Une page se tourne...

Je n'aime pas trop parler de moi sur internet... Il y a trop d'oreilles qui trainent. Seules quelques personnes savaient que, dans la vraie vie, je travaillais pour Renault. Je m'étais fait prendre devant le Technocentre, il y a quelques temps et j'étais fier de poser avec ce losange géant...

Je me souviens de la première fois où j'y ai mis les pieds. Le bâtiment principal s'appelle La Ruche. Ce n'est même pas un surnom ! Il définit bien l'ambiance qui y règne. C'est un complexe futuriste, qui rappelle le bâtiment de la Tyrrell Corporation dans Blade Runner.
J'ai toujours été passionné de voitures. Lorsqu'il y a une douzaine d'années, j'ai travaillé pour Audi, ça m'avait permis de passer de l'autre côté de la barrière. Puis, avec Le Blog Auto, j'ai pu accéder à des avant-premières, voire découvrir des prototypes. Mais là, lorsque j'ai pu découvrir, en 2014, ce qui allait devenir l'Alpine A110... Et bien sûr, motus et bouche cousue. Ce n'était pas facile de tenir sa langue alors que vous entendez des non-initiés en discuter... Mais parler aurait été suicidaire.
Une fois, un blogueur avait fait le couillon avec une Renault et il a tapé avec. Le dit blogueur avait "oublié" d'évoquer l'incident dans son compte-rendu, mais un lecteur a posté une image de la voiture cartonnée. Furieux, le rédac'chef a retrouvé l'IP du lecteur, qui figurait parmi mes contacts Facebook. Et il m'a nommément accusé d'avoir pris en photo la voiture pour discréditer son blog. Je lui ai expliqué que la voiture était dans une zone "confidentielle" du Technocentre, avec une caméra au m². Donc, je n'allais sûrement pas prendre en photo la voiture accidentée et encore moins la diffuser sur le net. Si ses essayeurs ne maitrisent pas une traction de 100ch sur le mouillé, c'est son problème ! J'attends toujours ses excuses et/ou l'effacement du mot...

En tout cas, ne comptez pas sur moi pour dézinguer Renault. Entre autre parce que ce n'est pas ma mentalité. Je ne suis pas un traitre. Pendant des années, j'ai mangé grâce à Renault. Surtout, j'ai beaucoup, beaucoup, appris. Et j'étais fier de dire que je travaillais pour Renault. Si j'ai trouvé mon job actuel, c'est grâce à mon expérience chez Renault. Quand j'ai rendu mon badge et mon ordinateur portable, puis que j'ai passé le portique pour la dernière fois, j'avais le cœur lourd. Une page s'est tournée. Ce n'était pas juste une page de ma vie professionnelle, mais une page de ma vie tout court...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?