jeudi 13 octobre 2016

Bilan sport auto 2016

Je profite de cette F4 France pour faire un petit bilan du sport auto. D'autant plus que la plupart des championnats sont terminés.


Verschoor et Norris, les surdoués
Il y a un an, Richard Verschoor n'était qu'un espoir du kart, que la KNAF (fédération néerlandaise) tentait de pousser en automobile. Puis, Le débutant effectue une OPA sur la SMP F4 et la F4 Spain, s'imposant lors de son tout premier meeting. De quoi se faire remarquer par Red Bull. Le limonadier embauche des espoirs, en exigeant des podiums. Contrat rempli pour Verschoor, qu'on devrait donc retrouver dans une F3 aux couleurs de Red Bull. Idem pour Naki Kari (par ailleurs prédécesseur de Verschoor au palmarès de la SMP F4.) Par contre, Luis Leeds et Sergio Sette Camara sont bons pour Pole Emploi. D'ailleurs, le Brésilien ne sera pas du voyage pour le Grand Prix de Macao...
Champion de F4 MSA 2015, Lando Norris n'est pas totalement une révélation. Néanmoins, quel maestria ! En FR 2.0, il progresse au cours de la saison pour s'adjuger finalement les titres en Eurocup et en FR NEC. Mais c'est surtout en Toyota Racing Series qu'il m'a impressionné : au moins une victoire par week-end, alors qu'il y débute et fait face à des pilotes plus chevronnés ! J'ai désormais hâte de voir ce qu'il fera en F3...


Stroll, l'autre ogre
Lorsque Felipe Massa annonce sa retraite, Lance Stroll a quasiment moulé son baquet chez Williams. Il aurait pu se contenter de gérer le championnat de F3 (où il est déjà largement en tête.) Néanmoins, le Canadien préfère poursuivre sur sa lancée. Son titre est gagné de manière autoritaire. Au moins, la question de sa légitimité en F1 ne se pose plus.


Les autres champions
Joey Mawson (F4 ADAC), Matheus Leist (British F3) et Max Fewtrell (British F4) n'ont pas le panache d'un Verschoor ou d'un Norris, mais ils ont fait le boulot. Tous les trois ont fait le forcing lors du dernier meeting. Même titré, Mawson continue d'enchainer les podiums ! On voit bien qu'en monoplace, le mental compte au moins autant que le pied droit. Mick Schumacher et Ricky Collard se sont tous les deux évaporés lors de la finale. Schumacher pouvait gagner la F4 Italia et la F4 ADAC; il est reparti bredouille. Quant à Collard, dauphin de Norris en F4 MSA, en 2015, cela fait deux ans de suite qu'il craque dans la dernière ligne droite. Je suis donc mitigé sur leur potentiel en F3.


Leclerc, futur roi du GP3 ?
Le GP3 n'est pas fini. Mathématiquement, Charles Leclerc se rendra à la finale avec un beau matelas. D'autant plus qu'Alex Albon et Antonio Fuoco n'ont pas l'air très fort, psychologiquement. Après, le GP3 est un championnat mal organisé. Un calendrier calqué sur la F1, avec donc une demi-douzaine de meetings. Parfois, il y en a trois dans le même mois et d'autre fois, il n'y a rien pendant un mois et demi... En prime, en sanctionnant sévèrement les accrochages, les tentatives de dépassement y deviennent rares. En général, tout se joue au premier tour.


Et les Français ?
Pierre Gasly semble à "ça" d'un baquet chez Toro Rosso. Pierre, si tu me lis, ta meilleure assurance-vie, c'est de remporter le GP2 ! Tu bétonnes la finale ! Là, Red Bull n'hésitera plus entre Kvyat et toi ! Parce que rien n'est jamais joué... Il y a quelques saisons, Antonio Felix da Costa se voyait beau. Mais il a fait connerie sur connerie en FR 3.5, total, c'est Max Verstappen qui a eu la Toro Rosso...
En F3, Antoine Hubert a fait des débuts plus qu'honnêtes. Dommage qu'il ait laissé filé le premier tiers de la saison...
En F 3.5 V8, je suis plus réservé sur Tom Dillmann, qui a trop tendance à jouer les épiciers. Pourtant, vu son expérience, il devrait être devant. Au moins, il fait mieux que Mathieu Vaxivière et Aurélien Panis, décevant. Décevant aussi, Giuliano Alesi. Soit il joue les chicanes mobiles, soit il tente de doubler tout le monde au feu vert ! Quant à Dorian Boccolacci, après une saison de F3, il aurait du être plus costaud en FR 2.0. Sasha Fenestraz, lui, effectue des débuts honnêtes, reste à confirmer en 2017...
Globalement, le souci, c'est surtout qu'il n'y a pas beaucoup de Français ! Chaque année, les Britanniques arrivent à détecter quatre ou cinq espoirs capable d'aller au moins en F3. Alors qu'en France, on en a à peine un ou deux qui dépassent la F4 France ! Il n'y a plus qu'à espérer qu'Estéban Ocon et Pierre Gasly triomphent en F1, puis qu'il y ait une vraie émulation...

GP2, Formule E ? JMBC !
Mis à part Pierre Gasly, le GP2 ne m'intéresse pas. Il est tombé dans les travers de la F3000 : les écuries de F1 ne vont plus y chercher un Lewis Hamilton ; elles viennent y chercher une valise pleine de dollars. Il faut s'y imposer au bout d'un ou deux ans. Au-delà, gagner ou pas importe peu. La preuve avec Jolyon Palmer ou Rio Haryanto...
La Formule E, je n'arrive pas à accrocher. On y retrouve les exclus de la F1 des années 2005-2010. Sebastian Buemi et Nelson Piquet Jr ne feront pas rêver grand monde... Le turn-over des pilotes s'est calmé. Reste à stabiliser les écuries et les circuits.

Et les Chinois ? Et les filles ?
Avant, chaque année, je faisais un bilan des jeunes filles. Puis j'ai trouvé ridicule de s'extasier devant quelqu'un qui roule en queue de peloton, juste parce que c'est une fille. Et cette année n'est pas l'exception à la règle. Sofia Floersch (ADAC F4) a multiplié les interviews lénifiantes. Mais elle a décroché 0 podiums. Julia Pankiewicz (FR 2.0 NEC) est la seule des jumelles à poursuivre. En moyenne, elle est à 3 secondes de la pole. Arlesienne de la F4 Spain, Marta Garcia y a finalement débuté en fin de saison. Milen Ponomarenko, elle, préfère attendre 2017 pour rouler en F4 SMP. En British F4, les deux Alexandra roulaient derrière. Carrie Schreiner a obtenu une 4e place, puis plus rien. Quant à Tatiana Calderòn, terminer deux fois dans les points en GP3, c'est mieux qu'aucune autre femme. Mais si elle était un homme, mériterait-elle les gros titres ?
De la même façon, les pilotes Chinois me laissent sur ma faim. Zhou Guanyu est le premier Chinois à s'attaquer à la F3 avec une voiture compétitive. Il décroche quelques podiums en début de saison, puis plus rien. Leo Yee a obtenu de belles places d'honneurs en F3 Japan. Ye Yifei, lui, a dominé une F4 France au plateau clairsemé (où il redouble.) Pour autant, il n'y a pas pour l'instant un Chinois du calibre d'un Norris, voir d'un Hubert. Et côté Indiens, Arjun Maini réalise de belles prouesses en GP3. Son petit frère Kush effectue des débuts tonitruants en F4 Italia. A contrario, Jehan Daruvala et Tarun Reddy n'ont plus l'excuse de la jeunesse pour justifier leurs contre-performances...


Cri d'alarme
Avant de mars à octobre, les "autres disciplines" s'enchainaient. Chaque week-end, j'avais quatre ou cinq résumés de courses à faire. Maintenant, certains week-end, je n'ai même pas une actualité à raconter ! En fait, ces dernières années, il y a eu pas mal de disparitions corps et bien : F3 ATS, British F3, FR BARC, FR ALPS, Auto GP, Formula Abarth, JK Tyres Asia, Scirocco R-Cup China, Chinese Cup Series... Plus les éphémères FA1, Florida Winter Series et Formula Middle East. Quant aux F3 Cup et F3 Australia, il n'y a plus grand chose à dire dessus. C'est sûr qu'ensuite, il s'étiole, le compte-rendu du week-end ! Et le souci, c'est qu'il n'y a pas eu de report. Il faut dire que tout le monde n'a pas les moyens de monter -technique et financier- un programme européen. La FIA a voulu tuer les championnats "B". Mais quel intérêt de vider son compte en banque pour une F3 où il n'y a pas de salut hors de 3 ou 4 équipes ? Tout le monde ne vise pas la F1. Le système actuel crée des armés d'aigris de 18 ans, qui sont ruinés et n'ont plus de perspectives. Logique : il n'y a qu'un champion par an... Ils ne regardent même plus le tourisme ou l'endurance ; ils préfèrent raccrocher le casque.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?