mardi 29 décembre 2015

Taklimakan Rally 2016

Une semaine après le Dakar, c'était au tour du Taklimakan Rally de s'inviter à Paris. J'y ai d'ailleurs retrouvé Zhou Yong et Christian Lavieille. Ce rally-raid du Xinjiang fête sa dixième édition et il espère acquérir une envergure "internationale".

En tout cas, moi, ça m'a fait rêver, ces images d'une Chine plus proche de Samarcande que de Pékin. L'ambition des promoteurs, ça serait de pousser à l'ouest dans l'Ouzbékistan, le Tadjikistan et tout ces pays qu'on ne sait même pas épeler... Dire que la Croisière Jaune tirait tout droit, de Beyrouth à Pékin, que le premier raid 2cv était un Paris-Kaboul, puis il y a eu une Paris-Persepolis-Paris. L'Auto-journal, lui, s'était baladé en SM, puis en GS dans l'Afghanistan... Sans compter les babas qui allaient jusqu'à Phuket en combi VW... Aujourd'hui, ça serait inimaginable. Les Pékin-Paris filent plein Nord vers la Russie. La route du sud, plus courte, est un champ de mines. D'ailleurs, il n'y a plus vraiment de route. Et maintenant, c'est pareil avec l'Afrique subsaharienne. Il est loin, le temps où le Dakar se perdait au Mali... Et paradoxalement, l'Amérique latine et l'Ethiopie, deux pôles d'instabilités dans les années 60-70-80, font aujourd'hui figure de modèle. A défaut de rallye des Pharaons, à quand un "Rallye du roi des rois", en Ethiopie ?

lundi 28 décembre 2015

Comme aux USA...

Une Mercedes R107 (500SL ?) aux normes US, avec hard-top, surprise à la tombée de la nuit... La R107 fait parti de la longue liste de voitures que j'aimerais conduire. J'ai aussi une liste de circuits où j'aimerais conduire (Laguna Seca, le Nürburgring...), de véhicules insolites (dune buggy, monster truck), de choses à faire (vivre un Grand Prix de F1 depuis les stands, aller de Chine à Paris en voiture...) Au fil des ans, il y a des trucs que j'arrive à faire. Il y a aussi des trucs qui viennent s'ajouter à la liste. A ce jour, j'ai 0 essai et 0 reportage prévus pour 2016. Tout sera improvisé. Charge à moi de noircir la page blanche. Le seul truc de sûr, c'est que je bouclerai mon livre sur les voitures chinoises. Et mon roman (le premier depuis 2008.)

dimanche 27 décembre 2015

Présentation du Dakar 2016

Donc, il y a un gros mois, c'était la présentation du Dakar 2016. D'ordinaire, en "une", je mets une photo d'une ou deux voitures devant le Pavillon Gabriel. A mon sens, ça résume bien l'article : voitures du Dakar + bâtiment parisien = présentation du Dakar à Paris. Pas cette année. 1) La présentation n'avait pas lieu au Pavillon Gabriel. 2) La sensation, c'était Sébastien Loeb.

D'ordinaire, le début de la présentation du Dakar, c'est un peu la rentrée des classes au collège. Vous avez d'un côté ceux qui retrouvent leurs potes et de l'autre, les nouveaux (comme Mirko Hirvonen) qui se mettent dans un coin et attendent que ça se passe. Puis, dans une entrée d'acte III, Daniel Elena arrive et apparemment, il connait personnellement la moitié de la salle (malheureusement, je fais partie de l'autre moitié.) Puis il est suivi par une meute de photographes qui marchent à reculons : ils veulent photographier Sébastien Loeb.
En salle de presse, c'est surréaliste. Vous avez des calibres : Stéphane Peterhansel, Nani Roma, Christian Lavieille, Hirvonen... Puis Loeb arrive et il n'y en a plus que lui. Au point où un gars en train d'interviewer Peter' s'arrête à mi-question pour aller vers l'Alsacien ! Moi, j'étais bien placé. Je me suis juste reculé pour vous montrer cette cohue.

J'avoue que moi-même, j'étais impressionné. Loeb... C'est un palmarès impressionnant. Les Colin McRae, les Carlos Sainz, les Tommi Makinen, les Peter Solberg... Il les a tous envoyé à la retraite ! Comme Michael Schumacher, il a dominé au-delà de ce qu'on croyait possible. Comme Schumacher, il a fait connaitre son sport auprès du grand public, y compris dans les pays sans tradition du sport auto. Il est devenu un monument, une marque.
Et ce jour-là, c'est une méga-star. On aurait le casting de Star Wars que ce serait la même folie !

Et puis, un mot sur Gérard Holtz. D'habitude, j'essaye de le repérer dans la salle. Mais non, c'est fini. Il ne fera plus le Dakar. Holtz et le Dakar, c'était comme Thierry Roland et le football ou George Eddy et le basket. On aime ou on n'aime pas, mais il faisait parti des meubles. Et c'est fini. Ses "vive le sport !" vont me manquer.

Cox Cal-look

Une Cox customisée. Je ne suis pas trop fan de la peinture. Pour ce genre de véhicule, j'aime mieux les peintures fluos avec graphiques, façon eighties. Un custom marron... Ah lala. N'empêche, après une décennie que je tiens ce blog, j'arrive encore à "spoter" des anciennes inédites dans mon quartier...

Et à part ça, VW, quoi de neuf ? J'ai l'impression que le "dieselgate" a libéré un truc. Les cadres dirigeants sont à cran. Les révolutions de palais se succèdent. Wolfsburg, c'est devenu Tripoli ! Deux scenarii en 2016 : 1) Ca se tasse, une autre affaire débarque, le bad buzz autour de VW se calme et les cadres dirigeants retournent à leur tanière. 2) Ca se poursuit, il y a un vrai impact durable sur les ventes et l'image, VW doit réduire la voilure (exit Bentley et Seat ?) Je ne me hasarderai pas à faire un pronostic. En tout cas, les autres constructeurs semblent avoir échappé au sentiment de "tout le monde triche".

mercredi 23 décembre 2015

Lamborghini Huracan et Pirelli P Zero Experience

Drôle de week-end.

Ces Pirelli P Zero Experience s'annonçaient bien : essai de Lamborghini Huracan sur route et au Paul Ricard. Que peut-on rêver de mieux ?
On déjeune au resto de Bernie, où on est accueilli par une BAR-Honda ex-Jenson Button.
Puis c'est l'essai "route". Que dire ? Cette Lambo', c'est bien sûr un feu d'artifice. A fortiori sur les petites routes tortueuses menant au Castellet. C'est Gran Turismo live ! Et le bruit... J'adore particulièrement lorsque la boite effectue elle-même le talon-pointe. J'en ressors su un petit nuage.
Le soir, on va dans un petit village. Les hôtels sont rares autour du Ricard. Chaque établissement a reçu son lot de légende. Les murs de l'hôtel sont tapissés de photos dédicacées. Mais sur l'un des murs, ils sont à peine une poignée à être encore de ce monde.

Puis, la nuit, une alerte-info : "Fusillade à Paris, 20 morts." Puis une seconde : "Bilan revu à la hausse : 40 morts." Puis un troisième : "Prise d'otage au Bataclan : au moins 60 morts." Puis un quatrième, puis un cinquième... Au fil de la nuit, c'est une escalade macabre du nombre de victimes.

Le matin, tout le monde accuse le coup. Le PDG de Pirelli, très ému, effectue un bref speech suivi d'une minute de silence.
Moi, je n'ai plus envie de m'amuser. Et pourtant, le cadre est superbe. La journée débute avec un comparatif de deux Audi TTS, une en P Zero "normaux" et une en Trofeo. Puis, on roule avec les TTS sur le Ricard (où on fait figure de chicanes mobiles parmi les Porsche et les Ferrari.) Enfin, ce sont les essais Lamborghini. "Enfin", parce que rouler sur la plus longue ligne droite d'Europe, c'est le pied (même lorsque la dite ligne droite est coupée en deux.) "Enfin" aussi parce que j'ai hâte de rentrer à Paris. De me réfugier sous la couette en attendant qu'on retrouve les terroristes. Je prends 260 au bout de la demi-ligne droite. Peut-être qu'en étant davantage "là", je pourrais gagner quelques kilomètres-heure.
A Marseille, l'aéroport est désert. Et comme d'habitude, à Roissy, le RER B est en travaux. Et le fléchage est à chier. J'ai eu peur lorsque le chauffeur du "bus de remplacement" a commencé à se perdre. Et encore, à l'époque, on ne savait pas que la RATP était un nid à "fiche S"...

mercredi 16 décembre 2015

Le Toyota France Competition au Dakar 2016

J'étais invité à la présentation du Hilux officiel de Toyota France, au Rendez-vous Toyota. J'adore les Hilux depuis que j'ai vu Retour vers le futur. Il sera piloté par Ronan Chabot, concessionnaire Toyota à la ville. Une de ces personnes qui vient chaque année, par passion, loin du Dakar. L'an dernier, Giniel de Villiers a terminé 2e avec un Hilux identique. Certes, cette année, il y aura une armada de MINI et de 2008 DKR. Néanmoins, la course est tellement longue... La beauté du Dakar, c'est qu'un favori peut avoir un pépin et se retrouver dans le gruppetto. Et qu'en conduisant bien, un privé peut s'infiltrer dans le top 5. C'est peu ou prou la même chose à Indianapolis. Alors qu'en WRC, ni rien ni personne ne vient perturber la Polo Cup. Et je ne parle pas de la Mercedes Cup en F1...
Comme chaque année, je ferai mon point sur les "autres" (pour ne pas dire les "petits"), à savoir les Duster, les Foton, le Hilux "français", le protégé de Robby Gordon, Guerlain Chicherit, les jumeaux Coronel... C'est toujours intéressant de savoir ce que ces gens deviennent, non? 

mardi 15 décembre 2015

N.D.A., l'interview

Un jour de septembre, j'ai vu une affiche de Nicolas Dupont-Aignant s'adressant aux automobilistes humiliés. Un politique qui se préoccupe des automobilistes ? Intéressant. Dans l'ensemble, ils sont tous sur le même tempo : toujours plus des radars et de zone 30 ; toujours moins de chaines d'assemblage. Arnaud Montebourg tient un discours d'une indigence rare. Quant aux cars guys Christian Estrosi, Philippe Douste-Blazy et François Fillon, ils sont très bavard... Sauf lorsqu'ils sont aux manettes.
Après deux mois de tractations, j'ai enfin pu le rencontrer. 30 minutes d'entretien. On a d'abord parlé Ile-de-France. Il a fustigé la "démagogie" d'Anne Hidalgo (répétant plusieurs fois le mot.) Il voit le Francilien comme tour à tour automobiliste, cyclistes, piéton, usager des transports en commun... Charge aux infrastructures de s'adapter. Face aux bouchons, il veut élargir la N104 et rendre gratuit les itinéraires par Reims et la Normandie (pour chasser les camions qui ne font que transiter.) Plus quelques initiatives pour sa circonscription. Mouais... La sécurité routière ? Euh, on ne touche à rien. Ensuite, je l'ai questionné sur l'industrie auto. Il m'a juste concédé qu'une Yaris fabriquée à Valenciennes est plus française qu'une 208 made in Slovakia. Le sport auto ? Il ne savait même pas qu'il n'y avait plus de Grand Prix de France de F1. Offrons lui un bon point parce qu'il a eu une Talbot Samba comme première voiture.
J'ai été déçu : il manquait une vraie vision. Vu son poids politique, il n'aurait rien à perdre à être plus ambitieux ! D'autant plus qu'il aurait un espace vierge à prendre...

Puis, quelques jours plus tard, il y a eu les attentats de Paris. Cette interview m'a semblé dérisoire. L'heure n'était plus à parler de la circulation sur les berges de la Seine ou des radars dans le Val de Marne. Donc j'ai supprimé mon brouillon. 

jeudi 10 décembre 2015

Honda Civic IMA

Pour 99% des gens, c'est juste une Honda Civic des années 2000. Elle ne mérite pas une photo. Mais pour les employés de Honda et quelques connaisseurs, c'est une Civic IMA. Autrement dit, une Civic hybride.

C'était avant le bonus/malus, la conférence de Copenhague et tout ça. Bref, ce temps lointain où personne ne savait ce qu'était une émission de CO2. Honda et Toyota se sont à peu près lancés en même temps dans les hybrides. Mais Toyota a compris que la clientèle ne veut pas juste rouler en hybride. Elle veut que l'on sache qu'elle roule en hybride. Grâce au battage marketing, la Prius II vous permettait de pécho aux universités d'été d'EELV ! Alors qu'en Honda Civic Hybrid, personne ne sait que vous vous préoccupez des ours blancs. Dommage car j'en garde un bon souvenir

lundi 7 décembre 2015

Opel Monza

L'autre jour, j'ai vu une Opel Monza sur l'A86. Un gros coupé équipé de gros 6 cylindres en ligne. A l'époque, Opel voulait rivaliser avec les Béhèmes série 6... Ce qui serait impensable aujourd'hui.

J'avais oublié cette photo. Quand je l'ai retrouvée, j'ai réalisé qu'Opel ne fabriquait plus de coupés. Tout comme la plupart des généralistes, d'ailleurs. Et de fil en aiguille, mes réflexions sont devenues un article

mercredi 25 novembre 2015

Bedford KB

Il y a pas mal de camions étrangers qui empruntent l'A86, vu que c'est l'une des rares autoroutes gratuites (hors duplex) de France. L'autre jour, un camion portugais est chargé d'utilitaires fatiguées. Ils se dirigeait sans doute vers le port d'Anvers, où les véhicules prendront le chemin de l'Afrique...

C'est l'occasion de croiser un Bedford KB, 2ème génération (j'avoue que Wikipédia m'a aidé à l'identifier.) Il s'agit d'une version rebadgée de l'Isuzu Faster. A priori, il n'a jamais été vendu en France (par contre, on a connu la génération suivante, avec un badge Opel.) Costauds et bon marchés, ces pick-up faisaient un malheur aux USA. En Tunisie, en 1983, la campagne appartenait aux 403 et 404 pick-up. 10 ans plus tard, les Isuzu avaient tout balayé ! Dire qu'aujourd'hui, Isuzu n'est plus qu'une ombre, quelle tristesse...

lundi 23 novembre 2015

Une VW (à moteur essence)

Le "dieselgate" a débuté le 18 septembre... 2 mois déjà. Ils ne doivent plus avoir beaucoup d'ongles, les dirigeants de VW !

Je comptais faire un édito dessus, mais bon, il y a déjà tant de gens qui ont parlé du "dieselgate"... A quoi bon faire une énième analyse ?
Je pense que VW paye avant tout son arrogance. C'est le "besser wessen" typiquement allemand : il s'est autoproclamé 1er de la classe, donc il s'autoproclame le droit de faire la moral aux autres. En France, c'est autre chose. Le lectorat de la presse auto est souvent pro-françaises ; il s'imaginent que les journalistes sont à la solde de VW. Donc, taper sur VW, ça permet de caresser le lecteur dans le sens du poil. On prouve qu'on n'est pas un "vendu" à VW...

Certains pensent que les autorités US voulaient torpiller VW pour que les "3 grands" (encore convalescents) remontent la pente. Peut-être. Mais de toutes façons, à l'arivée, le gagnant, c'est toujours Hyundai. Je pense que quoi qu'il arrive, les 3 grands manquent de crédibilité dans les berlines. Même les loueurs n'en veulent plus ! Là dessus, Hyundai débarque avec des offres hyper-agressives. Ils ont déjà récupérés les déçus de Toyota. Demain, il récupéreront les déçus de VW...

dimanche 22 novembre 2015

GTI !

Un matin, je me suis retrouvé derrière une Peugeot 505 GTI break. Je connaissais la 505 GTI et la 505 break. Mais la "505 GTI break", jamais entendu parler. Au début, j'ai cru que le propriétaire avait apposé un "GTI" sur sa 505 break. Google m'a dit que non, il a bel et bien existé des break équipés du 2,2l à injection 130ch... Et il a même existé des versions 7 places, avec la troisième rangée de sièges ! C'est curieux, elles ont tendance à être oubliées dans les historiques des "Peugeot GTI"...

dimanche 15 novembre 2015

Bentley du lundi

C'était un de ces lundi matin. Le réveil qui sonne après un week-end trop court. Des bouchons impromptus (ou disons, encore plus de bouchons sur l'A86 que d'habitude.) Une jauge d'essence un peu trop basse. Donc, le plein. Foutu pour foutu, j'en profite pour faire la pression des pneus. Et là, que vois-je à la pompe ? Une Bentley Continental GT ! Ca m'a réchauffé ma matinée.

mercredi 11 novembre 2015

57. Jaguar XJ6


Ca faisait longtemps que je n'avais pas fait un "100 voitures". A ce train-là, je vais mettre encore un demi-siècle pour aller au bout !

Donc, cette fois, c'est une Jaguar XJ6 toute en chromes.

mercredi 4 novembre 2015

Croisière jaune

La Rive Gauche de Paris est célèbre pour ses livres anciens. Dans une vitrine, ce recueil sur la Croisière Jaune (alias Mission Centre-Asie.)

Ah, la Croisière Jaune... Il y a tellement de symbole. Côté automobile, c'est les ambitions d'André Citroën et son envie de faire parler de lui. Il faut se souvenir qu'en 1931-1932, Citroën ne produit des voitures que depuis une douzaine d'années. La marque a encore besoin de notoriété.
Le nom "Croisière Jaune" est un peu bancal. Le jaune n'était pas une référence à la couleur des autochenilles... "Croisière", c'est un peu la vantardise : "On va dans les endroits les plus périlleux du monde, mais au volant d'une Citroën, ça devient une balade !" En 1931-1932, les gens voyagent peu, d'ailleurs, ils n'ont pas encore de jours de congés. Il faut noter qu'il n'y a aucun Chinois parmi les 43 (!) participants. A tort ou à raison, ils pensaient qu'il n'y en avait pas de compétent. En même temps, il n'y avait pas non plus de Chinois lors du Paris-Pékin ou du New York-Londres. Les Chinois étaient réduits à un rôle de spectateurs. De même qu'à Port Arthur (actuelle Dalian), ils avaient assistés aux combats entre Russes et Japonais. On leur demandait rarement leur avis...
Le plus curieux, vu de 2015, c'est que ces gens étaient plutôt à gauche de l'échiquier. C'était au nom de la tolérance, de l'égalité et de l'humanisme qu'ils venaient "offrir" la civilisation.

1931-1932, c'est l'apogée des "concessions occidentales", juste avant l'invasion Japonaise. Les occidentaux ont transformé leurs terrains. Comme il s'agit avant tout de comptoirs, ils les ont doté des dernières infrastructures (ports en eaux profondes, voies ferrées, routes, entrepôts et même un peu d'industrie.) Sitôt quitté ces enclaves, c'est le Moyen-âge ! Le réseau routier est déplorable, voir inexistant dans certaines régions. La population est misérable, illettrée, habillée de hayons. Surtout, l'autorité de Nanjing (capitale de la Chine Républicaine) ne porte guère au-delà des côtes. Les Croisiéristes en feront l'amer expérience...
Le Lotus Bleu fut publié en 1934. Zhang Chongren, un étudiant communiste, a servi de "conseiller" à Hergé. Il dépeint des colons agressifs et paternalistes, prompt à humilier les Chinois. Il n'empêche que pour beaucoup, c'était ça ou la misère des campagnes. Dés la fin du XIXe siècle, des paysans débarquèrent, espérant un travail de manutentionnaire (coolie) ou d'ouvrier. Un moyen d'attraper quelques miettes des richesses occidentales. Les plus chanceux devinrent commerçants ou montèrent des ateliers de confections. Hélas, beaucoup finirent dans les fumeries d'opium ou les maisons closes.

lundi 2 novembre 2015

Béhème cé-esse

Fin septembre, je m'entrainais pour les 20km de Paris. C'est lors d'un de ces entrainement que j'ai vu cette BMW CS très fatiguée, sur un LDV à peine plus vaillant.

A l'époque de la CS, BMW était encore convalescent. Il ne faisait guère d'ombre à Mercedes, fournisseur exclusif des CSP++ d'outre-rhin. Ah, que les choses ont changé... Parce que l'air de rien, les choses changent. On a l'impression que la hiérarchie des constructeurs est figée. Que le marché est consolidé. Que nenni ! Aujourd'hui, Volkswagen est touché. Hier, c'était Toyota. Avant-hier, GM et Chrysler étaient en faillite (et Ford ne valait guère mieux.) C'est vrai qu'on voit mal Fiat devenir N°1 Européen demain ou même après-demain, à moins d'un miracle....
Néanmoins, l'automobile n'est pas une science exacte. BMW visait les jeunes avec sa série 3 Compact et il a trouvé les quinquas sans enfants ! Et souvenez-vous de l'époque où le rachat de Rover semblait être l'affaire du siècle... Moi, lorsque je fais des prédictions pour Le Blog Auto, j'essaye les trucs les plus farfelus (un mélange de pifomètre et d'analyse.) Pour PSA, j'avais prédit un retour au Dakar avec Loeb, des voitures électriques avec DongFeng, un projet de retour au USA et une mise à l'écart de Thierry Peugeot. Soit 4 trucs qui se sont réalisés ! J'avais aussi prédit un gros coupé, une LM P2, une arrestation du maire de Wuhan (et protecteur de DongFeng) et Tata qui se propose de racheter juste Citroën ! Si tout ça se produit d'ici 2024, je serai le meilleur prévisionniste du monde !

dimanche 25 octobre 2015

La Mustang bloquée


L'air de rien, il y a des villages très sympathiques dans la Grande Couronne Parisienne. Aussi bien au sud, qu'à l'est, à l'ouest et même au nord.

C'est lors d'une petite visite que je suis tombé sur une scène insolite. Cette Mustang 64/66 est déjà bien engagé dans une rue, lorsqu'une Twingo vient à contre-sens. La Twingo est conduite par une personne très âgée et visiblement peu dégourdie. La solution 1), c'est que la Twingo mette deux roues sur le trottoir et qu'il passe ensuite. Solution 2) : il recule légèrement et la 'Stang peut se garer sur le bateau, sur le droite. Le conducteur choisi une solution 3) : il se décale, met une roue sur le trottoir et... C'est tout ! Là, sur la photo, il a fini sa "manoeuvre" !

 Et donc, le conducteur de la Mustang a du reculer de plusieurs centaines de mètres, jusqu'au bateau suivant !

vendredi 23 octobre 2015

Hanomag


Une épave d'utilitaire. Un Hanomag-Henschel Matador ou son cousin Mercedes L206/306 ? Je vais dire que c'est le très rare Hanomag-Henschel, vu que de toute façon, il n'y a plus aucun logo apparent.
Dans le temps, il y avait une Subaru Impreza break accidentée et abandonnée. On était juste après le Top Gear Special aux sources du Nil (donc en pleine Impreza-break mania.) Ca sentait le bon plan. J'avais proposé de racheter la voiture à son proprio. Mais apparemment, il avait plein d'amendes impayées et il a préféré vendre à des gens du voyage (?)

Sinon, mon bouquin traverse un temps-mort. Il me manque 40 photos. Parfois, j'ai rien pendant plusieurs jours, puis je reçois une poignée de photos, d'un seul coup.
Je pense déjà à "l'après". J'aimerais écrire un livre sur les voitures en Corée. Des Panther de Ssangyong à la Kia Elan, en passant par les Oulim Spirra, il y a de belles voitures. Et puis plein d'histoires, aussi... Ensuite, je m'attaquerai au Japon. Il y a des bouquins sur Honda, Toyota, Mazda, etc. Mais aucun consacré à l'historique des constructeurs. Faudrait aussi un bouquin sur la culture automobile nippone (dekotora, bosuzuku, itasha, drift, le culte des race queen...) Ca ferait un bouquin très "visuel".
Tout petit, je dévorais les pages "reste du monde" de l'annuel de l'Auto-journal. Plus tard, grâce à internet, j'ai découvert que je n'étais pas le seul déviant. Des sites (disparus depuis, hélas) traitaient de sujets de "niche". Encore plus tard, avec Le Blog Auto, j'ai pu communiquer avec d'autres mordus de marques obscures. Mais en librairie, ça reste très classique. D'un côté, vous avez le bouquin vu 10 000 fois, du style "les plus belles Ferrari" ou "2cv, l'historique complet". L'autre jour, à la FNAC, j'ai vu un bouquin sur les supercars. Les photos me semblaient familières. Et pour cause : à la fin, il était inscrit "copyright, constructeurs respectifs". Ca c'est du bouquin ! "L'auteur" a surfé sur les sites presse, pompé les photos, 3 lignes de légende et c'est marre ! C'est ça, un bouquin ? Et à l'autre bout, l'auto-production sur un sujet hyper-pointu, du genre : "l'historique complet de la Visa 1". Le paveton imbitable avec des tonnes de schémas, une interview du fils du créateur et 3 photos. J'avoue que l'an dernier, on m'a envoyé un bouquin comme ça pour que je le critique... Et il est toujours sous plastique. En conclusion, il y a de la marge pour des bouquins sur des sujets pointus, mais qui soient bien présentés. Enfin, en attendant, faut déjà que je boucle mon ouvrage sur la Chine...

mardi 20 octobre 2015

Mücke


On croise de tout sur l'A86. Y compris l'un des camions du Team Mücke ! J'imagine qu'il revenait d'une séance de test dans le sud.

Cette saison, il y avait plus de 30 pilotes en F3. Mais sauf erreur, seul une demi-douzaine ont décroché plus d'un podium. Des équipes comme Fortec, Double R, EuroInternational ou West-Tec avaient du mal à grappiller des points. On a aussi vu pas mal de cartons.
Je ne comprends pas la stratégie de Felix Rosenqvist. L'idéal, c'est de s'imposer du premier coup. La norme, c'est de triompher à la deuxième tentative (le fameux "un an pour apprendre, un an pour gagner".) Tripler n'a d'intérêt que pour survoler la discipline. Mais quintupler ? Ca sera dur de poursuivre en monoplace après un parcours aussi laborieux... Je misais sur Charles Leclerc. Il représente la jeunesse, l'avenir... Mais il s'est liquéfié à la mi-saison. Lance Stroll fut moyen. De toute façon, son papa est co-actionnaire de Prema, qui vient de créer une structure GP2. D'ici à ce que fiston aille en GP2... Le plus impressionnant, c'est Alex Albon, qui décroche des podiums avec Signature (qui redécouvre la F3.)
Dans les autres disciplines, j'ai un faible pour Jack Aitken : doublé FR ALPS + Eurocup et Winterseries d'US F2000. Ca c'est une année réussie ! Lando Norris, golden boy de Carlin en F4 MSA, n'a pas loupé le rendez-vous. Il était parmi les favoris, il a gagné. Et puis, il y a Scott Andrews : titre de F1600 et 5 victoires en 6 apparitions en F1600 canadienne ! A mon avis, on va reparler de cet Australien... Dan Wells était le seul pilote d'envergure en AFR et il a remporté 10 des 12 courses ! C'est ce qu'on appelle marquer son territoire. Et "mes " Chinois ? Zhou Guanyu a terminé 2e de la F4 Italia. Un minimum pour un pilote qui a passé un an enfermé dans le simulateur de Ferrari. Luo Yufeng a terminé 7e de l'US F2000, avec plusieurs top 5. C'est mieux que la tripoté de pilotes de la F1600, mais il n'est pas aussi étincelant qu'Anthony Martin. En FMCS, Zheng Shang Guan a fait de la figuration. Il a remporté le titre en "B", en AFR, faute d'opposition. Et je ne parle pas de Cao Hongwei, Li Zhi Cong et Kang Ling, les chicanes mobiles de la F3. Bref, il n'y a pas encore "le" Chinois. On peut évoquer des problèmes d'adaptation, de culture, la barrière de la langue, etc. Mais un grand pilote va au-delà de tout ça. Michael Schumacher s'est imposé alors que l'Allemagne était davantage un pays de pilotes de "caisse à portes". Et l'Espagne, elle était où avant Fernando Alonso ? Et Emmerson Fittipaldi ? Il arrive à 22 ans du Brésil, 2 ans plus tard, on le fout dans une Lotus orpheline de Rindt et à 25 ans, il est le premier champion brésilien de F1 ! Alors quand on veut, on peut.

dimanche 18 octobre 2015

L'oreiller officiel de Pierre Gasly

L'autre jour, à Monoprix, il y avait des oreillers en promotion. Signe particulier : il y a Pierre Gasly dessus ! "Achetez l'oreiller officiel de Pierre Gasly !" Il y a bien longtemps, Fiszman représentait Gerhard Berger avec des oreillers dans Auto-Hebdo. Hasard ou coïncidence, Berger fut ensuite copropriétaire de Toro Rosso, où l'on devrait revoir très prochainement Gasly...

L'oreiller, ça peut être utile pour suivre la F1. Dans le brouillon de ce post, j'avais écris "Lewis Hamilton a décroché son troisième titre consécutif sans réelle opposition"... Sauf qu'en fait, c'est "que" le deuxième. C'est dire si on se fait chier... Mathématiquement, Nico Rosberg est dans la course. Mais psychologiquement et sportivement, "Hamster" est un cran au dessus. Comme Sebastian Vettel vis-à-vis de Mark Webber : Rosberg est toujours 2e, parfois, il est même devant. Oui, mais à la régulière, sur tout un championnat, il ne fait pas le poids.
Ferrari ? Je pense que ça sera intéressant de voir comment Vettel évolue. S'il joue les meneurs d'hommes, comme Michael Schumacher ou s'il se contente de pleurnicher parce qu'on lui file pas la meilleure voiture, comme Fernando Alonso. Mais aujourd'hui, laisserait-on un pilote s'occuper du recrutement, comme Schumacher l'a fait en 1996-1997 ? Alonso, lui, part pleurnicher chez McLaren... Sauf erreur, c'est la plus mauvaise période des "gris" depuis la mort de Bruce McLaren. Eux, les rois de la stabilité, ont employé 4 pilotes en 3 saisons. Je pense que Jenson Button a atteint ses limites et Alonso n'est pas le genre à vouloir remettre le navire à flot. Lui, il est le premier à sauter dans le canot de sauvetage !
N'empêche, la F1 est N°1 sur les non-infos ! On a eu la vraie-fausse retraite de Kimi Raikkonen, puis le vraie-faux rachat de Lotus par Renault, puis la vraie-fausse retraite de Button... Red Bull ? Dieter Mateschitz est capable de tout. Y compris, je pense, de partir du jour au lendemain, sur un coup de tête. Il pourrait ne garder que Toro Rosso. S'il le fait et si le deal Lotus-Renault n'aboutit pas, Renault n'aurait pas de client en 2016. Le départ de Romain Grosjean chez Haas, ça sonne comme une voie de garage. En même temps, le Français n'a jamais été convaincant. Ca rappelle les fins de carrière de Vitantonio Liuzzi ou de Timo Glock. Donc, en mars 2017, Grosjean pose avec la F1, participe aux premiers essais... Puis un communiqué tombe disant que l'équipe a recruté Sean Gelael ou Adderly Fong et qu'elle remercie Grosjean pour tout ce qu'il a fait.
L'autre jour, j'ai vu une photo de groupe de F1 (1989? 1990?) A l'époque, il y avait une dizaine de Français en F1. Aujourd'hui, on n'a que Grosjean, avec Gasly et Esteban Ocon en embuscade. Et surtout, chaque année, on a juste un ou deux Français qui "apparaissent". On n'a même plus dix Français "tout court" en monoplace !

mardi 13 octobre 2015

Vues à Paris

Eh oui, même en Rolls Royce, vous pouvez tomber en panne ! Et quoi qu'il arrive, la note est salée. Parce que bien sûr, seul les réparateurs agréés peuvent entretenir votre voiture. En prime, les émirs du Golfe et autres oligarques ne sont pas à quelques milliers d'euros près... Donc, ils se goinfrent. Mais au moins, le service est censément royal. Les réparations ont lieu tout de suite, maintenant ! Des expressions traditionnelles comme "La pièce n'est pas en concession, je vais la commander et on l'aura quand on l'aura" ou "on n'a plus de voiture de courtoisie" sont à proscrire.
 Deux 205 cote à cote, en plein Paris, en 2015 ! Avouez que c'est une vision de plus en plus rare. Et ça le sera bientôt encore plus, avec les lois anti-pollutions, la multiplication des journées sans voitures, les restrictions sur le stationnement en surface, etc. Salaud de pauvres, allez polluer ailleurs !

lundi 12 octobre 2015

Marcel Patulacci

Une R14 "pie". Pour pouvoir rouler, le propriétaire a du effacer une partie du marquage "police" (et désactiver le gyrophare.) Encore que, franchement, qui pourrait la prendre pour une voiture de police actuelle ?

Ca m'a rappelé le sketch Les flics des Inconnus (encore que c'est une R11 "pie" qui s'y offre une apparition.)
Les voitures de police françaises ne sont pas taillées pour les films d'action. Mis à part la Matra 530 de Jean Gabin dans Le Pacha (qui se transforme en Djet dans certains plans.) Les réalisateurs évitent donc les scènes de poursuites. Imaginez, avec la R14 : "Il monte sur un Solex. - La route est en pente et il pédale. - Le salaud, il nous distance !"

dimanche 4 octobre 2015

Honda Civic

Une Honda Civic 2ème génération. De ce côté de l'Atlantique, les Japonaises des années 70-80 sont bien rares. Et en prime, pendant longtemps, elles ont été victime des primes à la casse ou du tuning.

vendredi 2 octobre 2015

Opel Ascona

Une Opel Ascona. Pour être précis, une "Ascona J" (c'est indiqué sur le capot.) J'adore le travail des marketeurs de la fin des années 70 : prenez une placide berline, mettez lui des jantes et un autocollant qui court le long de la ligne de caisse, puis vous obtenez un modèle sportif. Sachant que dessous, a priori, c'est un 1,2l 60ch. Au moins, ils ne lui ont pas collé d'ailerons...

Opel utilise rarement son patrimoine. Il faut dire que le rapport avec les voitures actuelles n'est pas flagrant. On voit mal Opel coller une Ascona à côté de son Insignia en disant "visez l'ancêtre !" Les modèles les plus célèbres comme la Manta, la Senator, la Tigra ou la Calibra n'ont pas d'équivalents modernes. La Corsa en a un et Opel ne s'en prive pas.

Outre-manche, l'Ascona s'appelait "Vauxhall Cavalier". Ce fut une vraie tueuse de productions BL (tout comme la Ford Cortina, d'ailleurs.) A l'époque, BL va de grève en grève et de plan social en plan social. La Morris Marina Ital était démodée à tout point de vue et ce n'est pas la Triumph Acclaim qui allait redonner confiance à la clientèle... Donc, si vous êtes patriote, vous achetez une Cavalier ou une Cortina. Vauxhall et Ford ont su profiter de ce côté "buy british". Y compris une fois qu'ils ont fermé leurs usines britanniques. Aujourd'hui, l'Astra est la seule Vauxhall produite sur l'ile (avec les Movano et Vivaro.) Ford, lui, n'a plus rien du tout.

mercredi 30 septembre 2015

Slovénie (2)

La suite de mes trouvailles Slovènes...

A Flins, la Supercinq céda définitivement sa place à la Clio 1 en 1991. A la même époque, Renault s'offrit son partenaire Slovène et la production de la R5 se poursuivit là jusqu'à la fin des années 90. A Ljubljana, les Supercinq sont rares. Celle-ci, j'ai du la chercher !
Vous vous êtes peut-être déjà demandé à quoi ressemblerait une Clio II avec un coffre ? Vos prières sont exaucées avec la Thalia/Symbol ! Je n'ai pas osé vous prendre une vue de 3/4 arrière, pour ne pas que vous ayez des cauchemars...

Cela dit, à elle toute seule, l'usine Renault de Novo Mesto représente 12% du PIB Slovène. Elle produit actuellement la Twingo et la Smart.
Un gros nuage plus tard, voici un LDV à conduite à droite, mais immatriculé en Slovénie.
Une Lancia Thesis. Ce n'est pas si vieux que ça, mais vu sa diffusion, c'est déjà un youngtimer !
Une Trabant, transformée en cabriolet à la va-vite. Notez les "portes" en bâche véritable. Et quel boucan ! Ente le temps où je l'ai entendu et le moment où il est passé devant moi, j'ai eu largement le temps de sortir mon APN...
Dans l'ensemble, Ljubljana est une petite ville avec un centre historique. Au nord, il y a une friche industrielle. Des squatteurs s'y sont installés, créant un lieu artistique. Après des années de complaisance, la capitale commence à les virer et à les remplacer par de vrais musées. Ce vieux camping-car Iveco "Z" est un des derniers vestiges des squatteurs. Au train où ça va, dans un an, il n'y aura plus que des restos qui font des brunchs et des bars à céréales...

Parmi les installations artistiques "officielles", il y a une rétrospective d'images de films tournés à Ljubljana. Que ceux qui ont vu un film slovène lèvent la main !

Au moins, ça permet de voir une Zastava 850 ! Notez qu'un loueur propose de découvrir le pays avec cette cousine de la Fiat 600. Des volontaires ?
Tous les jours, je voyais une voiture dissimulée derrière des buissons. J'avais identifié une "F-body". Le dernier jour, j'ai voulu en avoir le cœur net et voici donc cette Pontiac Firebird au look tuning très 80s.

mardi 29 septembre 2015

Slovénie (1)

Je suis parti en Slovénie en me disant que j'allais faire plein de "conducteur du jour". Je m'attendais à croiser des Yugo, des camions FAP, de vieilles Renault (du temps ou Revoz faisait du CKD) voir des BL assemblées à Novo Mesto et sans doute d'antiques productions de l'Est... Sauf que la Slovénie est un pays riche. Les Slovènes roulent en Hyundai et en Toyota.

Le troisième jour, je croise enfin un véhicule exotique : un TAM qui joue les employés municipaux. D'après Wikipédia, c'est un Magirus-Deutz sous licence. Wikipédia nous dit que ce constructeur Slovène a fait faillite en 2011. Or, je n'en ai croisé que 3. Faut croire que le parc de camions Slovène a moins de 4 ans...

Le lendemain, je croise cette Evo (VII ? VIII ?) Dans l'ensemble, les Slovènes conduisent comme des mamies. Sur les routes secondaires, c'est un calvaire ! Je n'ose imaginer le proprio de cette Mitsu, se comportant comme ses compatriotes...

Piran est l'unique point d'accès à la mer. Une péninsule coincée entre la Slovénie et l'Italie. Elle est interdite aux voitures. Ce Fiat 238 attend donc ses propriétaires ait fini de siffler des mojitos (c'est très bobo.)

L'histoire aime l'ironie. Pendant 50 ans, Trieste a été le quai de la Yougoslavie, voir des Balkans. Qu'il s'agisse de marchandises ou d'espions, cette enclave italienne jouait un rôle vital. Aujourd'hui, l'imposant poste de douane (on quittait le monde connu) est livré à la végétation et Trieste n'est plus qu'une bourgade de l'arrière-pays vénitien. Sur le chemin, je croise un Fiatou, une Dyane, une Escort MK I, des 126, des A112... Et bien sûr, une fois garé, dans le centre-ville, plus rien à me mettre sous la dent. Juste ce Motoagricoli Valentini, un obscur utilitaire sans-permis.
On reste à Trieste avec ce Piaggio Ape Poker, une évolution 4-roues du Ape. Apparemment, un jour de 1993, quelqu'un s'est écrié : "Eh, j'ai trouvé un moyen pour rendre l'Ape moins casse-gueule : on lui greffe une 4e roue !" Il a quand même fallu attendre 45 ans pour que quelqu'un ait eu l'idée ! Et curieusement, ça a fait un bide. Soit Piaggio facturait 1000€ la roue, soit les gens préféraient lever la patte en virage...

dimanche 27 septembre 2015

Mini-essai : Peugeot 308 Slovène

Pour la première fois en quinze ans, je me suis offert de vrais vacances estivales ! Une semaine en Slovénie. Ca peut sembler peu, mais c'était déjà énorme pour moi.

Les grilles de location de voitures sont très mystérieuses. Le type devant moi avait loué une "Golf ou équivalent". L'employé lui dit : "Vous aurez un Juke... [pianotage de clavier] Finalement, ce sera une 2008." Moi, j'avais pris "une Polo ou équivalent" et j'ai eu une 308. En résumé, pour Hertz, Golf=Juke=2008 et Polo=308.

Extérieur
J'ai déjà pu conduire une 308 à Trappes, lors des Safety days de TRW. J'en avais gardé une impression mitigée. Ah ça, on nous a bassiné avec la "Golf Française" ! voiture de l'année 2013 ! "Vous allez voir, à Wolfsburg, ils ont les chocottes !"
Effectivement, à l'extérieur, la 308 a des airs très germaniques. On est loin du look "black hole sun" de Gérard Welter.

Intérieur
L'effet "on dirait une Golf" est dissipé dés qu'on met le pied à l'intérieur. C'est cheap. La voiture est neuve, mais la jauge à essence est en panne. Les plastiques se rayent facilement. Le seul truc "allemand", c'est l'omniprésence du marron-gris.

Au volant
Hertz nous a refilé la version 1,6l HDi 92ch. Il a tout le mal du monde a tirer les 1,1t du bestiaux. Par rapport à l'agile Fiat 500 Multiair, c'est la douche froide ! Je me suis amusé à grimper le col de Vrsic (le Ventoux Slovène)... Quelle galère ! Je n'ai quasiment jamais passé la 3. Tout est relatif, ce n'est pas la Hyundai i30. Mais pour être pris en grand excès de vitesse, il faut vraiment y mettre de la mauvaise volonté !

Bilan
La Golf Française ? J'aimerais bien voir le type qui va aller chez VW et va dire : "Non, ça ne me plait pas, je veux une 308 !" Remarquez, avec les problèmes actuels de VW... En attendant, j'étais content de la rendre à Hertz

lundi 21 septembre 2015

Mini-essai : Fiat 500 Multiair

L'autre jour, j'ai loué une voiture chez Hertz, pour mon usage privé, avec mes propres deniers. Je voulais une Fiat 500. On m'a refilé une Ford Ka. C'est la même plateforme, la même usine... Sauf que la Ford est affreusement banal. Heureusement, une agence voisine avait une 500. Alors j'ai foncé... Euh... Dans le respect des vitesses autorisés, jusqu'à la dite-agence et voilà !
 Le naturel finit par remonter à la surface et j'en ai profité pour réaliser un mini-essai.

Esthétique

Il s'agit bien sûr de "l'ancienne" 500.  Encore que si je vous ne le disais pas, vous n'auriez guère vu la supercherie. Les principales différences se limitant au bouclier avant et aux feux arrières. En tout cas, j'aime bien la bouille de la 500. Même après 8 ans à en croiser.

Habitacle
J'ai l'impression qu'au fil des années, Fiat a revu à la hausse la qualité perçue. Les premières 500 avait un aspect de jouet Fisher-Price (comme les 500L.) On reste néanmoins loin des standards germaniques... Par ailleurs, l'ergonomie n'est pas trop mal. Faut se faire au levier de vitesse façon boule de billard.
De plus, l'habitacle lumineux renforce l'impression d'espace.

Moteur
La 500 est l'une des citadines les plus compactes et les plus légères. Même avec le Multiair, elle n'a pas de mal à s'élancer. Mais forcément, sur autoroute, le bicylindre 60ch s'essouffle vite.

Conclusion
Faut-il encore présenter la Fiat 500 ? Peut-on dire quelque chose de neuf dessus ? En tout cas, comme "bagnole de loc'", elle est pas mal.

vendredi 18 septembre 2015

Quattroporte

Bertrand Delanoë avait créé les bouchons parisiens de minuit. Grâce à Anne Hidalgo, l'A86 est bouchée même en plein mois d'août (faute de pouvoir circuler dans Paris ou sur le périphérique.) Au moins, ça permet d'apprécier des spécimens rares comme cette Maserati Quattroporte (AM337.)
Traditionnellement, les Quatroporte arrivaient bien après les coupés dont ils dérivent. En 1994, il était plus que temps de remplacer la Quattroporte III (sur base Kyalami/De Tomaso Longchamps.) Faute de budget, la Biturbo est rallongée et hop! voilà une nouvelle Quatroporte ! Elle était si peu aboutie que lorsque L'Action auto la compara à une Jaguar XJ (X300), la finition de l'Anglaise semblait excellente ! Qui plus est, le design très carré de Marcello Gandini était ringard, en pleine mode bio-design. Bref, la Quattroporte IV eu une carrière ultra-discrète.
En 2003, après un bref temps-mort, Maserati lança une Quattroporte V (celle d'Intouchables) et il fit comme si les Quattroporte II, III et IV n'avaient jamais existé ! Pour donner un ordre de grandeur, la production des quatre premières générations dépasse péniblement les 5 000 unités, en 40 ans. La cinquième s'est vendue à 25 000 unités en 10 ans. Et l'an dernier, Maserati a produit environ 10 000 Quattroporte VI.

Au salon de Francfort, Fiat a triomphalement dévoilé sa Giulia. Elle est censée marquer le retour d'Alfa Romeo. Mouais. Je suis comme Saint Thomas. Je ne croirai que lorsque je verrai... Sinon, comme d'habitude, il n'y avait pas grand chose à voir. Les Fiat 500 et Lancia Epsilon s'offrent un léger lifting. Pour la 500, les fan-boys habituels déclarent que de toutes façons, elle est superbe comme ça et qu'il ne faut pas y toucher... L'Epsilon, c'est émouvant, car c'est un baroud d'honneur de Lancia. Carla Bruni s'est barrée chez Ford et Vincent Cassel, chez Jaguar.
Le problème de Fiat, ça a toujours été le planning de lancement : 3 modèles en 2 ans, à peu près. La Fiat Bravo est sortie en 2007. Sa cousine Lancia Delta est arrivée en 2008. L'Alfa Giulietta (dont la plateforme est proche) est apparue en 2010. 3 ans ! Entre temps, ça devait être coton de vendre des 147... D'ailleurs, depuis, Alfa n'a pas eu d'autre véhicule de grande série. Conclusion : si après la Giulia, Alfa doit attendre 3 ou 4 ans pour avoir du neuf en concession (et par "neuf", j'exclue les séries limités), il ne va pas remonter grand chose...

mardi 15 septembre 2015

SM et S.M.


Il y a un mois, j'ai du pendre le métro et le RER. D'après la RATP et la SNCF, les usagers se prennent deux mois de vacances. Donc, toujours d'après eux, ils peuvent couper carrément la circulation sur les lignes A et C, vu que ça ne gênera personne. Si, malgré out, vous travaillez, la SNCF a prévu de "Bus Castor". Concrètement, vous suivez le fléchage jusqu'à la sortie de la station. Puis, une fois dehors, vous vous débrouillez tant bien que mal pour trouver l'arrêt (car il 'y  plus de fléchage !) Enfin, vous montez dans un bus qui vous dépose à un arrêt...Où vous prenez un autre bus. Logique. Moi, j'aurais conçu un système avec un seul bus. Mais bon on ne dois pas avoir la même logique... Après ça, ils vont se demander pourquoi il n'y a pas plus de gens qui prennent les transports en commun...

Au final, après une bonne demi-heure, j'ai enfin atteint la station Javel, qui est en travaux. Apparemment, il y avait une frise à la gloire de Citroën.  Il n'en reste que des bouts, comme celui dédié à la SM. Ca tombe bien car c'est ma Citroën préférée.
La SM, c'était la France ambitieuse, celle du Concorde, des victoires de Matra au Mans... Je ne suis pas particulièrement fan de George Pompidou, mais il a été l'ultime président des Trentes glorieuses. A l'époque, on se moquait bien des Allemands. La Mercedes W115, c'était de la voiture de campeur teutons, avec caravane obligatoire dans le dos. Et la BMW E3 ? Une voiture de notaire de province ! Côté salon, l'influence de Francfort était minime. Il faudra attendre les années 90 pour qu'il s'impose comme un salon d'envergure continentale. Et en sport auto, l'Allemagne est dans les choux. Son championnat de F3 est proche de l'actuelle F3 Cup et en F1, elle n'est présente que via des gentlemen-drivers, pour leur Grand Prix national... Quel contraste avec aujourd'hui. Justement, là, c'est Francfort. Le rouleau-compresseur allemand a balayé les autres salons européens (sauf Genève et Paris.) A Paris, à chaque édition, il y a des halls qui ferment et des constructeurs qui se font porter pâle (notamment dans le luxe.) A contrario, à Francfort, il semblerait qu'il y a toujours plus d'exposants. Et les constructeurs Allemands ont toujours des pelletés de nouveautés. C'est sûr que les Français semblent minables avec nos DS restylées et notre Peugeot imprimée en 3D ! Vous chantiez ? Et bien, maintenant, dansez ! 

lundi 14 septembre 2015

Škoda Felicia cabriolet 1960, mon quarante-et-unième essai

Depuis mon tout premier essai j'ai pris l'habitude de photographier la voiture au moment où je la laisse. D'ordinaire, c'est sur le parking du service presse du constructeur Mais cette fois, c'est sur une dépanneuse La faute à un alternateur défaillant. J'y reviendrai plus tard.

La Felicia c'est avant tout une gueule d'amour. Sans doute la plus belle des productions des pays de l'Est. J'en ai déclenché, des torticolis ! Le rouge pétant, les rondeurs et les chromes, c'est imparable. J'ai l'impression que les designers se sont attardés sur chaque détail. En tout cas, on est loin du cubisme des Lada...
Ce qui me plait aussi, c'est le contexte historico-politique, très intéressant. Une époque très difficile. Les gens de Škoda avaient peu de moyens et au sommet, ça défilait... A la limite, j'aurais encore plus à dire sur une Rapid (celle des années 70, pas l'actuelle), mais qui lirait un article sur une Rapid ?

Après, l'essai ne fut pas de tout repos et elle a fini par me lâcher. Mais je ne me plains pas.
1) Ca s'est fait à 100 mètres de chez moi et il se trouve que j'ai un dépanneur basé pas loin. Donc, au bout de 5 minutes, la dépanneuse est arrivée, elle a chargé la voiture. Et moi, j'ai fait 100 mètres à pied. Ce n'était donc pas une "épreuve".
2) Ce dont je veux me rappeler avant tout, c'est que durant 3 jours, j'ai eu la plus belle voiture d'Ile de France. C'est un privilège, pas un droit. Il y a des centaines de gens qui voudraient être à ma place et beaucoup saurait écrire un meilleur papier derrière...
3) Ca fait parti des risques du métier. Il n'y a que dans les émissions de TV que des gens vous restaurent une voiture en 48h. Dans la vraie vie, une ancienne, c'est des pièces indisponibles, des restaurations qui s'éternisent et des pannes impromptues. A partir du moment où vous montez dans une ancienne, vous devez être conscient qu'elle peut tomber en panne à tout moment. J'ai joué, j'ai perdu, point final.
4) Plus généralement, les pannes, les PV, les galères, c'est tout ça qui vous donne de l'expérience. Et c'est l'expérience qui vous donne du recul, donc une analyse plus fine. "Chat échaudé craint l'eau tiède." Sinon, vous vous contentez de recopier le communiqué du constructeur. Et c'est pour ça que je ne respecte pas les journalistes et les blogueurs qui n'ont jamais eu de voitures persos et ne font que des tours de pâté de maison !

mercredi 9 septembre 2015

Traversée de Paris estivale 2015

J'étais bien sûr à la Traversée de Paris estivale 2015. Je commence à avoir une belle collection de plaques de la Traversée de Paris. Pourtant, je ne m'en lasse pas. C'est un moment unique pour rencontrer des passionnés d'automobiles. D'ailleurs, j'y vais toujours avec un tee-shirt "Le Blog Auto". Comme ça, la conversation type ressemble à " Elle est belle, votre voiture. - En fait, ce n'est pas ma voiture. Je suis du Blog Auto. - Le blog quoi ? - Tenez, scannez le code-barre avec votre smartphone..." Et hop, un lecteur en plus !
Ce qui est dommage, c'est qu'il y a 0 affiche, 0 promotion. Au moins, les gens ne s'attendent pas du tout à voir débarquer les voitures. Dommage aussi que la Mairie de Paris impose un parcours qui évite de plus en plus le centre. Un petit tour dans Le Marais ou l'Ile Saint-Louis, ça serait pourtant sympa. Et je ne parle même pas de prendre la pause devant l'Hôtel de ville... On voit bien que les anciennes ne sont pas les bienvenues. Du moins, par la municipalité et par une vingtaine de personnes. En 6 Traversées, je n'ai compté que 2 réactions hostiles. Alors que des réactions positives...

lundi 7 septembre 2015

Ferrari et Bar Mitzvah

Les pied-noirs sont une espèce en voie de disparition. La vérité si je mens, c'est fini ! Les grossistes en jeans exubérants ont pris leur retraite. Ils rejoignent les autres stéréotypes ambulants de l'immigration des Trente Glorieuses, comme le restaurateur Vietnamien, l'épicier Maghrébins ou le maçon Portugais...

Mes grands-parents ont enjambé la Méditerranée un peu avant. Assez pour ne pas être des "rapatriés". Mon grand-père a fait les marchés et je suis fier de cet héritage.
Le rapport avec la Ferrari ? L'autre jour, je déjeunais dans un restaurant. Il y avait un peu de bruit et la serveuse nous a expliqué qu'il y avait une bar-mitzvah (NDLA : genre de première communion pour juifs, mais réservé aux garçons) à côté. Et en sortant de l'établissement, il y avait cette F430, garée pile en face. Voilà, c'est ça, le style pied noir. Il fallait qu'il se gare en face, pour qu'on voit sa voiture en sortant. Et je suis sûr que dans la salle, le propriétaire était assis bien au milieu, avec les Aviator sur le nez. A chaque phrase, il évoquait sa Ferrari. Par exemple : "T'as vu le temps ? - Ah, oui, c'est un beau temps pour rouler avec ma Ferrari." Et je suis à peu près aussi sûr qu'en fait, c'est une location...

mercredi 2 septembre 2015

Part toute distance !

Vous vous souvenez de la Jaguar XJ-S en vente ? J'ai trouvé une voiture encore plus étonnante chez un autre vendeur d'occasion : cette Peugeot 404 un peu défraichie. Etonnant, non ?

Sinon, un mot sur lord Montaigu de Beaulieu. Je l'avais évoqué ici. Il était l'automobile ancienne outre-manche. A 71 ans, il a disputé le Pekin-Paris avec une Vauxhall de 1911. Sa collection était très vaste. Tout les ans, il avait un stand à Rétromobile. Le CD-Rom Encyclopédie illustrée de l'automobile (pour Win95) était en fait un catalogue du musée Beaulieu. Lorsque Top Gear disait "Voici la X, qui rend hommage à la Y des années 70", la Y venait souvent de sa collection. Il organisait également une rencontre annuelle et il n'hésitait pas à accueillir les voitures customisées.
Il est mort hier, à 89 ans. Et le nombre de tweets qui lui sont consacrés s'élèvent à... 16. Idem côté Facebook. C'est le calme plat, y compris outre-manche. Ils sont où, les soi-disant passionnés ? On voit qui sont les enfonceurs de portes ouvertes...

lundi 31 août 2015

Combi VW

Ah, le Combi VW... En matière d'utilitaires légers, il est difficile de faire plus "culte". Depuis les années 60, c'est LE véhicule du baba cool ou du surfer. Un véhicule simple, pas cher et increvable. Et le plus impressionnant, c'est qu'il a été imaginé sur un coin de table par l'importateur Néerlandais de Volkswagen, Ben Pons.

Dans les années 70, on voit bien que quelque chose émergeait. Un besoin pour un véhicule monocorps, spacieux et offrant les prestations d'une voiture. Ca donnera l'Espace de Matra, en 1984. Mais en fait, tout les constructeurs y pensaient. Simplement, c'était le saut dans l'inconnu. Renault et Matra ont essuyé les plâtres, mais ils ont été remboursés au centuple.
10 ans plus tard, il y a eu le Toyota Rav 4. Un look de 4x4, mais moins rustique et donc sans les capacités en tout-terrain. Ca faisait sourire à l'époque. Mais c'était l'ancêtre des SUV.
Aujourd'hui, je pense qu'on est dans la queue de comète des SUV/crossovers. Alors c'est quoi, la suite ?

dimanche 30 août 2015

Peugeot P4(s)

C'est marrant de bosser près d'une caserne militaire. Chaque année, avant le 14 juillet, les panneaux près de la caserne se couvrent de signes cabalistiques. Et surtout, on voit plein d'engins, comme cet alignement de P4 sur l'A86. Ceux avec les gyrophares assurent la circulation.
Il y a polémique autour du remplacement des P4. L'armée avait le choix entre des Ford Ranger fabriqués en Thaïlande et des Duster fabriqués en Roumanie, mais motorisés par Poclain. Certes après tout, le "P4", c'était juste un Mercedes/Steyr "G" avec un moteur de 204... De toutes façons, la prochaine étape, ce sera le Humvee. On fera comme tout le monde : on achètera de l'armement dans les surplus US. Ca fait des années que GIAT/Nexter est concassés, de plans de sauvetage en plan de sauvetage. Puis on vous explique un jour que la France n'a plus telle ou telle compétence et qu'il faut s'approvisionner ailleurs...

Justement, cette semaine, on a perdu Guy Ligier. C'était un de ces patrons français de la vieille école. Ligier, c'est plus de 50 ans d'intrigues autour du sport auto. Il avait ses "têtes", comme Jacques Laffite, Olivier Panis et les anciens résistants (de droite comme de gauche.) Pour les autres c'était tir de barrage... N'empêche, il s'est imposé en F1, à frôlé le triomphe au Mans, a remodelé Magny-Cours, a donné un second souffle à Martini, aligné une Indycar... Alors chapeau bas.
Le problème, c'est qu'on manque de patrons de F1. Depuis 15 ans, ce sont les mêmes qui se relayent. Et les cas de HRT, Caterham et Marussia a du en refroidir, des aspirants. Des écuries comme Carlin, Fortec ou ART Grand Prix n'ont guère envie de faire de la fin. Elles préfèrent aligner des voitures dans 3 ou 4 disciplines, quitte à faire de la location de voitures. Pourquoi s'embarquer dans un ruineux projet en F1 ?

Justin Wilson ? Il y a 3 mois, personne voulait de lui. Il a été jusqu'à piloter en Formule e pour convaincre Andretti. Et encore, pour 2016, Michael Andretti rêvait davantage de Matthew Brabham. A 37 ans, Wilson avait un beau palmarès. Mais comme Oriol Servia, Ryan Briscoe ou Alex Tagliani, il manquait d'un poil de charisme et de vitesses. Le petit truc qui l'aurait mis dans la cours d'un Tony Kanaan, d'un Scott Dixon ou d'un Ryan Hunter-Reay (qui sont toujours "là", années après années.) Et donc, depuis son accident mortel, c'est une avalanche de guimauve. Des gens qui ne voulaient pas lui filer un baquet chantent ses louanges... Exactement comme pour Dan Wheldon, en son temps. On vit dans un monde de communication. Même une éloge funèbre devient un communiqué de presse. Il n'y a plus de pudeur, plus de recul. Et pendant ce temps, la boite mail de Sage Karam déborde de messages d'insultes de fans furieux. Soit il arrive à passer le cap, soit il se fait arrêter pour conduite sous influence dans 6 mois...

lundi 24 août 2015

DS3 Cabriolet, mon quarantième essai

Ca peut surprendre de me voir essayer une production du Quai de Javel. C'est un coup à me faire descendre par les fan boys ! Pourquoi en aurais-je la demande ? En fait, je n'ai jamais demandé à l'essayer ! Il y a eu un quiproquo entre DS et moi. Je ne me plains pas. Des quiproquo qui se terminent par un essai de DS3 Cabriolet, j'aimerais en avoir tous les jours ! Même si, à tout prendre, j'aurais préféré celle de gauche...

Des DS3, on en avait déjà testé quelques unes au Blog Auto. Mais aucun lecteur ne s'est plaint. C'est comme ça.

Trêve de plaisanteries, j'ai été agréablement surpris par cette DS3. Que de progrès par rapport à la DS3 "Avis"... Motorisation, finition, équipement... Je l'ai aussi trouvée moins pataude, malgré le surpoids du au toit ouvrant. Ce qui n'a pas bougé, c'est l'habitabilité de module Soyouz et les faibles surfaces vitrées. En prime, dans cette version Cabriolet, le coffre est une mauvaise blague.
Surtout, je trouve que la DS3 n'est pas cohérente avec elle-même. On nous la vend comme une voiture technologique. Mais cette motorisation dispose uniquement d'une boite méca. Il y a un stop&start, mais point de KERS et encore moins d'hybridation. Pas non plus de vision tête haute (façon 3008) ou de je-ne-sais quel gadget.