samedi 13 août 2016

L'ami(e) de l'A86

Non, ce n'est pas un autre caisse que c'est. Cette carcasse-ci, je n'ai aucun de mal à l'identifier : une Citroën Ami 6.

Je me demande bien ce que son propriétaire compte en faire. La restaurer ? Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle n'est pas complète... S'en servir comme banque d'organe ? Il n'y a pas grand chose à prélever. La dernière possibilité, c'est un sablage de la caisse. La toute première étape (après le démontage) pour une restauration complète... L'Ami 6, ce n'est pas ma tasse de thé. Mais je suis toujours admiratif de ceux qui donnent une deuxième vie aux voitures. Alors, chapeau !

Une voiture française, c'est une transition bancale vers Estéban Ocon. Ainsi, on va avoir de nouveau deux Français en F1. Ocon, j'en parle depuis la F3, en 2014. Il a un sacré coup de volant. Le problème des Français, c'est qu'ils considèrent la F1 comme un but en soi. Sauf que le but ultime, ce n'est pas d'être présent en F1, mais de marquer la F1. Arriver, ce n'est qu'une étape. Ensuite, c'est la jungle. Regardez Michael Schumacher, Kimi Raikkonen, Fernando Alonso, Sebastian Vettel, Lewis Hamilton... Ils ont arrivé en effectuant un feu d'artifice. Battre un équipier plus capé que soi ; réaliser l'impossible au volant d'une voiture inférieure... En F3 et en GP3, Ocon a d'emblée été aux avant-poste. En F3, il a ridiculisé Antonio Fuoco, le golden-boy de Ferrari. En GP3, malgré une voiture vierge de tout sponsor, il a enrhumé Jann Mardeborough, le protégé de la Gran Turismo Academy. Maintenant, Estéban, si tu me lis, il faut mouiller la chemise ! A Spa (théâtre des débuts d'un certain Michael S...), tu colles 0,5" à Pascal Wehrlein. Ensuite, tu ramènes un point. Et un vrai point, pas un point parce que la moitié du peloton a abandonné ! Si tu fais ça, le soir même, le contrat de Rosberg passe à la broyeuse et t'as un baquet Mercedes pour 2017 ! C'est compliqué ? Mais tout est compliqué ! C'est justement en réussissant l'impossible qu'un pilote se fait remarquer. Parce que derrière, il y a une demi-douzaine de pilotes prêts à piloter la Manor. Ce n'est pas en faisant trois tête-à-queue, comme Franck Montagny, qu'on se rend indispensable...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'est-ce que vous en pensez ?