jeudi 27 février 2014

Rétromobile 2014 : 17. Fiat 850 Moretti

Une Fiat 850 Moretti ! Sortez le micro-short rose et le débardeur jaune fluo, on va fait une remake de Club tropicalia ! En l'occurrence, dans le clip, c'était une 127 Moretti (et une Mehari) et puis, la cote espagnole est loin. Tout comme l'été, d'ailleurs... Mais on ne va pas se laisser abattre !

Rétromobile 2014 : 16. Lamborghini Miura

Que faire lorsque comme costume gris, vous avez un coup de fil urgent à passer, en plein Rétromobile ? C'est simple, vous vous asseyez dans une Lamborghini Miura, histoire de vous isoler ! Ensuite, vous gueulez si fort que les vigiles vous repèrent. Heureusement, il avait une ligne de défense imparable : la porte était ouverte.
Le pire, c'est que c'était ni un acheteur, ni un photographe, ni rien. Juste un incrustor qui a eu un badge je-ne-sais-comment et n'a visiblement aucun respect pour rien.

Rétromobile 2014 : 15. DB

Une DB. Elle a été produite à Champigny sur Marne, là où je fais entretenir ma MX-5 ! Le garage ne possède pas de DB, par contre, il y a de nombreuses photos de voitures et un poster géant de René Bonnet (mais pas d'image de Charles Deutsch, c'est curieux...)

Entre DB, Lancia-Bonneuil, le Garage du Bac, Eric Helary, Fabien Giroix... Il y aurait de quoi faire un livre "l'automobile dans le 94". Hélas, c'est le genre de sujet qui intéresse 3 personnes...

mardi 25 février 2014

Rétromobile 2014 : 14. Renault 12 Gordini

Mal-aimée, je suis la mal-aimée... Ca n'est jamais facile de remplacer une légende. Les fans de R8 Gordini considèrent la R12 Gordini comme un sacrilège ! Pensez, une traction...

Le hall de la Porte de Versailles est à un jet de pierre de l'emplacement de l'atelier du "sorcier".

Gordini, que de gâchis... Le retour de Gordini restera un beau flop. Une belle présentation, un buzz au maximum. Puis il y a eu une révolution de palais chez Renault. Le "pro-Gordini" est dans l'équipe sortie. Donc le label est mis sur une voie de garage. Tant pis pour les fans, les millions investis, etc.

Rétromobile 2014 : 13. Lea-Francis


Une drôle de voiture, cette Lea-Francis. A l'époque, le constructeur produit des clones de Bentley (comme Jaguar et Alvis.) Pour avoir une vignette "utilitaire", celle-ci possède une carrosserie woody.

Dans les années 50, Jaguar fait le vide autour de lui. Les autres marques premium disparaissent une à une.
Depuis, Lea-Francis collectionne les résurrections (comme AC, Lister, Jensen ou Marcos.) A tel salon anglais, on voit débarquer un prototype. Puis le soufflet retombe, jusqu'à la prochaine résurrection...

lundi 24 février 2014

Rétromobile 2014 : 12. Packard Twelve 1937

Non, ce n'est pas une voiture de Maharajah ! Le catalogue dit que c'est le troisième propriétaire (celui qui la vendait) qui l'a repeinte en "bleu de Chine". Voilà l'histoire somme toute ennuyeuse de cette Packard au ton inhabituel (d'ordinaire, les Packard Twelve sont plutôt noires.)

Moi, j'imaginais plutôt que c'était la voiture de ce qu'on appelait pudiquement un "souteneur".  Je voyais un genre d'Iceberg Slim, avec canne et chapeau couvert de fourrure. Au volant de sa Packard, il allait relever les compteurs au petit matin, dans les faubourgs de Detroit...

dimanche 23 février 2014

Rétromobile 2014 : 11. Chevrolet '57 Bel Air

Une Chevrolet 1957 Bel Air. Le rodding possède sa propre histoire. Un rod des années 50 ne ressemble pas à un rod des années 90. Il y a des "modes", des artisans qui ont leur patte, etc. On a donc ici un rod de George Barris, typique des tendances excentriques des années 70 avec flaming et échappements latéraux.

La voiture est présentée comme une "ex-Ringo Starr". De ce que j'ai compris, le fabricant de hifi Craig s'est directement adressé à Barris et ils ont contacté le batteur des Beatles a posteriori. L'idée était de faire un concours pour gagner "la voiture de Ringo Starr". En creux, il n'a pas fait beaucoup de miles avec cette voiture...

Rétromobile 2014 : 10. Citroën ECO 2000

Pour celle-là, pas besoin de regarder le catalogue Artcurial ! Au début des années 80, on est encore persuadé que bientôt, il n'y aura plus une goutte de pétrole. Il faut donc des solutions d'urgence pour consommer moins. L'une des pistes, c'est de faire des voitures très légères et très profilées. Renault a eu la série des Vesta et Citroën, celle des ECO 2000. Le catalogue parle de 4 prototypes construits. Moi, j'en étais resté sur une cinquantaine.

L'ECO 2000, c'est aussi l'une des dernières études purement Citroën. 8 ans après le rachat par Peugeot, chaque marque reste encore très indépendante. D'où une gamme assez touffue chez le chevron : 2cv, Mehari, Axel, Visa, GS, BX, CX...
Au milieu des années 80, il y a un contre-choc pétrolier. Le prix du baril redescend et on oublie les théories millénaristes. Le projet ECO 2000 est déclaré "une réussite" (une manière polie de dire qu'il est arrêté.) Les plus indulgents trouveront que l'AX a des airs d'ECO 2000...

Rétromobile 2014 : 9. Solo Alfa

Artcurial organisait une deuxième vente aux enchères, dédiée uniquement aux Alfa. Elle porte le nom logique de "Solo Alfa". On y trouve des Giulietta, Giulia, Spider, 8C... Et une Ondine. Non, ce n'est pas une erreur : dans les années 50, Alfa a produit des Dauphine/Ondine. Ce n'est d'ailleurs pas sa seule collaboration avec la régie : il produit également des Saviem SG rebadgés !
A l'époque, le constructeur (nationalisé) s'interroge beaucoup sur son avenir. Ce qui marche, chez lui, ce sont les petites voitures. Doit-il chercher à (re)monter en gamme ? Ou doit-il au contraire descendre et fabriquer des "popus". Ca donnera le prototype 103 de 1960. Il est vite écarté. Mais Renault aurait repris le projet pour en faire la R8 [citation needed].
Et donc, Alfa choisit finalement de monter en gamme. C'est la malédiction des 6 cylindres : jamais les 2300, 2600, 6C, 90, 164, 164 Super et 166 ne s'imposeront.

J'ai une tendresse particulière pour cette 2600 Coupé. Dans mes premières nouvelles, les voitures y jouaient un rôle important. Ainsi, la 2600 est la voiture de l'héroïne de Sonja. (NDLA : une nouvelle publiée dans Autoportrait de l'artiste en clown, édition Le Manuscrit, 14,90€, enfin, je dis ça...)
Pour finir, une bizarrerie. Ceci n'est pas une 4C 1750 des années 30. Zagato a voulu surfer sur la vague "néo-rétro", dans les années 60. Cette "Quatroroute Gran Sport" est une Alfa "coupé Bertone" recarrossée façon 4C 1750.

C'est donc du faux construit par les vraies personnes ! Un peu comme si Figoni & Falashi avaient construit une SS sur la base d'une Talbot-Sunbeam...

vendredi 21 février 2014

Rétromobile 2014 : 8. Ferrari 156/85

Comme d'habitude, c'était chez ArtCurial qu'il fallait passer. Une Ferrari F1 et une F40 : on dirait deux Bburago sur une étagère d'ado des années 80... Sauf que là, ce sont les vraies !

La F1, c'est une 156/85 (NDLA : merci le catalogue.) Elle a été dessinée par Harvey Postlethwaite (l'ingénieur rouquin et introverti de Rush.) Michela Alboreto l'a pilotée (on y reviendra.) Elle possède un V6 turbo, comme les F1 2014. Mais la comparaison s'arrête là. La 156/85 semble taillée à la hache, mais à côté des dernières F1, elle est sublime !

Cette année-là, Alboreto est vice-champion du monde. Il sera d'ailleurs en tête du championnat jusqu'à l'été (une prouesse qu'aucun autre Italien n'a réalisé depuis.) Alboreto est aussi le dernier à avoir imposé une Tyrrell et par la même occasion, le dernier vainqueur avec un V8 atmo de l'ère turbo.
Ensuite, l'Italien rentrera dans le rang. Fin 1988, Nigel Mansell veut changer d'air et il est viré. Alboreto aurait du sagement prendre sa retraite. McLaren ne veut pas entendre parler de transalpins. Benetton et Williams ont déjà leur "quota de rital". Il n'a donc plus de bonne voiture à prendre. Mais il croit sans doute à un incroyable come-back. Et puis, c'est l'Italie des années 80, où les sponsors pleuvent (pour peu qu'on ne pose pas trop de questions sur les fonds.) Ainsi, Alboreto retourne chez Tyrrell, qui n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était. Il se perd dans la (mes)aventure BMS. Puis ce sera l'oubliable Footwork (après la ruine des Japonais.) Seul Jacques Villeneuve fera preuve d'autant d'acharnement à bousiller sa carrière.
Fin 1994, Alboreto raccroche. Il se reconverti à l'endurance. Il gagne les 24 heures du Mans 1997, avec une Joest-Porsche. Joest est sous-traitant d'Audi et Alboreto fait parti des "vieux", chargé de former les "jeunes". Il retrouve les podiums. Hélas, il se tue lors d'essais privés. Triste fin pour un pilote qui venait enfin d'avoir sa rédemption.

jeudi 20 février 2014

Rétromobile 2014 : 7. Lancia

Il y avait une rétrospective Lancia... Qui n'était même pas organisée par le constructeur. Ah, Lancia... La carrosserie monocoque, le V4, le V6, la F1, les titres en rallye... C'est un beau gâchis. Une marque très belle, avec une notoriété, un passé, etc. Et aucun développement. Aujourd'hui, elle semble d'ailleurs sur une voie de garage.

Moi, je ne suis pas Stéphane Guillon, je n'aime pas m'acharner sur les has been.
Deux Stratos. La Stratos est le modèle conçu sur mesure pour le rallye : empattement court, moteur central et bonne garde-au-sol. La recette sera perfectionnée pour les Groupe B.
Pour finir, une Ardea. J'ai envie de croire que c'est l'un des exemplaires produit à Bonneuil-sur-Marne, dans le 94. Cette filiale a également produit des Belna/Augusta, dont plusieurs Belna Eclipse. Oui, "Eclipse", comme les 402 Eclipse. Car Lancia a cru à Marcel Pourtout et son idée de coupé-cabriolet. Et le 2e coupé-cabriolet de Lancia, c'est l'actuelle Flavia !

Rétromobile 2014 : 6. trio d'Aston Martin

Un beau trio d'Aston Martin de compétition. J'adore les voitures de courses des années 50. C'est incroyable comment, en une décennie, les voitures ont changé. Aujourd'hui, les progrès sont plus discrets.

Revenons à Aston Martin. En 1959, après une décennie d'efforts, il gagne les 24 heures du Mans, avec Caroll Shelby et Roy Salvadori. Le péché d'Aston est d'avoir cru que ça y est, il est sur le toit du monde du sport auto. D'où cette F1, au premier plan. En 1960, même Ferrari est passé au moteur central. Mais Aston n'écoute personne. Y compris d'autres Britanniques comme Cooper ou Lotus. Bien sûr, ce fut un bide et Aston retourna au Mans. Là aussi, il a refusé de prendre le virage du moteur central, d'où des GT transformées complètement à l'arrêt.
Ensuite, la meilleure preuve des errances d'Aston, c'est qu'il faudra attendre les années 80 et la série des Nimrod pour le revoir dans la Sarthe. Puis ce sera la DB7 de Michel Hommell (non-qualifiée) au milieu des années 90. Les choses s'amélioreront au début des années 2000, avec Prodrive et de vrais succès en GT. Au point où on en a oublié cette traversée du désert.
Pour l'anecdote, Shelby et Salvadori sont morts en 2012, à quelques jours d'écarts.

mardi 18 février 2014

Rétromobile 2014 : 5. une F3

J'ai trouvé que cette monoplace des années 60 est jolie. Donc, je l'ai immortalisée. Et comme je suis idiot, je n'ai pas noté ce que c'était. "Pas de problème ! Je vais me rappeler de tout ! Ce n'est pas comme s'il y avait des centaines de voitures à Rétromobile !"

Au moins aujourd'hui, c'est facile. Si vous voyez une monoplace et que vous ne savez pas ce que c'est, dites que c'est une Dallara ! Vu qu'ils construisent à peu près toutes les monoplaces de formule de promotion, votre marge d'erreur est faible !

A propos de monoplace, c'est la fin de l'hiver et il a été plutôt studieux pour le sport auto.
Mention très bien pour la Toyota Racing Series avec de belles bagarres, comme d'hab'. Andrew Tang est un beau champion. Les autres n'ont pas démérité, notamment Jann Mardenborough (qui semble avoir acheté un cerveau à l'automne), Steijn Schothorst, Martin Rump et le jusqu'ici méconnu Igor Orudhzev. Autant de noms à retenir pour la suite... Par contre, j'attendais plus de Matteo Ferrer, Neil Alberico ou Pedro Piquet.
Mention bien pour la Florida Winter Series. C'est bizarre d'aller jusqu'en Floride pour faire courir des pilotes Européens, dans une structure Européenne. Il n'y a pas de classement, mais c'est clair qu'Antonio Fuoco serait titré. Max Verstappen est pas mal pour un grand débutant, mais il doit gagner en maturité.
Je suis plus mitigé sur la MRF 2000. C'est clair que c'est surtout une réunion de mercenaires. Arthur Pic, en tête du classement, c'est même pas déplacé pour la finale ! En même temps, courir à Chennai, sur un tracé des années 80, je le comprends un peu... Il n'y a pas de vraie révélation : la plupart des pilotes n'ont soit pas de programme 2014, soit ils vont carrément arrêter la monoplace.
Reste la FG1000, qui est davantage une école de pilotage. Ceux qui font ensuite carrière sont des exceptions. Dommage pour Tom Bale, qui semble avoir du potentiel.
Maintenant, c'est le printemps. On attaque le dur avec l'US F2000, la Pro Mazda, le championnat australien de F3 et l'Euroformula. Puis après, ce sera le retour des grandes disciplines...

lundi 17 février 2014

Rétromobile 2014 : 4. les Maharaja

Au XIXe siècle, les empires coloniaux se sont intéressés à l'Asie. Problème : ils faisaient face à des états nettement plus structurés qu'en Afrique ou en Amérique. En plus, il n'y avait plus de réservoir de populations en Europe. D'où une nouvelle vision de la colonisation. Les roitelets locaux sont les sous-traitants des empires. Ces derniers renforcent leur emprise. En échange, ils apportent les denrées précieuses aux Européens, qui les attendent dans les ports. Ainsi, en Inde, les maharaja sont les supplétifs des Anglais.
C'est le bon vieux principe du "diviser pour mieux régner". D'ailleurs, avant les Anglais, beaucoup de princes indiens n'avaient que le titre de "raja". Ce sont les Anglais qui les élèveront au rang de "maharaja". Et donc grâce aux Anglais, les affaires prospérèrent pour l'aristocratie indienne. Et au XXe siècle, ils s'offrirent des voitures.

Cette année, Rétromobile avait réunit diverses voitures de maharaja, prêtées par différents musées.

J'adore cette Alfa Romeo.
Les termes "sobriété" ou "modestie" ne font pas parti de la culture indienne. Influence anglaise oblige, il y a beaucoup de Rolls-Royce. Et donc, dans le plus pur respect du kitsch indien, elles sont chromées et peintes dans des couleurs improbables.

Jusque là, Rolls-Royce faisait la fine bouche : pas question de vendre à n'importe qui et de le laisser faire n'importe quoi avec un châssis... Mais les maharaja avaient des arguments sonnants et trébuchants. D'où une nouvelle politique du "l'argent n'a pas d'odeur".
Pour finir, le jackytuning des années 20 ! Apparemment, le propriétaire avait peur de ne pas être entendu et de ne pas voir la nuit !

En 1947, l'Inde acquièrent son indépendance. Ce sont les maharaja qui décidèrent d'associer leurs royaumes au Pakistan ou à l'Inde. Ils perdirent leur pouvoir politique et économique. Ils n'ont pas vu le vent tourner. A contrario, des familles de commerçants comme Mahindra, Tata et cie. qui soutinrent les indépendantistes (avec renvoi d'ascenseur ensuite...) Ce sont un peu eux, les nouveaux maharaja de l'Inde...

En attendant, la prochaine fois que je verrai une Lamborghini mauve ou une Mercedes vert fluo, je me dirais : "Bah, après tout, les maharaja faisaient la même chose il y a près d'un siècle..."

samedi 15 février 2014

Rétromobile 2014 : 3. Ferrari 333SP

C'est la première séquence "coup de vieux" de Rétromobile. Eh oui, la Ferrari 333SP a 20 ans ! C'était le premier prototype de Ferrari depuis la 312 des années 70. Je me revoie encore, dans un hôtel US, regardant une épreuve d'IMSA...

A la même époque, un promoteur italien essayait de monter un championnat d'Europe d'endurance. Il y avait pas mal de gens déçus par l'envolée des budgets en GT-FIA. Le GTR, un succédané du BPR, ayant fait long feu.
Jean-Michel Boureche, PDG de Giesse, était présent en Supercup (avec Jean-Pierre Malcher.) Il s'est associé à Jean-Pierre Jabouille et ils ont lancé l'équipe JB (Jabouille-Boureche.) Ils sont venus en GT-FIA avec une Porsche 911 GT1, Emmanuel Collard et Marlboro, persuadés de jouer le titre... Sauf que les Mercedes CLK-GTR ont tué le championnat.
Michel Ferté avait déjà quitté le GT-FIA pour acheter une 333SP et l'engager en endurance. C'est sans doute ça qui a poussé JB a sauté le pas. D'où cette 333SP JB, pilotée par Collard et Vincebzo Sospiri. Elle gagne 2 titres. Puis une autre 333SP (la même ?) décroche un 3e titre avec David Terrien et Fabrizio de Simone.

Rétromobile 2014 : 2. Voisin Camionnette 1957

Gabriel Voisin avait un côté "savant fou". Depuis les années 30, il est marginalisé. Pas grave : il va continuer de travailler, dans son coin, seul.
Son ultime bébé fut la Biscooter, une voiturette minimale. Elle a été produite en (petite) série en Espagne. Ce succès l'encourage à poursuivre, d'où cette "camionnette" de 1957. Elle est ultra-minimaliste. D'ailleurs, elle n'a même pas de nom !
Mais à part les 6 roues, elle préfigure la Subaru Sambar, premier utilitaire kei (qui ouvrira la voie aux Piaggio/Daihatsu et autres Suzuki de poche.) Subaru est alors constitué d'anciens de l'avionneur Nakajima. Par ce biais, ils connaissent Voisin, en tant que pionnier de l'aviation. Question : le Sambar (1961) n'est-il pas une réinterprétation de cette Camionnette ?

Rétromobile 2014 : 1. Porsche(s) 356

Comme chaque année, j'ai été à Rétromobile et comme chaque année, j'y ai pris plusieurs centaines de photos.

Cette année, c'est un "petit" Rétromobile : un seul hall et seulement 4 jours d'ouverture.

Je suis arrivé par le coin des voitures à vendre. Ici, chez R-M auction, il y avait des Porsche 356. Elles me font encore plus envie depuis que j'en ai essayé une... Si j'avais des soues, je serais bien reparti avec la pré-A au premier plan...

mercredi 12 février 2014

Promenade dominicale

Une Citroën DS. Visiblement, elle roule au quotidien.

Une DS, en noir, c'est vraiment la classe. Une classe intemporelle, comme une costume noir. En costume, vous avez tout de suite l'air chic. Même si c'est un Celio.
L'actuelle ligne DS, c'est du Desigual : c'est pour les gens qui n'ont ni goût, ni argent et qui veulent (mal) faire croire qu'ils ont ces deux choses.
Scandale : en 2014, il y en a encore qui font du jackytuning sur de malheureuses BMW 320i E21 ! Si au moins, c'était fait, dans le style de l'époque... 

dimanche 9 février 2014

Une rue de Paris, la nuit...

C'est le "bonus" du calendrier Pirelli. Le produit d'une énième marche nocturne dans Paris.

Voici un duo de Ferrari. Ce n'est pas tout les jours qu'on en voit deux garées cote à cote, non ?
Une Aston Martin Rapide.

Oui, c'est tout. Je n'ai pas croisé d'autres voitures exceptionnelles. Je n'ai pas non plus de considérations métaphysiques sur Aston Martin ou sur Ferrari.

mercredi 5 février 2014

The Cal (Pirelli) 2014

Première grosse soirée de l'année. La présentation du calendrier Pirelli. Ou, comme il faut désormais l'appeler, "The Cal".

Cette année, il fête ses 50 ans (notez que pendant une dizaine d'années, il n'y a pas eu de calendrier.)
Comment décrire une institution comme "The Cal" ? Le plus impressionnant, c'est que on cite un nom de photographe ou de top model de ces cinquante dernières années, il a très probablement travaillé sur un calendrier. Et la plupart des mannequins sont devenues connues parce qu'elles ont posé dans le calendrier. Le film qui défilait était presque un Who's who de la mode !
La présentation, c'est aussi une soirée mondaine. Je ne suis pas du genre à lire la presse people comme L'Express ou Le Point. Néanmoins, là, c'est du "live". Beaucoup de gens trouveront ça un peu surfait. Moi, ça me plait, tant que ça reste de temps en temps...

Parmi les nombreuses stars présentes, la plus marquante, c'est Olivier Benkemoun. Il chronique les "soirées culturelles" pour i-Télé. Donc, il doit être hyper sollicité. Donc, s'il est là, c'est que c'est THE PLACE TO BE !
Et en fin de soirée, on repart avec un calendrier. En l'occurrence, c'est un calendrier inédit de 1986. Helmut Newton avait signé une œuvre "pin-up et pneus". On y voit une Ligier/Renault, une Lamborghini Countach, un poids-lourd Iveco, une Jaguar XJ-S...Un régal pour un fan de youngtimers comme moi.

Ce qui est incroyable, c'est qu'en 50 ans, c'est la seule fois que quelqu'un s'est dit : "On est un fabricant de pneus, il faudrait qu'on voit nos pneus sur le calendrier."
D'ailleurs, à titre d'exemple, ce soir-là, j'ai vu 0 pneu nul part !