lundi 25 avril 2011

Tesla vs Top Gear: my two cents

Rappel des faits: à l'automne 2008, Top Gear teste la Tesla Roadster. Au bout de quelques minutes, la batterie de la première est à plat. Heureusement, Tesla en avait apporté une seconde et Jeremy Clarkson casse ses freins. Conclusion du reportage: la Tesla Roadster est rapide, mais chère, peu fiable et son autonomie est limitée.
D'après Tesla, tous les clients potentiels Européens ont vu le reportage et ils avaient beaucoup de réserve sur la voiture.
Furieux, Tesla attaque Top Gear en diffamation, 2 ans et demi après. Ils sont notamment tombé sur un script de l'essai, peu avant le tournage. Les sites Top Gear-ophobe (au hasard, les Australiens de Drive) s'en sont saisi, font des compiles de griefs et ils en déduisent des charges anti-Top Gear.

Mon opinion: c'est le bal des faux-culs.

Côté Top Gear, le nez d'Andy Williams (le producteur) a du pas mal s'allonger ces derniers temps. Il explique que les essais sont préparés, d'où le script. Le problème, ce n'est pas que les essais sont PREPARES (avec plan de tournage, données techniques, etc.), mais qu'ils sont SCENARISES. Ces dernières saisons, la part d'improvisation devant la caméra s'est réduite. Quand vous voyez par exemple, une voiture prendre feu, au milieu de nul part et sans que l'équipe ne s'excite, on se doute que c'est du chiqué. Même les vannes que se lancent les présentateurs sont préparées à l'avance ! La saison 14, la pire d'entre-toutes, était particulièrement surjouée. Donc, avant même de monter à bord de la Tesla Roadster, Jeremy Clarkson savait qu'elle tomberait vite en panne de batterie...
En plus, le ton de Williams, c'est "qui ose s'en prendre à Top Gear ?" Williams et Clarkson ont tendance à s'écouter parler; ils n'acceptent pas les contradicteurs. Ca serait bien qu'ils se fassent soigner leur melonite !

Côté Tesla, on savait à quoi s'attendre lorsque l'on a prêté une voiture à Top Gear. A moindre de n'avoir jamais vu un épisode, ils savaient qu'ils n'aiment ni les électriques, ni les Américaines. Donc, le moindre défaut serait souligné. Ils ont cru que Top Gear ferait un publi-reportage pour CSP++ et ils se sont fait avoir.
L'autre point, c'est pourquoi attendre si longtemps ? Ca sent les "attention whores". En 2008, Tesla lançait le Roadster. On s'attendait à une révolution et à la naissance d'un grand constructeur. Ensuite, au printemps 2009, ils ont présenté la Model S... Dont on attend encore la mise en production. En 2010, entre le bruyant départ de Martin Eberhard ou les rumeurs de faillite, on parlait rarement en bien de Tesla. Depuis quelques mois, on n'en parle même plus du tout (la faute à la fermeture d'Autoblog Green) Visiblement, le procès doit leur servir à se faire de la bonne pub. C'était ça où faire un calendrier de nanas à poil (comme Fisker.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?