vendredi 22 juillet 2016

AMG Live !


Il y a quelques semaines, j'étais au Mans pour l'opération "AMG Live !" En gros, le coup de fil s'est passé comme ceci : "Bonjour, nous voudrions vous inviter à un évènement avec AMG et... - Oui !" Je n'ai même pas attendu la fin de la phrase !


Déjà, c'est au Mans. Le lieu est impressionnant, voir légendaire. D'ordinaire, les circuits sont au fond d'une allée ou au bord d'une route anonyme (comme Thruxton.) Vous roulez, vous roulez, puis vous tombez d'un seul coup sur une arche : "Bienvenue à..." Au Mans, non. Sur l'autoroute, une pancarte montre une silhouette de groupe C. Ensuite, pour entrer sur le circuit, c'est un chemin en spirale. La pression monte crescendo. D'autant plus que les 24 heures encore toutes récentes avaient laissés leurs artefacts. Vous pourriez presque encore entendre les rugissements des moteurs ou les commentaires du speaker. On était juste après la bataille, juste après la fête. Et on avait désormais (presque) tout le circuit pour nous...


On pouvait essayer les voitures que l'on voulait. Donc je ne me suis pas gêné : j'ai commencé par la GT S. Je n'étais pas le seul et AMG avait prévu une belle flottille de sa supercars. Je me suis senti un peu frustré : ça aurait été mieux sur un circuit avec davantage de lignes droites et surtout, des pneus plus performants. A peine a-t-on effleuré l'accélérateur qu'on tombe déjà sur un virage... Remarquez, prendre le volant d'une telle voiture était déjà un privilège en soit. Même pour un tour de pâté de maison, j'aurais été preneur ! Au moins, j'ai pu tester les différents modes et surtout, rouler près de 30 minutes.


Puis j'ai continué avec la S63 AMG cabriolet. Je m'attendait à une péniche... Et ça en était une ! A la limite, c'était plus rigolo que la GT S : l'arrière rechignait à passer les virages et malgré le couple de poids-lourd, il fallait pédaler pour atteindre les points hauts du circuit ! Quelques gouttes sont tombées et on a capoté, au ralenti, dans la ligne droite. N'était-ce pas le comble du snobisme ?


Ensuite, c'était le cours théorique sur la marque et ses produits. Dans le temps, la désignation correspondait à modèle (C, E, SL...) + cylindrée (en centaine de cm3.) Puis le marketing s'est glissé dedans. Les chiffres ne veulent plus rien dire et parfois, un même chiffre peut désigner deux mécaniques différentes, suivant le modèle !
Après cela, on a eu droit à un tour, en convoi. J'ai opté pour la SLC 45 AMG. Du peu que j'ai vu, elle semblait très aboutie. Alors qu'avec la SLK 55 AMG, à la moindre accélération, l'arrière ne demandait qu'à passer devant ! A mi-parcours, c'était changement de voitures. J'ai hérité d'une C45 AMG. Il pleuvait des cordes et après avoir perdu de vu le groupe, je ne pensais qu'à rattraper les autres, pour ne pas me perdre !


Ce genre d'évènement, c'est surtout utile pour connaitre le retour des "vrais gens". Les réactions des clients, sur l'opération comme sur les voitures, sont spontanées. Pour #FeelXE, après l'essai, les gens rentraient chez eux de suite, avec une gueule de dix pieds de long. Avec AMG Live, c'était sourires jusqu'aux oreilles et les gens restaient sur place quelque temps, ils buvaient un coup, discutaient, etc. Pas besoin de dépouiller les questionnaires de satisfactions !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?