mercredi 31 mars 2010

Une hybride...

Petit quizz... Vous la reconnaissez?

C'est une Toyota Prius 1. Celle que l'on connait est en fait la Prius 2.

Les ventes de la 1 dans l'hexagone furent à la fois très brèves et très confidentielles. Et puis, honnêtement, qui la remarquerait dans la rue? A croire qu'ils n'ont vraiment pas voulu se fouler en terme de design.

Tant qu'on y est, je vous livre ma vision perso des voitures propres.
Je pense que Renault va se planter. La progression logique, c'est hybride, puis voiture électrique.
Construire une voiture électrique, c'est facile. D'ailleurs, on en fait depuis longtemps. Un moteur électrique, des batteries et voilà!
La difficulté, c'est de construire une voiture électrique avec les prestations d'une voiture thermique. La 106 Electric était lourde, poussive avec une faible autonomie et le tout à un tarif délirant. On comprend que ce fut un bide.

Mis à part les bobos, je ne vois pas qui voudrait payer à prix d'or une golfette. Parce que pendant des années, Renault (comme les autres généralistes Européens) a fait du "tout diesel". On ne peut pas s'improviser du jour au lendemain fabricant de voitures électriques. Qui plus est, si elle porte un badge au losange, la clientèle sera exigeante.
Je suis persuadé que les premiers véhicules électriques de Renault manqueront de développement. Donc, ça fera fuir la clientèle. A fortiori le grand public, essentiel pour la diffusion des véhicules électriques.

A moins que le plan de Renault soit de dire dans quelques années: "Vous voyez, on a essayé, hein? C'est ballot, ça ne marche pas. D'ailleurs, j'en suis désolé pour les ouvriers de Flins et puis ceux de Valladolid et puis aussi ceux de Maubeuge. On n'avait absolument aucun projet de fermer nos usines en Europe Occidentale et ne plus construire que dans les pays low-cost. Néanmoins, on comptait sur les électriques pour maintenir les sites, alors, vous comprenez... Enfin, voilà, voilà, c'est la vie. A part ça, est-ce que vous avez vu notre nouvelle Clio dCi Euro 7?"

Cadillac Escalade

Sauf erreur, c'est la première fois que je mets une photo de Cad' sur ce blog.

Je ne suis pas trop "SUV XXL", mis à part le Range Sport (auquel je pense encore secrètement.) Mais, comme toutes les Américaines, il a un côté "dinosaure après la comète", qui le rend sympathique.

dimanche 28 mars 2010

Citroën DS3, mon dix-huitième essai

La DS3 avait déjà été testée par Cédric Pinatel. Faire un essai classique n'aurait eu aucun intérêt pour le lecteur. Ou alors, il faudrait que les constructeurs nous prètent chaque voiture 20 semaines pour que chacun des rédacteurs du Blog Auto se fasse son opinion!

Donc, j'ai été subtil: j'ai fait un essai de la location de DS3. Qui louerait une DS3? Réponse: un fan hardcore de Citroën. Serait-il content? Réponse: oui, parce qu'il aurait une DS3 bien équipée et bien motorisée. Alors l'essai est concluant, point.

Si vous avez quelque chose à fiche de mon opinion, lisez la suite.

Personnellement, si je devais résumer mon essai en un mot, ce serait "déception".
Explication: cette DS3 possède un buzz très favorable. On nous dit que Citroën a changé, que leurs voitures sont plus "jeunes", etc. Top gear (pas vraiment francophile) s'est mué en fan-club de la marque aux chevrons.
Il y a un an, j'avais testé la C3 Pluriel Charleston. Une belle apparence, néanmoins, c'était surtout une qualité perçue en-deçà de son image premium, une ergonomie "Lucy in the sky with diamond", une boite "Quincy Magoo", des suspensions "à l'Américaine" avec une manœuvrabilité de péniche et enfin un gros gabarit pour une habitabilité très moyenne... L'excuse de la C3 Pluriel Charleston, c'est qu'elle était en fin de carrière (encore que son prix était loin d'être "fin de carrière".)
Le soucis, c'est que je pourrai faire les même griefs pour la DS3. Comme s'il n'y avait pas eu de vrais progrès. C'est ça qui m'a déçu. "Ma" C3 Pluriel Charleston avait le poussif HDI 70. Là, "ma" DS3 avait le VTI 100. Une mécanique nerveuse et très silencieuse (au point que j'ai cru plusieurs fois que j'avais calé!) Hélas, il y a cette boite 5 PSA que j'ai toujours haïs: il y a un tel jeu dans le levier que vous ne savez jamais quel rapport vous enclenchez... Ou même si vous avez enclenché un rapport! Et puis il y a ces suspensions qui font que passer le moindre dos d'âne à plus de 5km/h sans finir dans le décor est un exploit! Pour une voiture à 18000€, je trouve l'équipement un peu chiche (pas de GPS) et l'affichage monochrome orange/marron est démodé depuis 15 ans. Enfin, comme toute Citroën, il y a des détails "WTF": par exemple, le plafonnier (hérité de la C3) éclaire les sièges arrières! Notez qu'heureusement, le clignotant PSA, avec son "clic-cloc" qui me tapait sur le système, a disparu.

Bref, comme souvent chez Citron, vous aurez un noyau dur de Citroënistes pour qui c'est la plus belle voiture du monde et les autres diront: "C'est quoi cette merde? Y'a mieux pour moins cher!"

jeudi 25 mars 2010

Avis

Le week-end dernier, Avis m'a gentiment prêté une DS3.

Tout a commencé par un problème de photos. Le lundi, j'avais reçu un communiqué de presse: Avis est le premier à proposer des DS3 à la location. A mon sens, ça fait un bon sujet d'article car tout le monde loue des voitures. En plus, dés qu'on écrit "DS3", on fait exploser les stats du Blog Auto!
Le soucis, c'est qu'il n'y avait pas vraiment de visuel pour le communiqué. Au Blog, pour les photos, il y a deux tendances. Les uns n'hésitent pas à reprendre plusieurs fois la même image pour illustrer des articles différents. Pour eux, cela donne des repères au lecteur (notamment pour les "feuilletons".) D'autres, comme moi, considèrent que chaque article doit avoir sa propre photo. Que cela donne de l'impact à un article. D'autant plus qu'il faut une photo qui doit un peu résumer l'article et donner au lecteur de cliquer sur "lire la suite". Quitte à passer plus de temps à chercher "la" photo qu'à rédiger un article.
Donc, j'ai proposé à l'agence de presse de passer chez Avis pour prendre quelques photos. Ils m'ont proposé qu'après la photo, je garde un peu la DS3.

J'ai été chercher "ma" DS3 à l'agence Avis de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle (la plus près de chez moi.) En fait, il y avait deux agences Avis là-bas et évidemment, j'ai été à la mauvaise. Apparemment, j'étais attendu à l'autre.
Au moins, ça m'aura permis de prendre une voiture "incognito", comme tout à chacun. Déjà que là, certains m'ont accusé d'avoir fait un publi-reportage, alors imaginez si en plus, j'avais eu une visite accompagnée de l'agence Avis de Roissy... Peut-être que j'aurais pu y voir et y apprendre des choses intéressantes.
Mais je pense que j'aurais perdu en crédibilité. Ca aurait été néfaste pour moi et pour Avis. Le lecteur est toujours méfiant. On a des commentaires du type: "Ca m'étonne pas qu'ils disent du mal de X, au Blog Auto, ils sont pro-Y" et généralement, le lendemain "de toute façon, au Blog Auto, ils diront jamais du bien de Y, vu qu'ils travaillent en sous-main pour X." Et donc, si un lecteur commence à lire un article où il y a le mot "Avis" à chaque ligne, il va y avoir rejet. Il ne lira pas la suite, car il se dira que c'est juste un publi-reportage.
Le service presse, quelle qu'elle soit, doit être raisonnable. Il doit savoir qu'un article ne peut pas être 100% positif. Ca ne serait pas naturel. A partir du moment où on dit "ça n'est pas bon, parce que..." ou "ça, ça et ça, c'est pas mal, néanmoins...", c'est une critique constructive. Ces derniers temps, lors de mes essais, les personnes concernées ont accepté les critiques dans mes articles et c'est normal.

Mais rassurez-vous, de toute façon, moi, on ne m'achète pas... De toute façon, personne ne veut m'acheter!

mardi 23 mars 2010

Porsche Cayman GT: le trajet

Qui dit essai de voiture de rallye, dit trajet épique. Celui pour la Fiesta RS n'était pas mal. Pour la Cayman GT, c'était également une expédition.

Depuis, on m'a offert un GPS. Donc, le matin, très candide, j'ai tapé la destination... Les 2/3 du trajet, ce n'était que de l'autoroute. Puis j'arrive à Rouen. Là, je me dit: "C'est bon, je suis presque arrivé." Sauf que mon GPS me disait que j'avais encore 30 minutes de route...
Rouen, c'est une ville très particulière. Dans Paris, vous avez une petite couronne, une moyenne couronne, une grande couronne... A Rouen, dés que vous sortez de la ville, vous vous retrouvez au milieu de nulle part, sur une route à 2 voies!
Puis la route s'est transformé en chemin vicinal. Normalement, mon GPS me dit dans quelle ville ou sur quelle route je suis. Là, rien du tout. Comme si j'étais dans un coin encore inexploré! Et j'ai beau dézoomer, il n'y a que la route où je suis sur le GPS! D'un seul coup, le GPS dit: "Vous êtes arrivé", alors qu'il n'y a que des prairies autour de moi.

Heureusement, depuis la Fiesta RS, je suis rodé à ce genre de conneries. J'avais imprimé le dossier de presse, où il y avait de vagues indications. Pour la Fiesta RS, on m'a appelé pour me dire qu'ils étaient "derrière la ferme". Là, l'indication, c'était: "Tournez à droite après le bâtiment agricole." Mais c'est la campagne! C'est comme si vous disiez dans Paris: "Tu rentres n'importe où dans Paris et à la borne de Velib, tu tournes."
En prime, les autochtones semblent avoir trop vu de sketch de Bigard: "Bonjour, excusez-moi, vous savez où est [adresse]? - Non. Et vous?" Moi, je le sais, mais je le demande aux autres pour voir s'il est connu! Abruti, si je pose la question, c'est que je ne sais pas où aller!
Finalement, j'ai trouvé le bâtiment agricole en question. Ensuite, c'était au "N°6". Sauf que dans ce patelin, il y a 5 maisons portant le N°6! Sachant que 3 d'entre-elles partagent la même entrée, ça veut que côté rue, vous avez 3 entrées cote à cote avec le N°6 (et autant avec les N°4 et 2.) Ca donne un côté Alice au pays des merveilles.
Evidemment, je me suis trompé de "6". A peine j'ai coupé le moteur qu'une femme est sortie en trombe de chez elle: "Qui êtes-vous? Qu'est-ce que vous voulez?" A mon avis, si j'étais black ou Arabes, elle aurait pris le fusil de chasses.

Au final, 30 minutes et 2km après le "vous êtes arrivé" du GPS, j'ai trouvé la bonne maison.

Comme je suis parti avant la fin, la route par laquelle je suis venu était encore fermée. Donc, j'ai du prendre un autre chemin et loi de Murphy oblige, à 100 mètres de là, il y avait une départementale.
Putain, au lieu de tourner pendant 30 minutes à demander mon chemin a des gens échappés du casting de Groland, j'aurais pu prendre la départementale! Aaaargh!

dimanche 21 mars 2010

Test Porsche Cayman GT

Monter dans une Porsche, c'est bien. Mais parcourir une spéciale de rallye dans le baquet passager, c'est mieux! Après la Fiesta R2, voici donc une autre voiture de rallye.

C'était une ambiance très différente du Team Floral: le pilote et le co-pilote sont également co-gestionnaires du team, il n'y avait qu'un unique mécano et un van Mercedes sert de camion-atelier.

C'est ça aussi, la course.

Du reste, je ne suis plus trop les rallyes. On n'y comprend plus rien! Il y a d'un côté l'IRC avec un plateau diversifié, des rallyes célèbres, mais que des pilotes méconnus. De l'autre, vous avez Loeb contre deux Finlandais sans charisme sur des rallyes dont personne n'a jamais entendu parler. Elle est loin, la fin des années 90, lorsqu'il y avait une vingtaine de WRC au départ...

Cox Cal-look

C'est Cal-look rose est dans mon voisinage depuis quelques jours. Je ne sais pas si c'est la "Bukoswki" qui a été transformée ou si c'est une autre Cox.

En tout cas, la grande lunette arrière trahit que c'est un modèle des 70s, malgré les jantes et les petits feux arrière.

Mini N°45

Et une Countryman! Ca met un peu de variété dans cette série (en cours) de 50 Mini.

Mini N°44

Une Cooper S

jeudi 18 mars 2010

Les voitures de Genève: 18. Porsche 911 GT3 (2)

Voilà, je vais terminer ce salon comme je l'ai commencé, avec une séquence nananère. Regardez, moi, je suis un journaliste de renommée intergalactique (au moins)! Je peux aller chez Porsche pendant les journées public alors que je n'ai même pas d'invitation!

Ca compensera, cette scène, la veille, sur un autre stand:
Moi: "Bonjour, monsieur [nom masqué], c'est Joest Jonathan Ouaknine, Le Blog Auto!"
Un responsable presse: "On se connait?"
Moi: "On s'est parlé la semaine dernière au téléphone!"
Lui: "Ah bon?"
Moi: "Et je vous ai emprunté deux voitures, l'an dernier."
Lui: "Ah? Et vous parlez souvent de nous?"
Moi: "J'ai même personnellement écris un article sur la [voiture qui n'est pas vendue en Europe]."
Lui: "OK. Et vous vouliez me voir pour quoi?"
Moi: "Ben... Euh... Pour vous dire bonjour."
(gros blanc.)
Moi: "Voilà, c'est fait. Donc, au revoir."
Lui: "Au revoir."
Dites, vous ne pouvez pas me balancer une échelle de cordes? Parce que là, je me suis tellement enfoncé... Ou sinon, je creuse encore un peu et j'arrive en Chine!

Les voitures de Genève: 17. Porsche 911 GT3 (1)

Pour moi, actuellement, les seules vraies Porsche, c'est le Boxster, le Cayman et surtout la 911. Elles portent un vrai héritage; une vraie passion. Le Cayenne et la Panamera, ce n'est que des jouets pour parvenus qui veulent juste un logo "Porsche" sur l'avant.

Bref, forcément, quand on s'appelle "Joest" qu'on s’assoit dans une 911GT3, on a forcément un sourire jusqu'aux oreilles...

Les voitures de Genève: 16. Mazda5

PR Manager Mazda France: "Tu as vu le nouveau Mazda5?"
Moi: "Oui"
PR Manager Mazda France: "Tu as vu ses pas de portes?"
Moi: "Euh... Oui?"
PR Manager Mazda France: "Non, mais tu as vraiment VU les pas de portes du NOUVEAU Mazda5?"
Moi: "Euh..."

Il m'en a parlé longuement, comme si c'était ZE truc à voir du salon de Genève.

Donc, suite à ça, voici (d'après le PR Manager de Mazda France), la partie incontournable du Mazda5: le pas de portes. Effectivement, il possède deux portes arrière coulissantes électriques et en plus, il y a des pas de portes chromées.

Plus sérieusement, je ne suis pas assez monospaçophile pour reconnaitre ce qui a changé sur le Mazda5, sans consulter le dossier de presse. Néanmoins, il me plait assez. Il est plus carré et plus masculin que les C4 Picasso et autres Scenic.

mercredi 17 mars 2010

Genève: Mini N°43

Le salon de Genève, c'est aussi les équipementiers et accessoiristes. En 2009, je n'y avais même pas mis les pieds.

Cette année, j'y suis allé suite à un tuyau de Cyrielle Renault sur GPC Motorsport (à suivre...) Le coin des accessoiriste, c'est davantage une ambiance de foire, avec des hôtesses dans des uniformes pas très seyants et des camelots. Apparemment, la Suisse est un grand fabricant de ponts élévateurs! Il y avait bien une dizaine d'entreprises présentes, dont une qui avait levé cette MINI Cab'.

Les voitures de Genève: 15. Hyundai Genesis Coupé

C'est la première fois que je la voyais en vrai. Au salon de Paris 2008 (et à Genève 2009), il n'y avait que le concept-car.

A mon avis, Hyundai est le futur N°1 mondial. En terme de notoriété et d'image, ils sont là où était Toyota il y a 10 ans. L'affaire des rappels marque sans doute la fin de l'hégémonie du constructeur Japonais. La nature a horreur du vide et un autre prendra sa place. On voit bien qu'il y a deux prétendants: Honda et Hyundai. Je penche plutôt pour le Coréen, car il peut s'appuyer sur une fortes présence en Chine et en Inde.

Et alors que Toyota peaufine sa FT-86, Hyundai a déjà sorti sa Genesis Coupé. Et c'est elle la vraie descendante de la Celica...

Les voitures de Genève: 14. Mercedes SLR McLaren Fab Design

Beurk...

Je l'ai prise en photo juste pour écrire "le tuning, ça ne me branche plus".

P.S.: pour ceux qui m'ont posé la question, cela fait 15 jours que je suis rentré de Genève. Ensuite, évidemment, j'ai d'abord posté pour Le Blog Auto. JoestF1 ne vint qu'ensuite et comme je fais ce qui ME plait sur MON blog, j'écoule les photos en stock à MON rythme !

Genève 2010, récréation: Supercinq Jacky

Vue à Annemasse.

Il n'y a rien qui vous choque, dans cette Supercinq Five? Il y a deux baquets! Deux baquets qui valent a priori plus que la voiture!

dimanche 14 mars 2010

Les voitures de Genève: 13. Renault F1

Où va le Renault F1 Team? Depus le départ de Briatore, on dirait un poulet sans tête qui court.

Il y a 10 ans, il y avait un mauvais photomontage qui circulait: une Prost GP avec un logo Lada. Et aujourd'hui, la Renault F1 porte réellement un logo Lada!

Sur le Grand de Bahreïn, j'ai évidemment apprécié la 3e place d'Hamilton et la 5e de Nico Rosberg. Schumacher et Button vont vite devoir se reprendre, sous peine de n'être plus que des porteurs d'eau. Vettel a été malchanceux, mais ça fait parti de la course. En tout cas, on a vu des dépassements et des abandons. Fini les Grand Prix chiants!
Sur TF1:
- Comme d'hab', dés qu'il y a 2 mouvements dans l'intersaison, les commentateurs sont perdu. Alors, là, avec les nouvelles écuries, les rookies et les transferts... Achetez leur des hors série F1 d'Auto-Hebdo!
- Ils sont tellement habitué à faire du remplissage tout azimut, que lorsqu'il y a de la baston, au lieu de la commenter, ils nous refourguent leurs points de vue sur les pneus, les freins et l'habituel "tout n'est pas fini." Bien sur que tout n'est pas fini! Vettel roule avec un échappement cassé, Hamilton n'a plus de freins à l'avant, Massa doit économiser son moteur et Schumacher a Button dans ses rétros! Pas besoin de nous pipeauter avec des histoires de fatigue ou d'hypothétiques pannes d'essence !

Les voitures de Genève 2010 : 12. Saab 95

A Genève, même le parking "exposant" fait figure de caverne d'Ali Baba!

Honnêtement, je suis très mitigé sur le futur du constructeur Suédois. Ford et GM ont fait preuve d'amateurisme lorsqu'ils se sont offert des constructeurs. Et maintenant, c'est avec la même précipitation qu'ils en revendent. Ils comptaient sans doute attirer Tata, Mahindra ou SAIC. Au lieu de ça, ils ont eu Koenigsegg et Spyker (Saab), Tengzong (Hummer), Geely (Volvo) et Magna + Oleg Deripaska (Opel.) Bref, des second couteaux. D'où visiblement un "quelqu'un d'autre?" GM a préféré liquider Saturn et Hummer, ainsi que conserver Opel. Quant à Saab, de toute façon, Spyker n'aura pas les moyens de développer de nouvelles plateformes ou de nouveaux moteurs. BAIC ne s'en cache pas, il attend que Saab fasse faillite pour faire comme SAIC avec Roewe: ne racheter que ce qui l'intéresse et tout transférer en Chine.

Les voitures de Genève: 11. Toyota FT86 Concept

C'est censé être la descendante des fameuses Celica.

Ca fait des années qu'on nous dit que Toyota "prépare un truc", mais depuis le salon de Tokyo, ce n'est toujours qu'un concept-car. Grrr...

Les voitures de Genève: 10. Toyota Prius Bridgestone

Une nouvelle signification au terme "pneu vert"!

vendredi 12 mars 2010

Les voitures de Genève: 9. Citroën C3

Qu'est-ce que c'est moche...

Et puis avec ce décor... On dirait qu'elle sort du tournage d'un Message à caractère informatif !

Les voitures de Genève: 8. Ferrari Italia

Ce qui m'énerve dans les salons, c'est que pendant les journées presse, tous les stands sont grands ouverts, y compris chez Lamborghini ou Porsche.

Mais chez Ferrari, il y a toujours un filtrage. A Bologne, ils ont regardé mon badge, ils ont appelé le service presse et enfin, j'ai pu rentrer!
A Genève, on m'a laissé rentrer après 3 tentatives! Genre: "T'as pas une tête qui nous revient, mais on est magnanime."

Après, vous vous retrouver entre des tamalous qui discutent sans même regarder les bagnoles et des gamins de 11 ans qui font semblant de conduire. Et on les laisse, rentrer, eux?

Du coup, après, je suis énervé. J'ai juste fait quelque photos et je me suis barré.

C'est pour ça que je n'aime pas Ferrari. Si vous regardez bien, je ne fais quasiment jamais d'articles sur eux.

Les voitures de Genève: 7. Ferrari Hybrid

Genève, c'est tout de même le premier salon où j'ai eu les dossiers de presse d'Audi ET de Ferrari!

La nouveauté de cette année, c'était les hybrides. Au salon de Paris 2008, tous les généralistes avaient au moins une voiture "propre".
Chez certains, ça sentait l'impro. Genre: "Le salon commence demain et on n'a pas de voitures propre! Allez, on colle un autocollant sur celle-ci et on dira qu'elle a un stop & start, ok ?"

Aujourd'hui, ce sont les constructeurs de GT qui s'y mettent. Ferrari, Lotus et Porsche avaient chacun au moins une hybride sur leur stand. Ca prouve que les hybrides sont sorties du cercle des bobos Parisiens.
Peut-être que demain, on nous présentera une Ferrari électrique, qui sait ?

Les voitures de Genève: 6. Ferrari F1

Spéciale dédicace à mon père, fan de la Scuderia.

Dans Le Monde, on demandait l'avis d'Henri Pescarolo sur la saison de F1. Moi, on ne me demande jamais mon avis! Alors j'ai repris les questions et j'y ai mis MES réponses!

Le quatuor Ferrari-Mercedes-McLaren-Red Bull regroupe les présumés favoris de cette saison. Avez-vous un pronostic ?
Bien malin celui qui pourra donner un pronostic! Les nouveaux règlements vont encore changer la donne. Ferrari a sacrifié sa fin de saison pour préparer 2010. Mais elle n'a toujours pas fait le deuil de Jean Todt: il lui manque un vrai leader, d'où une certaine cacophonie, aussi bien aux RH qu'en stratégie de course. McLaren a l'habitude d'alterner le bon et le moins bon. Est-ce qu'elle saura gérer les égos de ses deux pilotes? Red Bull et Mercedes doivent confirmer, ce qui sera très dur. Schumacher est attendu au tournant. Il ne devra pas être juste "bon", mais "excellent". C'est mission impossible, mais l'homme a su triompher dans l'adversité par le passée...

Les ravitaillements essence ont été supprimés pour la nouvelle saison. Quel impact cela peut-il avoir ?
Plus de "dépassements dans les stands"! Terminées, les conversations radio sur le thème "est-ce que le type devant moi est plus "long" que moi?" Par contre, ils ont hélas gardé les changements de pneus.

Et quid de la modification du barème des points ?
On n'y comprend plus rien! Avant, marquer un point était un évènement. Il faudrait revenir à cela, au lieu de distribuer des points à tout le monde.

Que pensez-vous de l'arrivée de Jean Todt à la tête de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) ?
Il est avant tout l'homme issu du sérail. Vatanen aurait été le choix de l'ouverture. Ce n'est pas forcément un clone de Mosley, mais cela grève ses capacités à prendre du recul. Or, la F1 doit arrêter de se regarder le nombril.

Quelle est la première urgence selon vous ?
Il y a 4, 5 ans, la FIA faisait du "tout constructeur". On nous démontrait par A+B que seuls une douzaine de structures pouvaient réunir les moyens techniques et financiers pour accéder à la F1. Honda, BMW et Toyota sont parti et la FIA a ouvert en grand les vannes. Le risque, c'est qu'à moyen terme, on en revienne à l'époque de la "Formule Ford" (ou plutôt "Formule Cosworth") avec une quinzaine d'équipes méconnues et un motoriste unique. Il faut des compromis entre "petits" et "grands".
Les petites équipes sont nécessaires lorsqu'elles servent de filières pour les pilotes (cf. Minardi et Tyrrell.) Mais le public veut des grands noms. Pas des teams qui changent de noms tous les 6 mois. Les mauvaises blagues USF1GP et Stefan GP ont décrédibilisé la F1.

De nouveaux pilotes comme le Russe Petrov ou l'Indien Chandokh entrent en F1. Choix sportifs ou économiques ?
Forcément, le retour des petites équipes s'accompagne de celui des pilotes "à mallettes". Vitali Petrov, Karun Chandhock ou Bruno Senna n'ont jamais d'étincelles. On les a recruté uniquement pour les sponsors qu'ils pouvaient potentiellement apporter, point.

Le manque de moyens explique-t-il l'absence de pilote français ?
La France n'a pas eu de pilote charismatique et qui a tout gagné. Lewis Hamilton a eu une trajectoire météorique et quel que soit sa nationalité ou ses soutiens, il aurait été en F1. Bianchi a peut-être davantage de possibilités. Le jeunisme est un problème. L'an dernier, j'étais au Mans et on m'a fait remarquer à quel point les pilotes de FR 2.0 étaient des gamins. Aujourd'hui, un pilote de 20 ans en GP2 fait figure de vieux! Et puis il y a trop de formules: EuroF3, GP3, Formula Masters, Euro F3000, GP2, F2, GP2 Asia, Superleague... C'est plus compliquer de se faire "repérer".
Cela fait 20 ans que Renault n'a rien fait pour les pilotes Français (il a vraiment fallu que Piquet Jr soit à l'arrêt pour que Grosjean prenne sa place) et ce n'est pas demain que ça va changer... En France, en matière de sport automobile, tout le monde a peur de son ombre. Il n'y a qu'à regarder comment Citroën ose à peine évoquer ses succès en rallye... Et puis vous avez une dictature des écologistes (cf. Flins.) Ca ne donne pas envie à un sponsor "d'y aller". Ce qui me chagrine le plus, c'est que ces 6 derniers mois, parmi les nombreux projets d'écurie, il n'y avait aucune structure tricolore.

mercredi 10 mars 2010

Les voitures de Genève: 5. La Camaro de Bumblebee !

Il y a deux ans, la Camaro était "chaude". Maintenant, la voiture de Bumblebee est planquée dans un coin de stand.

Remarquez, au risque de me répéter, je trouve que Chrysler, Ford (USA) et GM ont un manque criant de nouveautés. Fiat (hors Alfa) aussi. Mais Fiat surfe sur la vague "500". Il suffit d'en montrer une dans une couleur originale et le public afflue (moi le premier.) Alors que chez VW, entre l'A1, la Crossgolf, le Sharan, le Touareg, la Fabia restylée...

Les voitures de Genève: 4. Audi Quattro A2

Mon père avait la même... Euh, enfin, en 2 roues motrices et puis sans les autocollants, ni les spoilers, ni le turbo, en gris, avec de vrais sièges et un tableau de bord normal, mais tout pareil !

Les voitures de Genève: 3. Lexus LFA

J'allais oublier d'en parler!

C'est la séquence "nananère"! Eh oui, j'ai pu m'assoir dans la Lexus LFA! J'ai profité d'une présentation.

Ce qui m'a le plus marqué, c'est que la représentante de Toyota possédait une "fiche cuisine" sur la LFA. Pourtant, à ce niveau de prix, j'ai du mal à croire que quelqu'un puisse aller chez un concessionnaire en hésitant.

mardi 9 mars 2010

Les voitures de Genève: 2. DR2

On aurait tort de se moquer des productions Chinoises de Genève. C'est fini, l'époque des comiques, comme Gonow, Jonway, Landwind ou Shuanghuan: de minuscules fabricants qui tentaient de nous refourguer des SUV archaïques, équipés de poussifs moteurs Mitsu...
Là, on avait Byd, 2e constructeur "pur", qui produit 60 000 voitures par mois et débarque avec des hybrides et des électriques. Et on peut davantage le prendre au sérieux.
DR Motor est un Italo-chinois, qui se rapproche visiblement de Chery. Il y a deux ans, on rigolait de son Jonway rebadgé. Mais il est toujours là et il a 4 modèles à son catalogue.

Ce qui m'attriste, c'est que les commentaires n'évoluent pas. A part deux ou trois, c'est toujours les même poussifs: "Les Chinoux il produise des voiture dans des usines avec des ouvriers de 10 ans payer 1 euros de l'heure. Boycott China!", "Ton slip est produit en Chine, ton tee-shirt est produit en Chine, ton ordi est produit en Chine et demain, ta bagnole sera produite en Chine", "On se moque d'eux, mais souvenez vous des Coréens il y a 10 ans", "Les bagnoles des Chinetoque, c'est de la merde ah ah ah" et le classique "On s'en branle des Chinois! J'ai des nouvelles photos de la DS3 [lien]"
J'ai l'impression que c'est peu ou proue les mêmes qui laissent les mêmes commentaires, quel que soit le type de news.

Il faut aussi noter la percée de l'Indien Tata. Il est en train d'obtenir une stature internationale. Et les Indiens sont plus discret que les Chinois, mais pas forcément moins ambitieux...

Sir Jackie Stewart et Jean Alesi

Je les ai vu chez Morgan et j'étais littéralement statufié face à ces deux "monstres"! D'une côté l'homme aux 3 titres de F1, "l'équipier de François Cevert", le fer de lance de Matra, puis de Tyrrell en F1, celui qui orne tout article et toute chronique sur la F1 des années 70. De l'autre, "amis de TF1, bonjour", "jeannot", "à fond, à fond, à fond", l'ex-futur nouveau Prost, le Grand Prix du Canada 1995, "Jean et Jean"...

A priori, ils ont eu deux carrières diamétralement opposées. L'un a fait preuve de pragmatisme: le V12 Matra est trop jeune? J'exige un V8 Ford! Par rapport à Ickx, Cevert ou Rindt, il n'avait pas ce côté "pied dedans". Il a davantage su gérer ses championnats, privilégiant la régularité à l'exploit sans lendemain. D'où ses 3 titres et le fait qu'il est toujours parmi nous.
L'autre était au contraire la passion, signant avec le cœur chez Ferrari, alors que Williams l'appelait. D'où une unique victoire. Alesi a eu une fin de carrière à la Fisichella ou à l'Alboreto, roulant un peu n'importe où, histoire "d'être en F1".

Pourtant, ils sont bourrés de points communs!
- Les voitures: l'un ouvrit le palmarès de Tyrrell. L'autre fut le dernier à jouer la gagne avec une Tyrrell (si on oublie les "si" de Mika Salo au Grand Prix du Brésil 1996.) L'un pilota pour Matra F1. Ligier a repris l'essentiel du programme Matra F1 et la Prost GP d'Alesi émanait de Ligier.
- L'argent: Stewart fut le premier pilote a gagné plus d'un million de dollars dans sa carrière. Il fut aussi l'un des premiers à se "vendre" de manière professionnelle à des partenaires extra-sportif. Alesi fut un temps le sportif Français le mieux payé. Sa pub pour le shampoing L'Oréal ou la couverture d'un jeu Playstation (où il partageait le volant d'une F1 avec sa femme, Kumiko Goto et un caniche) resteront dans les bêtisiers.
- Les pipoles: proche de Steve McQueen, Stewart fut impliqué de loin dans Le Mans. Jean Alesi a épousé Kumiko Goto, une ex-enfant star et il fait une apparition dans l'oubliable Driven.
- Le frère dans l'ombre: Jimmy Stewart fut un gentleman-driver, dans les années 50. Il conseilla son petit frère, avant de devenir "le frère de Jackie Stewart". Un statut qu'il n'a pas pu supporter. Qui connait José Alesi? Lui aussi a aidé son petit-frère à mettre le pied à l'étrier.

lundi 8 mars 2010

Les voitures de Genève: 1. Volkswagen Phaeton

Voici les voitures qui m'ont marqué à Genève, alors que ce n'était pas forcément des nouveautés.

On commence par cette Phaeton. Le stand VW était sur deux niveaux. Au premier, il y avait une espèce de cafétéria gratuite dans un espace triangulaire avec un puits de lumière au milieu. Et au milieu de ce puy, il y avait cette Phaeton, un niveau plus bas.
Le mardi, évidemment, c'était ZE rendez-vous des tamalou. Moi, je suis arrivé un peu tard. Il restait de la soupe au lard (excellente, d'ailleurs), par contre, pour s'assoir... Je me suis debout, contre la rambarde, mais c'était très précaire. Je voyais déjà la scène: un faux mouvement, le bol de soupe qui part dans le vide et s'écrase sur le toit de la berline VW, dans un bruit bien sonore... Puis, j'ai espéré qu'un autre fasse cette bourde, histoire de me moquer de lui. Au final, il ne s'est rien passé et j'ai même pu m'assoir !

samedi 6 mars 2010

Sur la route du salon de Genève: une Tigra

Nicolas Meunier n'est pas vraiment un fou du volant. Pourtant, il a réussi à doubler cette jolie Tigra bleue (tellement rare en "stock".)

Son conducteur ne l'a pas supporté et il a repassé "notre" Brera. Quelques kilomètres plus loin, Nicolas s'est garé pour satisfaire un besoin naturel et on a revu la Tigra, capot ouvert (le proprio l'a refermé le temps que je prenne mon APN.)

Sur la route du salon de Genève: une Mustang

Une Mustang croisée à une aire de repos...

Sur la route du salon de Genève...

En fait, je suis déjà revenu de Genève. Mais pour des raisons évidentes, depuis lundi, je suis focalisé à 100% sur LBA.

Donc, comme l'an dernier, je suis parti au salon de Genève. Au total, on était 8 blogueurs sur place (les fans auront reconnu Nicolas Meunier, à ma droite.) Avec Yann Brossard et Nicolas, on est descendu en Alfa Brera. Je précise que je ne l'ai pas conduite.

Là, j'ai l'air d'un plouc avec mes 10 sacs, mais sachez que Nicolas a eu besoin de 3 valises pour 3 jours de salon!