dimanche 31 janvier 2016

Peugeot 403, période bleue






Une rutilante Peugeot 403, en plein Paris. Bientôt, ce sera fini. Hors des Traversées de Paris, point de salue. L'amour des voitures, c'est le seul truc où je suis nostalgique des Trente Glorieuses. Les gens allaient dans les salons de l'auto avec des yeux comme des soucoupes. Ils rêvaient de leur première voiture. C'était vu comme un symbole d'émancipation, de liberté, de progrès social. Maintenant, la voiture est synonyme de pollution, de mortalité routière... L'autre jour, j'ai eu un fou rire sur Twitter. Je suis une dessinatrice d'ordinaire très autophobe. Et là, elle était en train de quémander auprès de ses followers une voiture pour déménager. Ben quoi ? T'avais pas dit que la voiture servait à rien ? Qu'on pouvait tout faire à vélo ? Tu chantais et bien maintenant, danses avec tes meubles !

Après, il ne faut pas se bercer d'illusions sur les Trente Glorieuses. Sur les photos, tout le monde a l'air heureux. Sauf que "les photos", ce sont souvent des images publicitaires ou de propagande politique. Et puis, il faut se souvenir qu'à l'époque les appareils sont chers, les films sont chers et le développement est cher. Aujourd'hui, on fait des photos de ses plats. Avant, on ne prenait UNE photo que lorsqu'on avait une fichu bonne raison ! Donc, avant que l'on appuie sur le déclencheur, tout le monde va chercher son costume du dimanche et il fait son plus beau sourire ! Voilà pourquoi tant de gens ont l'air heureux. Après, toutes les époques sont pareilles : elles sont agréables tant que vous êtes jeune, riche et en bonne santé. Allez demander à un vieux chômeur en fin de droit s'il pense qu'on s'amuse en 2016...

jeudi 14 janvier 2016

Ferrari 456 GT


Une Ferrari 456 GT, de passage dans ma banlieue parisienne... Pour moi, c'est une des dernières belles Ferrari. Depuis, comme tout le monde, Ferrari s'est dit : "Pourquoi s'encombrer de Pininfarina ? On sait très bien dessiner des Ferrari en interne !"


L'actualité Ferrari, c'est la cotation à Wall Street. C'est un flop. Normalement, quand vous faites coter une boite en bourse, vous sous-évaluez le cours de l'action. Une boite qui vaut 100 est cotée à 95. Comme ça, au démarrage, les gens sentent qu'il y a une affaire à faire et vous atteignez 102. Les journaux titrent "bon démarrage" et avec un peu de bol, vous atteignez 104 et vous pouvez frimer avec votre +10%. Sauf que Fiat veut le beurre et l'argent du beurre ; l'argent de Wall Street tout en gardant les commandes de Ferrari. Et donc respecter les dogmes d'Enzo Ferrari (production en Italie, pas de berlines ou de SUV, pas de pubs...) Si vous voulez diriger une boite d'après ce qu'aurait dit quelqu'un mort il y a des années, il faut demander une cotation au Vatican ! Wall street veut de la performance. Il s'en bat l'œil des tifosi ! Si Ferrari ne prend pas les bonnes décisions aujourd'hui, un autre (McLaren ? Aston Martin ? Lotus ?) prendra sa place demain. Le risque, c'est qu'à courir après les boursicoteurs, Ferrari vende son âme au diable. A moins qu'en Machiavel moderne, Sergio Marchionne laisse les petits porteurs faire le sale boulot et marcher sur les dogmes. Dire aux tifosi avec des larmes de crocodile : "...Mais ça, ce sont les méchants marchés qui nous l'imposent. Ah, si j'étais seul le maître à bord..."

jeudi 7 janvier 2016

Garage Regina

Un ultime souvenir de mon escapade basquo-landaise : un vieux garage, à Biarritz. Les pompes à essence ont depuis longtemps disparues et la végétation l'a envahi. Dommage. A la belle époque, il devait avoir de la gueule, ce garage Regina.
J'imagine son passé, avec la faune d'autrefois. Les sous-starlettes paniquées : "Il me faut un répawation tout de suite, je dois partir à London bientow." Les fils-à-papa : "D'habitude, je roulais plus vite dans ce virage. Comprends pas. Mon père débarque dans 3 jours et il va me tuer." Les familles des 30 Glorieuses, sous la route des vacances, avec le mari excités et l'épouse qui retourne le couteau dans la plaie : "Je t'avais bien dit de faire une révision avant de partir... Mais non, monsieur sais toujours tout mieux que tout le monde..." Sans oublier les sufeurs en rade : "Eh, mec, t'es un pote... Fais nous un prix..." Et face à eux, le taulier un peu bedonnant, éternelle clope au bec. L'ai impassible de celui à qui on ne la fait plus.

mercredi 6 janvier 2016

Fernando Costa, 10 ans après César

Suite et fin des "bonus du Road Trip en 2cv". Fernando Costa a débuté comme steward sur les paquebots. A mon avis, il a du entendre des milliers de blagues sur Costa Croisières. De retour à terre, il s'est mis en tête de découper de vieux panneaux de signalisation. Ca donne des résultats virant tantôt à l'abstraction cubiste, tantôt à la blague potache. En tout cas, c'est très loin du travail de Clet. Il exposait à Biarritz le jour où j'y étais. Hélas, interdiction de prendre ses œuvres en photo. Dommage.

56. Chevrolet Corvette Stingray


Bien sûr, durant mon "road trip" en 2cv, je comptais croiser des anciennes. Mais je suis rentré bredouille. A Biarritz, j'ai tout de même vu une Corvette (C7) Stingray. Ca mérite une photo, non ?


Avant, chaque génération de Corvette avait une durée de vie très longue. Ainsi, la C4 est apparue pour les 30 ans du modèle. La C6 est apparue pour les 60 ans. A la fin d'un tel cycle, il fallait de grosses évolutions stylistiques pour marquer le coup ! Maintenant, c'est fini. Le "vocabulaire" de la Corvette est un véritable carcan : feux avant en amande,  quatre phares rond et décrochement net à l'arrière, trois fenêtres, dont une bulle de verre à l'arrière, capot long, etc. Depuis la C5, j'arrive à peine à les différencier.


Maintenant, ce qui compte, c'est le buzz. Le modèle économique, c'est l'iPhone : un bel enrobage marketing, pour un nombre limité d'innovations d'une génération à l'autre. C'est donc une farandole de story-telling, "d'iconique" et autres anglicismes. Moi, je sais que dés qu'un communiqué est long et enjoué, c'est qu'ils n'ont pas grand chose à dire. Quant aux fanatiques, ils décrochent vite : à peine la X sortie, le teasing de la Y commence...
Avant chaque présentation officielle, on a droit aux teasers (souvent au pluriel), parfois accompagné de "spyshots officiels", puis il y a les photos presse avec parfois des centaines de clichés, les vidéos de la genèse du véhicule, la pub officielle, "l'ambassadeur" du véhicule, etc. Ca signifie que pendant plusieurs semaines, parfois plusieurs mois, les voitures de pré-série se baladent à droite et à gauche. Et comme tous les documents doivent être prêts simultanément pour le jour J, beaucoup de gens sont dans la boucle. Et plus il y a de personnes au courant, plus vous risquez une fuite... Le personnel du constructeur ? Non, il est souvent loyal. Les sous-traitants ? Non, c'est leur gagne-pain; parler serait suicidaire. Mais il y a des sous-taitants de sous-traitants, des stagiaires, des intérimaires... Ils n'ont pas de liens avec le donneur d'ordre. Ils ont moins de scrupules, moins de comptes à rendre et parfois, moins conscience des enjeux. Certains vendraient père et mère pour un repas chaud ! Un petit clic sur le smartphone et paf ! Le plan de bataille bien huilé devient Waterloo. Les RP sortent les rames. La Corvette a connu ça avec la C6 ZR1 et la C7 ! Est-ce que GM a compris la leçon ? Non. Et je ne parle même pas des autres...

lundi 4 janvier 2016

2cv Cochonou et escapade basquo-landaise

Ainsi, 15 jours après la Lamborghini Huracan, je prenais le volant d'une 2cv (et même de deux.) Ca c'est du grand écart !

Il y a quelques années, le Tour de France avait traversé ma ville et j'avais été impressionné par la "caravane du tour". C'est incroyable, au XXIe siècle, de voir ces engins entre Mad Max et un clip de Mikado ! J'avais très envie de les voir "en vrai". De les toucher.
Et puis, ça a un côté terroir, franchouillard... A fortiori quand on parle de saucissons. Après les attentats de novembre, un gars a pris une photo des 2cv Cochonou et l'a légendée "brigade anti-Daesh". Tout de suite, une dessinatrice s'est emportée : "Islamophobie... Acte des FAF... #pasdamalgam" Oh, calmos Pénélope ! Ca fait des années que Cochonou existe. Et bien sûr, point de crânes rasés ou de croix celtiques dans l'antre des 2cv Cochonou ! Au contraire, ils étaient hyper-sympas et se défendaient de faire de la politique. J'ai demandé à la dessinatrice de s'excuser, par respect pour eux. J'attends sa réponse...

Après une mise en jambe avec une des 2cv Cochonou, j'ai pu rouler trois jours avec une 2cv plus "normales". Au total, j'ai du rouler 100km. Mais 100km en 2cv, c'est une équipée ! Ma mère a eu deux 2cv. Elle était incontournable dans les années 50-60-70. Tout le monde en a eu une. C'est un de ces monuments automobiles. Et à l'instar de la Mini, je peux désormais dire "j'en ai conduit une".

Ah, cette virée en 2cv... Trois jours dans un boucan d'enfer, où chaque cote est une épreuve et chaque rond-point, un jeu de culbuto... Heureusement que ça n'a pas duré quatre jours ! Mais quand j'ai rendu la voiture, j'avais quand même les yeux humides...

MG et Mazda

Lorsque j'ai été cherché la MX-5 "ND", il y avait cette MG R V8 juste derrière.

C'est amusant car la MX-5 est le roadster le plus vendu (près d'un million d'unités), loin devant la MG B. Or, la R V8 est l'ultime avatar de la B. Bizarrerie britannique, seul le coupé avait eu droit au V8 Buick/Rover. Des artisans ont créé artisanalement des roadster B V8. Soit en décapsulant des coupés, soit en glissant le V8 dans un roadster. Dans les années 80, bien après la fermeture de l'usine MG, le service "héritage" décide de construire ses propres roadster V8. Mais il n'a pas les budgets. Rover Group prend le relais, néanmoins le projet est loin d'être prioritaire. Annoncée pour 1989, elle ne sort qu'en 1991. Mais la R V8 n'était guère aboutie. Au moins, elle a permis un vrai retour de MG, essuyant les plâtres pour la F.

dimanche 3 janvier 2016

Mazda MX-5 "ND" 2,0l SKYACTIV, mon quarante-deuxième essai

Ca fait plus de 5 ans que je possède une Mazda MX-5 NC FL 2,0l. J'avais donc envie d'essayer sa remplaçante. Voir ce qui a été amélioré. Et puis, avec trois générations en 25 ans, chaque nouvelle MX-5 est un événement !

La différence est clairement palpable : plus de punch, plus d'équipements... Entre la "NC" et la "ND", il n'y a pas photo. Mais par contre, elle continue de s'embourgeoiser. Est-ce qu'un détecteur de franchissement de ligne a vraiment sa place sur une MX-5 ? Tant qu'à faire, j'aurais bien voulu une boite séquentielle et un KERS. Pour l'arsouille, la "NA" reste la meilleure.

L'autre truc, c'est qu'il y a la MX-5 1,5l. Le 2,0l apporte juste des jantes 17 pouces et quelques chevaux. Pas de quoi justifier le supplément de prix. Leurs univers sont trop proches. J'espère que la version CC et la Mazdaspeed sortiront effectivement. En attendant, mon conseil, c'est de prendre la 1,5l.