mardi 23 mai 2017

Essai Lotus Elan


Dix ans. Cela fait dix ans que je connais Nicolas. En 2007, j'avais envie de m'investir en politique. Avec un nouveau parti, ouvert à de nouvelles idées et un chef capable d'être président... Du moins, c'est ce que je croyais quand je suis entré au Modem... En parallèle, je bossais déjà au Blog Auto. Nicolas, lui-même fan de voitures, m'a reconnu parmi les participants d'un "café démocrate". Il m'avait promis de me montrer ses voitures. Puis j'en ai eu marre du Modem. En tant que militants, le parti se fichait de nous. Nicolas n'était alors plus qu'un ami Facebook. On restait en contact. Régulièrement, il me parlait de me montrer sa Lotus Elan. Et bien sûr, le jour J, l'un de nous deux avait un empêchement...

Mais cette fois-ci, c'est la bonne ! A 7h... Disons 7h15, je suis en bas de chez lui. Et il y a cette magnifique Lotus Elan bleue. Et puis, le bruit du double-arbre au démarrage... Quelques mètres plus loin, je découvre le premier point faible de la voiture : la garde-au-sol est ridicule. A chaque dos d'âne, le pot racle. Or, le maire en a installé un tous les 10 mètres... J'ai mal pour la voiture ! L'autoroute marque la fin du calvaire. En ce samedi matin, il n'y a pas grand monde. Puis, avant Château-Thierry, on quitte l'A4 pour les petites routes de campagne. De quoi profiter des vocalises de l'Anglaise...
A 8h30, on atteint notre destination : le circuit des Ecuyers. Toujours vers 2007, une ex m'avait offert un stage de pilotage pour mon anniversaire. Trois tours en Porsche Caïman, à Marcoussis. J'avais pesté contre les écoles de pilotage et les coffret-cadeaux, lors de l'un de mes tout premiers articles. J'avais eu pas mal de retour. Un responsable d'une autre école me jurait que lui, il était réglo. Il allait s'installer dans un tout nouveau circuit, les Ecuyers. Dès que la piste serait prête, il m'inviterait... 10 ans plus tard, j'attends toujours son invitation.
Retour en 2017, je découvre le circuit. Vu du ciel, le tracé ressemble à Magny-Cours. Mais un Magny-Cours très vallonné... On est quasiment les premiers arrivés. Dire que Nicolas avait peur de louper le briefing !
J'avais des appréhensions sur la journée lorsque j'avais vu le règlement. Mais les organisateurs sont plutôt cools. Le briefing était allégé (dans le bon sens du terme) et c'est l'heure de prendre la piste... Nicolas prend le volant. Puis c'est mon tour. J'ai piloté sur circuits, j'ai conduit des anciennes. Mais là, c'était ma première expérience d'ancienne sur circuit ! Cette Lotus est très légère, très agile et très basse. Un kart ? Non, quand même pas. J'ai pris le volant d'une Europa il y a quelques années et elle était davantage taillée pour la course. En tout cas, j'ai pris plus de plaisir avec cette Elan qu'avec bien des voitures ayant le double de chevaux !
Ensuite, c'est une journée circuit classique, on roule, on inspecte les mécaniques, on papote. Le monsieur penché sur le capot, c'est un propriétaire de Lotus Elan cabriolet. Une bleue grise, exactement comme celle d'Emma Peel dans Chapeau melon et bottes de cuir. Il ne connaissait pas Nicolas, mais spontanément, il est venu comparer sa monture et la bleue.
En parallèle, grâce à la magie d'internet, je balance quelques photos sur un groupe chinois de fans de rallye-raid. Je m'attends à des remarques du type "c'est hors-sujet !" Mais les Chinois sont assez curieux de voir ces voitures et ce décor. En Chine, les journées circuits sont des évènements très huppés et il y a très, très peu d'anciennes (sachant que tout ce qui est antérieur à 2005 fait figure d'antiquité.) Un forumer me demande même si l'Elan possède une boite séquentielle ! En tout cas, ils m'ont redemandé des photos !
Le jeu, c'est de faire des tours en passager, sur les voitures des autres. Il y a trois A110 et j'aimerais bien monter dedans... Hélas, il y en a une en panne et les propriétaires des deux autres restent à son chevet. Puis le propriétaire d'une Elan+2 -qui est un ami de Nicolas- me propose de piloter sa voiture. En plus, lui, il en a marre et il me laisse tout seul ! La jolie épouse d'un autre ami de Nicolas veut jouer les passagères. Me voilà donc dans une voiture que je ne connais pas, appartenant à quelqu'un que je ne connais pas et aux côtés d'une personne que je ne connais pas (et dont je ne sais même pas si elle apprécie la vitesse.) Autant dire que j'y ai été mollo, au début... En fait, la femme et son mari participent chaque année au Tour Auto, avec une Jaguar Type E. En tant que navigatrice, elle a l'habitude d'être secouée. L'Elan+2 est plus lourde et plus longue que l'Elan "normale". Pas facile de prendre les épingles...
16h30. La journée se termine. Beaucoup de voitures n'ont pas supporté le roulage intensif. Certaines, comme la Ferrari à droite, ont siphonné tout leur liquide de refroidissement. D'autres ont des problèmes de batterie, d'alternateur... La Lotus de Nicolas, elle, ce sont les bougies, le souci. Elles ne travaillent plus qu'à mi-temps. Accessoirement, tourner toute une journée, en plein soleil, c'est éprouvant. Certains pilotes, après un énième tête-à-queue, préfèrent rentrer sagement.

Nous, on part avec l'Elan+2, avec un moteur qui tourne sur 3,5 cylindres (en moyenne.) Puis on repasse sur les dos d'âne. Quand je rentre, il est 18h15. Ma peau est couverte d'une belle couche de sueur (la ventilation est très symbolique sur une Elan), quelques coups de soleil et avec les tympans explosés. Lorsque je reprends le volant de ma MX-5, j'ai l'impression que l'embrayage et la boite sont en plumes !
Mais j'ai passé une journée merveilleuse et j'ai hâte de remettre ça !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?