lundi 21 juillet 2014

Dal Bo

L'autre jour, dans les bouchons, je me retrouve derrière ce camion. Il transporte des machines agricoles frappées d'un "Dal Bo". Dal Bo... Comme Marius Dal Bo ? En fait, non, c'est une boite danoise. Elle a été fondée par un certain Henry Pedersen, en 1948. Aucun lien avec le créateur des Pygmée.

Les Pygmée, c'était une de ces aventures des années 60. Un plombier qui construit des monoplaces pour son fiston de pilote. Dal Bo père crée une écurie et "monte" jusqu'en F2.
A l'époque, tout le monde -ou presque-pouvait créer une F3 ou une F2. Il y eu même pas mal de projets de F1. Martini, Ralt et plus tard, Reynard et Dallara se sont concentrés sur l'aspect "construction de châssis" et non pas sur l'engagement sportif. Bientôt, les pelotons se sont uniformisés. Pourquoi créer une F3 alors que vous pouvez en acheter une clef-en-main ?
Aujourd'hui, la quasi-intégralité des championnats de monoplace sont des coupes monotypes. Et Dallara fournit la quasi-intégralité de cette "quasi-intégralité". Tatuus et Mygale se contentent de niche. Quant à RFR et Panoz, ils n'ont que des miettes. Ce monopole n'est pas bon à mon sens. D'une part, la compétition crée une émulation. Dans une coupe monotype, vous créez un modèle et vous l'alignez jusqu'à ce qu'il tombe en ruine. Accessoirement, le marché semble fermé. Quel nouveau venu pourrait répondre à un appel d'offres pour fournir d'emblée 30 ou 40 voitures ? De plus, dans le sport auto, personne n'est immortel. Lola, March et Reynard ont sombré rapidement. Qu'est-ce qu'on fait si demain, Dallara disparait ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?