauf que là, on a eu une infommerciale d'1h30, puis les représentants de GM Europe se sont gentiment éclipsés. Certes, on avait de GM France, mais ils ne pouvaient pas tout savoir.
En prime, on nous a fait rouler sur un vrai billard (avec l'essentiel du parcours à 50km/h.)
D'où le sentiment que si Opel ne joue pas la transparence, c'est qu'ils ont des trucs à cacher. Ce qui m'a donné envie de chercher la petite bête (comme je l'avais fait avec Pirelli et son parcours à 2km/h.)

dimanche 10 juillet 2011

Les Renault électriques: my two cents

L'autre jour, j'ai été faire un tour à l'Atelier Renault. C'est la première fois que j'y allait depuis les travaux.

On nous annonçait un nouveau concept.

La décoration est quasiment identique. La seule différence, c'est que le restaurant "l'Atelier Renault" est devenu "l'Atelier Renault Café".
Et il leur a fallu 6 mois pour faire ça? L'architecte et les entrepreneurs ont du bien se marrer! Si ça se trouve, ces derniers se sont contentés de déplacer les éléments (pour les remettre aux mêmes endroits), de mettre des bâches et des sacs de plâtre ouvert, afin de faire croire qu'ils faisaient des travaux...

Le thème de la réouverture, c'était les "Z.E."

Depuis un an, j'ai assisté à des conférences, à des forums et j'ai discuté avec d'autres journalistes. J'ai écouté les "pros-électrique" et les "antis". L'opinion générale, c'est qu'il faudra 10 ans, voir 20 ans pour que l'électrique se diffusent (de même que la Prius a mis 10 ans à s'imposer.) D'ici là, seuls les bobos et les flottes rouleront en électrique.
 Du coup, quand Carlos Ghosn dit que Renault va vendre de l'électrique en grand volume, on peut être sceptique. Certes, on ne va pas lui reprocher d'être ambitieux, pour une fois. Mais, d'après Renault, il va beaucoup d'électriques et tout de suite. D'autant plus qu'il est censé en produire non seulement à Flins, mais aussi à Bursa (en Turquie), à Valladolid et à Maubeuge. En prime, l'état vient de lâcher. Maintenant, on parle d'un démarrage en 2014.
Mouais. C'est un peu la politique du "tout va très bien, madame la marquise". Le "on va sauver Flins avec des voitures électriques", ça ne me rappelle que trop le "on va sauver Matra Auto avec l'Avantime et des véhicules de loisir". On a vu comment ça s'est fini... Je l'avais dit il y a un an et demi. A l'époque, on me traitait d'oiseau de mauvais augure...

Et puis c'est quoi, ses électriques? La Twizzy, une espèce de golfette? Qui va acheter ça? Et la Fluence ZE? Et le Kangoo ZE? Quant à la Zoe Preview, malgré le battage médiatique lors du Mondial, je n'ai pas eu l'impression qu'elle a soulevé l'enthousiasme.

Franchement, je me demande si Carlos Ghosn cherche sciemment à tuer Renault à coup de projets condamnés ou si toute la direction vit sur une autre planète.