mardi 4 avril 2017

R8, pas celle-là, l'autre

J'ai croisé cette Renault 8 Gordini par hasard, près de chez moi. Ah, quel bruit... Je l'ai entendue avant de la voir ! En théorie, une Logan J-Cup est capable de battre une Gord' sur un tour de circuit (y compris en ligne droite, sur un départ arrêté.) Mais entre une R8 Gordini et une Logan J-Cup, vous préférez laquelle ? On est d'accord...

Gordini, c'est aussi le retour raté d'il y a quelques années. J'espère que Renault a su en tirer des leçons pour Alpine. Avoir un beau produit, c'est bien. Néanmoins, à ce niveau de gamme, il est crucial de savoir le "vendre".
A part ça, en ce moment, le sport auto reprend à un train de sénateur. On est début avril, mais on n'a eu qu'un seul Grand Prix de F1, une manche d'Indycar, une manche de BTCC et un meeting en Chine... Au moins, cet hiver, il n'y a pas eu de fermeture définitive. Encore que le CFGP et la FMCS sont mal en point. En même temps, Mitime (Geely) cherche à pousser la F4 China. Le CFGP avec ses gentlemen-drivers qui se plantent au feu vert (parce qu'ils ont envoyé la sauce avec les roues braquées), ce n'est pas sérieux... La FMCS a été lâchée par VW/Audi; il doit se démerder seul pour organiser son calendrier. En plus, ses principales écuries ont d'autres chats à fouetter. Pourtant, paradoxalement, l'avenir du sport auto est en Chine. Quatre circuits devraient voir le jour en 2017, dont deux (Ningbo et Zhejiang), très ambitieux. Soit ils font quatre meetings et ils sont livrés aux orties (cf. Ordos.), soit le nombre de licenciés suit. En Inde, tout est calme, mais je pense qu'Arjun Maini et Jehan Daruvala devraient au moins atteindre le GP2. Les autres pays d'Asie (Malaisie, Indonésie, Thaïlande, Philippines...) ont également pas mal de jeunes motivés, mais il s'agit d'individus souvent isolés. Le Japon, lui, il a un Super GT et une Super Formula qui marchent bien. Pourquoi regarder ailleurs ? Ce qui me chagrine c'est qu'entre la FR 2.0, le GP3 et la F4, on atteint péniblement une dizaine de Français dans les formules de promotion. Dire qu'au début des années 90, il y avait une dizaine de Français en F1... Remarquez, on n'est pas les plus mal lotis. Le jour où Felipe Massa prendra sa retraite, il y aura zéro Brésiliens en F1. Du jamais vu depuis 1970. Pedro Piquet et Pietro Fittipaldi ont fait des bides. Enzo Fittipaldi et Felipe Drugovich ont l'air pas trop mal, mais ils sont loin. Loin aussi l'époque où le Brésil faisait figure d'usine à pilotes...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?