samedi 30 juin 2012

Francfort: pink Cadillac

Pour finir ce bref tour de Francfort, voici une Cadillac vue à l'aéroport. Il s'agit d'une pub pour le musée du coin.

La couleur rose n'a rien d'exceptionnelle à Francfort. Durant la journée, on a vu des voitures vert pomme, du jaune canari, de l'orange bien vif...

Vous imaginez les concessionnaires du coin: "Merde, on nous a livrés des voitures blanches et grises! Encore des trucs invendables!"

Francfort: ceci n'est pas une exclu

Le plan de Mitsubishi consiste à faire plein de lancements à court terme. Première étape: l'Outlander. Deuxième étape: laz Colt/Mirage. Troisième étape: ?

Le midi, à la pause, que voit-on au parking? Un break bâché.
Je suis immédiatement en mode "adolescente-qui-attend-Justin-Bieber-devant-NRJ": "Cestpaspossible! CestletroisièmevéhiculedeMitsubishi! IlsvontnousrefaireleGrandis! Cestuneexclusivitémondialejustepournous!" Puis, j'ai été voir la RP: "Cestquoi? Cestquoi? Cestquoi? Vasyditlenous!"

En fait, c'est juste un incrustor bas du front qui a garé sa béhème au milieu du parking. Donc, ils ont bâché sa voiture pour ne pas qu'elle défigure le paysage.

Cela dit, j'espère que Mitsubishi ne va pas faire du "tout crossover".
Dans le temps, Mitsu, c'était aussi la Carisma, le Grandis, la Galant, la 3000GT... Aujourd'hui, même la Lancer Evo semble en porte-à-faux.
Or, je pense que les SUV ne seront qu'une mode. Regardez où en sont aujourd'hui les gros monospaces ou les berlines à transmission intégrale (or Audi et Subaru)...

vendredi 29 juin 2012

Francfort: à l'ombre de Skoda et de Kia...

Qui dit présentation, dit photos insolites ou "ambiance". Pour l'Outlander, on a fait l'aller-retour dans la journée, donc forcément, moins de choses croustillantes.

Pour la présentation Jaguar, on était à deux pas d'un centre de formation Audi.
Là, à Francfort, on a pris les voitures à proximité d'une affiche à la gloire de la Skoda Citigo... Sachant que le parking lui-même était recouvert d'une immense pub pour la Kia Cee'd !

Présentation Mitsubishi Outlander

Vendredi dernier, j'étais invité à la présentation du Mitsubishi Outlander troisième du nom.

"Conservatisme" est le mot qui le défini le mieux.
Les premiers marchés de Mitsu sont les Etats-Unis, la Chine, le Japon, la Russie, l'Australie... Et ensuite, seulement, l'Europe. Donc, logique, il a été surtout pensé pour les Etats-Unis et la Chine. La clientèle US est composée de soccer mom. La clientèle Chinoise, ce sont des patrons de PME un peu grisonnant, qui veulent un "gros quat'quat". Ces deux groupes ont en commun des goûts conservateurs en matière de design. Donc Mitsu leur sert un Outlander un peu passe-partout. On a une impression de déjà vu.

C'est sur que j'ai connu plus excitant.
Ce qui est plus intéressant, c'est le rebond de Mitsubishi. Ils veulent repartir à l'assaut du monde.

jeudi 28 juin 2012

L'autre bande des quatre

Un Renault S130 des années 80 avec une cabine "club of four".

La division poids-lourd a longtemps été le parent-pauvre de Renault. En 1955, elle est fusionné avec Somua et Latil pour former Saviem, le spécialiste des utilitaires moyens et lourds.
Saviem se tourne vers Henschell, puis vers Man pour les mécaniques.
En 1971, Saviem, Daf, Magirus-Deutz et Volvo mutualisent la conception d'une cabine, c'est le "club of four". La fameuse cabine sera utilisée jusqu'en 1988 chez Renault (mais a priori, elle aurait vécu plus longtemps sur les camions militaires.) Sur certain Mack, elle est inversée!

Il y aurait de belles histoires à raconter sur les camions... Dans le temps, il y avait le Big Lorry Blog. Un site anglais lié au magazine Commercial Vehicle, mais animé par un unique passionné. Anecdotes de routiers, photos envoyées par les lecteurs, photos prises par le webmestre, communiqués de presse reproduits tels quels... Le tout avec des "taufes de farppes". Mais ce côté artisanal faisait le charme de ce blog. Dommage qu'il a disparu.

mercredi 27 juin 2012

204 de compet'

Une Peugeot 204 cabriolet, dans un rouge bien flashy, un hard-top noir et surtout, un numéro sur les portières.

Le proprio a de l'humour, car la 204, ce n'est pas vraiment une voiture de course...

mardi 26 juin 2012

Deux voitures japonaises

Une Subaru Trezia. On n'en voit pas tous les jours!

"Mon" concessionnaire Mazda fait aussi Mitsubishi et Subaru. C'est là que je l'ai trouvée (dans la réserve, portant encore ses autocollants "nouvelle Trezia".)

C'est le genre de voiture invendable. Moi, je l'avais bien aimé. Néanmoins, qui voudrait surpayer une Toyota Verso-S, impossible à revendre? A fortiori en région Parisienne, où vous avez un agent Renault tous les 200m...
Subaru la propose uniquement pour faire plaisir à l'UE. De toutes façons, ils n'ont pas les moyens de la promouvoir.
Et ce sera pareil pour Mitsubishi avec sa future Colt/Mirage.
Vue dans le même garage. J'ai la même, mais en noir. Et en plus sale. Et avec quelques égratignures.

Si j'en suis content? Oui, c'est près de 3 ans de bonheur! Ah, les montées en régime, le coup de pied aux fesses à l'accélération, le plaisir du cabriolet, l'été (encore que là...) Elle n'a plus vraiment de rivales sur le marché.

Le regret, c'est que Mazda n'en fasse pas davantage. Ils pourraient faire une version coupé, chercher à implanter la coupe monotype au niveau européen et surtout, se bouger avec la nouvelle version! Parce que les séries limitées avec 3 nouveaux autocollants, ça va 5 minutes!

jeudi 21 juin 2012

24 heures du Mans: 6. divers

Promis, c'est ma dernière série de photos sur les 24 heures du Mans 2012!

Voici donc le "divers", un euphémisme pour dire "n'importe quoi".

On commence par ce Man aux couleurs d'Audi Sport Team Joest. C'est idiot, je sais, mais ça m'a fait quelque chose de voir "Joest" écrit en aussi gros.
Un coup de vent et voilà Auto-hebdo qui joue au cerf-volant avec son kiosque. Je sais, c'est pas bien de se moquer.
En même temps, tous les 10 mètres, il y a une fille aux couleurs d'AH qui vous gueule dans les oreilles : "VOUS VOULEZ UN PROGRAAAME? 5 EUROS LE PROGRAAAME!"
Comment occuper le terrain quand vous vous appelez Red Bull et que vous n'avez ni voiture en piste, ni partenariat avec la course. Réponse: vous faites tourner une MINI devant le circuit.
Nicolas Prost, le seul pilote que j'ai pu immortaliser. Mon gros regret, c'est de n'avoir pu passer qu'une minute dans la pit-lane.

Du reste, c'est toujours le cirque chez Lotus. Le Team Jet Alliance qui alignait des Evora l'an dernier a explosé en vol. Cette année, le constructeur est représenté par Rebellion et par Kodewa (qui n'ont aucun lien.) Kodewa, la nouvelle structure de Colin Kolles, devrait construire un châssis Lotus en 2013. Sachant que Kolles envoi son CV aux équipes de F1 et que s'il retrouve du boulot, Kodewa sera mis en sommeil...
Une 'Vette vu sur le stand Chevrolet, entre deux voitures Coréennes.

Techniquement, il n'y a pas eu beaucoup d'évolution depuis les années 50. Mais rien que pour le bruit du V8...
Une Fiat 126 transformé en cabriolet et avec des sigles Abarth. Fou rire garanti!

Pas gêné, le proprio a profité du convoi des mécanos en fin de soirée pour s'incruster et improviser une parade, avec un gars debout sur le siège arrière! Problem, ACO? U mad?
Quand je vous dit que les Manceaux sont passionnés... Même l'hôtel se met aux couleurs du Corvette Racing!
Heureusement qu'on n'est plus à l'heure de l'argentique! Sinon, mon rouleau aurait eu une durée de vie de 5 minutes!

Même un rideau de fer au fin fond du centre de congrès a droit à une belle fresque.

mercredi 20 juin 2012

24 heures du Mans: 5. les campeurs

Ce qui assure la pérennité des 24 heures du Mans, ce sont les fans. Certains viennent de très loin et ils passent la semaine à camper au circuit.

En arrivant, j'ai vu débarquer un camping-car déglingué. Beaufland en est sorti avec son jogging et ses baskets Ferrari (visiblement achetés au marché de Vintimile...)

Heureusement, c'était le premier et le dernier spécimen de ce genre que j'ai croisé.
A Indianapolis, il y avait le curieux campement des Pays de la Loire: un préfa visiblement pas installé de la dernière pluie, de grandes tentes et surtout, ce magnifique bus Berliet.
Les campeurs sont souvent des amoureux de belles mécaniques. Il n'est pas rare de voir une GT à côté d'une tente, comme cette Aston Martin.
Ces deux propriétaires de Subaru ont préféré l'hôtel. Celle de gauche possédait un authentique William Saurin modèle collectivités.

Pour réserver une chambre au Mans, mieux vaut s'y prendre l'année précédente. Certains établissements vous imposent de prendre toute la semaine. Tout cela, à un prix "spécial 24 heures du Mans", ça va de soit...
Une TVR et une Ferrari venues d'Angleterre.

J'ai aussi croisé plusieurs Morgan et Lotus.
Une MG B. Sympa, le propriétaire s'est arrêté le temps que je prenne ma photo.
Une 911 GT3 RS. L'une des voitures de route les plus bestiales... Mais sur la piste, elles semblaient carrément à l'arrêt. C'est dire les performances des LMP...
On termine par le gugusse de service, qui gare sa Taunus maxi-tuning sur le parking VIP d'Audi (genre: "Oh, une place libre!")

N'empêche, si le Grand Prix de France avait le quart de la moitié des fans du Mans, il serait déjà au calendrier...

mardi 19 juin 2012

24 heures du Mans: 4. Les autres

Aux 24 heures du Mans 2012, il y avait Audi et il y avait les autres. J'ai parlé d'Audi et voici donc "les autres".

On commence par Nissan, qui vous accueille dés l'entrée du circuit. Côté com', ils sont champions. Ils sont uniquement présent en LMP2, mais ils font autant de battage qu'Audi!

Sur leur stand, il y avait de belles voitures. Je regrette que la 370Z et la GT-R se soient contentés du paddock. Car quand même, une GT, ça a plus de gueule qu'un proto...
La Delta Wing, c'est la première voiture de course sortie des ateliers Eagle depuis les monoplaces CART de 1999.

Après, au-delà du romantisme, il fallait reconnaitre que c'était un bide annoncé. Si la voiture n'est même pas capable de boucler une séance d'essai, comment aurait-elle pu tourner 24 heures ?
Toyota a fait couler beaucoup d'encre. Le retrait de Peugeot les a fait passer "d'observateurs" à "outsiders N°1". Le "story-telling" de l'ACO, c'était d'opposer Audi à quelqu'un.

Quand ils ont cassé un moteur aux essais, le speaker s'est étranglé pour dire que non, tout n'est pas fini, que les Audi n'ont pas gagné et qu'il y aura du spectacle.

Cédric Voisard dit en ricanant que Toyota vise la deuxième place des 24 heures du Mans. Je me souviens bien des 24 heures 1994, de l'épisode des GT-One et du passage en F1.
A chaque fois, on pouvait s'interroger sur l'ambition du constructeur. Ici, c'était la première course des TS030. Les pilotes sont des ex-Peugeot débauchés au printemps. Et a priori, la voiture devrait rester au garage jusqu'au Mans 2013.
Mais pour moi, le zéro pointé, il n'est pas attribué à Toyota, mais à Honda. Ce matin, j'ai reçu un communiqué où Honda France se félicite de sa victoire en LMP2.

Ah bon, il y avait des Honda au Mans?

Sur le circuit, j'ai vu 0 tente, 0 drapeau, 0 stand aux couleurs de Honda. Même pas un totocollant bien visible "powered by Honda" sur les voitures.
Samedi, pour mon souvenirs souvenirs, j'ai tapé "Mans" sur les sites presse des constructeurs. J'ai eu 0 résultat sur les sites "Europe", "USA" et "Monde" de Honda. Pas de photo, pas de texte, rien.

En terme d'incognito, c'est difficile de faire mieux !
Les LMP, c'est un bordel monstre. Lola et HPD alignent des voitures esthétiquement identiques en LMP1 et en LMP2. L'OAK-Pescarolo N°15 n'a plus rien à voir avec le Pescarolo Team. Et les N°24 et 35 portent les couleurs de Morgan, malgré leurs Judd.
Les Lola/Toyota de Rebellion Racing sont aux couleurs de Lotus, comme la N°31, qui n'est pourtant pas une Rebellion. Et si vous trouvez que beaucoup de LMP2 se ressemblent, c'est normal, vu qu'il y a 7 châssis Oreca!

Et je ne parle pas de la dichotomie entre LMGTE Pro et LMGTE Am...

Bref, à moins d'avoir le programme sous le nez, impossible de s'y retrouver...

24 heures du Mans: 3. Audi

Avant le départ, j'annonçais une victoire des Audi. En même temps, je ne me mouillais pas trop. Ca serait comme dire au tennis: "Pour la finale, je vois soit Rafael Nadal, soit Novac Djokovic, soit Roger Federer."

Mais la domination des R18 était impressionnante. Aux essais, on voyait toutes les voitures planter les freins, se battre avec la boite (surtout les LMP2), escalader les trottoirs... Sauf les Audi. On avait l'impression qu'ils conduisait le coude à la portière... Sauf qu'au final, ils étaient en haut de la feuille des temps!
Bref, c'était évident qu'ils en gardaient sous le pied.
Le "verre à moitié plein", c'est que maintenant, Audi est synonyme du Mans. Le constructeur y gagne une image sportive, digne de BMW ou Mercedes.

Quand ils sont venus, en 1999, Audi n'avait plus eu de programme d'envergure de puis longtemps. Les Audi Quattro de rallye, c'était déjà un passé lointain.
La mini-expo du constructeur permet de constater cela. Les Audi 90 IMSA et V8 DTM ont dominé, mais on n'en a parlé que dans leurs pays respectifs. Quant aux voitures de tourisme, leurs succès ont été gommés par le passage à vide du tourisme Européen (surtout en France) et l'interdiction des A4 Quattro.
Le "verre à moitié vide", c'est que les Audi sont toutes seules en endurance.

La question du Mans 2012, c'était non pas: "Quelle voiture va gagner?" Mais "quelle Audi va gagner?" Ca me rappelle les années 80, lorsque le groupe C se résumait à des Porsche 956/962 et des C2 qui changeaient de nom chaque année.

La seule actu, c'est la mise au placard de Tom Kristensen, Rinaldo Capello et Alan McNish, au profit des "jeunots" Benoît Treluyer, Andre Lotterer et Marcel Fässler.
Audi était visiblement hyper-confiant. A mon avis, sur les 200 000 spectateurs, il devait y avoir une forte proportion d'invités de la firme aux anneaux...
A chaque virage, il y avait une "hospitalité" Audi cyclopéenne, cernée de voiture en plaques "IN".

Ils avaient même leur propre hôtel !
L'un des bâtiments était encore en cours de construction le jeudi matin. Sans le savoir, j'ai "spyshoté" la SQ5 TDI, la prenant pour une A3... Si j'avais su, je serai rentré dans le préfa (la sécurité y était assurée par Stevie Wonder.)

N'empêche, en 2011, la marque avait frôlé le fiasco. Cette année, le RP ne devait pas être très tranquille, car un flop devant toutes les "huiles" d'Ingolstadt, ça l'aurait mis très mal...
Encore que le 18 janvier, ça devait être: "Si Peugeot gagne, je saute! - Eh, Peugeot renonce! - Non? - Si! - Helmut, sort le champagne! - ON VA GAGNER! ON VA GAGNER! - Arrêtez, il y aura Toyota et... Non, je déconne! ON VA GAGNER! ON VA GAGNER!"
Sur le stand Audi du paddock, la seule voiture "civile" était l'A1 Quattro. Pas d'A8, pas de RS4, nibe de nibe !

Déjà qu'il n'y a pas de R8 LMS Cup en Europe, mais là, on passait vraiment pour un pays du tiers-monde !
Pour voir une R8, il fallait aller au musée du Mans !

lundi 18 juin 2012

24 heures du Mans: 2. Le circuit

Les 24 heures du Mans sont un gentil anachronisme.

Il faut se souvenir que son origine remonte à 1923. A l'époque, le sport (mécanique ou athlétique) est vu comme une recherche de limites. C'est le temps des épreuves de natation ou de cyclisme sur plusieurs jours d'affilés. D'où l'idée d'une épreuve de 24 heures non-stop pour mettre à rude épreuve hommes et mécaniques.
Par ailleurs, le concept de circuit permanent reste encore flou. On préfère les grandes boucles de plusieurs dizaines de kilomètres. Peu d'arrêts aux stands: il faut réparer soi-même au bord de la piste.
Le circuit du Mans est l'un des derniers qui emprunte des routes.

Du karting jusqu'aux Hunaudières (en passant par la ligne droite des stands), c'est du classique: une piste bordée par des tribunes et des constructions en "dur" avec un paddocks.

Mais au-delà, le site vous fait découvrir ses charmes... Pour gagner les autres portions, il faut se faufiler.

Pour atteindre le virage Porsche, ci-contre, il faut traverser la D92. Ensuite, vous débouchez sur... Un terrain de camping.
On nous a ensuite emmené à Indianapolis. L'accès est situé au bout du bout d'un chemin vicinal, en pleine forêt.

C'est aussi ça, la magie du Mans. Vous roulez, vous roulez et d'un seul coup, la piste jaillit.
Le soir, lors des essais libres, on nous a amené à la chicane Playstation (alias "Forza".) Nous voici dans une grande maison de campagne, à voir passer les bolides à 300km/h!

Ca change (en bien) des tribunes. C'est un tout autre rapport à la piste. Je comprends parfaitement les gens qui partent camper à 10 mètres du tracé.

Par ailleurs, ça m'a donné envie de monter dans un bagnole et d'en faire un tour. Même en tant que passager. Ne serait-ce que pour les Hunaudières: malgré les chicanes, c'est pied-dedans! Et en plus, la nuit, on n'y voit rien (vu qu'il n'y a pas de halo lumineux.)

24 heures du Mans: 1. Asian Le Mans Series

Ca ne s'invente pas! La toute première chose que j'ai vu en arrivant au circuit du Mans, c'est cette pancarte de bienvenue pour les hôtes chinois.

L'ACO a invité la FASC pour tenter de ressusciter l'Asian Le Mans Series.
C'est humain, l'ACO veut exporter son concept afin d'attirer des concurrents du monde entier.

Après, c'est déjà la troisième tentative. En 2009-2010, l'Asian Le Mans Series s'est brièvement concrétisée (une manche par an.)
Le souci, c'est que les Japonais ont un championnat de GT qui marche très bien tout seul. En plus, ils ont une vision très insulaire; pas question de se faire imposer quoi que ce soit par des gaijin!
Les Chinois ont plutôt l'habitude des coupes monotypes et des formules clef-en-main. Au mieux, ils ont quelques richissimes gentlemen-drivers comme Franck Yu, le Taïwanais Jeffrey Lee ou le Hong-Kongais Phillip Ma.
Quant au reste du continent, il est constitué de gentlemen-drivers au niveau assez médiocre. Je n'arrive d'ailleurs pas à comprendre comment un pays comme la Corée du Sud, avec une telle industrie automobile, ne soit pas davantage présent.

Le risque, comme en 2009-2010, c'est d'avoir deux Audi (Toyota se réservant a priori pour Le Mans), une poignée de LMP2 "Européenne" et quelques vieilles LMP2 confiées à des Asiatiques.
En Chine, il y a nombre de mordus. Mais pour toucher une large audience, il faut un pilote Chinois en position de jouer le podium.

Après, ce serait une opportunité de professionnaliser le sport auto chinois. On peut rêver qu'un constructeur à l'image sportive comme MG ou Youngman (NDLA: imaginez la tête de Lotus Cars) saute le pas.

A plus court terme, la R8 LMS Cup est sans doute un incubateur pour Audi. Compte tenu des enjeux commerciaux, l'un des animateurs (comme Adderly Fong ou Sun Zheng) devrait être amené dans la Sarthe...

dimanche 17 juin 2012

24 heures du Mans

Mercredi et jeudi, j'étais au Mans, à l'invitation de Michelin. J'ai ainsi pu assister en direct aux essais libres des 24 heures.

C'était... Waouh! Ca n'avait tout simplement rien à voir avec ce que j'ai vu jusqu'ici. Y compris les World Series by Renault au Bugatti. C'est un véritable show sur et en dehors de la piste. Et ce n'était que les essais...
L'hospitalité Michelin. Honnêtement, ils ont tous été hyper-sympa avec nous.


La ligne droite des stands.

Mon seul regret, c'est de n'être pas resté pour la course.

J'ai ramené une pelleté de souvenirs et je vais essayer de les partager avec vous... 

mardi 12 juin 2012

Alfa 166

Une Alfa Romeo 166. La dernière grande routière du constructeur à ce jour.

La 164 avait pas mal redressé la barre par rapport aux Alfa 6 et 90. Au début des années 90, c'était une alternative crédible aux Classe E et aux BMW série 5.
Hélas, ensuite, ils étaient en roues libres: 164 Super, 164 Q4, 166... Fiat n'a fait que du replâtrage, alors que BMW et Mercedes ont sérieusement haussé le niveau du jeu. En prime, un troisième larron débarquait: Audi avec son A6.
Dans ce contexte, la route de la 166 était bouchée. Fiat aurait au moins pu faire une "cousine Alfa" à la Lancia Thesis...

Aujourd'hui, j'ai l'impression que Fiat a les yeux rivés sur l'Italie. Commercialement, ils ne regardent pas au-delà. C'est vrai que dans la péninsule, il cartonne: 5 des 7 meilleures ventes proviennent du groupe Fiat. Mais au niveau Européen, c'est la gamelle: une seule voiture (la Panda, 7e) dans le top 10. Pire: les deux tiers des ventes de Panda sont réalisées en Italie! Alors que par exemple, VW ne vend qu'une Polo sur quatre en Allemagne...

Pour en revenir à la 166, aujourd'hui, l'outillage a été vendu à GAC. C'est la fameuse Triumpchi. Je n'en ai jamais vu une en vrai, donc je ne peux pas la juger.
A propos, vous savez qui était le "kung-fu Stig" du Top Gear filmé en Chine? C'était Zhou Zi Bo! Quand j'ai vu son nom en tête d'une épreuve de CFGP, j'ai fait des recherches. Je voulais savoir d'où sortait ce mec qui remporte sa première course en monoplace. En fait, il est managé par "Imperial Motor Sport". C'est une boite Chinoise visiblement gérée par un Espagnol et un Anglais. Elle s'occupe aussi de Zhang Ran et de Ma Qin Hua. Les managers font le tour des circuits Britanniques et Espagnols pour chercher des baquets pas cher. Et c'est comme ça que Ma atterrit chez HRT. C'est aussi pour ça que lorsque Top Gear cherche un circuit et un "Stig" en Chine, ils tombent sur Imperial Motor Sport. Pour l'anecdote, en 2008, Imperial Motor Sport veut monter un championnat Chinois de Formule Ford. Finalement, ils n'ont que 4 FF (des ex-championnat britannique) et ils montent un "volant". A la clef, une saison en F3 Britannique "B". Une vingtaine de pilotes participent. 4 arrivent en finale: Ma Qin Hua, Zhou Zi Bo, Zhang Ran et Lvze Fan. Ma décroche la timbale, il part en Grande-Bretagne et revient en héros en Chine. Zhou est aujourd'hui en CFGP. La très photogénique Zhang est en R8 LMS Cup. Quant à Lvze, 2e, elle doit se démerder seule et cela fait 3 saisons qu'elle végète en Polo Cup. C'est peut-être pour ça qu'elle fait la gueule sur les photos...

lundi 11 juin 2012

Pas le temps !

Dimanche dernier, pour des raisons personnelles, je suis passé devant le château de Vincennes. Donc en pleine journée "Anciennes à Vincennes". Problème: je n'avais pas le temps de m'arrêter. Je n'ai donc pu voir que furtivement toutes ces belles carrosseries...

Une fois garé, à quelques kilomètres de là, j'ai vu cette Lancia Beta qui en revenait. J'ai juste eu le temps de l'immortaliser à un feu rouge.

mardi 5 juin 2012

Alfa Romeo Bertone VHC

Suite et fin de mes photos hollandaises. Cette Alfa Romeo "coupé Bertone" (GTA?) VHC trônait dans la duty free de l'aéroport de Schipol.

Avouez que c'est une rencontre plutôt insolite...