jeudi 21 août 2014

Datsun 240Z, mon trente-cinquième essai

Un an ! J'ai du attendre un an pour conduire cette Datsun 240Z de 1971. Un an, c'est le temps qu'à pris sa restauration (eh oui, Car SOS, une vraie restauration, ça se fait pas en trois jours.) En guise de lot de consolation, Nissan m'avait filé une Datsun Fairlady Sports et une 300ZX (donc je vais faire pleurer personne.) Puis enfin, le mail tant attendu : "On a la 240Z." La RP a tout juste eu le temps de cliquer sur "envoyer le mail", que je toquais à sa porte !

J'avais d'autant plus envie de la conduire que j'ai eu une Datsun 240Z blanche Majorette quand j'étais petit.
Et ensuite ? Je n'ai pas été déçu ! C'est très sympa à conduire. On sent qu'ils ont corrigé pas mal de choses après la Fairlady Sports (largeur, couple à bas régime, refroidissement...) C'est un gros coupé, avec des performances plutôt appréciable, même vu de 2014. Bien sûr, il y a des défauts (débattement du levier de vitesse, tenue de cap à haute vitesse, suspensions...) Mais ça reste une voiture très polyvalente. Normalement, une ancienne est censée être fragile et capricieuse. Comme la 240Z est bien finie, beaucoup ne la considère pas encore comme "collectionable". Par rapport aux Anglaises contemporaines, il n'y a pas photo. On comprend les Californiens :" Vous préférez quoi ? Un gros coupé d'une marque inconnue, mais pas cher ? Ou bien payer 50% plus cher pour une MG ou une Triumph moins performante et beaucoup moins fiable ?"

A chaque essai d'ancienne, je tombe amoureux ! Là, quand même, je lui préférerais une 280ZX, parce qu'elle est mieux équipée et plus aboutie.

Ces derniers temps, j'ai surtout fait de l'essai ancienne. Une ancienne a toujours une histoire à raconter. C'était des coups de poker : un constructeur a de vagues intuitions et il lance un truc un peu au pif. Les voitures actuelles sont surtout dessinées par les services marketing. A chaque fois, un designer vient vous expliquer comment il a "donné du caractère" au dessin. Mon coco, si ta voiture avait vraiment du caractère, tu ne serais pas obligé de le préciser ! En plus, il y a la question de la confidentialité. Sur une voiture récente, vous n'avez que du "story telling" bien lisse. Il faut attendre que les ingés partent à la retraite pour qu'ils puissent délier leurs langues. Donc là, on commence à savoir ce qui se passait dans les années 90. Il faudra attendre 20 ans pour savoir ce qu'il se passe aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?