lundi 6 mars 2017

Alpine

L'autre jour, j'étais à Boulogne pour un rendez-vous n'ayant rien avoir avec l'automobile et je suis passé devant le concessionnaire Alpine. D'habitude, je photographie des ex-concessions, là, c'est une future concession !

A l'heure où j'écris ces lignes, à Genève, les RP de Renault doivent peaufiner les dernières virgules de leur communiqué, tandis que les mannequins répètent leur chorégraphie. L'A110 version 2017 va débuter. Si son lancement était un film, moi, je serais un personnage qui apparait 2 secondes, le temps d'ouvrir la porte au héros. Par contre, j'ai pas mal assisté au tournage... Depuis le concept-car A110-50 du Mondial 2012, il s'en est passé, des choses ! Et même avant...

Un proverbe (Chinois ?) dit que le visible détermine la forme et que l'invisible définit la valeur. Avec l'A110, la marque a du visible. Maintenant, il faut s'occuper de l'invisible ! C'est d'autant plus vital à un niveau de gamme où l'acheteur a souvent des critères de choix très subjectifs. Caterham, Lotus et McLaren ont vu leur image se métamorphoser en quelques années. Par contre, regardez Zenos... Un beau produit, la crédibilité de deux dirigeants ex-Lotus et surtout, ex-Caterham... Et un naufrage au bout de 4 ans.
Entre l'endurance, les concept-cars et la présence dans les jeux vidéos, Renault a beaucoup fait pour installer. Alpine. Il a fallu dépoussiérer une marque disparu depuis 1996 et la faire connaitre hors de France...
Le plus dur reste donc à faire pour qu'Alpine se fasse une place parmi les constructeurs de voitures de sport. Pas question de rester les bras croisés après Genève. J'espère donc qu'ils ont prévu une stratégie en béton...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?