lundi 24 juillet 2017

Et si GAC rachetait Lancia ?

Ca va mal, pour Lancia. Depuis mai, les sites internet européens de la marque ont été fermés. Sur les six premiers mois de 2017, l'Ypsilon est la deuxième meilleure vente italienne. Néanmoins, aucun projet ne semble dans les tuyaux. Et surtout, pour en faire quoi ? Dans les années 90, Alfa et Lancia se sont menés une guerre fratricide. Lancia a souffert de la descente en gamme de la marque milanaise. Les deux marques étaient sur le même positionnement et disposaient du même réseau. En prime, Alfa avait l'exclusivité des modèles de niche (super-sportives, coupés, cabriolets...) générateurs d'image.
A mon sens, dans un groupe FCA éternellement convalescent, Lancia n'aura pas sa place. D'autant plus que Sergio Marchionne n'est guère chaud pour un retour de la marque. La seule solution, ce serait un rachat. Par GAC.

Pourquoi ça pourrait se faire
Hier encore, j'ai reçu un communiqué de GAC, consacré à son SUV électrique. Depuis des mois, GAC fait systématiquement traduire ses communiqués en plusieurs langues. Il possède un compte Twitter et un compte Facebook ! Chaque année, il s'invite au salon de Detroit et cette année, il était à New-York. Pourtant, ses exportations sont confidentielles et elles ne justifient pas un tel investissement.
GAC s'est lancé dans l'automobile en 2010. En comptant large, on peut remonter à ses prototypes de 2008. Cela représente près d'une décennie de retard sur les autres marques chinoises. Certes, GAC va très vite pour rattraper son retard, mais le peloton est loin. La prochaine étape, ce sera l'occident. Byd vise les Etats-Unis. Brilliance, Geely et SAIC (MG + Maxus), l'Europe. Terminé, l'amateurisme et l'improvisation. Tous ses constructeurs sont en train de développer des produits spécifiques et de bâtir des équipes. ChangAn, Chery et Haval sont sans doute aussi dans les starting-blocks. Ca pourrait être un tournant dans l'industrie chinoise. Or, historiquement, GAC s'est appuyé sur des partenaires extérieurs. Ses premiers prototypes ont été créés par le Torino Design. Sa première berline était basée sur l'Alfa 166, suite à des transferts de technologies négociés auprès de Fiat. Il a cru en rachetant ses compatriotes Chengfeng, Gonow et Zhongxing, trois fabricants de SUV et de pick-up. Ca lui a permis d'acquérir rapidement des moyens techniques et des savoir-faire. Pourquoi en serait-il autrement dans sa conquête du monde ?
Racheter Lancia lui donnerait une stature internationale (cf. Geely avec Volvo, SAIC avec MG, etc.) En Europe, GAC disposerait d'une marque connue et reconnue. Redresser une telle marque, c'est le genre de challenge qui plaisent aux ambitieux comme GAC. Côté Fiat, Marchionne pourrait se débarrasser d'un boulet. En Europe, FCA pourrait se recentrer sur Fiat et Alfa, qu'il compte développer à l'international, sans gaspiller des sous sur un troisième larron. GAC est le partenaire Chinois du groupe ; ils se connaissent bien. Et accessoirement, l'opération ferait rentrer du cash.

Les freins
Le plus gros freins, côté GAC, c'est que Lancia ne correspond pas au profil de l'acquéreur éventuel. Lancia, c'est désormais des citadines et des compactes. Alors que le cœur de métier de GAC, ce sont les SUV et les pick-up. En plus, GAC louche sur l'Amérique du Nord, où l'on a oublié depuis longtemps Lancia. L'autre problème classique, c'est qu'en pure filiale, Lancia ne possède pas grand chose. Il faudra négocier des transferts de technologie, développer de nouveaux produits, bâtir une usine, un réseau...
Mais l'opposant, ça pourrait être Marchionne... Par peur que GAC réussisse à ressusciter Lancia ! Comme tous les grands patrons, Marchionne possède un égo-surdimensionné. Liquider Lancia en vendant au public que "il a fait tout son possible", ça lui irait bien. Mais vu d'où part Lancia, il serait facile pour GAC de redresser la barre. Et le public se moquerait d'un Marchionne qui a échoué là où des Chinois complètement novices ont réussi. Par contre, il avait songer à vendre RAM et Jeep, des constructeurs de SUV et de pick-up implantés aux Etats-Unis. Tiens, tiens...

Conclusion
La vente de Lancia à GAC semble improbable. Pour autant, la fusion Fiat-Chrysler semblait aussi improbable il y a dix ans. Dans l'automobile, tout peut arriver...
Après, n'espérez pas des Thema 8.32, des Delta HF ou des Fulvia CC ! Le truc des Chinois, ce sont les SUV. A fortiori chez GAC. Attendez-vous donc davantage à une Delta patatoïde avec une calandre chromée démesurée et qui met 12 secondes pour atteindre 100km/h...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?