lundi 30 décembre 2013

Croisées entre deux fêtes...

Une BMW 850i. On l'a un peu oubliée. A son lancement, en 1989, c'était quelque chose ! Enfin, BMW envoyait la série 6 à la retraite ! Malheureusement, elle ne savait pas trop ce qu'elle était : une M1 moderne ? Une 750i 2 portes ? Une série 6 remise au gout du jour ? La crise économique du début des années 90 n'a rien arrangé. En prime, les phares sous trappe se sont vite démodés.

Bref, on dira poliment qu'elle n'a jamais su trouver son public...
Une Peugeot 504 pick-up. C'est un modèle assez ancien et pourtant, il est très propre. C'est rare pour un utilitaire...

Voilà, on est le 30 décembre et ça sera donc probablement mon dernier billet de 2013. Je comptais faire une rétrospective. Néanmoins 1) je suis fainéant et 2) je trouve ça prétentieux. Ca signifie "regardez tous les trucs géniaux que j'ai fait cette année." Le livre de souvenirs, je le sortirai à ma retraite ! Moi, ce qui m'intéresse plutôt, c'est ce que je ferai en 2014. Les voitures que j'essayerai, les reportages que je ferai, les présentations auxquels j'assisterai... C'est d'autant plus excitant qu'à ce jour, mon agenda est plutôt vide. Et c'est comme ça à chaque début d'année... Je me souhaite donc, à moi-même, une année riche en évènements !
Plus sérieusement, je souhaite un prompt rétablissement à Michael Schumacher. Je sais que Twitter déborde déjà de #getwellmichael et autres #prayformichael . Mais franchement, ça me ferait bien chier que mon premier article de 2014 soit une nécrologie...

dimanche 29 décembre 2013

MG F façon Trophy

C'est marrant, j'ai l'impression que je croise plus souvent des MG F que des MX-5 ! Celle-ci m'amuse beaucoup avec ses bandes blanches : on dirait une voiture du MG Trophy.

En 2014, MG sera au pied du mur... En même temps, je dis ça tous les ans. Mais c'est aussi parce que MG n'arrive pas à atteindre ses objectifs annuels.
Côté britannique, j'ai l'impression qu'avec la 3, les concessionnaires respirent un peu. Il n'y a plus de franchises qui disparaissent. Maintenant, il faudra impérativement rester au-dessus des 100 ventes mensuelles. La version "Euro" de la 5 est très attendue. Sans elle, ce n'est même pas la peine d'aller sur le continent... Je rêve d'une 3 équipée du 1,5l turbo et un peu poussée. Un genre de ZR moderne. Sinon, il y a les trois 6 en BTCC. Sam Tordoff est censé être plus offensif. Que vaudra Marc Hynes. Est-ce qu'il y aura enfin quelqu'un pour suppléer Plato lorsqu'il est trop lesté ou qu'il est au tapis ?
Côté Chinois, il y a le SUV (sur base 5 ou sur base Ssangyong ?) et la "MG4" (5 tricorps.) En fin d'année, il sera temps de remplacer la 6. La deuxième génération devrait être plus ambitieuse et plus aboutie. Quant au coupé ou au roadster, je n'y crois pas. Hélas.

Alfa à Montparnasse

Encore une Alfa "coupé Bertone". Je penche pour une Junior.

J'ai déjà déversé des tonnes de nostalgie envers Alfa et Lancia, ce qu'ils étaient dans les années 60 et ce qu'ils sont aujourd'hui... Je vais donc vous épargner ce couplet.

Normalement, Fiat est censé faire des lancements à partir de 2015. J'espère donc qu'en 2014, on verra des spyshots. La fameuse remplaçante de la 159, celle de la Punto, celle de la Brava... Dans le cas contraire, ça commencerait sérieusement à sentir le sapin chez Fiat... Et bien sur, j'attends aussi la future Alfa Spider/MX-5 ND.

samedi 28 décembre 2013

Le rodéo de Renault

Une R6 Rodéo. Faut être fou, pour rouler avec ça par ce temps ! Il y a eu plusieurs Rodéo. Alain Clénet revendique la paternité de la R4 Rodéo. En tout cas, elles sont toutes très moches !

Ces derniers temps, on a surtout parlé de Renault avec la fin du V8 en F1. Ils n'étaient pas nombreux à venir fêter le pot de départ, à Bahreïn...
On attend beaucoup de 2014. En même temps, la saison ne pourra pas être plus chiante qu'en 2013... Les écuries n'ont pas voulu investir dans des designs qui seraient obsolète en fin de saison. Ce qui, par définition, donne un avantage au champion sortant. Et lorsque Vettel a commencé à tout gagner, les rivaux ont coupé le développement pour se consacrer à 2014.
J'espère que ça va bousculer la hiérarchie. Je pense que ça va déjà bousculer la hiérarchie des pilotes. Les Alonso, Button, Hamilton, Rosberg et autres Räikkonen sont en sursis. Qui dit nouvelle réglementation, dit voiture très différente. Et c'est pas facile de s'adapter lorsque vous avez 10 ans de pilotage dans le dos... Je pense que Ferrari a fait une erreur avec un tandem Alonso-Räikkonen. C'est une vision à court terme. Magnussen et Kvyat ont une opportunité unique. Soit ils brillent, soit ils ont un destin à la Perez. C'est moche pour le Mexicain, il n'a pas démérité, mais la F1 n'a jamais été juste... Les Grosjean, Hulkenberg, Sutil, etc. ont intérêt à cartonner en 2014. Sans quoi, ils seront juste des pilotes de milieu de grille, interchangeables à volonté. Car la nouvelle réglementation portera de nouveaux pilotes. Tant qu'à partir de 0, pourquoi s'embêter avec un "vieux" qui coute cher ?
Du reste, j'ai hâte de voir ce que vont donner "mes" espoirs de 2013. Les Kirchhöfer, Picariello, Rovera, Tan... Vont-ils confirmer leurs belles performances de 2013 ? Ou bien vont-ils faire du surplace comme Serralles, qui va tripler en F3. Les Vénézuéliens, englués dans des affaires d'entrée illégales de devises, semblent avoir disparus des radars. Ca va créer un appel d'air. Je pense que ça va profiter aux Chinois et dans une moindre mesures aux Indiens et aux Arabes. Ils ont assez regardé la F1 depuis les tribunes et maintenant, ils veulent entrer en piste ! J'aimerais bien qu'il y ait aussi plus de femmes. Déjà, ça évitera qu'une pilote se retrouve en F1 juste pour faire de la "parité".

vendredi 27 décembre 2013

Type H de noël

Pour l'essai de la Porsche 356, on est passé à travers des banlieues. Dans l'une d'elles, ils mettent le paquet sur noël : marché de noël, tours en calèche et vendeur ambulant "vintage" avec fanfare de pères noël ! Vous avez dit too much ?
Au moins, ça permet d'apprécier le Type H. J'adore cet utilitaire avec son faciès massif.

A propos de PSA, j'ai récemment lu un article de Rue89. Sur le fond, c'est un énième avatar de : "Attention ! Les Chinois vont nous envahir avec leurs voitures !" Et la forme ? C'est du Rue89... Donc, une grosse erreur par paragraphe. Il faut bien que la chronologie colle à la démonstration de l'auteur. Mais attention, c'est signé du cofondateur du site et il a passé 5 ans en Chine! Et lui, une fois, il a posé des questions à "un gars" chez DongFeng et il l'a tellement scotché que l'autre en a eu un rire gêné ! D'expérience, je dirais plutôt que si vous posez une question et que votre interlocuteur rigole, c'est que c'est une question conne. Et je ne m'en vanterai pas.
Plus sérieusement, je serais bien incapable de trouver une raison logique à l'entrée au capitale de PSA par DongFeng. PSA a toujours joué petit bras en Chine et DongFeng a tendance à avoir un oursin dans le portefeuille (et à laisser ses partenaires payer les factures.) On peut supposer que son idée est de siniser PSA. Que la Chine devienne son hub asiatique et qu'il produise davantage de modèles conçus par et pour la Chine. Néanmoins, ça demanderait des investissements et ça serait une stratégie à moyen, long terme. Quant à utiliser PSA pour écouler ses propres voitures en Europe, ça n'est pas là aussi pas possible à court terme. 1) Il n'a pas de produits taillés pour l'Europe. 2) Il n'a pas d'usine capable de faire de gros volumes. Capter du savoir-faire ? Jusqu'ici, ça marche très mal. Le problème, c'est que le temps d'industrialiser votre copie, de nouvelles technologies apparaissent. Au mieux, vous avez un métro de retard (cf. Brilliance ou SAIC avec MG.) Et vous ne pouvez pas vous imposer, y compris en Chine, avec de "l'avant-dernier cri".
Faire une chronologie de DongFeng, pas de problème. Mais ça serait juste un enchainement de dates. Je ne vois pas de vision globale chez ce constructeur. DongFeng n'est pas SAIC ou GAC. C'est un conglomérat de la veille école, essentiellement porté sur les utilitaires et les joint-ventures. D'ailleurs, a priori, son chouchou, ce n'est plus PSA, mais Kia. Des marques "pures", il n'en a pas 1, mais 4 ! Elles correspondent chacune à un objectif. L'une d'elle fait déjà du PSA recyclé. Sa pésence hors de Chine reste limitée à ses minivans et des poids-lourds. Il privilégie les "one-shot", alors que ses compatriotes commencent à quadriller l'Amérique du Sud ou la région Asie-Pacifique. Il a surtout tendance à se disperser. Ainsi, ces 15 derniers jours, il a signé avec Renault, racheté des parts de PSA, fermé une usine Nissan et monté un projet au Maroc. Et j'ai donc bien l'impression que cette prise de participation n'est qu'une énième opération irréfléchie de DongFeng.

mercredi 25 décembre 2013

Porsche 356 B "S" 1963

Sans doute mon dernier essai de l'année. Une Porsche 356 B [1600] S (70) de 1963. Le sourire, c'est pas juste pour la photo !
On ne peut pas juger une Porsche, a fortiori une ancienne, avec des critères objectifs. Moi, entre une Porsche 356 70ch et une Megane R.S. 265ch, je n'hésite pas une nanoseconde ! Et je parle d'autant plus en connaissance de cause que j'ai conduit les deux...

Cette voiture possède un charme fou (euphémisme.) Une ligne toute en rondeurs, rehaussée de quelques touches de chromes.
L'intérieur vaut le détour. Pas de tôle apparente. Il y a beaucoup d'espace (à l'avant) et c'est très lumineux.

Trêve de plaisanterie, c'est un peu la "Porsche 1.0" (ou plus précisément, la "Porsche 1.2". Ce qui m'a sauté aux yeux, c'est que c'est une voiture très aboutie. Sur une Anglaise des années 50, vous démarrez, vous réglez le carbu et ensuite, vous y allez, tout en gardant un œil sur les manos... En 356, vous démarrez, vous y allez et après quelques milliers de kilomètres, vous ouvrez le capot pour la vidange! La tenue de route est également bluffante. Elle n'a pas besoin de toute la largeur de la route ! Pour un pilote débutant et/ou indépendant, c'est la bagnole idéale. Quant à Porsche, une fois qu'il a maitrisé la 356, il pouvait voir plus grand avec la 901/911...

samedi 21 décembre 2013

Une BMW 2002 orange

Une BMW "02". Plus précisément, une 2002, dans un bel orange bien seventies. Le "double-haricot" un peu enfoncé prouve qu'elle roule tous les jours. Enfin, tous les jours... Je suis passé deux fois au même endroit à une semaine d'intervalle et elle n'avait pas bougé...

BMW a failli disparaitre à la fin des années 50. Dans l'immédiat après-guerre, la plupart des constructeurs se sont retrouvé au moins une fois dans une situation très difficile.
BMW, c'est arrivé deux fois. La première, c'est bien sur au moment du redémarrage. L'URSS lui a confisqué son site d'Eisenach et à Munich, les Français lui ont pris ses machine-outils comme "réparation de guerre". Ensuite, les berlines 501/502 n'ont jamais convaincu. L'Isetta permet de boucler les fins de mois... Mais à la fin des années 50, les Allemands ne veulent plus des voiturettes. Wolfgang Denzel, l'importateur Autrichien, fait lui-même recarrosser une Isetta par Michelotti. Le prototype intéresse Béhème. Problème : BMW n'a pas un sou vaillant. Le conseil d'administration songe à se saborder et à vendre le site à Mercedes. In extremis, il vote la poursuite de l'activité et le proto devient la 700, lancée en 1959. Un des personnages clefs du redressement de BMW, c'est le président du land de Bavière. Borgward a besoin d'un peu d'argent pour éponger ses dettes ; BMW veut un prêt pour financer la future Neue Klasse. Le président du land a un faible pour BMW. Il laisse donc crever Borgward et arrange un crédit pour BMW. La 700 se vend très bien, mais le constructeur a compris que le temps du tout-à-l'arrière est compté. Chaque nouveau modèle ouvre un nouvel horizon. La 700 lui permet d'équilibrer les comptes. Avec la Neue Klasse, il s'attaque au marché européens. Avec la "02", il assoit sa réputation dans l'access premium. Ensuite, avec les séries 5 et 7, il montera en puissance et viendra chercher son "ennemi intime", Mercedes.

Pendant longtemps, la gamme de BMW était assez simple : 3, 5, 7 et au moins un roadster. Aujourd'hui, à l'instar de Mercedes et d'Audi, il semble vouloir s'attaquer à chaque sous-niche de marché. J'ai l'impression que l'idée, c'est de faire un tir de barrage et ensuite, ne garder que ce qui marche. J'ai quand même peur qu'à force, il ne dissolve l'image de la marque. C'est quoi, aujourd'hui, une BMW ?
Il y a aussi la question du volume de vente. BMW vend plus que certains généralistes. Est-ce qu'on peut encore faire de l'exclusif, avec plus d'un million de ventes annuelles ?
Ce sont de vrais enjeux pour l'avenir.

lundi 16 décembre 2013

Trophée Andros 2013-2014

Ca commence à devenir une habitude. Une semaine après le Dakar, c'est la présentation du Trophée Andros.

Cette année, c'est la 25e saison. Du coup, ils ont fait une présentation un peu "pipole" avec quelques anciens (Luc Alphand, François Chatriot...) et un bateau-mouche.
L'Andros, c'est avant tout une ambiance conviviale. Pas de divas à l'Andros ! C'est l'une des recettes du succès. Il suffit de voir Olivier Panis claquer la bise à Jean-Philippe Dayraut ou Stéphane Ortelli en pleine conversation avec Chatriot pour s'en convaincre. Même Jean-Pierre Pernaud est obligé de jouer les "homme normal", le temps d'un soir.
La MINI de Dayraut, championne 2012-2013 et très probable championne 2013-2014. Le Toulousain devient un peu le nouvel "Yvan Muller". J'entends par là que Max Mamers préférerait voir Panis et sa Mazda s'imposer. De même qu'il préférait Prost à Muller. D'ici à ce que Dayraut écope d'un "lest Trophée"...

Ce qui est dommage, c'est qu'en France, pour vivre heureux, il faut vivre coupé du monde. L'Andros ne s'est pas exporté. L'IRS de Franz Hummel a fait long feu. Pourtant, d'autres pays ont des stations de ski et des pilotes au chômage l'hiver ! Il n'y a pas non plus de série estivale. Le Défi Andros n'a pas duré longtemps... Peut-être qu'avec le développement du Rallycross, on va voir émerger un Andros US ou Britannique...

samedi 14 décembre 2013

Californie dans le 91

Une bonne vieille Cox, avec le fameux  "Cal-look". Il ne lui manque qu'une belle peinture façon 80s.

La fin de l'année, ses sapins, ses marrons et... Ses résultats annuels. Comme d'habitude, Volkswagen sort le champagne et PSA sort son PDG.
En soit, Volkswagen n'a rien d'exceptionnel. En Europe, comme tout le monde, ils font de la citadine diesel en maxi-promo. C'est vrai qu'ils sont imbattables en qualité perçue -parmi les généralistes-. Mais si on me demandait un conseil d'achats, j'orienterais plutôt vers Seat ou Škoda. Les mêmes plateformes, les mêmes moteurs, mais davantage d'équipements et des prix plus bas. Pourquoi s'embêter ?
La grande force de VW, c'est la mondialisation. C'est vrai que l'euro fort, tue la croissance, donc la consommation. Rajoutez-y des politiques autophobes et l'auto fait grise mine. Mais ça, VW s'en fout. Déjà parce qu'ils sont bien implantés en Europe du nord, moins touchée par la crise. Surtout, avec 2 millions de ventes en Chine et 1 million de ventes aux USA, ils sont tranquilles ! De l'ambition et de la persévérance, ce sont ses deux moteurs. A contrario, tant en terme de gamme que d'exportations, PSA et Renault s'arrêtent aux premières difficultés. Ils n'ont aucune vision à long-terme. Cette semaine, il y avait un article très intéressant dans Les échos. Que la famille Peugeot refuse de partager la prise de décisions chez PSA, c'est déjà un anachronisme. Mais qu'en plus, deux cousins se chamaillent pour jouer les éminences grises (la famille Peugeot s'interdit de placer un des siens en N°1), c'est tout simplement pathétique. Je n'ai pas l'impression qu'ils saisissent les enjeux. Ils gèrent PSA comme si c'était toujours le fabricant de moulins à café de Sochaux...

jeudi 12 décembre 2013

Toyota

L'autre jour, j'étais encore une fois sur les Champs Elysées. Je ne sais pas vous, mais ma vessie n'aime pas trop le froid. Or, parmi les rares toilettes gratuits sur les Champs, il y a le rendez-vous Toyota.

Une fois mon affaire faite, j'ai admiré cette TS030 Hybrid. Elle en a fait, du chemin, depuis la première fois où je l'ai vue !
Pour autant, je ne comprends pas la stratégie mancelle de Toyota. Face à l'armada Audi, il faudrait sortir l'artillerie lourde. Au lieu de ça, ils n'alignent qu'une voiture à temps plein et une deuxième, parfois. Ils ne vont pas non plus en ALMS. Donc, les résultats plafonnent. C'est bizarre de monter un programme pour être N°2, non ?
Et ça va être pareil en WRC. La Yaris n'arrivera que mi-2014. Alors que la i20 a déjà beaucoup roulé.
Une iQ transformée en traineau. Le genre de gag potaches que j'aime bien.

Pourquoi j'étais sur les Champs ? Une activité extra-autoblogesque. Une rencontre avec un représentant d'un équipementier.
Quelqu'un qui a visiblement une haute opinion de lui-même. J'aurais cru qu'il était sur une chaise d'arbitre de tennis! Visiblement ceinture noire en tableaux Excel et en acronymes. Pas contre, côté automobile, il avait l'air faiblard... En tout cas, sa boite cumule les plans sociaux. Avec de tels résultats, il peut rouler des mécaniques ! Ca, des donneurs de leçons, on sait en produire en quantité industrielle en France. Le pire, c'est qu'au bout de 5 minutes, il déclare qu'il a déjà quelqu'un pour la Chine. Alors pourquoi est-ce qu'il m'a fait venir ?

dimanche 8 décembre 2013

Un parking parisien...

Les parking souterrains parisiens recèlent souvent des trésors. En cherchant une petite place, je suis tombé sur ce coupé Bertone. A vue de nez, une GTV; l'un des derniers exemplaires de la lignée. Pas facile à immortaliser, pour cause de néons blafards...

Au risque de me répéter, mais à l'époque, Alfa était sur "l'access premium" avec BMW. 40 ans plus tard, c'est le vide sidéral. L'actualité 2014 se limite à l'ultra-confidentielle 4C et le très léger lifting de Giulietta. En relisant un vieil article, je suis tombé sur un commentaire de Bruce. Avec ses mots, il disait que la Giulia allait tout exploser. Pas mal de mois plus tard, on l'attend toujours, la Giulia... Et les concessionnaires aussi, d'ailleurs...
Quelques mètres plus loin, non pas une BMW, mais une MG B cabriolet, avec un contrejour encore pire !

Les dernières news de MG ? La '5 1,5l turbo arrive enfin, en Chine. Quid de la version "Euro"? Faudra-t-il attendre jusqu'en 2015 ? En BTCC, Triple Eight va aligner une 3e '6. Elle aura un statut de voiture privée. Cela permettra tout de même de soulager un peu Jason Plato. Et la '3 ? En novembre, MG UK a vendu 70 voitures. C'est mieux que d'habitude, mais c'est loin de la centaine d'exemplaires espérés. Enfin, MG débarque en Thaïlande. Pour l'instant, ce n'est que pour y vendre des modèles importés. L'atelier de CKD ouvrira plus tard.

samedi 7 décembre 2013

Dakar 2014

Pour la troisième année de suite, j'ai assisté à la présentation du Dakar. Certains diront qu'un Dakar sans l'Afrique, ce n'est pas un Dakar. Moi, je leur prêterait mon DVD du Dakar 2013 et ils verront que ça reste une sacrée aventure !

Moi, ça me fait bien rêver, ces lacs salés, ces pistes minières, ces dunes... En fait, mon plus gros regret, c'est que pour moi, le Dakar 2014 s'arrête là ! Pas de voyage en Amérique du Sud. Pas de course, même en tant que spectateur. Et l'an prochain, je verrai la vidéo de l'épreuve... Mon rêve, ce serait bien sur de participer.
Cette année, ce sera Argentine-Chili (avec un saut en Bolivie pour les motards.) Comme chaque année, il y a des ministres des pays présents sur l'estrade. Leurs discours, c'est en gros : "C'est nous qu'on a le plus beau pays d'Amérique Latine ! Venez chez nous, on vous accueillera mieux que chez les autres !" Et sur place, les chefs d'états respectifs font le déplacement ! Ce serait inimaginable en France...

Sportivement, ça n'a pas gros intérêt. Là, à gauche, vous avez le très, très probable vainqueur 2014. Qu'est-ce qui pourrait empêcher "Peter" de décrocher un 12e succès ? Il a la vitesse, il a l'expérience et il a la voiture. Le Buggy SMG-Red Bull de Sainz, je n'y crois pas une seconde (sauf pépins.) En plus, cette année, il y a 11 MINI au départ ! Imaginez un GP de F1 avec 11 Red Bull. Ce serait facile de deviner le vainqueur, non?

Ce qui fait le sel, c'est les "petits". Comme chaque année, je vais parler de Zhou Yong (qui a une MINI), des Great Wall, des Duster Argentins, des Eos (des 4x4 Lettons), du Great Wall privé... Avec un gros coup de cœur pour Race2recovery. C'est une équipe anglaise uniquement composée de mutilés de guerre. Mécanos, pilotes... Tous ont un bras ou une jambe en moins. L'an dernier, un des trois Bowler a vu l'arrivée. Dernier classé, certes, mais à l'arrivée. Donc, chapeau.

Et comme à chaque fois, il y a un numéro de Gérard Holtz. J'ai de meilleures photos de lui, mais là, c'est l'une des rares où il porte ses loupes. Que voulez-vous ? Il a eu 39 ans pendant 20 ans et maintenant, ça fait près de 10 ans qu'il a 49 ans... En public, il s'autorise juste une mèche argentée.
J'aime bien ce genre de personnage. On sent qu'il aurait voulu être acteur de théâtre ou chanteur. Une fois sur l'estrade, il ne tient plus en place. Il assure le spectacle. Il se moque de lui-même, de son enthousiasme exagéré, de sa manière de citer la moitié de la rédaction de France TV à chaque phrase, de sa tendance à meubler tout azimut, de son côté Indiana Jones de bac à sable... Gérard Holtz imite Gérard Holtz. Sincèrement, ça vaut tous les spectacles de Nicolas Canteloup !






dimanche 1 décembre 2013

La moto de James May

Dans la spéciale Vietnam de Top Gear, James May se retrouve au volant d'une Ural (héritage soviétique oblige.) Et il s'en plaint beaucoup : trop lourde, trop poussive...

Pourtant, ça n'empêche pas des gens de se dire : "Je veux la moto de James May ! Je veux une Ural !" Le fabricant Russe exporte jusqu'aux Etats-Unis !

En attendant, il y a une vraie arrivée des motos des pays émergents dans nos contrées : outre Ural, il y a aussi le Chinois Lifan ou l'Indien Royal-Enfield. Personne n'en parle, vu que c'est plus confidentiel que l'auto ou l'électronique.
En tout cas, si le vietnamien Rebel USA veut venir, je veux bien faire RP ! Rien que pour avoir accès aux images HD de ses photos presse...

jeudi 28 novembre 2013

Champs Elysées, novembre 2013

J'ai été voir Rush sur les Champs Elysées. Donc bien sur, ce jour-là, j'ai croisé des GT. Comme d'hab'.

Cette Lamborghini Gallardo Spyder est garée comme la 406 juste derrière.
Bientôt, la Gallardo appartiendra au passé. L'air de rien, c'est (c'était) la première "petite Lamborghini" depuis la Jalpa. Le pari était très difficile. Elle n'a (n'avait) même pas de portes coléoptères ! Mais le pari est gagné. Grâce à VW. VW qui a changé un eternel mourant, un peu has been, en constructeur prospère.
Une Jaguar XJ-S V12. Le vilain petit canard de la marque. Ils l'ont d'ailleurs quasiment gommée des archives. Moi, je l'aimais bien. Dans les années 80, elle avait quelque chose d'anachronique. Et puis, il ne faut pas oublier les victoires en ETCC (merci Tom Walkinshaw.)

dimanche 24 novembre 2013

Cinéma : Rush

Donc, j'ai été voir Rush.

J'avais pas mal d'a priori (euphémisme.)
1) La plupart des films de voitures sont des navets. Un film de puristes, comme Le Mans, ferait fuir le profane. Donc, les studios ont tendance à simplifier les enjeux du sport auto et à rajouter des sous-intrigues pour attirer un public plus large... Et ça donne des Michel Vaillant et autres Driven.
2) On nous promet que non, cette fois-ci, ce sera différent. Ce sera un vrai film grand public, mais qui respecte la réalité de la F1... Ce qu'on nous disait déjà pour Michel Vaillant.
3) Ron Howard est un réalisateur assez inégal. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas un "auteur". Dans le monde auto, il a déjà flingué Gung ho en en faisant une comédie burlesque.
4) Le livre dont c'est adapté est assez chiant.

J'ai été agréablement surpris. Effectivement, c'est un film d'action, très "popcorn". Le bon point, c'est qu'il rend compte de la relation complexe entre Niki Lauda et James Hunt. Il n'y a pas de "gentil" ou de "méchant". On a d'un côté un Lauda surmotivé, premier de la classe et tête-à-claque. De l'autre, Hunt, le beau gosse un peu bas du front, mais au grand cœur. Fait rarissime pour un film US, les personnages non-anglophones ne parlent pas forcément anglais ! Daniel Brühl s'est d'ailleurs mis à l'accent autrichien...

Et le réalisme ? Les fans seront heureux de voir revivre Crystal Palace, le Mont Fuji des débuts (avec piste biodégradables), Enzo Ferrari ou le fantôme de François Cevert. En plus, Howard n'abuse pas des effets spéciaux. On a vraiment l'impression de voir la F1 des années 70...
Mais les puristes vont hurler (surtout après avoir lu le minutieux Au nom de la gloire.) Prenez justement Crystal Palace, par exemple, voici la liste d'erreurs grossières :
1) Harvey Postlethwaite n'arrivera chez Hesketh qu'au moment de la F1. Pourquoi est-ce qu'une équipe privée aurait embauché un designer, alors qu'elle n'intervient pas sur la voiture?
2) Lauda et Hunt se sont rencontré plus tôt et ils ont partagé un appartement à Londres.
3) A écouter Howard, on a l'impression que les pilotes débarquent et qu'ils prennent directement le départ. En fait, il y a les essais libres, les qualifications... Et en F3, il y a toujours plusieurs manches par meeting. Hunt n'aurait donc pas "découvert" que Lauda est rapide, le jour de l'unique course.
4) Avant la F1, Lauda était un pilote plutôt moyen. Il n'avait rien d'un espoir à la carrière météorique.
5) C'est avec Dave Morgan qu'Hunt s'accroche.
Et ça, c'est juste pour la scène d'ouverture...

En résumé, Rush permet de passer un bon moment. Mais ce n'est pas encore "le" film sur le sport auto.

samedi 23 novembre 2013

Volvo C70 cabriolet

Une Volvo C70 cabriolet. C'est un témoignage de la brève apogée de TWR (qui l'a dessinée.) Au milieu des années 90, Tom Walkinshaw est le roi du pétrole ! Il a racheté Arrows et Hart, il s'occupe des Nissan du Mans et des Volvo de BTCC, il prépare le V8 Oldsmobile/Chevrolet d'Indycar et dessine des voitures pour Volvo, Rover ou Aston Martin... Puis, tout s'écroule, tel un château de carte. En 2003, Walkinshaw n'a plus rien ; il n'est plus rien. Il remonte la pente en proposant des kits carrosseries pour Mitsubishi et Chevrolet. Il rachète un club de rugby (son autre passion.) Hélas, un cancer l'emporte avant qu'il n'aie pu vraiment "revenir".

On le disait roublard. N'empêche, après sa mort, ses ex-mécanos remontent une écurie et ils vont même demander à son fils Sean la permission d'utiliser son nom. C'est dire que quand même, l'Ecossais a laissé de bons souvenirs...

La C70, c'est aussi le moment où Volvo veut "être cool". Terminée, les gros corbillards taillés à la serpe. La C70 doit marquer un tournant. Elle s'offre même un placement-produit dans le remake de Le Saint, un nanard abyssal avec Val Kilmer.

vendredi 22 novembre 2013

Essai(s) Mini

J'adore les Mini. Je pense que si on veut réunir les 20 voitures qui ont marqué industriellement, commercialement et sociologiquement l'automobile, il faut mettre une Mini dans le lot. J'avais donc très envie d'en conduire une.

Mais voilà, essayer une ancienne, ça se mérite ! Voitures en réparation, responsables surbookés... Enfin, en octobre, on arrive à se mettre d'accord sur une journée d'essai.
En plus, ça tombait en plein dans le pré-lancement de la nouvelle MINI...

Si j'avais pu, j'aurais essayé toutes les voitures de My Mini Revolution ! Je n'ai "que" essayé une 40e anniversaire et une Cooper S "Works" (+ un tour comme passager d'une Countryman.)

N'empêche, je ne regrette pas d'avoir attendu ! J'ai conduit plein de voitures, mais la Mini ne ressemble à aucune autre ! C'est tout petit, tout léger et ça se faufile partout. Et je ne parle pas du look... Je comprends maintenant pourquoi certaines personnes l'adorent. Alec Issigonis avait vraiment bien réussi son coup. Mais de là à vouloir mettre 10 000€, voir 20 000€ dans une Mini, je trouve ça excessif. D'autres pensent différemment. D'ailleurs, les 3 voitures sont déjà vendues !

lundi 18 novembre 2013

My Mini Revolution, 2e première

Il y a quelques semaines, c'était l'inauguration du show-room de My Mini Revolution... Ou plutôt, la deuxième, car il y en a eu déjà une en début d'année. L'explication, c'est qu'ils s'agrandissent. En ces temps plutôt moroses, ça fait du bien d'entendre une histoire de business qui marche.
A l'intérieur, comme d'habitude, il y avait quelques installations "arty", comme ce capot et ce toit de Mini peints ou ce canapé fait d'un arrière de Mini.

F430 au clair de Lune...

Paris, 21h. Dans ce quartier peu touristique, les boutiques sont fermées depuis longtemps. Entre une boulangerie et un traiteur chinois, un négociant en GT. Et une F430 Spider sous une lumière tamisée...

jeudi 7 novembre 2013

Vues aux 20km de Paris...

Une Daihatsu Copen. Qui se souvient de cette espèce d'Audi TT à l'échelle 3/5e ? J'en voulais une... Mais je ne tenais pas dedans, toit fermé. Tant pis.

Dommage que Daihatsu ait été sacrifié par Toyota. Ses voitures très exotiques nous manquent...
 Une Mini Countryman, avec montants en bois. Sans doute la plus chic des Mini.

samedi 2 novembre 2013

FF et Pierrotade

Il y a quelques années, j'avais un patron qui s'appelait Pierre (donc surnom : Pierrot.)
Face au changement, il avait une attitude en 3 temps :
1) Ca ne peut plus durer. Il faut changer tel truc.
2) Oui, mais, si on change, on part dans l'inconnu. On sait ce qu'on perd, mais on ne sait pas ce qu'on gagne. Et puis, ça risque de ne pas plaire à tout le monde...
3) On continue comme avant. Comme ça, on ne froisse personne. Et tant pis pour les inconvénients.

J'ai malheureusement retrouvé cette "Pierrotade" chez la FF Zetec.
1) Il faut s'organiser ! Il y a des propriétaires de FF Zetec, on peut monter un championnat de France.
2) Oui, mais si on s'appelle "championnat de France", la FFSA va nous tomber dessus. Et même pour une "Coupe de France", il faudrait payer un droit de plateau. Et puis, on veut pas qu'il y ait de l'animation, avec des sponsors et un podium.
3) Donc, on continue à se réunir de temps en temps, entre nous, comme en 2013.

Et au passage, je me fais copieusement engueulé, alors que c'est eux qui sont venus me chercher pour faire de la promotion!

C'est dommage, car j'ai bien vu qu'il y avait un espace entre "gentlemen-drivers" et "futurs pilotes de F1". Monter un championnat de France de monoplace avec des coûts limités, ça intéressait des pilotes et même des sponsors!
Mon idée, c'est qu'une réunion de gentlemen-drivers, ça intéresse 10 personnes maxi. Et encore, au 2e week-end, la moitié ont des excuses pour ne pas venir. Si on offre des pneus au vainqueur et qu'il monte sur un podium, ça attirera ceux qui ont l'esprit de compétition. Le rêve, ça serait de pouvoir emmener le champion au Formula Ford Festival et qu'il y ait une catégorie "jeune" (pour faire éclore des talents.) Et en 2015, on pourrait faire le bilan et voir où on peut aller.
Mon modèle, c'est la Formula F 1600, aux Etats-Unis : un championnat compétitif, qui mêle gentlemen et espoirs.
Mais tout ça, c'est fini...

dimanche 27 octobre 2013

Heuliez ne dansera pas le Mia

Une Mia. C'est l'une des premières que je vois dans la rue. Apparemment, Mia s'est associé à Orpi.

L'autre jour, j'ai entendu une conversation typique, dans un resto. Un homme dit à un autre homme : "J'ai vu un reportage sur l'électrique. C'est la voiture du futur ! Tu devrais en acheter une !"
J'aurais envie de dire au premier : "Si c'est la voiture du futur, pourquoi t'en achètes pas une, toi ?" Sauf que voilà, notre premier homme n'est pas fou. Il veut bien des électriques... Mais que ce soit le voisin qui en achète !
Parce que l'électrique, ça reste des golfettes tape-cul, qui font 80 bornes maxi avec le vent dans le dos. Avec l'électronique, on s'est habitué à des progrès fulgurants. Songez qu'en 10 ans, on a vu arriver les smartphones, les appareils-photos numériques, les lecteurs MP3, les TV à écran plasma... Sauf que l'électrique ne pourra pas progresser aussi vite. La voiture thermique est un petit bijou d'autonomie et de polyvalence, à un prix modéré. L'électrique ne pourra pas l'approcher de sitôt.

En attendant, ce n'est pas avec ça qu'on va remplir les carnets de commande de l'ex-Heuliez. Ceux qui ont raconté l'inverse sont soit des naïfs, soit des escrocs. Et ça vaut aussi, hélas, pour Brandt, Eon ou Renault à Flins...

Cette semaine, l'usine PSA d'Aulnay a fermé. J'ai eu un ami, en BTS, qui y avait passé un été. Il y posait des joints de vitres de Saxo. La direction jure que non, l'usine ne sera pas reconverti en site d'entreposage. A la place, ce sera... Un site de préparation de commandes. Ce qui revient peu ou prou au même. Au lieu de reprendre les ouvriers qualifiés, avec leurs années d'expérience, ils vont prendre du cariste intérimaire. Je suis sur qu'au Pole emploi d'Aulnay, les demandes de formation CACES vont exploser. Ca fera moins de jeunes du quartier en "chômeur catégorie 1" et tout le monde sera content (ou presque.)

Une info passée plus discrètement, c'est le réaménagement de Tanger. L'usine Renault y produira des Sandero.
A l'origine, le projet Dacia était cohérent, car les voitures étaient destinées au marché local. Mais lorsque la Logan, puis le Sandero et le Duster, sont arrivés en Europe occidentale, point de production locale. Depuis, Carlos Ghosn fait preuve de cynisme économique. Le problème des pays émergents, c'est qu'ils finissent par émerger ! Au début, les Roumains étaient bien content d'avoir du boulot. Mais ensuite, ils sont devenu gourmand. La transformation de la Somaca, puis la construction de Tanger ont été deux avertissements. En avril, Dacia est de nouveau en grève. Le N°2 menace de délocaliser au Maroc. Renault jure au Blog Auto que les propos ont été déformés et sorties de leur contexte. N'empêche, 6 mois plus tard, la deuxième ligne de Tanger démarre et ça fera ça de moins pour les Roumains. Conclusion : amis Marocains, si vous voulez garder votre job, fermez-là!
D'un autre côté, à l'heure du débat sur l'immigration, je ne peux pas être 100% contre cette usine de Tanger. Parce que cela offre des emplois locaux et des perspectives aux Marocains. Donc, ils seront moins tentés par une aventure européenne. C'est l'argument des libéraux. Le problème c'est que tout cela se fait au détriment des ouvriers d'Europe de l'ouest...

samedi 26 octobre 2013

Au nom de la gloire

Il y a quelque temps, j'ai lu Au nom de la gloire (le livre qui a inspiré Rush.) Et j'ai été très déçu.

J'ai pas osé l'écrire dans mon article, sinon, on m'aurait traité d'écrivaillon frustré (cf. le navet de Jean-Pierre Corniou.)

Tom Rubython, c'est "just the fact ma'am." Un descriptif course après course de la lutte entre James Hunt et Niki Lauda. Visiblement, il a interviewé pas mal de monde avant d'en écrire une ligne. Néanmoins, il garde une vision très anglo-anglaise (les continentaux sont ignorés, voir méprisés.) Evidemment, sur Hunt, il est obligé d'évoquer sa vie dissolue. Là, Rubython joue les vierges effarouchées.
Le tout traduit par quelqu'un de visiblement anglophone et qui ne connait pas la F1. Accessoirement, il y a des répétitions.

C'est d'autant plus dommage qu'il y a beaucoup de niveaux de lectures au duel Hunt/Lauda.
C'est l'arrivée des TV, des sponsors, les contrats annuels revus à la hausse... Hunt et Lauda s'en servent chacun à leur manière. Lauda pour exiger le maximum (financièrement parlant) de Ferrari. Hunt, lui, profite de sa belle gueule pour multiplier les apparitions rémunérées et pour passer à la TV.
C'est le temps des excès. Surtout pour Hunt. D'autant plus qu'à l'époque, on ne met pas en relation hygiène de vie et performances sportives. En apparence, la cocaïne n'a qu'un but récréatif. Mais ses sautes d'humeur, sa paranoïa et ses nuits sans sommeil ne sont-elles pas les symptômes d'un cocaïnomane au dernier degré ?
Rubython aurait pu creuser la "solitude". Tout les deux sont dans un monde sans frontière. Ils sautent d'un palace à un autre et ils côtoient les stars. Un quotidien incompréhensible pour leurs parents ou leurs amis. Ils vivent dans une bulle. Est-ce un hasard si tout les deux ont des difficultés amoureuses ?
Enfin, il y a l'aspect "anglais". De 1958 à 1973, seuls 3 titres (1960 - Phil Hill, 1970 - Jochen Rindt et 1972 - Emerson Fittipaldi ) échappent à des pilotes du Commonwealth. La F1 est repeinte en vert anglais. Puis, ensuite, plus rien. Non seulement, les titres 1974 et 1975 échoient à des non-Anglais, mais il n'y a plus de Britannique capable de jouer le titre ! En 1976, avec Hunt, la perfide Albion se rassure ! Sauf que ce sera un feu de paille. Il faudra attendre 16 ans pour revoir un Anglais au sommet (Nigel Mansell.) Hunt est la queue de comète de l'âge d'or anglais. Après cela, la F1 est mondialisée. Les Sud-américains dominent la F3 anglaise. Lotus, Williams ou Brabham n'ont aucun scrupule à embaucher des étrangers. La F1 des années 80 se fera sans les Britanniques. Voilà pourquoi toute une génération se repasse en boucle les images de James Hunt. Après tout, en France, on en est bien à se tripoter devant les titres de Prost ou le duel Arnoux-Villeneuve à Dijon...

dimanche 20 octobre 2013

Excalibur

Une Excalibur, visiblement louée pour un mariage. C'est une voiture très kitsch (et encore, là, le blanc atténue l'effet.) Brook Stevens trouvait que les Mercedes SSK et 540K n'était pas assez voyante. Donc, pour sa réplique, il a rajouté une couche de chrome. Ca donne un côté nouveau riche typiquement US : "Je viens de gagner mon premier million, je n'ai aucune notion culturelle et je veux que tout le monde voit que je suis millionnaire."

Mais c'est comme un Hummer rose fluo : c'est tellement baroque que ça en devient sympathique.

Quand je vois les Mitsuoka et autres Bufori, je me dis qu'en fait, Excalibur est mort trop tôt. Si les investisseurs avaient tenu un peu plus longtemps, ils auraient pu surfer sur le clientèle de nouveaux riches d'extreme-orient...

dimanche 6 octobre 2013

La princesse du Louvre

Une Princess Vanden Plas, version cossue de la BMC 1100/1300. C'est un peu l'ancêtre des Clio Initiale. J'en avais croisé une autre il y a quelques mois et je lui avais consacré un Conducteur du jour.

La dynastie des BMC 1100/1300 fête justement ses 50 ans. Ce sera l'un des derniers gros succès de BL>MG-Rover. C'était l'époque où les Britanniques n'achetaient que du BMC. Quitte à poireauter plusieurs mois pour en avoir une. L'erreur des dirigeants a été ensuite de considérer la clientèle britannique comme un acquis...

Comme d'hab', je n'ai pas grand chose de neuf sur MG. MG a vendu 104 voitures en septembre. Va-t-il confirmer en octobre ?
Côté BTCC, Jason Plato est toujours théoriquement en lice pour le titre. En pratique, il faudrait un miracle, la semaine prochaine... Je pense que Plato est le genre de gars capable de prendre n'importe quelle voiture et de l'amener sur le podium. Par contre, il est incapable de gérer un championnat. Quant à Sam Tordoff, il est encore trop "vert". Ce qui manque, à MG, ce serait un troisième homme, comme Andrew Jordan chez Honda. Un privé capable de glaner des gros points. Et puis, en cas de podium, ce serait toujours ça de pris pour la com' de MG...

Du reste, là, c'est la fin de saison. Il va y avoir des annonces de "montée" en F3, en GP3, en GP2, etc. J'aime bien "suivre" un pilote, comme avec Jean-Eric Vergne. Pouvoir dire ensuite : "Moi, je l'ai "vu", il y a des années." Prenez Sun Zheng, cette semaine... En mai 2011, j'évoque le CTCC (où il remporte sa première victoire en automobile.) Réaction : "On s'en branle, de tes chinoiseries !" Sauf que 2,5 ans plus tard, qui s'installe dans la Lotus GP, au Paul Ricard ?
Dans les prochaines années, il y aura un changement de génération en F1. Je pense que le centre de gravité de la F1 va se déplacer vers l'est. D'une part, il y a une vraie crise du sport auto européen. Rien qu'à l'hiver 2012-2013, on a vu disparaitre l'Intersteps, la FR Italia, la F2, la F3 Italia, les coupes européennes de FF et de Formula Abarth... Et justement, cette saison, la Formula Abarth et la FF se sont débattus avec 8, 9 voitures par meetings. Les pilotes européens -hors filière Red Bull et Caterham- végètent, cf. les Alexander Sims, Will Buller, Felix Rosenqvist, Jack Harvey, etc. Forcés de tripler, voir de quadrupler en F3, faute de pouvoir "monter". En parallèle, les pilotes Malaisiens arrivent avec des sponsors. Les Chinois, eux, sont hyper-motivés. Et il y a aussi les Thaïlandais, les Indiens et même les Moyen-orientaux, qui commencent à s'organiser... Visiblement, Fortec a déjà bien compris que certains Asiatiques ont de l'argent. La différence avec les Brésiliens ou les Japonais, c'est que les Chinois ne voudront pas juste faire des chèques. Avec un peu de chance, dans 10 ans, soit ils s'offrent Tatuus, RFR ou Mygale, soit ils produisent un clone de Dallara F3 ! Je prends les paris...

jeudi 26 septembre 2013

Midas en lutte contre la pollution

Il y a une dizaine de jours, j'ai assisté à une présentation de Midas. Le fond (la pollution en voitures) était intéressant. La forme, par contre, était à la limite de la caricature.

Comment faire peur aux gens, la méthode Midas :
1) Vous invitez essentiellement des mères de famille, issu de médias ayant peu de rapports avec l'auto.
2) Faites venir un médecin et faites le parler de pollution derrière une présentation PowerPoint. Bien sur, il ne souligne que les chiffres qui l'arrangent. Le message est en gros : "Mesdames, vous conduisez vos enfants vitres fermées, clim à fond ? Vous êtes des assassines ! La clim fait virevolter des particules et des bactéries, dont certaines pourraient favoriser l'asthme ou réduire les défenses immunitaires!" En vrai, le médecin était peu virulent et sur la fin, il a mis pas mal de conditionnels. N'empêche, derrière moi, certaines paniquaient.
3) Là, une fois que l'assistance était à cran, le PDG de Midas revint. Il a la solution miracle pour dépolluer votre intérieur : changer votre filtre à charbons et ioniser l'habitacle avec la machine ci-dessus. Prix : 89€. Vous avez dit charriage ?

Primo, pour avoir fait un peu de physique-chimie à l'école, je suis un peu dubitatif sur l'utilité de la machine. Il faut qu'on m'explique comment on peut nettoyer un habitacle juste en ionisant l'air, sans produits chimique.
Secundo, certes, il y a des bactéries dans l'habitacle. Mais on est en permanence attaqué par des milliers de germes et la beauté du corps humain, c'est qu'il résiste à 99% des attaques. De toute façon, moi, à chaque fois que je roule décapoté, je fait un maxi courant d'air.
Tertio, le problème des clims est plutôt dans les conduits, où il y a de l'eau tiède stagnante. C'est là que se développe la légionelle. Mais ça, le ionisateur de Midas ne s'en occupe pas.
Quattro, certaines femmes semblaient prêtes à aller chez Midas. Le gag, c'est que certaines journalistes fumaient. Y compris devant leur progéniture (je les entendaient en parler) et ça a un effet nettement plus dévastateur que les bactéries et germes en suspensions dans une voiture...

Plus sérieusement, l'étude du médecin (commandité par la RATP) est intéressante. Elle montre que les pics de pollution ont lieu l'hiver (on les imagine plutôt l'été.) De plus, en cas de pollution, mais vaut marcher ou être sur un 2-roues que dans un véhicule fermé (car les polluants s'accumulent.) Enfin, le pire émetteur de particules fines, c'est... Le métro (et c'est la RATP qui le dit.) Ce sont essentiellement des particules issues des garnitures de freins. Et comme, par définition, le métro est souterrain, elles restent en suspens. Mieux vaut rester 1h derrière un bon vieux dCi que dans une rame de métro !

mercredi 18 septembre 2013

Les voitures du mariage

L'autre jour, j'étais invité à un mariage chinois. D'ordinaire, les Chinois sont assez discets, mais pour leurs mariages, il faut de l'ultra-ostentatoire. La limousine est presque obligatoire.
La famille des mariés est dans l'Evoque et au premier plan, il y a la plus belle voiture du monde de l'univers !
Voici la vue que j'ai eu durant tout le trajet. Dire que d'habitude, sur une voiture de mariés, on s'autorise à peine un ruban rose...
Pour une fois, j'étais juste passager. Donc, j'en ai profité pour prendre les scènes insolites, comme cette Morgan Tourer.
Sur la place de la Concorde, le club Autobianchi Netherland s'offre une pause. Les deux A112 Abarth sont très belles, mais la Fiat 127 utilitaire est aussi très mignonne en bleu.
Cette Mustang bariolée appartient à un Koweïtien qui veut rallier Marrakech, pour promouvoir la paix dans le monde. Il se propose, moyennant finance, de vous offrir un tour de pâté de maison.

C'est pas la journée de la sobriété...
Une bonne vingtaine de mariés Chinois se font prendre en photo devant la Tour Eiffel. Ce qui signifie une dizaine de limousines garées en double-file. Un policier commence à s'énerver et vire les voitures. Au début, les chauffeurs argumentent, mais quand le policier sort son carnet, c'est sauve-qui-peut ! D'où une scène irréaliste des limousines fleuries qui s'en vont prestement, font le tour du Champ de Mars, puis reviennent au point de départ en espérant retrouver "leur" couple.

jeudi 12 septembre 2013

Stéréotypé

Sur les sites humoristiques US, on voit fréquemment des gros 4x4 garés à cheval sur 2 places de parking. En France, on en trouve aussi, des 4x4 US et des beauflands qui se garent sur 2 places ! La preuve avec ce spécimen en Chevrolet Tahoe. En plus, celui-là, il n'y a pas avancé jusqu'au bout, donc son porte-à-faux arrière déborde sur l'allée centrale ! Du plus pur style JMBC !

J'ai songé à faire un article sur les voitures et les stéréotypes sur leurs propriétaires. Mais 1), ça ferait trop kikoo lol mdr et 2) c'est le meilleur moyen pour recevoir des commentaires orduriers pendant 15 jours.
A propos, hier, j'ai écris un article sur Vettel, qui est en train de marginaliser les Button, Räikkonen et autres Alonso. Je me suis inspiré de posts de Joe Saward à propos d'Alonso et de sa postérité. Ouhla, dire du bien de Vettel et du mal d'Alonso ? Sacrilège pour les tifosi ! Vettel s'apprête à gagner un 4e titre d'affilée, mais le meilleur pilote, c'est Alonso bien sur ! C'est évident que l'Allemand est médiocre, d'ailleurs, il est pleurnichard et égoïste. C'est vrai qu'Alonso est un modèle de probité, en matière de gestion de carrière... Et il n'a pas du tout cherché à humilier Massa... Mais voilà, il est pilote Ferrari, donc on l'adule et on se promet que l'an prochain, Räikkonen et lui feront des étincelles...

vendredi 6 septembre 2013

Une Gamine de Vignale

Une "Gamine" de Vignale. Autrement dit, une Fiat 500 recarrossée dans un style néo-rétro. Ironie de l'histoire, aujourd'hui, elle est elle-même devenue "rétro".

Du reste, la Gamine eu une histoire assez triste. Les frères Vignale ont été dépassés par le succès du proto initial. Ils se sont improvisés industriel et ça n'a pas marché. Ruiné, Alfredo Vignale revend à De Tomaso et meurt juste après dans un accident de voiture. Quant à Frixos Demetriou, l'importateur Anglais, il retournera sur sa Chypre natal et se fait rouler dessus par un char.

A Francfort, Ford va faire renaitre le nom "Vignale", sur une Mondeo. Je suis sceptique : si c'est pour en faire ce qu'ils ont fait avec Ghia...
Plus généralement, ce qui me choque, c'est la disparition des carrossiers italiens. Trop gourmands ? Pas assez originaux ? Ils apportaient de la fantaisie et de la passion dans les salons. J'ai l'impression que les temps des tuners est aussi passé (trop d'offre, pas assez de demande ?)

samedi 31 août 2013

Autobianchi A112

Une Autobianchi A112, qui roule visiblement au quotidien. La première citadine traction du groupe Fiat. Mais comme beaucoup de citadines, elle est rarement conservée. On la "balladurise" en pensant que d'autres les conserverons...

Du reste, dans une semaine, c'est le salon de Francfort. Comme d'habitude, il n'y aura rien chez Fiat. Ce n'est pas avec la 4C qu'ils feront du volume ! De mémoire, ce n'est qu'en 2015-2016 qu'il y aura du neuf. Mais que font les concessionnaires d'ici-là? C'est fini, l'époque où chaque constructeur avait de nombreux fidèles inconditionnels. Ils ont eux-même favorisé le zapping, à coups de promotions agressives. Et là, je parle bien sur de l'ensemble des généralistes. Y compris VW. Sauf que VW, il a la Chine et les USA. Fiat a bien l'Italie, mais le marché italien est en chute libre. Bref, l'avenir à moyen-terme de Fiat est bien sombre.

mercredi 28 août 2013

MGA

Une MGA. D'habitude, je croise plutôt des F et plus rarement, des MGB (et curieusement, peu de TF.)

Dimanche, la MG3 arrivera officiellement dans les concessions britanniques. AROnline, grand nostalgique du lancement de l'Austin Metro, a déjà pas mal spéculé sur son futur.
La réalité, c'est que tant que le premier mois n'est pas écoulé, on n'a que du vent. A la limite, il faudrait même attendre le 2e mois. Car on peut supposer que de nombreux MGphiles ont pré-commandé leur voiture, d'où un gonflement artificiel des ventes du premier mois.

Le scénario noir, c'est 10 ventes par mois. C'est la Bérézina chez la trentaine de concessionnaires MG UK. SAIC n'a pas investi des millions pour vendre 12 MG6 et 10 MG3 par mois! Il ferme le site de Birmingham, ne conserve que le centre de design (pour le symbole) et se concentre exclusivement sur la Chine.
On ne peut pas écarter ce scénario. D'autant plus qu'en Chine, MG a beaucoup de mal à s'imposer (alors que Roewe fait un carton.) Mais SAIC semble parti sur une stratégie d'investissement à long terme (assez rare chez les Chinois.)

Le scénario rose (celui d'AROnline), c'est plusieurs centaines de voitures par mois. C'est le début d'un cercle vertueux. Les bonnes ventes (à l'échelle de MG UK) encouragent des concessionnaires plus gros à distribuer MG. En plus, cela incite SAIC à investir davantage. Pour la MG5, ça ne change rien. Mais pour le SUV, la chaine est modifiée et il y a davantage de "made in UK". En plus, ils développent des modèles spécial Europe : petit diesel, version vraiment sportive... En 2015, MG débarque au Benelux. En 2016, MG s'offre son premier salon de Genève et il dévoile un concept-car de roadsters. En fin d'année, il y a un stand porte de Versailles, même s'il faudra attendre un an de plus pour revoir des MG en France... Et en 2017, la MG6 nouvelle génération est dévoilée au salon de Detroit (où SAIC possède un bureau d'étude.)

Le scénario gris (le mien), c'est une quarantaine de voitures par mois, avec des pointes à 100 en fin d'année, lorsqu'ils font des promos d'enfer. De quoi maintenir le réseau actuel, point. Du coup, MG UK reste sur une stratégie peu ambitieuse. La MG5 Euro sort avec un unique moteur et là encore, la croissance est faible. Malgré tout, comme la "3" et la "5" débarquent en Afrique du Sud, en Australie, en Ukraine, en Israël, en Nouvelle-Zélande, etc. Les exportations de MG grossissent.
Il faut se souvenir que lorsque SAIC et NAC rachètent MG-Rover. Ils n'ont pas grand chose. NAC n'a que des modèles en extrême fin de carrière. SAIC récupère un projet à moitié-fini de berline "C". Donc pas question de s'appuyer sur l'existant : il faut créer du neuf. C'est d'ailleurs ceci qui coulera NAC. Jusque là, SAIC n'était qu'un assembleur pour des tiers. Il doit donc s'improviser concepteur de voitures. En plus, il songeait d'abord à la Chine. En cela, les MG 6, 3 et 5 sont donc autant de premiers jets. Pour la deuxième génération de véhicules, SAIC aura davantage d'expérience (notamment sur les goûts des Européens) et ses produits seront plus aboutis. A mon avis, il faudra attendre ce moment pour que les ventes se développent vraiment en Europe.

mercredi 21 août 2013

Concerto pour Honda, oraison funèbre pour Rover

Une Rover série 200 (type AR8) ? Non, regardez le badge sur la calandre : c'est bien un "H". Donc c'est une Honda Concerto.

A écouter AROnline, c'était une bonne idée. Honda crée une 5 portes (pour combler le trou entre la Civic et l'Accord.) Charge ensuite à Rover de la décliner en 3 portes, 4 portes et break (ainsi qu'un cabriolet.) D'ailleurs, la Concerto et la 200/400 sont sorties en même temps.
Mais ça a surtout souligné que Rover ne fait plus que de la Honda rebadgée (donc a priori moins fiables et moins bien finies que l'original.) Pourquoi s'embêter à acheter une copie ? Autant prendre l'original ! Rover fera le minimum syndical de développement avec un unique moteur essence (le "K", dont dérivent les 1,8l turbo et 1,5l atmo des MG actuelles.) Le diesel est fourni par PSA (qui s'occupe également des boites de vitesses.) Bref, un boulot de constructeur de second plan, incapable de développer une voiture de A à Z.
Au début des années 80, c'est Honda qui cherche à s'appuyer sur Austin-Rover et profiter de son implantation européenne. 10 ans plus tard, le rapport de force s'est inversé et c'est Rover qui s'appuie sur Honda pour concevoir ses modèles. Le Rover des années 90 est un Rover rentable ; mais c'est surtout un Rover trop petit pour vivre seul. La suite est prévisible, lorsque BMW solde la marque aux "Phoenix Four", il n'y a aucun savoir-faire, aucune valeur ajoutée. Chrysler, après le divorce avec Daimler, sera dans la même situation. Et le problème de Renault, c'est qu'il devient le "Rover" de Nissan. Une tendance appelée à s'accélérer, car Renault veut davantage se rapprocher esthétiquement des Nissan. Et si demain, Nissan quittait "l'Alliance" ? Et bien comme Honda, ils diront : "Ca, c'est à nous, ça aussi, ça aussi, ça et ça, aussi. Bref, tout est à nous !" Je sais, ça ne peut pas arriver, ils sont BFF ! Pourtant, l'histoire récente nous apprend que tout peut arriver. Et la pingrerie et le manque d'ambition des dirigeants de Renault ne me rappelle que trop ceux de Rover...

lundi 19 août 2013

Excitations

Depuis quelques mois, crise oblige, les constructeurs ont levé le pied sur les nouveautés. Maintenant, ils sentent un frémissement, alors on devrait avoir un "beau" Francfort.

J'aurais un pincement au cœur en voyant la Mazda3. J'étais présent au lancement mondial de l'actuel modèle. C'était d'ailleurs mon premier gros reportage "live". Ca se ressent dans l'article...

5 ans déjà... Désormais, je suis blasé par les levers de rideaux avec sons et lumière, les buffets bien garnis ou les attachées de presse à tomber par terre !
Par contre, je reste à l'affut des évolutions et des recompositions du marché.
A ce titre, j'attends avec impatience le SUV Jaguar (puis la "petite" berline qui suivra.) Comment est-ce que Jaguar, un constructeur élitiste, va réussir sa mue? Va-t-il être un énième premium? A priori, comme les gens ont les mains à peu près libre, ça sera propulsion et intérieur soignés à tout les étages. Pas de X-Type à l'horizon...

J'ai aussi hâte d'être en octobre, pour avoir les premiers chiffres de vente de la MG3 "Euro".

Je suis un peu moins intrigué par l'Alpine. J'ai comme un mauvais pressentiment. Le souci, c'est que c'est une course d'obstacle : il faut répartir les tâches avec Caterham (et gérer l'égo de Tony Fernandes), créer un beau produit et savoir le "vendre". Sachant que le passé n'est guère encourageant: A610, Spyder Renault Sport, renaissance de Gordini, Wind... Autant de projets ambitieux qui ont explosé en vol...

mercredi 14 août 2013

Jaguar F-Type "Hertz", mon trente-quatrième essai

Essayer des voitures, ça fait parti de mon job. Néanmoins, moi, quand je monte à bord d'une sportive, j'ai les yeux qui brillent. On ne peut pas mettre tous les essais sur le même plan. Une GT, ça doit être un "essai passion" et vous devez transmettre de l'émotion (donc ressentir quelque chose.) Je reste traumatisé par un journaliste qui m'a dit: "Une fois, j'ai été essayer une Lambo à Las Vegas et... Voilà..." Ca ne l'a pas plus marqué que ça. A mon avis, ce gars devrait changer de boulot ou se cantonner aux citadines diesel...

Bref, comme un autre rédacteur l'avait déjà essayée la Jaguar F-Type, j'ai du orienter mon article sur l'aspect "location de GT". Voici donc un article davantage orienté "essai".
Le concept
Certains reprochent à la XK8 d'être trop lourde et trop typée "GT". D'où l'idée d'une stricte 2 places, plus sportives. Elle reprend la plateforme de la XK8, raccourcie. Pour des raisons marketing, ils l'ont appelé F-Type.
Je suis moyennement fan de la ligne. C'est beau, mais trop sage. Dans 5 ans, Jaguar nous sortira une nouvelle F-Type et on aura oublié celle-ci. Il n'y a pas le côté "œuvre d'art" de la Type E.

Présentation
J'adore les productions de Jaguar-Land Rover. Elles ont une classe incomparable. Les Audi et les Mercedes sont froides. Chez Jaguar, il y a plein de détails comme ces ouïes (juste pour voir le mot "Supercharged") ou les étriers badgés "Jaguar". Et tout ça, de série, sur le modèle de base...
Intérieur
Il y a du cuir partout! Même sur la planche de bord. L'équipement est ultra-complet: sièges électriques, caméra de recul et GPS de série.
L'autre bon point, c'est l'ergonomie. D'emblée, vous arrivez à faire marcher la clim' ou à programmer votre destination. Pas de curseur, pas de sous-menus... Ah, si toutes les voitures pouvaient avoir l'interface homme-machine de la F-Type...

Le "moins", c'est la finition. En terme d'ajustements et de qualité perçue, on est loin des productions allemandes...

Moteur/tenue de route
Le V6 3,0l offre 340ch. Elle revendique un 0-100km/h en 5,3 secondes. En "D", elle met un peu de temps à réagir. Ca va beaucoup mieux en "S". Et puis, il y a le bruit... A 3000tr/min, le V6 se réveille et émet un feulement, puis il rugit...
Je n'ai pas pu trop taquiner la voiture. Je n'ai même pas eu le temps de l'emmener à mon "mini-Mulholland"! De ce que j'ai vu, elle m'a semblé assez joueuse et plutôt linéaire.

Conclusion
Ah, si seulement j'avais 73 800€... Par rapport à la concurrence, le rapport prix/performances/équipement de série est imbattable. La classe anglaise en plus. J'ai quand même un doute sur la fiabilité (notamment le faisceau électrique) et le coffre est ridicule.