mercredi 4 novembre 2015

Croisière jaune

La Rive Gauche de Paris est célèbre pour ses livres anciens. Dans une vitrine, ce recueil sur la Croisière Jaune (alias Mission Centre-Asie.)

Ah, la Croisière Jaune... Il y a tellement de symbole. Côté automobile, c'est les ambitions d'André Citroën et son envie de faire parler de lui. Il faut se souvenir qu'en 1931-1932, Citroën ne produit des voitures que depuis une douzaine d'années. La marque a encore besoin de notoriété.
Le nom "Croisière Jaune" est un peu bancal. Le jaune n'était pas une référence à la couleur des autochenilles... "Croisière", c'est un peu la vantardise : "On va dans les endroits les plus périlleux du monde, mais au volant d'une Citroën, ça devient une balade !" En 1931-1932, les gens voyagent peu, d'ailleurs, ils n'ont pas encore de jours de congés. Il faut noter qu'il n'y a aucun Chinois parmi les 43 (!) participants. A tort ou à raison, ils pensaient qu'il n'y en avait pas de compétent. En même temps, il n'y avait pas non plus de Chinois lors du Paris-Pékin ou du New York-Londres. Les Chinois étaient réduits à un rôle de spectateurs. De même qu'à Port Arthur (actuelle Dalian), ils avaient assistés aux combats entre Russes et Japonais. On leur demandait rarement leur avis...
Le plus curieux, vu de 2015, c'est que ces gens étaient plutôt à gauche de l'échiquier. C'était au nom de la tolérance, de l'égalité et de l'humanisme qu'ils venaient "offrir" la civilisation.

1931-1932, c'est l'apogée des "concessions occidentales", juste avant l'invasion Japonaise. Les occidentaux ont transformé leurs terrains. Comme il s'agit avant tout de comptoirs, ils les ont doté des dernières infrastructures (ports en eaux profondes, voies ferrées, routes, entrepôts et même un peu d'industrie.) Sitôt quitté ces enclaves, c'est le Moyen-âge ! Le réseau routier est déplorable, voir inexistant dans certaines régions. La population est misérable, illettrée, habillée de hayons. Surtout, l'autorité de Nanjing (capitale de la Chine Républicaine) ne porte guère au-delà des côtes. Les Croisiéristes en feront l'amer expérience...
Le Lotus Bleu fut publié en 1934. Zhang Chongren, un étudiant communiste, a servi de "conseiller" à Hergé. Il dépeint des colons agressifs et paternalistes, prompt à humilier les Chinois. Il n'empêche que pour beaucoup, c'était ça ou la misère des campagnes. Dés la fin du XIXe siècle, des paysans débarquèrent, espérant un travail de manutentionnaire (coolie) ou d'ouvrier. Un moyen d'attraper quelques miettes des richesses occidentales. Les plus chanceux devinrent commerçants ou montèrent des ateliers de confections. Hélas, beaucoup finirent dans les fumeries d'opium ou les maisons closes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?